1. // Reportage
  2. // Infiltré

On était à un deuxième tour de Coupe de France

On avait quitté la Coupe de France sur une finale entre Lyonnais et Normands. En ce dimanche, le football amateur est revenu dans la compétition. Immersion en déplacement avec Saint-André Football, club dans lequel il fait apparemment bon vivre.

Modififié
0 11
Riot, Breerette, Serot, Julio… Ces noms n’ont rien de singulier. Normal, comme des milliers d’autres licenciés de la fédération, ils étaient sur les prés de France et de Navarre en ce dimanche. Pour jouer la Coupe de France. Une Vieille Dame que la planète du ballon rond hexagonal avait quittée le 28 avril dernier, et une victoire étriquée des Gones face au petit poucet de Quevilly. Dans l’anonymat le plus total, la plus grande compétition française reprend donc ses droits. Et à l’occasion de ce deuxième tour, les joueurs de la Saint-André Football, pourtant pensionnaires de Promotion d’Honneur – soit le premier échelon régional dans leur Ligue Atlantique –, font office d’ogres face à la modeste équipe de Sions-les-Mines, modeste sociétaire de deuxième division de district. L'occasion d'une balade bucolique qui respire bon le football d’antan au fin fond du département ligérien.

«  La même compétition que Zlatan  »

Rendez-vous est donné à midi. Devant le stade l’Île de la Pierre, un bus attend l’escouade. Un à un, les sportifs débarquent. Les yeux plus ou moins ouverts. Medhi, arrivé le dernier, donc en retard, est chambré comme il se doit. Pas grave, avec ses vingt ans au compteur et une goule bien plus grande, il renvoie la pareille. Une fois tout ce beau monde présent, le car se remplit : les joueurs au fond, les gamins au milieu, et les « vieux » devant. Pour ce premier déplacement groupé du millésime 2012-2013, une cinquantaine de personnes a décidé de venir passer son après-midi de pré-rentrée à Sions-les-Mines, un patelin perdu dans le nord de la Loire-Atlantique, à quelques encablures de l’Île et Vilaine. Il faut deux heures pour se rendre à « Taille-Crayon  » , nouveau sobriquet de la commune visitée trouvé par Yannick. Suffisamment de temps pour feuilleter L’Equipe, faire une petite sieste, analyser à sa manière les rencontres de Ligue 1. Florian, entre deux bâillements et un léger mal de crâne, se transforme en VRP de la Coupe de France : « On joue la même compétition que Zlatan  » !



Plus sérieusement, pour un club dont le meilleur résultat en Coupe de France reste un septième tour, croiser le fer avec le géant suédois est une chimère. L’objectif avoué est de faire mieux que lors de l’exercice dernier ponctué par une sortie au premier tour de la Vieille Dame et une descente de DRH en PH. Histoire d’insuffler un nouvel esprit, le coach a changé. En ce dimanche, l’entraîneur Éric Le Bomin met au goût du jour un tout neuf 3-5-2. Une nouvelle mise en place tactique sujette à débat. Mais cela, les supporters s’en carrent pour le moment. Il est quatorze heures, et eux ont un pique-nique à avaler. Le complexe sportif de Sion où ils débarquent est le prototype du stade champêtre : beaucoup de champs à l’horizon, et un semblant de gazon vert délimité par des lignes blanches. C’est sur le terrain d’entraînement, situé en contrebas du rectangle vert principal, que les accompagnateurs prennent quartier. Ainsi, les adultes s’offrent un petit apéritif, et les bambins peuvent aller taper le cuir. Le tout sous un soleil de saison. Seul un revers face à un adversaire bien plus limité pourrait gâcher ce dimanche.

Chants et champ de patates

A 15 heures, les Jaunes de Sions et les Rouges de Saint-André sont prêts pour faire leur entrée sur une pelouse qui a tout d’un champ de patates. Le coup d’envoi est finalement reporté de cinq minutes, la faute à un maillot de gardien qui s’est fait la malle. Pas grave, Kevin, le portier andréanais, jouera tout le premier acte durant avec un tee-shirt Kipsta emprunté à son collègue offensif Erwan. Les 90 minutes commencent enfin. Les Briérons – Saint-André étant une commune accolée au parc régional de Brière, le deuxième plus grand marais français après la Carmargue – prennent le contrôle du cuir et mènent aisément 3-1 à la mi-temps. Pendant ce temps, les accompagnateurs discutent tactique, rentrée scolaire et, bien sûr, football. A peine le temps de prendre une mousse au bar que ce deuxième tour de Coupe de France reprend ses droits. Histoire de garder un zeste de suspens, le capitaine et buteur de Mika se troue et offre par la même le droit d’espérer aux hôtes du jour. Successivement, la St-André reprend sa marge de deux buts d’écart avant de concéder un penalty. Les dernières minutes permettent aux supporters des deux fanions de se disputer sur le penchant de l’arbitre en faveur du « petit » . Laurent, dirigeant sur son banc, s’emporte alors que l’on joue la sixième minute de temps additionnel. Pour pas grand-chose : ses Andréanais l’emportent logiquement 4-3.



Une victoire qui déstresse tout son monde. Surtout Eric, le président, pour qui cette qualification, agrémentée d’une défaite du rival de Guérande face à une première division, fait office de bon début de saison. Dans les vestiaires quelque peu rustres, les quatorze vainqueurs craquent un pack de bières : «  Pour la naissance du petit d’Anthony, Jules  » . Pendant que certains prennent leur temps sous la douche, d’autres profitent du casse-croûte traditionnel d’après match. Le tout accroché sur leur portable : « Putain, Marseille gagne encore, et avec un but de Morel !  » . Le temps d’avaler deux, trois mousses, il faut rentrer sur Saint André des Eaux. Le voyage retour se fait au rythme des « toc toc toc » , ou des classiques de la chanson franchouillarde. Florian, remis de sa petite gueule de bois, fait office de Juke-Box. Le chauffeur, bien que remercié, doit tout même faire face aux envies pressantes. Paraît-il qu’une bière serait bénéfique après l’effort. Pour deux ou trois, cela reste à prouver. Il est 19h30, et toute cette belle bande s’en va prendre un verre avec l’équipe B. Pour clore une belle journée qui rappelle, s’il le fallait encore, que le football est bien le sport le plus populaire de France. Et ce n’est pas cette Vieille Dame qui dira le contraire.




Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Euh chez moi c’était le 1er tour c'est(tour de cadrage la semaine dernière).
Y a vraiment que sur Sofoot qu'on peut lire un reportage sur un premier tour de coupe de France! I like it!
grave.... C'est con, mais se dire que tu joues la coupe de France, ça a un truc magique... ma seule expérience, on a joué face à une équipe qui a nous a collé 6-1.... mais franchement, c'était bon.
corinthians Niveau : DHR
Le foot, c'est ça aussi ... et c'est surtout ça en fait !!
Super article, je confirme la description du bled et du terrain pour avoir joué dessus l'année dernière... en coupe du district évidemment ;)
Imaginez le terrain l'hiver, c'est dur de gagner à Sion!!
Par contre hier un bon match de coupe de France avec un public en fusion^^.
La prochaine fois SoFoot, venez faire un reportage chez nous, çà sera pour vous une vraie immersion!!
footchampagne Niveau : Ligue 2
Note : 3
Le dimanche classique pour mal de lecteurs de So Foot.
Merci de nous rendre hommage à tous grâce à cet article. Excellent.
D'ailleurs je voudrais pas me la péter mais ça me fait penser que j'ai déjà marqué 2 buts en coupe de France... soit 2 de plus que Zlatan.

On n'a pas le même salaire mais on a la même passion!
Je me demande à quoi ressemblait le Gattuso de ce Sion-là.
Le foot entre potes tout simplement.
Pour le plaisir.
Dedicasse a cr7.
L'arbitre aux deux capitaines: "Bon les gars comme d'habitude. Faites en sorte que ça se passe bien pour vous et pour moi. L'erreur est humaine, je ne peux pas tout voir. Et si on était si bon que ça, vous comme moi, on ne serait pas a ce niveau ok??? Bon match messieurs!!!"
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
L’affaire Gregory
0 11