1. //
  2. //
  3. // Huitièmes de finales
  4. // Red Star/ASSE (1-2)

On était à Red Star/Saint-Étienne

Ce mardi, l'ASSE se déplaçait presque sans ses supporters sur le presque terrain du Red Star. Pour assister à un presque match de foot.

Modififié
13 11
Mardi 10 février 2015. Il est 21h, le Red Star accueille l'AS Saint-Étienne. Pourtant, à Saint-Ouen, la prise Jack est débranchée, les lumières du Stade Bauer sont éteintes. Ce huitième de finale de Coupe de France se joue dans le stade Jean-Bouin, à deux pas du Parc des Princes. « Banlieusards et fiers de l'être » , comme l'écrit Kéry James, les supporters du Red Star le sont. Alors quand ils ont appris que Bauer allait être délaissé pour ce match, certains, comme le Collectif Red Star Bauer, ont décidé de boycotter. D'autres comme Olivier, maillot rayé vert et blanc sur les épaules, sont là malgré tout : « On vient du 9-3, mais on va jouer dans le 16e. On ne se sent pas chez nous, on n'a vraiment pas l'impression de jouer à domicile. Et c'est chiant. » Un sentiment partagé par son pote Maxence : « Quitte à ne pas jouer à Bauer, autant rester dans le 9-3. Et pourquoi pas au Stade de France ? Un Red Star/Sainté dans le plus beau stade du pays, ça aurait de la gueule ! » C'est sûr que ça aurait de la gueule. À condition que l'enceinte dionysienne et ses 80 000 places ne sonne pas creux. Un risque que n'a pas voulu prendre Patrice Haddad, le président du club francilien. D'autres comme Myriam, présente au stade avec sa famille, se réjouissent du choix de Jean-Bouin : « C'est le parfait compromis entre Bauer et le Stade de France. Ça permet au club de faire une plus grande recette, mais ça n'enlève rien à l'ambiance mise par le kop. On ne sera pas loin de Bauer à ce niveau. »

Les CRS, Anfield Road et un « fils de pute »


Myriam est née et vit en région parisienne. Elle n'a donc rencontré aucune difficulté pour pénétrer dans le stade habituellement réservée aux rugbymen du Stade français. Mais tout le monde ne peut pas en dire autant. « Être né quelque part, c'est toujours un hasard. » Oui, il est donc possible de passer de Kéry James à Maxime Le Forestier. L'éclectisme, bordel ! « Est-ce que les gens naissent égaux en droits ? » nous demande l'auteur-compositeur-interprète. La réponse est non, au moins pour ce Red Star/ASSE. La faute à un service policier bien trop obsédé par les directives du ministère de l'Intérieur. Dans la semaine, Bernard Cazeneuve a interdit tout déplacement de supporters stéphanois, craignant d'éventuels débordements que la configuration du stade Jean-Bouin ne pourrait neutraliser. Résultat : tous les individus présentant une carte d'identité avec naissance ou adresse stéphanoise, lyonnaise, mâconnaise ou ardéchoise sont déclarés persona non grata et donc recalés par des CRS qui ressemblent plus à des vigiles de boîte de nuit qu'à autre chose.

Passée cette épreuve, on arrive à l'intérieur de Jean-Bouin. Tribunes aux trois quarts pleines, pelouse défoncée par les trois-quarts ailes. Et là, surprise, une petite centaine de supporters des Verts sont présents, regroupés dans un parcage très largement encadré par les stadiers. Valérie, supportrice de Sainté en région parisienne n'est pas dans le kop, mais ces 100 courageux la rassurent : « On ne peut pas priver les supporters de venir voir jouer leur équipe. Les autorités auraient du s'occuper de ce problème bien avant, ce n'est pas normal. » Après le traditionnel You'll never walk alone à l'entrée des joueurs – Jean-Bouin is the new Anfield Road –, le match commence. Le kop vert, galvanisé par l'ouverture du score de Van Wolfswinkel (18e), chambre à base de « On est chez nous » , « La Ligue, la Ligue, on t'encule » ou même des tout aussi élégants : « Paris, Paris, on t'encule » . Vocabulaire varié donc. Les Audoniens répliquent avec doigts d'honneur et traditionnels « Mais ils sont où les Stéphanois ? » après l'égalisation signée Bouazza (28e). Entre-temps, Julien Ielsch prend le rouge pour un vilain tacle sur le buteur néerlandais du Forez. Ambiance électrique et contestation en tribunes. Le défenseur du Red Star l'a visiblement mauvaise et échange des amabilités avec Van Wolfswinkel. Du bord du terrain, on pense lire un « fils de pute » sur les lèvres du fautif, privé dès la 25e minute de son huitième de finale.

François Hollande, l'anniversaire de Brison, un selfie de Mollo


La rencontre se transforme ensuite en festival de déchets techniques, bien aidé par une pelouse qui se dégrade encore un peu plus au fil des minutes. Dans ce match où plus rien ne marche – même pas le wifi de la tribune de presse – le spectacle se trouve plus dans les gradins que sur le gazon. Florilège de réflexions faites au bord de la pelouse : « Eh Saint-Maximin (à l'échauffement, ndlr), va te couper les cheveux » . Sourire pour le Stéphanois de 17 ans. Ambiance bon enfant aussi lorsqu'un Stéphanois interpelle Brison sur le bord du terrain : « Jonathan, bon anniversaire ! » , pouce levé pour le latéral gauche qui fêtait ses 32 balais samedi dernier. « Il est vraiment nul Erding quand même » entend-on aussi après une nouvelle occasion vendangée par le Turc. En tribunes, l'autre animation, c'est la présence de François Hollande. Quoi de mieux qu'un bon huitième de Coupe de France entre une Ligue 1 et une National pour se rapprocher du peuple ?

Le président n'aura pas porté chance aux Franciliens ce mardi soir. À la 80e, Cros dévie un centre de Mollo dans ses propres filets. Dans ce stade de rugby, pas de troisième mi-temps, pas de prolongation, le Red Star a résisté, le Red Star s'est battu, mais le Red Star est éliminé (1-2). Un soulagement pour bon nombre des 12 193 spectateurs qui se les caillaient sévère dans les gradins de Jean-Bouin. Un peu comme ce stadier, pris en flagrant délit en train de réchauffer ses gants avec le sèche-mains des toilettes. Au coup de sifflet final, Mollo sera le seul Vert à aller saluer et donner sa tenue au kop stéphanois avant de taper un selfie avec tous les ramasseurs de balle. Classe. À la sortie du stade, plusieurs ados défilent avec une banderole « Le Red Star, c'est Bauer » , soutenant ainsi leurs aînés n'ayant pas fait le déplacement. Non loin, sur un poteau près du Parc des Princes, une annonce dit : « Vend deux places pour PSG/Chelsea, tribune Borelli » avec un numéro de téléphone. Un autre monde.


Par Maxime Feuillet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Bon feuillet Maxime, mais franchement... "Les autorités auraient dues s'occuper de ce problème bien avant", même en citant une supportrice de foot, c'est aussi triste qu'un CSC qui élimine ton équipe à la 80e.

Et bonus pour la citation Saint-Maximin : http://www.projet-voltaire.fr/blog/regl … vas-%C2%BB
Kit Fisteur Niveau : Loisir
Oh mon Dieu cette photo de Hollande en mode trisomie 21... Maxime je t'aime.
Jemincruste1 Niveau : CFA
Chez So Foot, on affiche des anonymes sans vergogne. Le floutage ? Pourquoi faire ?
chewbie42 Niveau : CFA2
On voit mon poing serré derrière. Je porte plainte !
Je crois que c'était moi le commentaire sur Erding. C'est vrai qu'il est nul quand même...
Note : 2
Message posté par Jacohen
Les verts contre les cocos du red star, un match 100% gauche.


100% gauche et 50% gauche caviar.
gwynplaine76 Niveau : CFA2
Je voudrais pas sodomiser du diptère, mais le Maxence qui regrette de venir dans le XVIè bourge, mais qui aurait préféré le mouroir du SDF, je ne trouve pas ça très cohérent.
Et quand il le qualifie du "plus beau stade de France", je dis non.

Marville à La Courneuve, ça n'aurait pas été possible?
les gars, c'est gentil de nous citer, mais notre banderole à la sorite du stade c'était "tirage à domicile, match à l'extérieur". Un peu de précision !
Est-ce que les gens naissent égaux "en droits", j'adore le jeu de mots ! Je regrette juste que le président Caïazzo n'ai pas rendu hommage à la centaine de supporters "stéphanois" venus pour la rencontre lors des interviews de fin de match
Jour après jour la passion est refoulée des stades. On résiste, on resiste, jusqu'au jour ou il n' y aura plus rien. LIBERTÉ POUR LES ULTRAS !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
13 11