Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // PSG/Ajaccio

On était à PSG-Ajaccio

Trois petits gars ont remis les pieds au Parc des Princes dimanche après-midi à l'occasion de la réception d'Ajaccio, après une longue absence. Ambiance...

Modififié
Il est 14 heures ce dimanche, à peine remis de la cuite de la veille, on décide avec deux potes d’aller faire un tour au Parc des Princes pour PSG-Ajaccio. Ça fait un moment pour nous trois qu’on n'y a pas mis les pieds. Un essai en début de saison, mais on va pas se mentir, l’ambiance ne nous avait pas franchement emballés. Sauf que Paris joue le titre, et ça aussi, ça fait un moment qu’on l’avait pas vu. Alors, sans place, on débarque Porte d’Auteuil. Le match est à guichets fermés alors on se met en quête de vendeurs interlopes. Avec leurs panneaux « Cherche place » , ils sont facilement identifiables.

On cherche à aller en virage. Si on va au stade, c’est aussi pour l’ambiance. Le premier gaillard qu’on rencontre annonce sans vergogne : «  80 euros à Boulogne » . On manque de s’étouffer. «  Je veux bien descendre à 70 chacun si vous en prenez trois » . Nous on veut bien essayer de trouver moins cher. On poursuit notre chemin, longeant le périphérique vers la porte de Saint-Cloud, soudain un peu moins confiants dans notre expédition. Et puis, la chance nous sourit auprès du troisième détaillant. 40 euros la place. Notre compère du début, surfant sur la nouvelle image du PSG, a essayé de nous entuber.

«  Rendez-nous nos abonnements !  »

Sur les trois places, deux sont en bleu (en haut) et une en rouge (en bas). On n'avait pas fait gaffe. On pourra toujours négocier une fois à l’intérieur. Sauf que les deux tribunes sont séparées dès l’entrée. On passe le tourniquet suivant chacun notre travée et puis on se retrouve dans les coursives à la grille pour donner une place en bleu à notre ami. Commence alors pour lui, une longue négociation avec les stadiers pour nous rejoindre. Sa persévérance paie lorsqu’un stadier finit par lui ouvrir « exceptionnellement » la porte séparant les deux tribunes. Arrivés devant l’escalier qui mène aux différents blocs, nouveau contrôle des places ; évidemment nos billets ne nous conduisent pas aux mêmes endroits. On profite d’un moment de confusion, durant lequel plusieurs supporters tentent de pénétrer en Boulogne bleu centrale, pour s’engouffrer avec eux. Nous voilà tous les trois dans la même partie de tribune, c’était loin d’être gagné. Y’a pas à dire, le Parc a changé.

Première surprise : une demi-heure avant le début du match, une soixantaine de supporters contestataires entonne «  Rendez-nous nos abonnements ! » . Une requête en rapport avec le plan Leproux, qui a instauré l’abonnement aléatoire en virage et fait fuir de nombreux supporters historiques des tribunes Auteuil et Boulogne. Alors qu’on craignait un concert de Sportitude, on se dit qu’avec d’anciens abonnés on va avoir de l’animation. Animation il y a, mais pas forcément celle qu’on attendait. Très vite, ces derniers se tournent vers le reste de la tribune : « On n'entend plus chanter les collabos ! » . Silence, regards interloqués puis réactions. « Je comprends leur revendication mais pourquoi ils s’en prennent à nous !  » lâche un mec derrière nous, perplexe. Les anciens abonnés distribuent alors un tract pour expliquer les raisons de leur colère. Persistance de l’abonnement aléatoire, polémique sur l’animation menée par des associations politisées, parmi lesquelles SOS Racisme, absence de discussion de la part du PSG… A la lecture, les revendications paraissent légitimes. Mais, ils ont une drôle de façon de l’exprimer lorsqu’ils reprennent en chœur « Tous PSG, tous enculés ! » , en rapport aux abonnés actuels des virages parisiens adhérents à la charte "Tous PSG", qu’ils insultent copieusement. Les «  Tous PSG  » donnent également dans l’injure à l’encontre des contestataires. Bref, on ne regarde plus ce qui se passe sur le terrain mais on contemple, désabusés, cette situation irréelle où des supporters parisiens s’insultent entre eux.

On venait à Boulogne, on s’est retrouvés au PMU du coin


Au départ pris au dépourvu, les stadiers finissent par venir calmer le jeu. Entre-temps, Menez expédie une merveille de frappe enroulée dans la lucarne d’Ochoa. Paris 2, Ajaccio 0. Mais en tribune, hormis les chants constants des anciens abonnés, entre contestation, revendication et nihilisme, « D’Hallivillée (directeur de la sécurité du PSG, ndlr) démission/ liberté pour les ultras/ allez tous vous faire enculer » , c’est d’un calme navrant. Hormis les quelques « la la la la la la paris SG la la la la la la paris SG » , par ci par là, il faut bien le dire, le Parc des Princes fait de la peine. On distingue aisément le bruit du cuir et des contacts sur le pré. Et ce qu’on entend surtout, c’est un quinquagénaire bedonnant quelques rangs plus bas, hurler d’inexplicables « Bougez-vous ! » , alors que le PSG mène 2-1 et que le rythme retombe un peu en fin de première mi-temps. De mémoire d’anciens, on n'avait jamais vu ça auparavant en pareille situation…

En deuxième mi-temps, Paris déroule, sans forcer, tombant parfois dans la facilité. Ce qui n’est pas du goût de nos voisins. « Une touche de balle putain ! Carton Rouge là ! Mais lâche ta balle ! » . Notre quinquagénaire a fait des émules, ils sont désormais plusieurs à vociférer. Alors que Paris mène, alors que Paris est premier. On venait à Boulogne, on croirait s’être retrouvé au PMU du coin… «  Et il est mort le Parc des Princes » , la petite rengaine des supporters contestataires, lancée à une soixantaine dans un silence sinistre, commence à égratigner nos croyances. Il faudra deux buts en toute fin de match, pour que le Parc explose et que des chants retentissent de nouveau. Il faudra surtout deux buts pour sauver les apparences. Et voir les râleurs de tout à l’heure reprendre «  On est premiers !  » …

Par Stéphane Bourdon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
À lire ensuite
La semaine Twitter