Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 36 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Real Madrid/Atlético Madrid (4-1)

On était à Madrid pour la finale de la Ligue des champions

La finale formelle de la C1 avait lieu à Lisbonne avec ses officiels en costard et Michel Platini en faiseur de roi. La vraie finale cependant se déroulait dans les rues de Madrid, entre supporters de l'Atlético et du Real Madrid, entre Neptuno et Cibeles, une Mahou à la main, des rêves plein la tête et les yeux rougis pas l'émotion. Reportage.

Modififié
On est encore à une poignée d'heures du coup d'envoi de la finale et le clivage commence doucement à s'installer à Madrid. Pas de guerre civile, pas de barricades dans les rues, mais les plus téméraires se pavanent déjà, en famille, maillot sur le dos, de 7 — ou moins — à 77 ans — ou plus.


Ce samedi, on quitte tôt les boutiques après une journée de travail de toute façon pas bien productive, gaspillée en interminables débats, scénarios possibles, compositions probables et pronostics en tout genre. L'heure est à la prise de position et les neutres sont regardés de travers. Les métros sont déjà bondés. À côté de trois hommes d'affaires en costume, attaché-case à la main, se mélangent pèle-mêle pro-Real et pro-Atléti, parfois assis sur la même banquette l'un à côté de l'autre. Certains prennent la direction de Bernabéu, d'autres de Calderón, beaucoup rejoignent juste des amis pour boire un verre avant le coup d'envoi.


Malgré les 120 000 supporters à Lisbonne et ceux qui sont allés remplir les deux stades de la ville, tout ce qui ressemble de près ou de loin à un débit de boisson et compte un poste de télévision est pris d'assaut. Le troquet du coin a décidé de faire les choses dans les règles de l'art. « La salle du haut pour les supporters du Real, celle du bas pour l'Atlético et la terrasse pour tout le monde » , prévient un écriteau sur la porte d'entrée. La ségrégation théorique n'empêche pas les exceptions. « Je suis pour l'Atléti, mais ces quatre abrutis sont pour le Real, je ne vais pas regarder le match tout seul » ,explique Kike, drapeau de son club de cœur en guise de cape en montrant du doigt ses amis de toujours, ses ennemis d'un soir. Les tables sont réservées depuis une semaine déjà et les places assises sur les tabourets des côtés sont chères et convoitées, la majorité suivra le match debout, à moitié écrasée contre le mur. Bondées il y a à peine quelques minutes, les rues sont maintenant désertées. Forcément, le coup d'envoi vient d'être donné.

Mahou 1€, bière 2€, vodka 15€

L'enjeu, la pression et surtout la faim donnent un caractère presque bon enfant aux premiers instants du match. Tout le monde est finalement plus occupé à se remplir la panse qu'à suivre le balbutiement de football sur l'écran géant. Au fil des minutes, les litres de Mahou ingurgités aidant sûrement, l'ambiance devient plus chaleureuse et le volume sonore atteint son niveau de croisière : entre 100 et 120 décibels. Soudain, explosion de joie, Godín vient d'ouvrir la marque !


Tandis que du côté de l'Atléti on s'embrasse, on s'enlace, en haut, côté Real Madrid, c'est la consternation. « Oh non pas toi San Iker, pas toi mon Dieu ! » , s'écrit une dame élégante, écharpe du Real sur le carré Hermès. Après, la mi-temps, la tension atteint son comble. Chaque demi-occasion est accueillie par des grands cris, de déception ou de soulagement. Même Alberto, le stoïque tenancier, a arrêté de servir et regarde l'écran, l'air hagard, une écharpe de l'Atlético enroulée autour du poignet. On ne vit plus, on ne respire plus et puis, à l'ultime instant, au moment où tout était presque gagné pour les uns et presque perdu pour les autres, l'égalisation de Sergio Ramos. Boum !


Le mobilier vole, les supporters du Real ne forment plus qu'une masse humaine enlacée rebondissant contre les murs. Prolongation. Côté Atlético, on se rassoit, on prend une gorgée de bière, on subit la joie du voisin. Bale, Marcelo, Ronaldo : à chaque fois la même joie, à chaque fois les mêmes larmes, le Real a gagné, l'Atlético a perdu, on part festoyer, on rentre chez soi.

Une même rumeur se met alors à parcourir toute la ville : « Cibeles, Cibeles, Cibeles, todos a Cibeles. » Désertes il y a à peine quelques minutes, les rues se remplissent à nouveau. Toutes à sens unique, elles déversent leur foule blanche en direction de la calle de Alcalá et de Gran Vía. Sur le chemin, un heureux épicier, videur à l'entrée comme en boîte de nuit, fait son chiffre d'affaires de l'année en vendant 1 euro la canette de Mahou, 2 euros la Heineken et 15 euros la bouteille de Vodka. Quelques mètres plus loin, premier barrage policier, l'alcool et les fauteurs de troubles sont priés de rebrousser chemin tandis que les autres continuent leur périple.


Partout on s'interpelle, on s'agrippe, on s'enlace, on saute, on sympathise, on s'embrasse. Les plus petits montent sur les épaules des plus grands. On grimpe aux poteaux pour admirer la foule sans fin, retrouver un ami ou dérouler un immense drapeau. 10 000 personnes attendent déjà autour du cordon de sécurité dressé par la police, des milliers d'autres les rejoignent. Il est à peine plus de minuit, les joueurs ne seront pas là avant de longues heures. Cette nuit, Madrid ne dormira pas.

Par Pablo Garcia-Fons, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 3 heures Gervinho vers Parme 8 il y a 4 heures Euro Millions : 99 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti
il y a 4 heures Une ville anglaise ne veut plus des supporters 3 il y a 4 heures Le fils de Ronaldinho cache son identité lors d'un essai 20 il y a 7 heures Un match de Liga prochainement joué aux States 62
Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 18:15 Quand les écrans de Bristol Rovers diffusent le téléphone rose 12 Hier à 17:45 Mathias Pogba recalé par un club de D3 allemande 28 Hier à 17:00 La finale de la Copa Libertadores en un seul match à partir de 2019 9 Hier à 16:40 Iniesta plante déjà son deuxième but au Japon 18 Hier à 15:15 Il chambre les fans adverses, mais son but est hors jeu 18 Hier à 14:35 À l'Ajax, on maîtrise l'art de la roulette 5