On était à la présentation de Gignac

Ca y est, Gignac vient de recevoir son premier maillot bleu et blanc. Avec lui, le club phocéen change de registre, sur et en dehors du terrain.

Modififié
0 0
Avant même de rentrer dans la salle de presse de la Commanderie, on aurait pu se douter que ce n'était pas un footballeur lambda qui était présenté aujourd'hui. Devant, il y avait beaucoup plus de monde qu'à l'accoutumée. Il y avait surtout de la sacoche Louis Vuitton, de la Stan Smith argentée, du t-shirt avec des ailes ou des têtes de mort dans le dos et du Abercrombie pour les plus modérés. Oui, c'est bien André-Pierre Gignac, l'enfant de l'étang de Berre, que l'OM s'apprête à baptiser.


Mais avant que l'ancien Toulousain vienne réciter tout l'amour qu'il a pour ce club, c'est Loïc Rémy et le médecin qui accompagnent Deschamps, Anigo et Dassier à la barre. Le président introduit l'annonce avec un grand ouf. Le médecin le traduit en des termes médicaux. En gros, il n'y a plus aucune crainte à avoir pour l'ancien niçois. Il va pouvoir jouer, même mieux qu'avant car plus rassuré. «  Il y avait un doute sur les examens pratiqués. Maintenant c'est très clair » souligne le docteur Baudot. Pour Loïc, c'est un soulagement. Il sera à l'entraînement demain, postulera à une place sur le terrain dès dimanche prochain, à Bordeaux. Jean-Claude Dassier précise que le club va discuter avec Stellardo à Nice. Les procédures judiciaires ne vont pas être levées comme ça. «  Ce n'est pas le plus important, heureusement, mais cela aurait pu se dérouler de manière moins sinueuse, moins opaque » précise-t-il. Le joueur, lui, préfère se dire qu'il joue désormais dans une équipe qui se procure beaucoup plus d'occasions que Nice.


Son pote de l'équipe de France lui succède sur le siège. Dédé - comme tout le monde l'appelle ici - Gignac est comme à la maison. Pour en être sûr, Papa est dans la salle (en short adidas, chaîne en or et Birk) ainsi que son agent, Jean-Christophe Cano, une veille connaissance du club (le recrutement d'Alen Skoro, c'était lui). Pour son premier discours olympien, l'attaquant montre qu'il n'est pas comme les autres : « Je dis toujours à mes amis que j'ai le sang bleu et blanc. Jouer ici, c'est un rêve d'enfant qui se réalise. J'ai 24 ans, j'ai muri depuis quelques années, j'ai mis de la barrière rapidement avec les amis par exemple. Je me sens capable de m'imposer ici. Je sais ce qu'à fait Niang. Il a marqué beaucoup de buts ici. C'est à moi de prouver que je peux faire aussi bien. J'ai envie de vibrer dans ce stade plein. C'est ce qui me manquait à Toulouse » . Par contre quand on lui demande où il veut jouer sur le terrain, la réponse est plus commune : « Je suis attaquant axial. Mais pour les besoins de l'équipe ... » .


On demande alors à Didier Deschamps si son OM est meilleur que celui de l'an dernier : «  On verra. C'est à la fin qu'on fait les bilans... » . Ben, Didier, ton président a dit dimanche que l'OM avait fait le meilleur mercato français dans Téléfoot. Il aurait menti ? « C'est vrai que je me suis emballé. C'est le résultats qui nous diront si la mayonnaise, disons l'aïoli, a pris » corrige l'homme aux lunettes rondes. Un bilan qui se fera avec les mêmes hommes au milieu de terrain, puisque la piste du milieu défensif semble enterrée avec l'échec des négociations autour d'Alou Diarra. « Il n'y a pas qu'un seul joueur mais l'important, c'est de faire de la qualité. Je vais pas prendre un joueur pour faire le nombre » pose Deschamps. Pour autant, Dassier refuse de dire que le mercato est bouclé. Comme si ce titre de «  meilleur mercato français » lui tenait à cœur et qu'il supportait mal que les caméras se tournent désormais sur Aulas et Gourcuff.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Gourcuff le lyonnais
0 0