Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Jeux vidéo
  2. // Test
  3. // FIFA 14

On était à la présentation de FIFA 14

Cet été, les gamers du monde entier vont devoir se contenter de FIFA 13, en attendant patiemment l’automne prochain pour la sortie du nouvel opus. Oui, sauf que nous, on l’a déjà testé. Et qu’on se le dise : il va faire très mal. Encore.

Modififié
Il est là, le nouveau FIFA. Il arrive à grands pas. Et autant dire que la patience des millions de fans du plus célèbre jeu vidéo de foot sera justement récompensée. Car le nouveau FIFA 14 va envoyer du lourd. Comment le sait-on ? Bah, parce qu’on l’a déjà testé. Le 10 juillet, une adresse design de Boulogne-Billancourt accueille les journalistes / gamers pour venir tester en exclusivité la nouvelle galette. Dans un immense salon avec terrasse adjacente, de nombreux écrans de télé sont installés. D’une part, les Xbox, de l’autre, les PS3. Pour ne pas faire de jaloux. Et au fond, bien sûr, le buffet. Faut pas déconner, non plus. Ce qui est top, c’est que pour cette présentation à près de trois mois de la sortie mondiale, le jeu est déjà fichtrement abouti. « Abouti à 70% » , nous glisse-t-on. Surtout, le plaisir, c’est que le choix des équipes n’a pas été réduit au top 5 européen. Toutes les équipes du jeu sont déjà disponibles. Du coup, deux journalistes suédois se fritent sur un Dortmund-Bayern, en remix de la finale de la C1, tandis que deux Français se lancent dans un RC Lens-PSG un poil déséquilibré. Heureusement pour le Lensois, Cavani n’avait pas encore été transféré.

Première prise en mains. L’écran de présentation a évolué, plus ludique. Choix des équipes, rien à signaler. Boum, le match démarre. Avant de débuter, EA Sports a remis le couvert sur les petits défis où il faut gagner des points. Là, le but est de courir entre des plots et d’aller plus vite qu’un robot qui, lui, n’a pas à s’emmerder avec des plots. On donne tout, mais le verdict est cruel : 700 points gagnés sur 5000 possibles. Dur. Le match commence. Dès les premières secondes, on décèle le premier changement dans la sensibilité. Comme à chaque nouvelle édition, la maniabilité des joueurs est de plus en plus réaliste ce qui, forcément, rend la prise en main plus difficile. Les mouvements des joueurs ressemblent encore plus à des gestes réels mais, forcément, pour des joueurs qui ont fait quelque 2864 matchs sur FIFA 13, c’est déstabilisant. À l’inverse de la version précédente, par exemple, le fameux une-deux ne revient pas forcément dans les pieds, mais dans la course. Plus réel, certes. Mais aussi plus difficile et déroutant sur un premier match.

Tiens, un petit four pour recharger les batteries, et on enchaîne avec un second match, après une victoire 1-0 contre le Barça sur la première rencontre. Avec la Lazio, évidemment. La deuxième rencontre permet de tenter des enchaînements un peu plus précis, après la prise en mains initiale. On remarque d’ailleurs que les contrôles de balle sont beaucoup plus réalistes. Par exemple, une touche vite expédiée peut très bien rebondir sur les pieds de votre joueur et partir n’importe où. Sur un adversaire, par exemple. Fini le temps où le ballon collait dans les crampons. Sur FIFA 14, la balle est souvent à quelques centimètres des pieds. Ce qui est pratique pour les défenseurs qui souhaitent intervenir. Mais ce qui est également top pour ceux qui adorent se mettre le ballon dans la course et envoyer une grosse mine. Tiens, d’ailleurs, Candreva a une grosse frappe de balle. Et Sirigu l’a appris à ses dépens, avec une cacahuète aux 25 mètres qui termine en dessous de la lucarne.

Lors du troisième match, et après une petite mignardise à la pâte d’amande (on n’est pas au mois de juillet pour rien, merde), on commence enfin à retrouver ses sensations. « Les mecs qui adorent dribbler vont se régaler, les dribbles ont l’air encore plus explosifs » , assure un journaliste qui vient de claquer un 4-0 avec le Milan AC. Effectivement, les dribbles, mais aussi les enchaînements ont vraiment l’air plus fluides, et on se dit qu’au bout d’une dizaine de matchs, cela va commencer à vraiment tabasser. Au terme de ces trois rencontres de deux fois six minutes, l’un des designers du jeu explique brièvement les nouveautés du mode FIFA Ultimate Team. Ceux qui utilisent ce mode écoutent attentivement. Les autres se demandent quand est-ce qu’ils vont pouvoir retourner jouer. Ou retourner au buffet, au choix. Des améliorations ont également été ajoutées sur le mode Carrière, avec notamment le réseau de recrutement qui a été entièrement repensé, pour plus de réalisme. Il faut dire que FIFA fête cette année ses 20 ans, et qu’il fallait bien marquer le coup avec des améliorations dignes de ce nom, que ce soit dans le comportement des joueurs ou dans la physique du ballon.


Bref, trois matchs ont suffi pour donner envie d’en refaire trois autres. Puis dix autres. Puis cent. Au 8 mars 2013, 2 milliards de parties de FIFA 13 avaient été effectuées en ligne. Pas de doute, il y en aura toujours autant sur ce nouvel opus. Voire plus. Il sort quand, déjà ?

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 20
Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom