1. //
  2. //
  3. // 34e journée
  4. // Bourg-Peronnas/Boulogne (2-0)

On était à la montée en L2 de Bourg-Péronnas

Le FC Bourg-Peronnas jouera en Ligue 2 la saison prochaine. Historique pour ce club de l'Ain habitué aux exploits en Coupe de France. Avant de plonger dans des démarches administratives pour valider cette montée, c'est toute une ville qui a fêté ses joueurs.

Modififié
138 8
Des scènes de joie. Des larmes. Un public qui longtemps après le match squattera la pelouse du stade municipal de Peronnas. Historique, comme la banderole déployée par les supporters après le second but inscrit par Lamine Diompy. Une frappe dans les arrêts de jeu qui valide définitivement la victoire contre l'US Boulogne (2-0). Les 3600 spectateurs peuvent alors scander qu'ils sont en Ligue 2. Il est 22 heures et la plus belle page du FC Bourg-Peronnas vient de s'écrire.

Le club avait décidé de faire de cette rencontre un événement : ouverture des portes à 18h30, animations pour les enfants, opération grand déballage à la boutique du club « Tout à 5 euros » , un espace ambiance boîte de nuit, des frites et saucisses plus que d'accoutumée, des jeunes filles danseuses au milieu du terrain. À voir la présence inhabituelle des médias, le rêve était bien en route. Parce que si tout le monde dans la plaine de l'Ain voulait croire au monde professionnel, la prudence était sur toutes les lèvres avant cette ultime journée de championnat. « Il faut d'abord gagner ce match après, le stade, le budget, on verra » , pouvait-on entendre dans le public.

Foi de bénévoles


Embouteillages dans les petites rues pavillonnaires qui entourent le stade. Plus une place à vendre. La tribune principale quasiment remplie à une heure du coup d'envoi, le décor est planté. Le foot à Bourg, c'est un peu comme si ton club préféré de district avait gardé la tradition des bénévoles qui tiennent la baraque. Ils sont aux guichets, veillent à l'accès de la tribune principale, sont bien sûr derrière les buvettes, avec des sourires, un amour simple pour leur club.

Malgré un stade archicomble, le public est derrière les siens tout en retenue. Il y a bien les ultras qui tentent de chauffer les Bressans. Sans doute dépendants de l'évolution du match, les spectateurs ne se lâcheront que dans les ultimes secondes, une fois le pari gagné. Pourtant, la première période est largement en faveur du FC Bourg-Peronnas. Dès les premières minutes, Berthomier oblige le portier boulonnais Framery à sortir les gants sur un coup franc bien senti. Aux avant-postes, Sané et Ba sont en jambes et donnent le tournis à la défense des joueurs de Le Mignan. Et juste avant la pause, Alphonse reste à terre plusieurs secondes après avoir échoué lors d'un face-à-face avec le gardien. Berthomier lui emboîte le pas dans la foulée. Le FC Bourg vient de laisser passer deux belles occasions de se mettre à l'abri juste avant la mi-temps.

Un photographe entre sur le terrain


Les minutes s'égrènent. La tension monte d'un cran. Les joueurs d'Hervé Della Maggiore sont bien au rendez-vous, dominentn mais pas plus. Sané, enthousiaste de bonne volonté, ne trouve pas la faille. Alors, c'est le défenseur Ogier qui, dans la surface, pousse en extension du bout de la chaussure le ballon au fond des filets (1-0, 57e). Ça y est, le stade peut enfin exploser. Encore quelques minutes, des Boulonnais qui jouent leur match sans faire de zèle, les photographes qui se rapprochent du banc de touche de Bourg, le dénouement n'est plus très loin. C'est à ce moment, dans le temps additionnel, que Diompy frappe pour libérer la joie de tout un club et son public. Un photographe supporter entre alors sur le terrain pour immortaliser au plus près la scène de joie des joueurs. Les Boulonnais regardent, incrédules.

À l'issue du match, Hervé Della Maggiore se montre particulièrement ému. « On va savourer et faire la fête avant de partir en vacances et préparer la saison prochaine. Sur ce dernier match, les joueurs étaient plutôt crispés, alors que toute la semaine, l'ambiance était détendue. Mais là, ça va mieux, la pression est retombée. » Plutôt du genre réservé, simple, le coach serre des mains, souvent de gens qu'il appelle par leur nom. Il fait des bises, remercie, presque gêné. Au cœur de cette foule bigarrée qui s'est réunie sur la pelouse, tout le monde veut profiter de cette joie unique. Hervé, conseiller municipal à Peronnas, est lui aussi ravi, même si la Ligue 2 signifie déménagement des matchs à domicile : « On fera jouer la réserve ici. Cette saison, elle était à deux doigts de monter en CFA2. » Il y a aussi Sidney Govou qui, même bien caché, allonge des photos. Raymond Domenech a fait son job de commentateur. Le FC Bourg-Péronnas va changer de monde, et déjà de nom en devenant le FC Bourg-en-Bresse Péronnas 01. Pas facile à chanter. Un projet participatif d'aide au financement a également été lancé en vue des travaux d'homologation du stade de rugby Marcel-Verchère. Mais dans l'immédiat, c'est d'abord une soif d'ivresse qui domine.

Par Cédric Perrier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Bravo a eux , ils l'ont mériter !
Mais triste pour le Racing club de Strasbourg et son formidable public , le plus fidèle de France dans les moments dures , L2-L1 , compris .

J'ai vu le match de Bourg a la tv , je suppose que leurs montées était pas programmés , et qu'ils ont carburer a un rythme élevé toute la saison !
Cependant on peut s'empecher de voir le gouffre entre le National et la L2 , niveau infrastructure , le fantome Luzenac leurs plane au dessus de la tete avec leurs stades champetres , sans parler du budget global pour la saison L2 !

A l'instar de Hoffenheim , plus petit club pro au monde par rapport a la taille du village , les Allemands ont construit un nouveau stade de 30 000 places par la suite !

Et en y regardant de près , les clubs outre -rhin commence déja a se structurer en Bundesliga 3 , avec des stades digne de la L1 Française , meme si ensuite l'économie a l'Allemande est pas comparable a la France .
gwynplaine76 Niveau : CFA2
Oui enfin, quand tu as la 7è fortune du pays comme proprio, c'est plus facile de construire ton stade de 30 000 places.
Tu parles du gouffre entre L2/National, mais que penser de celui entre L1/L2 quand tu montes dès ta première année en L2 comme l'a fait le Gazelec?
A la limite, j'ai plus peur pour le Gazelec en L1 que pour Peronnas en L2, c'est ça que je veux dire.
Les trois qui montent l'ont amplement mérité, le Racing n'a jamais été dans les trois premiers, sauf épisodiquement lors des premières journées. Bourg, Paris FC et Red Star ont trustés ces places tout au long de l'année, donc c'est justice.

N'oublions pas non plus que le Racing n'avait rien à faire en national, étant relégué sportivement et ne devant sa place au troisième échelon qu'a des manœuvres opaques de son président.

Il aurait été injuste qu'il prenne la place d'une équipe plus méritante. Quand on arrive pas a tenir un 2-0 à la 85eme à Épinal, dernier avec deux victoires dans la saison, il ne faut pas s'étonner de se retrouver à la place du pigeon en fin de saison ;) Bien fait!
federicoloco Niveau : District
Juste pour dire: Bourg est en Bresse. La plaine de l'Ain c'est là où les vilains construisent leur vilains land.
ALLEZ LES VERTS !!!
Et bravo a Bourg et Della Maggiore.
Message posté par Bavarjoie


N'oublions pas non plus que le Racing n'avait rien à faire en national, étant relégué sportivement et ne devant sa place au troisième échelon qu'a des manœuvres opaques de son président.


Pardon?
J"y étais, l'ambiance au stade était nulle par contre mais bon ça nous a pas empeché de feter ça jusqu'a 7h du matin.
Arsène's Way Niveau : DHR
Message posté par Bavarjoie
Les trois qui montent l'ont amplement mérité, le Racing n'a jamais été dans les trois premiers, sauf épisodiquement lors des premières journées. Bourg, Paris FC et Red Star ont trustés ces places tout au long de l'année, donc c'est justice.

N'oublions pas non plus que le Racing n'avait rien à faire en national, étant relégué sportivement et ne devant sa place au troisième échelon qu'a des manœuvres opaques de son président.

Il aurait été injuste qu'il prenne la place d'une équipe plus méritante. Quand on arrive pas a tenir un 2-0 à la 85eme à Épinal, dernier avec deux victoires dans la saison, il ne faut pas s'étonner de se retrouver à la place du pigeon en fin de saison ;) Bien fait!


1 - Ce qui compte, ce sont les 3 derniers à la fin. C'est à ça que se définit le mérite, pas d'y avoir été 20 journées. Ca parait logique. Félicitations aux trois concernés.

2 - Le Racing n'avait rien à faire en National ? Bourg Péronnas non plus alors? Ils ont été repêchés 1 an avant le Racing, donc soit tu nous gratifies d'une mauvaise foi et d'un fiel peu communs, soit c'est de la méconnaissance de ton sujet.

3 - Le dernier paragraphe fait pitié, le mérite ne se définissant pas selon tes critères.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
138 8