On était à « la grande annonce » de Zlatan

Grand refrain de ce début d'été, le « mais où ira Zlatan ? » aurait pu connaître son dénouement mardi. C'est du moins ce que l'intéressé avait sous-entendu, en prévenant qu'il ferait « une grande annonce » ce jour-là. La présentation d'une nouvelle tunique ? Oui, mais pas celle d'un club de football. Plutôt celles qu'il confectionne désormais avec la marque de vêtements qu'il vient de lancer.

Modififié
94 22
Comme à son habitude, Zlatan avait fait dans le teasing agressif. Un ronflant « Je ferai une grande annonce le 7 juin. Ce sera la bombe de l'été ! » lancé à la presse suédoise après la victoire face au pays de Galles. De quoi réveiller la partie reptilienne du cerveau des journalistes, uniquement animés par la question du transfert d'Ibra. Enfin, on allait savoir. Allait-il tuer le suspense autour de Manchester United ? Dire oui à la géniale proposition de ce club de D4 allemande qui voulait le nommer roi ? Faire un bras d'honneur à la décence en allant toucher 75 millions en Chine ? L'invitation officielle à la « bombe de l'été » fit donc office de douche froide : le Z invitait simplement au lancement de sa marque de vêtements ce mardi, dans un entrepôt désaffecté de La Poste transformé en salle de réception à deux pas de la gare Saint-Lazare à Paris. Le Suédois avait pourtant démarré son 7 juin en forme olympique, par une interview démentielle au Monde où il jetait tous ses fonds de tiroir, toutes les sottises qu'il n'avait pas pu caser jusqu'à maintenant sur la France, l'argent, lui-même et le président Hollande. Mais il préférait terminer sa journée en parlant de tricot, en dévoilant au monde entier les bijoux de sa toute nouvelle marque, baptisée A-Z.

Zlatan > Catherine Laborde


En pénétrant dans la grande salle, l'ambiance sent très fort la fashion week. Au diable les pupitres, les tables, les apparats des conférences de presse sportives. Au milieu de nombreux écrans, un décor branché jouant sur le noir et le blanc à grand renfort de lumières aveuglantes, et une estrade, totalement vide, comme lors d'un défilé. Qu'est-ce que Zlatan allait bien pouvoir faire là-dessus ? Une présentation debout, micro à la main, à la Steve Jobs ? Jouer au mannequin en se pavanant avec ses nouveaux habits ? Assise face à cette scène, une foule d'environ 400 personnes patiente, et le dit dans toutes les langues du monde. Anglais, Suédois, Hollandais, journalistes, blogueurs mode stylés, tatoués et barbus, bimbos apprêtées comme lors d'une soirée à Cannes, tout le monde est de la partie, et même une délégation de fans de Zlatan sélectionnés sur Instagram. Un peu plus loin, près du podium, Papus Camara est venu en ami et attend, lui aussi, patiemment. Alors, pour satisfaire cette ONU de la mode, la cérémonie aura lieu en anglais, comme l'annonce d'emblée une présentatrice blonde avant de lancer les hostilités par une première vanne : « Après des semaines de pluie, Zlatan contrôle la météo pour nous. Qu'est-ce que Zlatan ne peut pas faire ? » Fière de sa trouvaille, madame continue de lire son discours sur son iPad en expliquant que l'événement est retransmis en direct sur Facebook, et qu'un spectacle d'introduction nous est offert. Silence, lumières éteintes, un mannequin en tenue de sport pénètre sur la scène, nous fixe méchamment, bientôt rejoint par une dizaine d'autres qui se mettent à danser de façon saccadée sur une musique au rythme épileptique. Une espèce de spectacle de fin d'année scolaire de trois minutes, conclu en apothéose par l'arrivée du néo-couturier, Zlatan en personne.


De la sueur et des poèmes


Zlatan peut enfin s'asseoir face à la speakerine et lancer la machine. Sans peser ses mots, Ibra parle d'un « historical day » , et lance la bande-annonce de A-Z, un clip en noir et blanc mêlant scènes d'entraînement à la Rocky, et leçons de vie définitives n'appelant pas au débat prononcées par Zlatan, « Abandonner n'est jamais une option » , « Ne montre jamais de faiblesse » , etc. Fin du film , une standing ovation, et la séance de questions-réponses peut débuter. Toujours aussi inspirée, la maîtresse de cérémonie flatte le Suédois sur « sa voix profonde et sexy » , puis embraye sur des questions convenues sur la marque, son esprit, ses valeurs. En face, le Z est en mode one man show et joue son rôle d'Ibra à 200%. Que veut dire A-Z ? « From Amateur to Zlatan » . Soit. Le logo est or, « ma couleur préférée » , forcément. L'ex-Parisien joue aussi sur notre sensibilité, en enfilant son costume du gamin de Rosengård, qui a réalisé ses rêves à la force de la cheville. « C'est une marque pour le peuple, car je suis l'homme du peuple » , jure-t-il, en ajoutant que sa marque ne promet à personne de devenir meilleur, mais qu'elle nous y aidera si on est prêts à travailler assez pour le devenir. Un précepte inscrit jusque dans le col des T-shirts de la marque, où ce message est gravé : « Peu importe à quel point ce vêtement respire bien, ce qui compte est avec quelle force tu respires dedans. » Une marque réservée aux vainqueurs, assurément. La discussion se poursuit et le micro est trimbalé dans le public pour des questions, entrecoupées de celles arrivant sur la tablette de Dame blonde via les réseaux sociaux. Un coup, c'est un Hollandais qui prend le mic pour annoncer qu'il a écrit un poème à Zlatan et le lui réciter. Un autre, c'est un internaute du bout du monde qui lui demande le secret de sa réussite. Ok, la promo est bien calibrée. Mais le football, dans tout ça ?

Le mystère restera entier


Car avant d'être un marchand d'étoffes, Zlatan est un footballeur qui va s'envoler pour on se sait où. Première tentative d'approche avec une question mêlant foot, mode et Beckham. Hilare, le géant se lève et montre triomphalement qu'il porte un caleçon A-Z, tonne « On fait aussi des sous-vêtements ! » , avant de se rasseoir sous des applaudissements sans doute bien mérités. Mais les organisateurs ont beau jouer les passe-plats, mettre l'accent sur les questions de fans ou donner le micro à un enfant même pas touchant qui demande à Zlatan de revenir au PSG, Ibra n'échappe pas à la question sur son avenir sportif. Un murmure de désapprobation parcourt la salle, comme si cela était inappropriée. Pas de surprise du côté de la réponse, un « My future is A-Z » salué par de nouveaux applaudissements. Puis Ibra recycle la vanne de la pluie - « Depuis que je suis parti il pleut, aujourd'hui je reviens et il fait beau » - et lâche des « Je ne ferai aucune confirmation. Je veux que vous continuiez à écrire des histoires sur Zlatan. Quand j’en aurai assez, je dirai où je vais. Il arrive un moment où vous sentez qu’il n’y a rien à faire de plus. Vous avez eu votre chance pendant quatre ans, maintenant vous devez trouver un nouveau Zlatan » . Nous n'en saurons pas plus, l'exercice se termine 30 minutes après avoir commencé, et Ibra quitte la scène. La foule prend d'assaut Camara, et le buffet où sont servis sushis végétariens et limonades bio issues du commerce équitable, soutenant « de petits agriculteurs et des initiatives agricoles durables » . Sur les côtés, les mannequins sont revenus et miment de s'échauffer, enchaînant étirements et pompes, infatigables. From A to Z, ces gens-là sont sans doute vers W, presque des Zlatan. À peine le temps de prendre quelques lampées qu'Ibra revient, se postant devant un mur A-Z pour prendre des photos. La file d'attente fait 25 mètres. Car Zlatan a beau avoir fait revenir le soleil, ses fans préféreront toujours attendre 30 min dans un hangar sombre pour prendre un selfie avec lui.

Par Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

cedoukeita Niveau : DHR
"Silence, lumières éteintes, un mannequin en tenue de sport pénètre sur la scène, nous fixe méchamment"
Monsieur Dame Niveau : DHR
On a trouvé le nouveau Raël
 //  12:52  //  Supporter des Pays-Bas
Comme en CL, Ibra se dégonfle au moment clé.
Thérèse je te retourne Niveau : CFA2
Pas eu le courage de lire l'article jusqu'au bout.
So foot supplément sport du magazine Vogue
didier gomis Niveau : CFA
Note : 1
cet article c'est comme manger un sandwich sec avec du blanc de poulet sec de chez sec, sans crudité ni mayonnaise. Juste la sécheresse et le bourratif du pain avec la sécheresse et le bourratif du blanc de poulet.

un calvaire !

Décidemment, il part au bon moment le Z. Il sortira par la petite porte à l'Euro comme d'hab et ira semer son sperme stérile dans un autre championnat.
lexterdudroitdecolleter Niveau : District
liptonic
Message posté par Thérèse je te retourne
Pas eu le courage de lire l'article jusqu'au bout.


Idem, incapable de finir l'article. C'est trop, au bout d'un moment. Ça fait des années que ça a cessé d'être drôle - ça fait des mois que ça a cessé d'être supportable.
-"Alors cet article sur le nouveau club de Zlatan?"
-"Oui mais en fait c'était pour lancer sa marque, il n'a pas..."
-"Rien à carrer"
Note : 1
Parce que les mecs croyaient vraiment qu'ils allaient assister à une conf' de presse pour du sportif ? Soit ils sont vraiment naifs, soit ils sont terriblement malhonnete...
 //  14:40  //  Passionné de l'Ukraine
Je me suis arrêté à « C'est une marque pour le peuple, car je suis l'homme du peuple ».
En lisant cette phrase je me suis imaginé l'affiche publicitaire avec le Z entouré d'enfants en costume traditionnel suédois siglé "A to Z", avec le Z et son catogan et également une petite moustache fournie et un peu broussailleuse et comme slogan :
"From A to Z, Zlatan le petit père des peuples"...

Ne me cherchez plus je suis parti..
Message posté par Thérèse je te retourne
Pas eu le courage de lire l'article jusqu'au bout.


Pareil.
Message posté par garagnas
Je me suis arrêté à « C'est une marque pour le peuple, car je suis l'homme du peuple ».
En lisant cette phrase je me suis imaginé l'affiche publicitaire avec le Z entouré d'enfants en costume traditionnel suédois siglé "A to Z", avec le Z et son catogan et également une petite moustache fournie et un peu broussailleuse et comme slogan :
"From A to Z, Zlatan le petit père des peuples"...

Ne me cherchez plus je suis parti..


Ben nan, reste.
Parce qu'effectivement cette phrase pue tellement la démagogie début 20ème siècle que la référence à grosse moustache vient vite en tête.

Pour pouvoir déclamer un truc comme ça de nos jours, faut être soit un dictateur africain, soit un général philippin, soit... un footballeur qui fait la p*te pour vendre des bas de joggings...
TheGoatKeeper Niveau : National
 //  15:42  //  Amoureux de Lyon
Cest bon, est ce que maintenant les mecs qui se prosternent a longueur de champs vont enfin comprendre que le mec est absolument imbuvable, quoi quon pense de son niveau sportif?

Ou alors va falloir une sortie a la Canto dans 20 ans pr enfin voir les fans comprendre?
Note : -3
Triste cette façon de présenter un tel évènement avec une ironie aussi appuyée.

Il s'agissait d'un évènement agréable et plutôt bien organisé qui célébrait la concrétisation d'un projet important pour Zlatan.
Personnellement je ne vois rien de ridicule ou de surfait, il y a eu un petit show, la présentatrice a été agréable, a eu son trait d'humour, Zlatan a fait du Zlatan, et les gens qui apprécient Zlatan se sont régalés, c'était un évènement sympa tout simplement.

C'est vraiment dommage de verrouiller Zlatan dans une image critiquée, il est largement au dessus de çà.
Monsieur Dame Niveau : DHR
"C'est vraiment dommage de verrouiller Zlatan dans une image critiquée, il est largement au dessus de çà. "

La première partie de ta phrase est compréhensible en soi, mais c'est formulé affreusement.

Il n'est pas au-dessus de ça, son agressivité débridée montre précisément que quoi qu'il en dise, il ne supporte pas d'être critiqué. Que la critique soit injuste, et encore davantage lorsqu'elle est juste.
Pas lu l'article, mais je vois qu'il est bien plus long que la plupart de ceux qui traitent de football.
Message posté par Monsieur Dame
"C'est vraiment dommage de verrouiller Zlatan dans une image critiquée, il est largement au dessus de çà. "

La première partie de ta phrase est compréhensible en soi, mais c'est formulé affreusement.

Il n'est pas au-dessus de ça, son agressivité débridée montre précisément que quoi qu'il en dise, il ne supporte pas d'être critiqué. Que la critique soit injuste, et encore davantage lorsqu'elle est juste.


Effectivement j'aurais pu formuler de façon différente.

Mais mon opinion reste inchangée, il y a pour moi une vague d'hostilité le concernant qui dépasse le raisonnable.
C'est pour moi disproportionné, qu'on ne l'apprécie pas est une chose, qu'on le pourrisse à partir de tout et n'importe quoi en est une autre.

Là il a présenté sa marque, parlé de ce qu'il souhaitait mettre en avant, a répondu à certaines questions hors thème... a fait plaisir à l'assistance avec quelques petites pâtisseries verbales. Tout simplement!

Pourquoi ne pas présenter ça de façon neutre? J'ai bien compris le trait d'humour "Zlatan s'est fait plaisir, se l'est longuement raconté au cours du lancement de sa marque, etc"... mais au final quand on sait que çà va juste servir à régaler ceux qui aiment à le détester.... c'est dommage.
Monsieur Dame Niveau : DHR
Je comprends ton point de vue, et si tu aimes Zlatan ainsi tu en as bien sûr le droit.

Je pense très simplement qu'il donne le bâton pour se faire battre. Avec son égotrip digne d'un rappeur de 12 ans, on ne peut vraiment pas s'attendre à ce que tout le monde applaudisse, ou même ne soit pas exaspéré.

Pour toi il présente sa marque dans une atmosphère bon enfant. Pour d'autres il est archi perché. Ne t'étonne pas plus que ça, les deux opinions se tiennent.
NGolo Quantique Niveau : District
c bon le lobby parisiano-djihadiste vous pouvez redevenir heteros il vous as quitté zlatan
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
94 22