1. // Amical
  2. // Italie/Uruguay (0-1)

On était à l’Olimpico

C’était un match amical pour les 150 ans de l’Unité italienne. Le matin, la Nazionale avait rendu visite au Président de la République. Ca, plus le football pratiqué par l'Italie de Prandelli, on s'est dit que ça valait peut-être le coup de se prendre un billet en virage.

Modififié
3 9
Dans les coursives, avant de rentrer en tribune, des affiches célébrant l’unité italienne sont distribuées aux spectateurs, «  pour la chorégraphie d’avant le coup-d’envoi » . Chouette, le rendu peut être sympa. La vérité, c’est que les virages sont à moitié vides, et que presque tout le monde se sert du bout de carton pour s’asseoir dessus. Les sièges de la Curva Nord de l’Olimpico ne sont pas très propres, surtout pour ce père de famille, qui explique avec pédagogie la chose à son fils d’à peine 10 ans : « C’est important de se protéger de la crasse de ces sièges, d’habitude dans ce virage, il y a les supporters de la Lazio, et ils sont dégoûtants » . Leçon retenue par le fiston.

De Rossi et Pirlo, les esthètes

Lorsque la Nazionale rentre sur le terrain pour s’échauffer, l’ambiance se réchauffe un petit peu. Les joueurs s’échauffent devant le virage Nord. Un bon moyen de voir les chouchous. Sans surprise, Gigi Buffon l’emporte à l’applaudimètre. Il faut dire que le capitaine sait y faire : dès que qu’un spectateur l’interpelle, il se retourne pour saluer entre deux parades. Plus qu’un footballeur, les gestes de Buffon sont ceux d’un ambassadeur à qui l’unité de son pays tient fortement à cœur. Hélas, pour l’unité, on repassera. Il y a ceux qui insultent Osvaldo parce qu’il joue à la Roma, ceux qui l’encouragent parce qu’il joue à la Roma, et ceux qui l’insultent parce qu’il est Oriundo. Il y a ceux qui insultent Balotelli parce qu’il a joué à l’Inter, ceux qui l'ovationnent parce qu'il est bon, et ceux qui font des cris de singe parce qu’il est noir. Il y a ceux qui sifflent De Rossi parce qu’il est à la Roma, ceux qui l’ovationnent parce qu’il est à la Roma, et celles qui l’ovationnent parce que oui, Daniele De Rossi est beau. Au milieu de tout ça, Andrea Pirlo trottine comme un prince, avec une classe au-dessus des autres.

La composition des joueurs de l’Uruguay (prononcer « Ourougouaille » en roulant les ‘r’, en vo), est un joli concert de sifflet. Seul Muslera récolte quelques applaudissements des Laziali, tout juste perceptibles parmi les insultes des supporters de la Roma. Ah : rare moment d’unité, l’évocation de Cavani. Bronca générale. Car, avant d’être Urugayen, Cavani est un Napolitain, un ennemi commun. « Un sale Napolitain  » , croit bon de préciser le père de famille. Le coup d’envoi est donné après les hymnes (celui de l’Ourougouaille étant sifflé comme il se doit), à peine le temps de finir les panini à la salsiccia ou à la porchetta que déjà les visiteurs ouvrent le score. C’est le moment que choisissent les supporters pour lancer le premier « Italia Italia Italia » , qui ne durera que quelques minutes.

« Merda ! stronzo stronzo stronzo »

Pas grand chose pour se réchauffer, à part les rares coups d’éclat de Balotelli et les invectives de Gigi l’Ambassadeur à ses défenseurs. Pendant la mi-temps, le speaker lance un Popopopopopo sur l’air de Seven Nation Army. Depuis que la Nazionale s’est cousue une quatrième étoile sur la tunique, la chanson fait figure de deuxième hymne. La deuxième mi-temps sera tout aussi terne. Le père de famille, décidément enclin à la transmission, expliquera à son mioche que l’Uruguay, « comme Naples, c’est dégueulasse » , tandis que l’expulsion de Pereira représentera la seule occasion de vibrer réellement pour le public. L’arbitre en prendra aussi pour son grade, les dégagements de Muslera seront accompagnés de la version italienne du « oh hisse enculé  » , à savoir « merda ! stronzo stronzo stronzo » , soit « Merde, connard (ou con), connard, connard » , pour un rendu des plus appréciables, et la sortie d’Osvaldo sera l’occasion d’un beau déchainement de haine.

Fin du match, Gigi salue à peu près tout le monde, les Italiens redeviennent Laziali ou Romanistes et s’attribuent réciproquement la défaite. Le père de famille, lui, a compris : « au milieu de terrain, il manquait Francesco Totti » .



Par Lucas Duvernet-Coppola, à Rome
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ben oui, en Italie, c'est comme partout ailleurs. Aller au stade c'est côtoyer plein de beaufs.

Alors soit on se concentre sur le jeu (encore faut-il que le match le permette) soit on étudie avec un léger dégoût tout ce cheptel humain.

Ou alors, on regarde de son canapé, peinard.

Pas vu le match, mais d'après les échos, l'Italie n'a pas si mal joué que ça. Seulement, en face, il y avait l'Italie d'Amérique du sud. L'Uruguay c'est du béton. A 1-0 en sa faveur, difficile de le bouger.
Super article, très bonne description du public romain de la Nazionale, et en plus c'est drôle. Grazie
Bon article. Y étant aussi allé, la description de l'ambiance est fidèle à la réalité. Mention spéciale cela dit aux Italiens qui, même pour un amical, ne se font pas prier pour se rouler par terre de douleur fictive, assez insupportable à voir.
Pardon mais qui ce serais rouler par terre en fait? l'Uruguay a fait des fautes tout le match, a marqué sur sa seule occasion et a très rarement eut le ballon. Maintenant le football c'est pas au mérite donc bravo à eux on a visiblement pas assez cadré, j'espère que Prandelli a compris que Osvaldo titulaire c'est une arnaque. Même quand l'Italie jour au ballon on retrouve que des commentaire sarcastique, mais on se retrouve à l'Euro seul le terrain roi les enfants.
Merci à l'Uruguay d'avoir joué le match franco, c'était un excellent test et j'avoue que par moments j'ai vu la Nazionale jouer son meilleur football depuis des lustres (on va dire un peu plus de 5 ans). Merci du matraquage systématique sur Balotelli, ça a permis de soumettre SuperMario a un vrai test de stress et son mental a tenu le choc.
Du coup on peut relativiser la perte de Rossi et Cassano.
Oui l'Uruguay a fait des fautes c'est vrai. Mais il y eu beaucoup d'exagération des Azzurri qui restaient par terre des heures pour des 'poussettes' qui faisaient vraiment partie du jeu. L'Italie a joué au ballon et a plutôt tenu le match, c'est vrai. Mais ça n'empêche pas que d'être excessif dans la comédie en espérant tirer avantage de toutes les décisions arbitrales, ça se remarque, et ça leur enlève beaucoup de mérite à la fin du match, même s'ils ont bien joué.
mmmm leSmoox, nous n'avons vraiment pas vu le même match. J'ai trouvé les Uruguayens justement très agaçants parce que toujours en train de réclamer ou en rajouter. A l'inverse, j'ai vu des Pirlo ou Balzaretti prendre des taquets ou semelle sans même lâcher un mot. Mis à part ce léger point, les Uruguayens ont une très bonne condition physique! Pressing intéressant parfois pas très coordonné mais présent tout au long du match. Costauds derrière, Cavani toujours aussi incisif même s'il n'a pas été très dangereux dans ce match, on sent qu'à n'importe quel moment il peut trouver la solution. Tout ça sans Forlan et Suarez...

Côté Italie, Pirlo toujours classe (un peu nonchalant avec ses nombreuses louches ou balles par dessus la défense), dans un milieu vraiment intéressant avec Marchisio et De Rossi. C'est mobile, technique et ça a une très bonne qualité de passe. Les côtés ont pas mal fonctionné aussi. N'ayant pas d'ailiers très performants, l'Italie a besoin de latéraux qui montent comme l'ont fait Balzaretti et Maggio. Seul point noir: l'attaque. Qui mettre en pointe face à une défense solide?
Je confirme les propos d'alanders au sujet des déclarations de leSmoox. T'as pas dû regarder le même match que nous...
Alanders e Diavolo...non en effet on a pas vu le même match, en tout cas pas de la même manière.
Le fait de reprocher aux Italiens d'en rajouter quelques peu est comme reprocher à Malouda ses passes en arrière, c'est juste un classique.
Les Italiens ont plutôt bien joué et ont cherché à proposer du jeu, ce qui est tout à leur honneur malgré la défaite injuste. Je répète que de soulever un point négatif ne veut pas dire leur enlever le mérite sur d'autres aspects.
Mais l'un n'empêche pas l'autre. Ils refusent trop souvent (à mon goût) le défi physique qui fait pourtant partie du foot, ne continueront quasiment jamais une action si ils sont un minimum déséquilibrés, poussés ou gênés, à part les quelques De Rossi ou Chiellini, les autres jouent tous le même jeu, avec la même mentalité (Balotelli en chef de file, malgré ses 1m90 & 100Kg).
Certes c'est fourbe, puisqu'en général l'arbitre se range du côté des victimes.

Mais c'est juste agaçant car ce n'est pas nécessaire.

Après, inutile de débattre des heures, chacun son point de vue. L'impression que quelqu'un se fait d'un match de foot ne tient pas de la démonstration mathématique irréfutable...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
3 9