On était à l'entrainement du Honduras

Alors oui, on aurait pu aller voir le Brésil et Kaka, ou alors choisir Maradona et l'Argentine, on aurait même pu admirer les dribbles de Cristiano Ronaldo et des Portugais. Trop commun, trop facile. La vraie question étant, à quoi ça ressemble l'entrainement d'une équipe qui n'est là que pour le premier tour ? Bah à ça...

Modififié
0 1
Fait gris. Fait froid. Arrivée hier, la sélection du Honduras peut en témoigner, l'hiver est bien là. Pour l'accueillir, pas moins de cinquante journalistes, tous ou presque latino-américains, tous ou presque honduriens. L'équipe s'entraine sur le terrain du FC Randburg et c'est en bus qu'elle fait son apparition ; sur le bus on peut lire “un pais, una passion, 5 estrellas en el corazon”, exotique en espagnol, navrant en VF “un pays, une passion, 5 étoiles dans le cœur”, oui, rien ne va ensemble et surtout ça ne veut rien dire. Pour encadrer tout ce beau monde, le Honduras a ramené ses propres forces de l'ordre, des types lookés façon Poncherello dans Chips, la moustache soignée comme il faut.

Là où toutes les grandes nations n'offrent que 15 minutes de leur entrainement aux médias, la sélection hondurienne régale toute la séance. Petits exercices avec le ballon, toros, travail de courses, au vrai, les joueurs sont surtout là pour retrouver leurs sensations après un voyage éprouvant. Au milieu du terrain, directif comme un chef d'orchestre, Reinaldo Rueda, le coach des “Catrachos” (surnom des joueurs honduriens), mais ici, tout le monde l'appelle “El Doctor”. Colombien, il a été naturalisé hondurien en remerciement de la qualification à la coupe du monde et affiche des statistiques franchement pas dégeu : 50 matchs, 31 victoires, 4 nuls, 15 défaites, 64% de victoires. Quand on sait que l'ennemi juré du Honduras, c'est le Costa Rica, et qu'on a vu jouer les Ticos contre la France, on se dit que cette sélection a peut être un coup à faire : « Non... On est dans un groupe très difficile (avec la Suisse, le Chili et surtout l'Espagne), on a peu de chances » explique le docteur avant d'ajouter : « Vous savez, le pays a été très secoué politiquement dernièrement, alors si cette coupe du monde peut unir notre peuple, ce sera notre victoire » .

Effectivement, comme la Corée du Nord, le Honduras est le deuxième pays présent en Afrique du Sud non reconnu par l'ONU. Un coup d'Etat, plus ou moins démocratique, a divisé le pays il y a de ça six mois et le gouvernement en place n'est pour le moment pas légitime aux yeux du reste du monde. Le Honduras possède avec la Corée du Nord, un autre point commun : celui d'être sponsorisé par un équipementier obscur, Joma en l'occurrence, ce qui n'a pas l'air de gêner la star de l'équipe, Wilson “El Mago” (le magicien) Palacios, chaussures Joma aux pieds personnalisées : on y lit d'ailleurs un énigmatique “Josafat 2”...

Questionné sur la possibilité pour son pays de rééditer l'exploit de 1982 (match nul contre l'Espagne), le joueur de Tottenham tempère tout de suite : « Cette génération là est entrée dans l'histoire, nous on n'a encore rien fait, on prend les matchs les uns après les autres, pour tout vous dire, on sait même pas comment joue la Suisse. On ne pense qu'au Chili » . De l'Afrique du Sud, les Honduriens ne savaient pas grand chose. Palacios confirme : « Franchement, on ne pensait pas que le pays serait prêt à accueillir la coupe du monde, maintenant qu'on est là, on est un peu plus rassurés » . Le Docteur et ses hommes ont trois matchs devant eux pour éviter de sombrer trop tôt et de donner trop de résonance au nom de leur pays... Honduras, ça veut dire “profondeurs” en espagnol.

Par AG et JPS, à Johannesbourg

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Commentaire un peu tardif, mais cet artcile mérite quelques précisions, voire corrections.

Le Honduras est un pays reconnu par l'ONU. Ce qui ne l'est pas en revanche, c'est son gouvernement. Nuance importante.

Un coup d'Etat ne peut pas etre "plus ou moins démocratique", par essence!
Dans le cas du Honduras, s'il n'y a pas de bain de sang, il y a bien eu expulsion du Présidant manu militari, au sens propre de l'expression et confiscation du pouvoir sans election. Mais peut-etre que démocratie signifie l'absence de sang...?

Pour finir, Joma n'est pas un équipementier "obscur"! C'est l'équipementier numéro 1 en futsal (futbol salón). On peu retrouver leur chaussures jusqu'à chez Décathlon. Mais Décathlon est peut-etre un magasin obscur...?

Ceci dit, la chute de l'article est plutot bonne.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 1