1. //
  2. // Documentaire
  3. // Infiltré

On était à l’avant-première du documentaire « Coach »

Vous rêviez d’un documentaire où Carlo Ancelotti et Philippe Lucas donnent leurs recettes secrètes d’entraîneur ? Manuel Herrero l’a fait. On était à l'avant-première de Coach, à l'INSEP, pour 90 minutes de leçons techniques et tactiques de 7 coachs différents.

Modififié
455 4
Il est 19h25. 5 minutes avant l’heure de rendez-vous. La queue se forme à l’entrée de la plus grande institution sportive de France, où s’introduire sans avoir son nom sur la liste prédéfinie par la sécurité relève du miracle. Mais visiblement, même quand on a son blase inscrit en gros sur la porte, le coupe-file n’existe pas. Manuel Herrero, visiblement un peu à la bourre, essaie tant bien que mal de convaincre la sécurité qu’un « film que j’ai (Manuel Herrero, ndlr) réalisé allait passer à l’amphithéâtre dans pas très longtemps » . Après quelques minutes de réflexion, carte d’identité de la star de la soirée en main, le garde de l’INSEP lui ouvre la porte, avec SoFoot quelques secondes après lui.


Avec une petite foulée, le fils de Daniel Herrero, légende du rugby français, cherche tant bien que mal l’entrée du « Bâtiment C » , où son documentaire sera projeté dans les minutes qui viennent. L’amphithéâtre de l’Institut national du sport n’attend que lui, où journalistes et futurs sportifs de haut niveau se mêlent entre eux dans le public. Pendant que certains cherchent les meilleures places, ni trop près, ni trop loin, Manuel Herrero s’entretient quelques instants avec Gilles Durand, directeur adjoint de la com’ de l’INSEP, avant d’arriver sur l’estrade sous les applaudissements, micro à la main.

Entre punchlines, retardataires et tongs


Après un petit speech de 3-4 minutes, où l’on apprend entre autres qu’il a fallu « une grosse année » à Manuel Herrero pour réaliser Coach, la séance peut commencer. Et pendant que Philippe Lucas sort ses premières punchlines, du genre « La Manaudou, elle enfilait pas des perles à Athènes en 2004 » , d’autres habitants de la petite bourgade de l’INSEP arrivent un peu en retard, cherchant les dernières places libres, si possible à côté des potes. Même un certain Ladji Doucouré vient discrètement s’asseoir tout au fond de la salle, pour regarder et écouter les histoires des 7 coachs, qui au moins une fois dans leurs vies ont été au sommet de leurs sports, comme Claude Onesta, Toni Nadal ou encore Carlo Ancelotti. Ce dernier, qui raconte la folle finale de Ligue des champions en 2014 face à l’Atlético, assurera durant le documentaire qu’il n’a pas connu une once de stress, même si Sergio Ramos égalisera dans les dernières secondes d’une tête parfaite.


Après 90 minutes de leçons, les lumières se rallument et les applaudissements gagnent toute la salle : pari réussi pour Manuel Herrero. Armés de leurs plus belles tongs aux couleurs de l’équipe de France, la quasi-totalité des meilleurs sportifs de France prennent rapidement la fuite, sûrement avec en tête la séance d’entraînement du lendemain matin. La salle se vide, mais certains petits curieux restent, avec l’objectif d’en savoir un peu plus sur le making-of de Coach.

« Au Real, tu ne peux pas filmer où tu veux »


Qu'en est-il des interdits par exemple ? Dans la mesure où le football est le sport le plus compliqué à gérer du point de vue de la communication, surtout au Real, Manuel Herrero s’est voulu très clair : « Je n’aurais pas accepté de faire un entretien avec Carlo Ancelotti s’il y avait eu des interdits. Par contre, quand tu vas au Real Madrid, t’es quand même confiné, tu ne peux pas filmer où tu veux. Sur la parole des coachs, il n’y a eu aucun problème, d’abord parce que je pense qu’il n’y avait rien d’infamant, rien de polémique, j’étais sur un truc assez humain. Mais le foot, c’était le seul endroit où on n'a pas été vraiment en contact direct avec les mecs sur le terrain. »


Il est 21h40, la fête est déjà finie. L’occasion pour les quelques sportifs courageux d’être restés jusqu’au bout de repartir avec une petite récompense : prendre une belle photo de famille avec Manuel Herrero, qui ira le lendemain à l’Élysée préparer la séance ciné du vendredi soir de François Hollande. Une invitation qui lui donne un large sourire et qui se dit qu’au final, il « récolte les fruits d’un long mais incroyable travail » . Pour le reste du peuple tricolore, Coach sera diffusé mercredi prochain sur Canal +. Les futures têtes de gondole du sport français rentrent quant à elles au dortoir, avec l’espoir d’un jour faire la légende de leurs entraîneurs.


Par Matthieu Guillot
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C'est un peu con d'aller à une avant première et de juste nous dire : on y était. Un selfie aurait suffi...

Herrero fait un super travail dans la série documentaire "les nouveaux explorateurs", avec ses épisodes "à quoi tu joues", où il parcourt le monde à la recherche de pratiques sportives diverses, en n'oubliant jamais de mettre la main à la pâte. J'ai peu de doute sur la qualité du documentaire, je pense que ce sera du bon.
Ah Ladji Doucouré l'une de mes plus belles émotions "Bleu Blanc Rouge" avec cette victoire à Helsinki et ce "cassé du renard". Merci Champion!
J'arrive pas à mettre la main sur le direct de France Télé, mais Doucouré 2005, c'était vraiment monstrueux ! Un an avant, le mec voit s'envoler la médaille olympique sur la dernière haie...

https://www.youtube.com/watch?v=NuBArROm7tQ
Du coup, ça mérite bien une dose de Marc Raquil : https://www.youtube.com/watch?v=f2Dil00Pgbw.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
455 4