1. //
  2. //
  3. // Liga Nos
  4. // Sporting/Estoril

On était à Alvalade pour Sporting-Estoril

Deuxième derby lisboète consécutif pour les Sportinguistas et deuxième succès. Après Benfica, Estoril a mordu la poussière au terme d'un joli match. Autour du stade et à l'intérieur, les maîtres-mots sont bouffe, Jesus et arbitre de merde. Un grand classique du football portugais.

Modififié
218 7
« On ne gagne pas la guerre en remportant une bataille. » Le tifo des ultras sportinguistas est on ne peut plus clair. Il ne faut pas se contenter de la fessée infligée à Benfica la semaine dernière 3-0. La route sera longue jusqu'au titre. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si, sous la première banderole, un second tifo rappelle qu'il « en reste 26 » (matchs). Trop sérieux, les supporters du Sporting ? Pas tellement. Deux heures avant le coup d'envoi du match contre Estoril, de nombreux groupes de supporters chambraient encore les Aigles déplumés à coups de « filhos da p*** SLB » . Le tout en chanson. Pour la finesse, on repassera. Le coin nourriture, situé une vingtaine de mètres face à l'entrée principale, n'est pas moins gras. Bifanas, churros, sandwichs, burgers, dégueulasseries en tout genre et bières à n'en plus finir… À Alvalade, on bouffe beaucoup et très mal avant les matchs. Un peu comme dans les trois quarts des stades de foot, en fait. Moyennant 5 euros, il y a de quoi se remplir la panse et ne pas mourir de soif pendant 90 minutes. 5 euros, c'est d'ailleurs le prix d'à peu près tout dans le coin. Écharpes vendues à la sauvette ou en stand, gadgets et autres objets divers, rien n'est plus ou moins cher. Une certaine conception de l'économie.

Jorge Jesus plus populaire que ses joueurs


Alors que les portes du stade commencent à s'ouvrir, les quelque 40 000 Lions venus assister à la rencontre ne se précipitent pas pour pénétrer dans l'antre multicolore. Assis sur une glacière à côté du car qui les transporte, deux membres du Directivo Ultras XXI discutent. Pas de Bielsa, mais bien de Jorge Jesus. « Sans lui, Benfica est devenu une équipe normale. Et nous, avec lui, on est en tête du championnat. Au Portugal, on ne fait pas mieux que Jesus en ce moment » , s'enflamme l'un d'entre eux, un dénommé Rafael. Apparemment, il n'est pas seul à le penser. L'ancien technicien benfiquista est dans toutes les conversations, sur toutes les lèvres. La star, ce n'est ni Bryan Ruiz, ni Islam Slimani, ni William Carvalho, mais bien un entraîneur de 61 ans dont tout le monde se moquait il y a encore peu de temps au Sporting à cause de son mauvais portugais (n'oublions pas que le Sporting est initialement une équipe de bobos snobs, ndlr). Quand le speaker annonce son nom, il prend son temps, son pied, et gueule plus fort en attendant de la foule qu'elle en fasse de même. Elle le fera. L'ovation pour le sorcier est à la hauteur de la réputation dont jouit ce dernier. Et comme en amour on ne compte pas, le déjà cité Directivo Ultras XXI offre à Jesus une place centrale sur le tifo le plus marrant de la soirée. On le voit surplomber son homologue Rui Vitória, à terre, sur un ring de boxe, avec le corps athlétique qui va avec la profession. Bref, plusieurs mois après son arrivée sur le banc des Leões, Boucle d'or est toujours autant aimée.

« Retourne dans le ventre de ta mère, arbitre de merde ! »


En fin de compte, le seul qui peut rivaliser avec l'entraîneur à l'applaudimètre est Bruno de Carvalho, le président. En constante croisade contre l'arbitrage, c'est sans doute de lui que les supporters vert et blanc tiennent leur intolérance à l'arbitre. C'est que le trio arbitral a été bien plus sifflé que les joueurs d'Estoril à leur entrée sur le terrain à l'occasion de l'échauffement. Socio du Sporting depuis une trentaine d'année, Edgar ne déroge pas à la règle. Quand Jefferson voit jaune pour avoir pris tout son temps avant de frapper un corner, il dégaine. « Mais c'est pas possible, putain ! Retourne dans le ventre de ta mère, arbitre de merde » , avant de s'excuser un peu plus tard. « Je suis désolé, je suis vraiment tendu, d'où mes réactions. » Le plus drôle, c'est que le but de la victoire de Gutiérrez sera inscrit sur… penalty. Grâce à une bonne décision arbitrale, donc. Pas suffisant pour sortir sous les applaudissements, néanmoins.


Ce détail mis de côté, Alvalade a fière allure. Un peu plus de 40 000 âmes répondent présent pour soutenir de vive voix leurs protégés. La Curva Sul, bastion des différents groupes d'ultras sportinguistas, fait le boulot de la première à la dernière minute. La Curva Norte, non organisée, se contente, elle, de répondre de temps en temps. Il n'en faut pas plus pour que l'ambiance soit de feu. La passion qui émane des ultras captive les autres supporters qui préfèrent parfois les regarder plutôt que de suivre une action dangereuse. Pourtant, le match en valait la chandelle, surtout au cours de sa première heure. De l'intensité aux occasions (29 tirs au total et de jolis arrêts à se mettre sous la dent), en passant par le jeu « ThiagoMottesque » de William Carvalho, la générosité de João Pereira et l'intelligence de Bruno César, tous les ingrédients étaient réunis pour que le football prenne le pas sur le reste. Sauf qu'on ne va pas au stade pour regarder du football. Encore moins à Alvalade. Encore moins quand les meilleurs socios du club sont transcendés par la première place du Sporting.

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Calle Infierno Niveau : District
Puréeee mais j'y étais!!! Chouette match c'est vrai, après la victoire contre les frères ennemis, ça fait du bien au moral.

Cette saison, le titre est vraiment envisageable avec le chef d'orchestre sur le banc et les postes doublés voire triplés. Slimani confirme qu'il est vraiment un joueur de tête redoutable, probablement l'un des meilleurs en Europe. Et le reste de l'équipe ne dépareille pas non plus!

Bref, faut prévenir William quand tu veux aller voir les Leões, ça te tente pas le match contre Besiktas en décembre? Ca va envoyer du lourd!
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
En tout cas, vous avez une belle équipe cette année ! Outre JJ, le club s'est bien renforcé avec des recrutements plutôt malins (Tero Gutierrez et surtout Bryan Ruiz, superbe joueur). Si on ajoute à ça les Carvalho, Carillo, Mané, Slimani, ça semble prometteur sur le papier !
"[...]un entraîneur de 61 ans dont tout le monde se moquait il y a encore peu de temps au Sporting à cause de son mauvais portugais (n'oublions pas que le Sporting est initialement une équipe de bobos snobs, ndlr)."

Sérieusement?

et si les supporters de porto se foutaient de lui, c'est parce qu'ils sont jaloux d'avoir trouvé plus péquenaud qu'eux dans la diction?
il était moqué car il est arrogant au possible, et il continue à l'être.après quand on se la raconte, faut pas s'étonner qu'on se foute de vous sur d'autres points, dont la manière de parler
après, les résultats sont là, donc chapeau bas.
ça ne change rien au travers du personnage.

pour en revenir à ton "le Sporting est initialement une équipe de bobos snobs"...
je sais pas si les autres te prennent pour un gros connaisseur du foot portugais, mais tu me sembles juste être un minable qui a trouvé une tribune où il se sent important.
oui,historiquement c'est le club de la bourgeoisie,bla bla bla, et alors? les bobos snobs t'emmerdent, il y a encore moins reluisant dans l'historique de beaucoups d'autres clubs.
et vaut mieux être bourgeois historiquement que fasciste.

Bref, je ne m'abaisserais pas au niveau du légendaire bargeot sega, mais clairement tes papiers sont souvent nazes.
faire le mec qui se déplace pour un sporting/estoril alors que tu(vous) as(avez) pas été foutu(s) de faire ne serait-ce qu'une brève sur benfica/sporting, c'est pas être décalé,c'est se foutre du monde.
t'avais trop mal aux doigts à l'idée de devoir tresser quelques lauriers aos leaos?

Bref, je ne m'abaisses pas plus à te répondre, mais je n'en penses pas moins.
es uma boa merda senhor pereira.
le club de l'aristocratie, pour pinailler.
Otario.
Boit une tisane t'es tendu mec.
un peu, mais c'est la frustration de n'avoir que les papiers de ce vieux type pour "entendre parler" du pays sur sofoot.
et puis c'est lundi.
(je lui en foutrais du bobo snob!)
j'ai beau le relire à froid, je le trouve toujours aussi imbuvable ; tout le monde se fout de jesus, c'est pas une question de snobisme!
Clairement les plus grand les plus fanatique supporters du Portugal . Combien de supporters de fans de socios auraient laché l'affaire a leur place ?!!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Le ballet de Mourinho
218 7