1. // Reportage
  2. //

On était à Ajax Amsterdam-SC Cambuur

On nous avait prévenus avant le match : à chaque fois que l'Ajax bat le Feyenoord dans le Klassieker, le match suivant est une purge. Et l'Ajax sortait d'un 2-1 infligé aux rivaux de Rotterdam la semaine précédente. Pas grave, l'essentiel ne se déroulait pas sur le terrain, mais autour. Garanti 100% baston, junk-food et Johnny Hallyday batave.

Modififié
40 10
Dimanche, trois heures de l'après-midi. Alors que le match ne commence qu'une heure et demie plus tard, un parterre de supporters est venu profiter du soleil sur la place qui jouxte l'Amsterdam ArenA, située en face du Heineken Music Hall, le Zénith local. Maillots de l'Ajax sur le dos – domicile ou extérieur, officiel ou fake, peu importe – les mecs engloutissent goulûment kroket, dorum ou frites sauce orloog. Quand ils n'ont pas une pinte de Grolsch dans la main, bien entendu. Une partie de foot au milieu de la foule finit par dégénérer pour se transformer en concours de chandelles. Le vainqueur ? Celui qui décanillera parfaitement le badaud, sans rebond, dans les rires gras et sonores des fans gentiment bourrés de l'Ajax. Un mec, jogging complet aux couleurs ajacides, préfère viser l'enseigne «  One 45 » d'une des deux baraques à frite. Boum, la barre centrale du « E » tombe. Tonnerre d'applaudissements pour lui. Avant de se prendre un ballon dans la tronche, direction le Upper Ring de l'ArenA, porte G, entrée 405. En escalator, s'il vous plaît.

Du sang, de la sueur, des larmes et... des sushis

Sur le chemin, un supporter distribue un tract demandant le retrait du nouveau logo du club au profit de l'ancien. Il y est écrit « De onze traits – le nombre de traits qui garnissent le logo – à un chef-d'œuvre » . Une résistance qui dure depuis 1991 maintenant et qui reste stérile, ce qui n'empêche pas les ultras du club (le F-Side et le Vak 410) de déployer sur presque toute la tribune un impressionnant tifo représentant l'ancien logo du club.


En parlant de tifo, l'autre virage est, lui, orné d'un gros calembour intraduisible en français : l'habituel slogan ajacide «  Qui ne saute n'est pas juif !  » a été remplacé par un « Qui ne saute pas n'est pas Jan Joost !  » de circonstance, l'équivalent batave de Christian Jeanpierre ayant donné ses faveurs à l'Ajax en direct à la télévision quelque temps auparavant.


Sous les tribunes, le circuit junk-food/bière turbine à plein régime. Les cartes de consommation pré-payées s'échangent, les pintes coulent à flot dans une joyeuse odeur de graillon. Certains spectateurs, sans doute plus raffinés, osent même les sushis (?!) en avant-match. C'est l'heure du traditionnel Bloed, zweet en tranen (Du sang, de la sueur et des larmes en français), entonné à l'unisson par tout le stade. Un titre chanté à l'origine par l'artiste populaire André Hazes, sorte de mix entre Johnny Hallyday et Pierre Carré. Typiquement amstellodamois, le mec est un symbole de la capitale. À l'occasion de sa mort en 2004, 48 000 néerlandais avaient alors rempli l'Amsterdam ArenA pour lui rendre hommage. Respect.

« Super juifs » et bastons entre supporters

Ils sont un peu moins cet après-midi pour profiter du premier but de la partie, qui intervient au bout de deux minutes de jeu. Aux abords de la surface, à la suite d'une passe ratée du gardien Nenhuis, la défense de Cambuur s'emmêle les pinceaux et permet à Siem de Jong, autre coqueluche du public de l'ArenA, de planter d'une reprise de volée au point de pénalty. En conséquence, les ultras entament l'un de leurs chants favoris : «  Ajax : nous sommes les super juifs !  » De l'autre côté, aucun retour de la part des supporters du SC Cambuur. Normal, le parc visiteur est quasiment vide.


Pourquoi ? Parce que la majorité d'entre eux ont préféré rester se taper avec certains supporters de l'Ajax en centre-ville, juste avant la charge des flics. Quant à ceux qui sont arrivés près de l'Amsterdam ArenA, le cortège policier ne trouva rien de mieux que de les faire passer devant la maison des supporters ajacide. Quelques jets de canettes et de pierres plus tard, les Frisons arrivent au stade, mais se voient refuser l'entrée. Deuxième échauffourée avec les supporters de l'Ajax. Mi-temps. Sur le terrain, l'Ajax mène 1-0 dans un pénible match qui voit les deux équipes se neutraliser. En dehors, les fans de SC Cambuur, protégés par la police, évite les coups de boutoir des supporters de l'Ajax. En conséquence, les forces de l'ordre sortent... les armes à feu.


Fin de la bataille : sept personnes arrêtées, plusieurs autres condamnées à des amendes, trois blessés dont un grave à la tête du côté des Frisons. Tout cela parce que les règles de police considéraient les fans du SC Cambuur comme des supporters de catégorie A, soit les moins dangereux. Dangereux, les joueurs de l'Ajax ne le sont plus au retour des vestiaires et se font rejoindre au score par les Frisons, d'un coup de casque parfait de Martijn Barto un peu avant l'heure de jeu. Derrière, les joueurs de Cambuur joue la montre et la sécurité, copieusement sifflés par une grande partie de l'Amsterdam ArenA. L'autre partie, elle, a décidé d'aller prendre le métro un peu plus tôt, dès la 80e minute. Ils ne verront donc pas l'Ajax faire un vilain match nul contre le treizième du championnat. À la fin du match, dans la poubelle, entre les cadavres de bannettes et de gobelets, on retrouve même des lunettes de soleil. Pas étonnant, le soleil qui irradiait la terrasse d'avant-match a disparu depuis belle lurette.

À lire : Et le foot néerlandais, comment il va ?

Matthieu Rostac
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Article sympa.

Mais wtf la conclusion?!
Oe il est cool, des articles comme je les aime.
J'aimerais que l'on m'explique le lien ajax-juifs, je presume qu'ils ne sont pas tous juifs donc pk? C'est comme tottenham un quartier principalement juif? Sa serais cool un petit article sur sa
CalloxCordoba Niveau : Loisir
@bilalovic: oui ça ferait un super sujet d'article, je m'étais renseigné sur cet étrange phénomène. Deux raisons:
1: L'Arena a été construite dans le quartier juif d'Amsterdam, où à l'époque (année 30/40) la communauté juive était encore très importante, et beaucoup de juifs allaient au stade. Par ailleurs, Amsterdam est considéré en province comme une ville de juifs.

2: De nombreux juifs ont été président de l'Ajax.

Avec les relents d'antisémitisme de l'après guerre, de nombreux supporters d'autres clubs ont commencé à les traiter de "club de juifs", dans certains stades, on pouvait même entendre des bruits de chambres à gaz ou des slogans comme "Hamas, Hamas, les Juifs au Gaz".

Par provocation, les supporters de l'Ajax se sont auto-proclamés les "Super Juifs", c'est devenu un jeu et ça continue hélas encore aujourd'hui.
C'est un spécial Pays-bas sur so foot en ce moment?
Article intéressant.
Sur les incidents, l'information est incomplète : ils ont commencé quand les fans de Cambuur ont détruit les agancements du train qui les conduisait, puis causé des sérieux désordres dans le centre d'Amsterdam où la police anti-émeute a dû intervenir. Tout s'est encore aggravé quand en conséquence l'accès aux tribunes leur a été interdit une fois sur place. Ils ont entonné des chants racistes, et détruit une partie des portillons, des fans de l'Ajax leur ont lancé des projectiles. Incidents sérieux, et extrêmement rares en fait.
Donc, mauvais choix de match.
Dommage de reste que les journalistes commentent trop souvent devant leur TV, plutôt que sur place, dans le stade. Le billet Thalys n'est pas si cher que ça...
A propos d'une des questions, sur le surnom "juif", la réponse : http://ajaxfr.com/f_side_.html , et http://ajaxfr.com/un_club_different.html .
Spartakist Niveau : CFA2
C'est le stade De Meer qui se trouvait dans le quartier de la communauté juive d'Amsterdam. L'Arena n'a été inaugurée qu'en 1996 et dans un autre quartier.

Ensuite, Amsterdam a toujours été la ville "la plus juive" des Pays-Bas. Il y avait une très forte communauté juive avant la guerre. Les juifs d'Amsterdam appelaient d'ailleurs la ville "Mokum" ce qui signifie "havre" en yiddish.

De par son statut de ville commerçante, Amsterdam est perçue à juste titre comme une ville bourgeoise par le reste du pays. Notamment par les habitants de villes prolétaires ou ouvrières comme Rotterdam. Ce sont eux qui ont été les premiers à donner le surnom de "Joden" aux joueurs de l'Ajax.

L'Ajax a malgré tout compté quelques joueurs juifs dans ses rangs comme Johnny Roeg, Eddy Hamel, Bennie Muller, Sjaak Swart, Edgar Davids, Aron Winter ou encore Daniel de Ridder. Ainsi que plusieurs dirigeants dont le mythique Michael van Praag.
Message posté par CalloxCordoba
@bilalovic: oui ça ferait un super sujet d'article, je m'étais renseigné sur cet étrange phénomène. Deux raisons:
1: L'Arena a été construite dans le quartier juif d'Amsterdam, où à l'époque (année 30/40) la communauté juive était encore très importante, et beaucoup de juifs allaient au stade. Par ailleurs, Amsterdam est considéré en province comme une ville de juifs.

2: De nombreux juifs ont été président de l'Ajax.

Avec les relents d'antisémitisme de l'après guerre, de nombreux supporters d'autres clubs ont commencé à les traiter de "club de juifs", dans certains stades, on pouvait même entendre des bruits de chambres à gaz ou des slogans comme "Hamas, Hamas, les Juifs au Gaz".

Par provocation, les supporters de l'Ajax se sont auto-proclamés les "Super Juifs", c'est devenu un jeu et ça continue hélas encore aujourd'hui.



Merci pour les précisions, c'est fou quand même que ça continue encore aujourd'hui.
Il n'est pas exact historiquement, à mon avis, de qualilifier Amsterdam de ville "bourgeoise". Amsterdam a même fait, pendant l'occupation, la fierté du mouvement ouvrier : http://ajaxfr.com/25_et_26_fevrier_1941.html
CalloxCordoba Niveau : Loisir
Pour ceux qui ont la chance de comprendre le Hollandais, un documentaire sur le sujet: https://www.youtube.com/watch?v=4nLK-N6H3TY
Le meilleur documentaire sur sujet, avec interviews de figures du F-Side :
http://www.uitzendinggemist.nl/afleveringen/1387403
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
40 10