1. //
  2. // Insolite
  3. // On a testé pour vous

On a testé pour vous le football gaélique

À la croisée du football et d'une myriade d'autres sports collectifs, le football gaélique est le sport le plus populaire d'Irlande et prospère rapidement en France. Physique, ludique et plutôt tactique, ce sport cousin du football a de quoi séduire. À condition bien évidemment d'avoir l'esprit assez ouvert.

Modififié
990 10
Ils arrivent au compte-gouttes sur le terrain de rugby synthétique de l'ASPTT Pantin, à Fort d'Aubervilliers. Certains ont les maillots du club, d'autres non. Certains parlent français, d'autres le baragouinent. « Au Paris Gaels GAA, il y a 40% d'Irlandais pendant la saison » , explique Maël, qui a commencé le football gaélique il y a déjà trois ans. Logique : en Irlande, le football gaélique est le sport le plus suivi et le plus pratiqué, devant le football, mais surtout devant le rugby. Ici, à Paris, cela fait déjà 20 ans que le club existe et ne cesse de grandir. 40 garçons, une quinzaine de filles et deux entraînements par semaine font du Paris Gaels GAA l'un des clubs les plus importants de France. Pourtant, l'équipe n'en est pas moins accueillante. « On a beaucoup de nouveaux chaque année, et tout le monde s'y fait assez rapidement. L'ambiance est bonne, ce n'est pas trop prise de tête » , poursuit Maël, qui se veut volontairement rassurant. À l'échauffement, tout le monde en prend pour son grade dans un lexique qui semble bien éloigné de celui des petits ponts, virgules et autres. « Peut-être que tu vas réussir tes pick-up aujourd'hui ? » , lance un joueur à un autre, avant que ce dernier ne réponde : « Peut-être que tu vas faire une passe correcte aussi... » Si ce charabia est dépaysant les premières minutes, il devient tout naturel dès la fin du premier entraînement.

Toe-tap et buts en H


Les ballons volent par dizaines au-dessus des têtes, et les entraîneurs du jour ont bien du mal à réunir la joyeuse troupe pour les premiers échauffements. À quelques mètres de là, Maël prend le temps d'expliquer les règles à qui veut bien les entendre. « Au football gaélique, tu peux jouer à la main comme au pied. Le but est de remonter le terrain pour aller marquer dans les buts adverses. » Jusque-là, pas de piège. « Tu peux remonter le terrain balle à la main. Mais, tous les quatre pas, il faut faire une action de jeu. Tu as le choix entre un dribble – tu fais rebondir la balle par terre comme au basket – et le toe-tap – tu fais un petit jongle et reprend la balle à la main. » À côté, Pierre illustre les propos de Maël, revoyant par la même occasion ses basiques. « Bien sûr, tu peux faire des passes. Soit à la main – il faut boxer le ballon de ton poing pendant qu'il est dans ton autre main – soit au pied. » À peine cinq minutes d'explication et les sports s'accumulent : football, basketball, et maintenant volley ! « L'autre détail, c'est que si la balle est à terre, tu ne peux pas la ramasser directement à la main. Il faut d'abord la lever avec ton pied. C'est ce qu'on appelle un pick-up. » Les règles sont dictées, le reste de l'équipe s'impatiente, il faut désormais passer à la pratique.

Le premier exercice paraît simple. Il s'agit de se faire des passes à la main, et au pied, de plus en plus en loin. Seulement voilà, on se rend vite compte de la difficulté de la chose une fois la sphère en main : le ballon, qui ressemble à s'y méprendre à un ballon de volley, est extrêmement gonflé. Et tous les lycéens s'en souviennent, mettre une manchette dans un ballon gonflé, quand on ne sait pas s'y prendre, ça fait très mal. « C'est un coup de main à prendre. Ceux qui sont là depuis longtemps n'ont plus mal du tout » , rassure Maël. Une fois la physique de la croquette appréhendée, les passes sont un peu plus simples à maîtriser. Surtout celles au pied. Forcément, quand on vient du football... Et c'est alors qu'on se sent à peu près en confiance que l'entraîneur met en place l'exercice suivant. Six colonnes de trois joueurs face à face doivent adresser des passes rapides aux joueurs qui sont deux colonnes sur leur droite. Puis sur leur gauche. Et leur droite... Objectif cohésion. Mais résultat rhume de cerveau pour les nouveaux. Les exercices s'enchaînent et très vite, plus personne ne se plaint du froid. Bien au contraire. Les poumons ont du mal à suivre la cadence, mais déjà des voix impatientes s'élèvent. « C'est quand qu'on fait un match, là ? »

Simulation de match et franche rigolade


Après une centaine de demandes en quelques minutes, les entraîneurs sont bien obligés de craquer. « Bon ok, rassemblez-vous, on va faire des oppositions. Les Bleus d'un côté, les autres couleurs de l'autre. Choisissez un mec et lâchez-le pas. » Au football gaélique, oubliez tout ce que vous savez sur le marquage en zone. Ici, il n'y a que l'individuel qui compte. Et pour peu que votre marqueur soit en jambes, il s'agira de courir, courir et courir encore pour espérer le perdre et toucher un ballon. « Là ! Là ! » Les cris fusent et les passes s'enchaînent. Les interceptions aussi. « Fais bien attention à ne jamais t'arrêter quand tu as la balle. Quand tu vois un adversaire, cours dans la direction opposée et cherche un partenaire démarqué » , conseille un joueur expérimenté. Les oppositions reprennent et les fautes se multiplient. Et oui, le football gaélique n'a rien à voir avec le football australien. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, les plaquages sont ici interdits. Pour défendre, les joueurs ont le droit d'user de leurs épaules à leur guise, tout comme de leur main pour chiper le ballon, mais rien de plus. Alors forcément, quand un joueur tombe... « Tu m'as plaqué ! Il y a faute ! » Heureusement, l'entraîneur arrive à temps pour mettre les points sur les i. « Les gars, on est en autogestion, là. Si vous voulez défendre comme des brutes les poings fermés face à Clermont, allez-y. Mais là, à dix jours de la trêve, on risque juste de s'envoyer passer les fêtes avec une fracture ! »

Ces courtes réprimandes passées, filles et garçons se regroupent pour une simulation de match sur grand terrain et dans une bonne humeur contagieuse. Les joueurs présents profitent de leurs derniers ballons de l'année avant de devoir raccrocher les crampons pour un bon mois. « Notre saison se joue sur l'année civile. On commence en mars avec les compétitions fédérales, puis on enchaîne sur le championnat de France si on est qualifiés, et sur le championnat d'Europe, qui s'est terminé le mois dernier » , explique Maël en rentrant au vestiaire. Ce mercredi, les membres du Paris Gaels GAA se réuniront pour ce qui devrait être le dernier entraînement de la saison. En janvier, ils reviendront plus déterminés, avec le surplus des fêtes à éliminer, et, ils l'espèrent, plus nombreux. « Au final, ça peut vraiment plaire à tout le monde. Les footballeurs peuvent s'y retrouver aussi, ils doivent juste apprendre à jouer aussi avec les mains et perdre le réflexe de ne jouer qu'au pied » , s'amuse le capitaine. « Et puis pour le reste, on est quand même sympathiques et on sait s'amuser. Quand il s'agit de boire des bières, qu'on vienne du football, du rugby ou du football gaélique, on sait tous faire. »

Youtube


Par Gabriel Cnudde, à Aubervilliers
Modifié

Sinon dans les sports Gaélique sympa y a le Hurling, j'ai toujours du mal à voir les interdits du jeu, mais c'est quand même vachement spectaculaire.
Max_Payne Niveau : CFA2
Excellent article, merci !
J'en ai fait 3-4 fois à la fac, vraiment un sport génial.

Vous avez vu dans la vidéo les stades remplis ? Ce doit être génial de voir un match de championnat ! :)
Les joueurs doivent d'ailleurs faire toute leur carrière dans le même club, non ?
SavingPrivateSuarez Niveau : DHR
pour moi le hurling est plus sympa à regarder que le foot gaelique, mais il est plus dur à pratiquer je pense.
j'aime vraiment bien le concept de ces sports, en plus en irlande ce sont que des championnats amateurs, c'est pas des sport pros, du coup on retrouve beaucoup plus l'ambiance "famille" qu'il y a au rugby (de moins en moins, certes)
SavingPrivateSuarez Niveau : DHR
max les joueurs ne peuvent pas faire carrière ils sont amateurs. par contre les plus connus sont dans des pubs comme les footeux, donc je pense qu'ils gagnent leur vie avec des contrats de sponsoring
Pour avoir vécu en Irlande, c'est tres facile a suivre et tres agréable a regarder!
Sounders United Niveau : CFA2
Terrain de rugby synthétique... ça doit être la fête de le pizza sur chaque plaquage!
Hahaha!!! 'plutot tactique', ce qu'il faut pas lire des fois. C'est sympa de mettre ce sport en avant mais faut pas non plus en faire trop. La seule tactique c'est de taper fort vers l'avant, de sauter, d'attraper la balle, et de retaper fort vers l'avant. Le seul moment d'hesitation arrive a 15m du but. Soit tu tapes entre les barres pour un point facile, soit tu tentes le goal pour trois points, mais bien entendu il y a le goalkeeper et la surface est aussi moins grande. Mais cela n'enleve rien aux qualites de ce sport: intensite, rapport joueurs/spectateur, accessibilite. Le hurling est bien entendu largement superieur au football mais est aussi bien moins accessible vu l'entrainement qu'il faut pour le pratiquer a un niveau correct. Il y a tres peu de choses qui surpassent un match de hurling equilibre de haut niveau, malheureusement il y a de grandes disparites au niveau inter-county et donc au final il y a beaucoup de matches a sens uniques. Comme le niveau technique requis est inferieur en football, les matches sont plus equilibres et donc le championnat plus interessant a suivre. Jugez par vous meme pour le hurling: https://www.youtube.com/watch?v=8i3-Qk7FNeQ
Merci SoFoot de mettre en avant un superbe sport, en plein développement. Si les curieux(ses) sont tenté(e)s, il existe des clubs un peu partout en France, et ils s'en créent chaque année.
On peut venir de tous les sports et y trouver son compte, puisque comme il est écrit dans l'article, c'est un mix de différents gestes et règles d'autres sports. Les Irlandais disent que c'est l'inverse d'ailleurs ;-).
Et effectivement l'ambiance et la bibine ne sont jamais très loin.
Allez j'en profite pour faire mon pti truc corporate. S'il y'a des Bordelais(es) intéressé(e)s qui passent par là, on s'entraine tous les lundis et les jeudis respectivement sur Blanquefort et sur Bordeaux-Lac.
N'hésitez pas à venir tester et passer forcément un bon moment.
Sinon, partout en France, vous serez accueillis avec joie.
Il Ragno Nero Niveau : CFA2
Message posté par robinson
Hahaha!!! 'plutot tactique', ce qu'il faut pas lire des fois. C'est sympa de mettre ce sport en avant mais faut pas non plus en faire trop. La seule tactique c'est de taper fort vers l'avant, de sauter, d'attraper la balle, et de retaper fort vers l'avant.

(...)

Le hurling est bien entendu largement superieur au football mais est aussi bien moins accessible vu l'entrainement qu'il faut pour le pratiquer a un niveau correct.


Euh, non, pas d'accord pour la tactique. Tu peux privilégier le jeu à la main pour progresser en gardant le contrôle du ballon. Tu peux ressortir vers l'arrière et changer de côté quand la défense t'a bloqué...

Ça ne se résume vraiment pas à balancer devant n'importe comment. L'idée, c'est de se faire des passes, de conserver le contrôle de la balle et de prendre le temps de chercher et provoquer la faille dans la défense adverse. En tout cas, à Nantes, c'est notre philosophie, même si ça ne se voit pas toujours très bien !

Après, c'est sûr qu'on ne parle pas de 4-4-2, 4-3-3 ou 3-5-2, marquage individuel oblige. Et obligé, car avec un ballon rond dans les mains, il y a besoin de très peu de temps pour déclencher un tir à un point de loin. Mais les postes (à peu près) figés n'empêchent pas les différentes options tactiques, comme au rugby, au hand, au basket...

Quant à la comparaison avec le hurling, je ne vois pas pourquoi il serait "bien entendu largement supérieur". Plus technique, évidemment, mais pour le reste, c'est le même terrain et à peu de choses près les mêmes règles que le foot. Tactiquement, je ne vois pas ce qui en ferait un sport "supérieur". Après, je n'ai pas pratiqué le hurling en match, mais en tant que défenseur, je préfère contrer des tirs avec un ballon que de me jeter devant un mec qui balance une balle lourde (pensez balle de base-ball grosso modo) avec une crosse en bois. ;-)

Deux points pour finir :

- La France, et en particulier la Bretagne, est le premier pays où les "autochtones" ont pris le relais de la diaspora irlandaise pour structurer le sport avec une fédé' nationale et une ligue bretonne qui ancrent les clubs dans un tissu sportif local, tout en conservant le lien avec la fédé' irlandaise, la GAA (pour qui c'est une nouveauté, mélange d'étonnement et de plaisir de voir que leurs sports peuvent passionner hors de leur communauté), indispensable pour la bonne formation des coaches, des arbitres... Avant ce volontarisme des joueurs français, qui a décollé au milieu des années 2000, Paris (le club le plus ancien) jouait essentiellement en Europe contre d'autres villes/régions où la diaspora irlandaise était suffisamment représentée. Aujourd'hui, on a 23 clubs en France (dont 11 en Bretagne), plusieurs projets de créations en cours, et on essaime en Espagne (Galice notamment), Italie...

- C'est mentionné dans l'article, les filles sont les bienvenues ! En Irlande, elles jouent autant que les garçons. On retrouve plus l'équilibre des sports de salle (basket, hand, volley) que celui des sports d'extérieur (foot, rugby). Cela a été un peu plus long à se mettre en place, mais le foot gaélique féminin est en belle progression en France ces dernières années. Et en attendant que chaque club puisse aligner une équipe féminine complète, les filles participent aux compètes avec les garçons.

Bref, pour venir essayer dans le club le plus près de chez vous :
http://www.footballgaelique.fr/federation/clubs/
Bien entendu tu as raison de dire que c'est un sport tactique, comme tous les autres d'ailleurs. Pour préciser, je n'ai jamais joué aux sports gaéliques et ne vais pas trop te contredire parce que tu as une meilleure connaissance du jeu, mais vivant en Irlande, c'est dur d'y échapper... J'exagérais et relevais juste le point que ce n'est pas parce que l'on fait de la pub pour un sport qu'il faut le parer de tous les atouts. Au niveau 'amateur' le coté ludique, associatif et culturel (connection irlandaise) priment sur le sport en tant que soi. A niveau 'inter-county' c'est l'engagement physique et l'intensité du sport qui ressortent plus. Il y a forcément de la tactique: hand passing v long balls, blanket defence et des écoles de jeu: la technicité des équipes de Kerry, l'impact physique des équipes d'Ulster pour résumer.
Pour le hurling les regles et le terrain sont similaires, d'accord. Mais c'est techniquement qu'il est supérieur dans le sens que pour atteindre un bon niveau, il faut des années de pratique. Comme la blanket defence (tous derriere) est impossible a pratiquer parce que les joueurs arrivent a facilement a marquer des 60m, cela donne des matchs spectaculaires si ils sont equilibrés. Mais si tu as deux équipes pauvres avec beaucoup de wides ou un match déséquilibré, et bien, tu t'emmerdes et tant que spectateur. En foot le taux de conversion diminue largement apres les 30m et donc une équipe faible mais bien organisée peut tenir tete aux plus grosses équipes avec une grosse défense (ex de Donegal sous McGuinness). C'est parfois tres chiant a regarder mais au moins il y a du suspense. C'est d'ailleurs pour ca que le All-Ireland en football est la plus grosse competition ici. Tout le monde peut penser que cette année sera la bonne pour leur équipe...
Bonne chance pour votre club, j'espere que vous allez arriver a le developper. Il y a quelques mois j'ai croisé un mec dans la rue avec le sac des Paris Gaels peut etre un jour celui de Naoned...

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
990 10