Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 16 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // PSG-Manchester City

On a simulé PSG-Manchester City sur Football Manager

Il paraît que Football Manager est la meilleure simulation de football. Alors comme on fait confiance aux publicitaires, on a simulé PSG-Manchester City, pour vous éviter de regarder le match ce soir. C’est cadeau.

Modififié
«  GREG, QU’EST-CE QUÉ TOU FOU, CARALHO ?!  » Thiago Silva n’est pas content. Et quand il n'est pas content, il pleure. Et là, il pleure fort. Il faut dire que le début de match de Gregory van der Wiel, c’est du très, très haut niveau.


Oui, c’est étonnant, mais Laurent Blanc a préféré titulariser le Néerlandais plutôt que Marquinhos ou Serge Aurier. Si le Batave s’était rabiboché avec Ibrahimović depuis leur prise de bec, ça ne devrait pas durer. Autre surprise, qui fera plaisir à la secte pastoriste, Javier est lui aussi aligné d’entrée. Tant pis pour les douleurs aux mollets de l'Argentin (qui l'ont contraint à déclarer forfait dans notre réalité), Lolo veut en foutre plein les mirettes, envoyer du joga bonito et, on imagine, montrer à Fernandinho comment faire un contrôle orienté. Pour le reste, c’est du classique. Ah, et les vendanges de Cavani l’ont plus convaincu que les rushs sans issue de Lucas.



Du côté de City, contrairement à la réalité où Manuel Pellegrini est bien trop précautionneux, Yaya Touré est bien là malgré son bobo au talon. Bacary Sagna est lui aussi titulaire côté droit, et il a opté pour un superbe flashback capillaire.


Dans les buts, Willy Caballero supplée un Joe Hart insuffisamment remis de sa blessure au mollet et laissé sur le banc. Le divin chauve argentin n’y voit que du feu à la 9e minute :


Du beau jeu, on vous dit. Ibra est encore présent dans un grand rendez-vous européen, le sortilège est bel et bien rompu, tout va pour le mieux dans le meilleur des gazoducs, et Nasser Al-Khelaïfi embrasse Nicolas Sarkozy sur la bouche dans un Parc des Princes qui rouille de plaisir. Oui, qui rouille.


De son côté, comme d'habitude, le public du Parc est très, très expressif.


Retour au jeu. Ce diable de Sergio Agüero est tellement héroïque à se démerder tout seul dans un environnement hostile qu’il mériterait lui aussi un Oscar.


Comme le PSG aime bien préserver un peu de suspense – c’est bon pour les affaires –, City va égaliser, quand même. Mochement, sur un corner intéressant, par l’infâme Nicolas Otamendi. Un partout, ça explose de l’autre côté du Golfe persique, cette fois.


On a déjà parlé du gros match de Van der Wiel. Il faut aussi mentionner David Luiz. Le mec a perdu la raison. Déjà, il lui prend l’envie d’aller faire les touches pour les envoyer vaguement dans la surface. Ou alors c'est une consigne de Lolo qui n'a pas bien intégré que les défenseurs centraux sont attendus à la réception de ces touches longues, ces temps-ci (cf. Ramos dans le Clásico par exemple), pas à l'origine.


Ensuite, il en a apparemment marre de voir Blaise Matuidi courir partout. Alors, il sanctionne.


Pleine poire. Ça lui apprendra. Il se passe décidément des choses très étranges dans cette équipe parisienne. Jugez un peu : Edinson Cavani a pris possession du corps d’Ángel Di María.


Zlatan Ibrahimović, lui, la joue petite bite sur coup franc.


Vraiment bizarre, on vous dit.
En face, Sergio Agüero continue sa promenade solitaire. Il cherche en vain un visage familier. Il essaie même de devenir ami avec l'arbitre assistant. REJECTED !


C’en est trop pour Gregory van der Wiel, excédé de se faire voler la vedette, alors qu’il retrouve les terrains après deux matchs sans jouer.


Tout ça pour dire, aussi, que Paris galère pas mal. Sans Marco Verratti, la possession parisienne n’est pas si élevée que ça, à peine 55%. Et comme City a sorti le bus deux étages avec jantes alliage et sièges en cuir, à part des frappes de loin, c’est assez compliqué. Javier met quand même quelques taquets, entre deux contrôles soyeux.


Propre. Quel bel homme.
Sur le banc, Laurent Blanc reste de marbre. Classique. Des changements, quels changements ? On peut en faire ? Ah si, quand même, à la XXXe minute. Du bon vieux poste pour poste, Aurier pour mettre fin au calvaire de Van der Wiel (le match sera beaucoup moins marrant), Lucas pour que le PSG arrête de jouer à dix avec Cavani. Enfin, sans lui. Enfin bref, vous avez compris.
Aaaah, mes aïeux, quel choix judicieux que ce retour de Serge Aurier ! Apparemment, l’Ivoirien a pris quelques cours d’alignement défensif avec Karim Rekik pendant sa mise à l’écart.


Ça sent le pâté, tout ça. Lolo a les bras croisés, et il a l’air dépité.

Ses rêves de grandeur sont en train de s’évaporer. Claude Puel continuera à le chambrer sur leur meilleur parcours respectif en C1. Dur. Puel qui sourit, c’est pas beau à voir. Une sorte de grimace tordue, du genre absolument pas maîtrisé tellement c’est rare.
Mais un homme va dire non au fatalisme. Un homme va endosser le costume du héros, sauver Paris, la France, le coefficient UEFA, le camembert et l’honneur de Jeanne d’Arc. Cet homme ?

Vidéo
Les larmes aux yeux, putain ! Blaisou ! Oui, l’espoir peut surgir de n’importe où, de n’importe qui, n’importe quand. Alors lâchez pas, les gars, hein. Lâchez jamais, on vous dit !

Ah, et Lolo, une chose : si tu pouvais éviter de titulariser Gregory van der Wiel ce soir… Merci d’avance.

Par Julien Momont
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 11:41 NOUVEAU : 150€ OFFERTS en CASH chez ParionsSport jusqu'au 14 novembre seulement ! Hier à 09:42 OFFRE SPÉCIALE LIMITÉE : 10€ offerts sans avoir à déposer le moindre centime 1
Hier à 16:00 Drogba repousse sa retraite et marque pour Phoenix 4
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom
Hier à 10:30 Gignac va prolonger aux Tigres 7 Hier à 10:00 Les rescapés de Thaïlande à l'entraînement avec le LA Galaxy 2
À lire ensuite
Garcia Sanz, le loup blanc