1. //
  2. // OM/Chelsea (1-0)

On a revu Drogba au Vél'

Quand il est revenu au Vélodrome avec Chelsea, Deschamps s'était fait siffler. Zidane aussi sous le maillot du Real. Pour Drogba, forcément, c'était différent.

Modififié
0 0
Une heure avant le coup d'envoi du match, dans le métro, une bande de jeunes bloque les nouveaux arrivants : une petite meuf à l'anglaise, ballerines et tatouages apparents, venue en famille, se place à côté d'eux. OM – Chelsea, c'est une opposition de style. A tous les niveaux. Dans la rame, les chants se succèdent dans une humeur presque chaleureuse. D'une manière générale, à Marseille, on aime bien les londoniens. Et puis ce soir, tout le monde sera derrière le même homme.


Drogba, puisque c'est de lui qu'il s'agit, ne va pas les laisser patienter jusqu'à la fin pour le célébrer. A peine rentre-t-il sur la pelouse pour l'échauffement que tout le stade se met à l'applaudir. Il se lance donc dans un tour d'honneur. Dans la tribune de presse, on se plait à ressasser l'histoire qui voudrait qu'Ancelotti avait prévu de le mettre sur le banc, mais qu'il n'a pas pu aller contre le souhait de son joueur vedette. Drogba est donc titulaire mais sur le terrain, on ne voit que l'OM. Valbuena gagne même un duel face à Essien. Sauf que Chelsea a beau être en dedans, ça n'en reste pas moins une grande équipe : la première incursion dans la surface adverse est décisive. Souley Diawara fauche Malouda. L'arbitre désigne le petit point au centre de la surface de Mandanda puis se rétracte. Les joueurs se mettent au milieu, sans trop d'agitation. Le gardien de l'OM, lui, sort de ses cages pour aller bousculer Malouda. Comme ça, un kiff. Le milieu gauche ne semble pas être dans son élément. Non seulement le public le siffle copieusement, mais Taïwo vient dans sa zone dès qu'il peut. Rappelons qu'à l'automne 2006, le Nigérian s'était fait expulser pour avoir planté ses crampons dans le dos de celui qui jouait alors pour l'OL. Terry a lui aussi droit à ce double accueil : Brandao en escort et des chants injurieux. On aurait pu espérer des chants marrants, des références à Perroncel ou à sa mère cleptomane, mais le virage sud fera dans le traditionnel. «  Terry, on t'encule » . Au moins, tout le monde comprend.


Drogba, acclamé même à la mi-temps, se fait chambrer par ses coéquipiers. Ils se déclarent honorés de prendre part à son jubilé. Mais l'Ivoirien fait remarquer qu'il aimerait bien gagner. C'est peut-être trop en demander. Chelsea s'incline sur un but de Brandao à dix minutes de la fin. Conscient que ça ne se reproduira pas, dans les dernières minutes, les supporters lâchent des « Olé » à chaque passe des olympiens. Marseille en est à 4 victoires de rang en Ligue des Champions. De quoi prendre presque confiance avant les huitièmes. En zone mixte sur le chemin du retour, Mandanda se fait d'ailleurs vanner par des fans : « Comment ça tu veux pas le Barça ? T'as peur ? » . Drogba, qui lui succède, n'est pas totalement satisfait : « C'est le scénario idéal pour vous les Marseillais. A l'arrivée, c'est quand même une défaite pour Chelsea. J'aurais préféré le match nul » . Le debrief ne va pas plus loin, les journalistes préférant poser en photo avec l'idole plutôt que de lui poser des questions. En le voyant partir, deux vigiles s'interrogent : « A partir de quand on peut retomber contre Chelsea ? Les quarts ? » . Au moins, ce soir, tout le monde a - enfin - intégré qu'il ne reviendrait qu'avec le maillot des Blues. C'est déjà ça.

A lire : Le résumé de la victoire de l'OM

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0