Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. // Foot & sosie

On a retrouvé le sosie iranien de Lionel Messi

Sosie officiel de Lionel Messi, Reza Parastesh, étudiant à Téhéran, est devenu une star dans son pays. Interview.

Modififié
Des sosies dans le monde du spectacle, il en existe souvent plusieurs pour chaque grande star. Souvent, on doit plisser les yeux, faire jouer son imagination pour trouver une ressemblance. Parfois, il faut au contraire bien fixer le personnage pour s’assurer qu’il ne s’agit pas de la version originale. C’est par exemple le cas de Reza Parastesh. Étudiant à Téhéran, le « Messi iranien » aime le quintuple Ballon d’or avec une obsession un peu délirante. Ce qui contribue probablement à faire de lui un sosie de classe mondiale. Par téléphone, il raconte sa nouvelle vie d’une voix timide avant de s’envoler vers l’Italie, pour s’adonner à toujours plus de promo.


Quand as-tu réalisé que tu ressemblais à Lionel Messi ?
Ça faisait déjà un moment que j’essayais de lui ressembler. Depuis octobre 2015, en fait. Je copiais sa coupe de cheveux, sa barbe. Un jour, j’ai commencé à pleurer. Parce que je voulais le rencontrer. Là, mon père m’a dit : « Mais pourquoi pleures-tu ? Tu n’as pas besoin de pleurer. Tu ressembles à une deuxième version de Leo Messi. » Ça m’a fait sourire. Je suis sorti en ville m’acheter un maillot de Barcelone. J’ai posté la photo sur internet. Je suis devenu célèbre. C’était partout dans les médias. J’ai été invité par différents clubs, comme le Real Madrid, via le président Florentino Pérez. Barcelone m’a invité au stade. J’ai rencontré Toni Kroos. Et Ronaldo. Il m’a dit que j’étais un très bon joueur, que j’avais quatre Ballons d’or. J’étais content, il faisait comme si j’étais Messi.

Pourquoi voulais-tu tant le rencontrer que ça ?
Parce que je l’aime beaucoup. Il est très fort. C’est un très bon joueur. Un jour, Messi a marqué contre l’Iran. Mon père m’a dit : « Pourquoi est-ce que tu as marqué contre l’Iran ?! » Je supporte quand même plus l’Iran que l’Argentine. Mais, au moins, c’est mon joueur préféré qui marquait.

Avant d’être connu, ça devait être bizarre d’aller chez le coiffeur pour lui demander de te faire ressembler à Messi, non ?
La première fois, j’y suis allé avec plusieurs photos de Leo Messi. J’ai montré des vidéos au coiffeur. Je lui ai demandé : « Fais ça, comme ci, comme ça. » Le coiffeur riait. Il croyait que je me moquais de lui. Je disais que j’étais sérieux. Ça m’a pris 20 minutes pour le convaincre. Puis ça lui a pris deux heures pour faire tout ce que je voulais. J’ai toujours eu une grosse barbe, alors je l’ai un peu raccourcie et j’y ai ajouté de la couleur. Ça fonctionne bien.

Tu continues tes études ou tu te consacres totalement à ton boulot de sosie ?
Oui, je suis étudiant en sport et je compte bien obtenir mon diplôme. Donc je continue à aller à l’université, mais j’ai plus de mal à me concentrer qu’avant. Ils m’appellent tous Messi, à l’école. Il y a une personne dans mon cours qui dit qu’il ne m’aime pas parce qu’il est fan de Ronaldo. Il me l’a dit. « Je n’aime pas ta façon de jouer ! » On est potes, il ne fait que plaisanter. Il s’assoit toujours de l’autre côté de la salle, parce qu’il dit qu’il n’aime pas Messi.

« Ronaldo m’a dit que j’étais un très bon joueur, que j’avais quatre Ballons d’or. J’étais content, il faisait comme si j’étais Messi. »

Tu gagnes donc très bien ta vie, désormais ?
Oui, c’est un bon travail. Je me débrouille bien. Je fais très attention. Je mange des produits frais, beaucoup de légumes et peu de viande. Je vais à la gym. J’ai de la promo à faire dans peu de temps avec le Real Madrid. Adidas et Nike m’ont offert un contrat. Je dois aller à quelques réunions et d’ici la semaine prochaine, tout devrait être réglé.

Ton père doit être ravi.
Il est surpris de tout ce qui m’arrive, mais également enchanté. Il avait un restaurant qui marchait très bien, avant, mais il a dû fermer parce que nous avions beaucoup de problèmes avec la maison dont il fallait s’occuper. J’ai de l’argent, donc je peux l’aider, maintenant. C’est vraiment génial, ce qui m’arrive. Mes amis aussi sont contents et j’ai beaucoup de nouvelles personnes dans ma vie. C’est fou. On m’offre des fleurs, des chocolats, des pâtisseries. Et j’ai pas mal de succès avec les filles. (Il rit.)

Ce n’est pas étrange, pour toi, que les gens t’aiment parce que tu ressembles à quelqu’un d’autre ?
Non, je ne trouve pas ça bizarre. S’ils aiment ma barbe, c’est leur choix. Partout où je vais, les gens demandent un selfie, des autographes. Ils me demandent vraiment si je suis Messi. Je dis : « Non, je suis Reza. » Mais ils ne veulent pas toujours me croire. Un jour, il y avait tellement de fans que la police m’a embarqué au poste. J’y suis resté quelques heures. Ils m’ont questionné. « Pourquoi perturbez-vous le trafic ? » Je leur ai dit que ce n’était pas moi, mais le public. « Parce qu’ils pensent que je suis Messi. » Les policiers ont éclaté de rire et ont commencé à sortir leurs téléphones pour prendre des photos eux aussi. Ils n’avaient pas réalisé. Puis ils m’ont laissé partir.

Il devait y avoir beaucoup de fans. Ça devait être impressionnant. Ça t’a fait peur ?

Il devait y en avoir une bonne centaine. C’était à côté de la Grande Mosquée de Téhéran. Je n’ai pas trouvé ça effrayant. J’étais un peu nerveux, mais aussi excité. Je voulais prendre le temps de tous les rencontrer. Ils scandaient « Messi ! Messi ! » La police est arrivée au bout de 20 minutes. Au début, ils n’ont pas réussi à fendre la foule. Ils ont dû appeler du renfort. Ils étaient sept à la fin, à enquêter, essayer de comprendre ce qu’il se passait. Ils avaient du mal à écarter les gens de moi. Là, j’avais un peu peur. J’espérais que la police ne penserait pas que j’avais fait quelque chose de mal. J’avais peur qu’ils utilisent la force. Qu’ils m’attaquent. Les fans essayaient d’expliquer. Certains étaient en colère. J’avais dit que mon nom était Reza alors ils ont commencé à scander : « Reza ! Reza ! Reza ! »

Tu le trouves beau, Messi ?
Je ne sais pas trop comment répondre. (Il rit.) Je suis un peu plus beau depuis que je fais ça. Évidemment, Leo, c’est le meilleur. C’est une très bonne personne, il n’y aucun doute à ce sujet-là. Il est très beau et c’est un grand footballeur. J’espère continuer à être son sosie encore longtemps.

« Je dirai que Messi est un peu plus beau... »

Qui est le plus beau entre toi et lui ?
Je dirai que Messi est un peu plus beau...

Tu n’as toujours pas rencontré Messi. Comment ça se fait ?
J’ai parlé à Messi ! Par téléphone. Je n’avais pas beaucoup de temps. J’étais à Barcelone, mais il était à l’autre bout de la ville. J’étais occupé par mes interviews, la publicité. On a eu une conversation normale. Il m’a demandé comment j’avais réussi à devenir la personne qu’il était. Nous sommes bons potes maintenant. Je vais peut-être le rencontrer le mois prochain. Il va peut-être venir en Iran et chez moi. On fera une fête.

Propos recueillis par Thomas Andrei Vous pouvez suivre l’étrange vie de Reza Parastesh ici.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:17 Drogba quitte le Phoenix Rising FC 8 Hier à 12:30 Mbappé humilie Dembélé à l'entraînement 53
À lire ensuite
Koziello de Cologne