1. //
  2. // 55 ans de Diego Maradona

« On a fait croire à Diego que le succès justifiait tous les écarts »

Fernando Signorini, ancien préparateur physique personnel de Diego Maradona, a suivi El Pibe de Oro durant toute sa carrière. Aujourd'hui, il dresse le portrait d'un homme déchiré par les contraintes « de la jungle du monde du football » . Avec une certaine rancœur contre les médias.

Modififié
504 49
À 55 ans, qui est désormais Diego Maradona ?
Aujourd'hui, Maradona, c'est le produit de nombreuses années d'instrumentalisation de personnes qui ont privilégié les intérêts économiques au sport. L'homme leur importait peu, il le voyait comme un objet de consommation prêt à être vendu. Et cela sans mesurer les risques qu'il devait affronter pour être à la hauteur des exigences de ce système. D'un autre côté, il y a un homme qui se cherche, sans pouvoir se trouver. Je pense qu'il n'y arrivera jamais. Il ne trouvera pas le calme et le bonheur qu'il mérite plus que tout. Il a offert tellement de joie à des millions de personnes, pas seulement aux Argentins, qui ont profité de sa magie sur un terrain de football. Il n'y était pas préparé. Il avait un don naturel. Ou alors, Tota et Diego (les parents de Maradona, ndlr) avaient une baguette magique, et ils ne se sont jamais rendu compte de ce qu'ils ont créé. Je pense qu'aujourd'hui, Diego est un homme qui a souffert, simplement parce qu'il n'était pas préparé à affronter les contraintes de ce système.

Comment vit-il le fait d'être une légende qui ne peut pas rechausser les crampons, et faire ce qui le rend le plus heureux ?
Je suis sûr qu'il pense encore comme un joueur de football. Il sera toujours joueur de football. Je me souviens qu'un jour, lorsqu'il me parlait de sa retraite, je lui ai dit : « Mens à qui tu veux, mais tu ne vas pas me faire croire ça. Tu ne vas jamais arrêter de jouer. » Diego est toujours le même joueur. Quand il regarde un match à la télévision, il joue, il invente et dessine des actions, et profite comme le premier jour.

En regardant du football à la télévision, il profite ou il souffre ?
Il souffre aussi. Déjà, quand il était joueur, il souffrait quand un de ses coéquipiers ne terminait pas bien les actions, ou faisait une mauvaise passe. Même quand il regardait un match. Il s'énervait, il pensait qu'il était sur le terrain. Parfois, il disait : « il aurait dû accélérer, il aurait dû lâcher le ballon » , où des commentaires de ce genre. Il ne critiquait pas, il souffrait simplement. Il était, et il est toujours, un très grand passionné de football.


Maradona est-il trop « gentil » pour le monde du football ?
Je n'ai pas la capacité de mesurer la bonté et la méchanceté. Je pense qu'avant tout, c'est un garçon qui, comme le dit un tango argentin, « est sorti du quartier sordide pour toucher le ciel » (chanson « El choclo » , d'Ángel Villoldo). Il l'a même dit une fois : « On m'a mis un coup de pied au cul, on m'a jeté sur la cime d'une montagne, on m'a laissé seul, et personne ne m'a dit ce que je devais faire. » Il est le premier qui a osé se confronter à la jungle des médias qui l'instrumentalisait. Et c'est lui qui a subi tous les coups en retour. Pour tous les jeunes, surtout pour ceux d'Amérique latine et d'Afrique, qui sortent de conditions sociales précaires, le chemin est tout tracé. Les risques sont moindres aujourd'hui, parce qu'un génie fou l'a ouvert en payant toutes les conséquences.

Tu as déjà vu un tel joueur ?
Non. Seul Messi s'en approche. Et ce serait tomber dans l'erreur de la comparaison entre les deux. Ils sont les produits d'époques et de conditions sociales différentes. Je pense que Lionel avait en tête tout ce que Diego a enduré, comme une sorte de référence. Les parents, les amis, et les entraîneurs de Messi le savaient aussi. Diego était le premier. Une fois, un journaliste italien s'est énervé avec moi parce que je lui ai dit que Diego était plus célèbre que le pape. Et oui, il est plus connu que le pape. Et cela, il le doit à son talent, sa manière de jouer au football. Mais aussi à la « marque Maradona » , utilisée pour faire des affaires sur son dos.

Quel regard les Argentins portent-ils sur Maradona ?
Pour beaucoup, il reste cet idiot, accroc à la drogue, ce dégénéré, ce fils de pute qui a des enfants partout et qui ne les reconnaît pas. Nous sommes dans une société énigmatique, mystérieuse. On juge, on aime ou on déteste, comme si c'était une chose totalement naturelle. Avec Diego, c'est la même chose. Partout ailleurs, il aurait été préservé, protégé, mais aujourd'hui, comme le dit un autre tango : « Tous les chanteurs se prennent pour Gardel. » L'Argentine est pleine de chanteurs, mais il y a très peu de Gardel.

Vivre en Argentine serait un problème pour Maradona ?
Évidemment ¡ Je ne lui conseille pas. Ici, il y a énormément de perversité, de morosité véhiculée par les médias, qui n'hésite pas à vendre avec le succès, la défaite, la vie ou la mort. Non, pour son bien, il doit rester loin d'ici. Qu'il vienne quand il veut, car les souvenirs sont toujours agréables, mais qu'il ne reste pas longtemps. Ce serait trop dangereux.

Il a vécu une sorte de renaissance. Tu penses qu'il peut en profiter pour vivre différemment ?
Non. Cela serait arrivé s'il était resté Diego. Mais Maradona l'a envahi. Maradona, c'est une invention des médias. S'il était resté Diego, peut-être que oui. Un jour il m'a dit : « Si je n'étais pas devenu Maradona, je serais encore dans le bidonville. » Et je t'assure qu'il y a des gens qui vivent là-bas, avec leurs valeurs, et qui sont très heureux. J'en connais beaucoup. On a fait croire à Diego que le succès justifiait tous les écarts. Aujourd'hui, Diego est ce que Maradona a laissé indemne. Le reste, il a tout détruit.

Vous êtes en contact avec lui ?
Non. Je ne le vois pas souvent. La dernière fois que je l'ai vu, c'était à l'enterrement de son père. Don Diego (surnom du père de Maradona, ndlr), c'est le meilleur Maradona que j'ai connu. Le fils jouait mieux au football, mais le père était une meilleure personne.


Propos recueillis par Aquiles Furlone // Traduction : Ruben Curiel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Adrinho78 Niveau : DHR
« On m'a mis un coup de pied au cul, on m'a jeté sur la cime d'une montagne, on m'a laissé seul, et personne ne m'a dit ce que je devais faire. »

Sangohan.
RobbieKPai Niveau : DHR
Message posté par Adrinho78
« On m'a mis un coup de pied au cul, on m'a jeté sur la cime d'une montagne, on m'a laissé seul, et personne ne m'a dit ce que je devais faire. »

Sangohan.


Hors-Sujet, arrête de Piccolo ;).
RobbieKPai Niveau : DHR
Message posté par Adrinho78
« On m'a mis un coup de pied au cul, on m'a jeté sur la cime d'une montagne, on m'a laissé seul, et personne ne m'a dit ce que je devais faire. »

Sangohan.


Hors-Sujet, arrête de Piccolo ;).
RobbieKPai Niveau : DHR
Message posté par Adrinho78
« On m'a mis un coup de pied au cul, on m'a jeté sur la cime d'une montagne, on m'a laissé seul, et personne ne m'a dit ce que je devais faire. »

Sangohan.


Hors-Sujet, arrête de Piccolo ;).
ManodesMontagnes Niveau : CFA2
Message posté par Adrinho78
« On m'a mis un coup de pied au cul, on m'a jeté sur la cime d'une montagne, on m'a laissé seul, et personne ne m'a dit ce que je devais faire. »

Sangohan.


Ce qu'il faut faire

Message posté par RobbieKPai


Hors-Sujet, arrête de Piccolo ;).


Ce qu'il ne faut pas faire
Adrinho78 Niveau : DHR
Message posté par RobbieKPai


Hors-Sujet, arrête de Piccolo ;).


D'abord on Trunks à la tienne.
Diego Maradona c'est un juste un argentin lambda un peu con qui jouait super bien au football. Pas de quoi écrire un roman sur ses qualités extra-footballistiques.

Sérieux tu entends que le gars est un génie, une victime, un saint, un héros, un incompris... C'est juste un gars riche et célèbre qui a pris le melon il y a 30 ans et qui est jamais redescendu sur terre.

Pas vraiment un modèle d'ailleurs. Quand je dis ça je veux pas dire "booh il est pas bien sous tous rapports", je veux dire "il a l'air d'avoir manqué de respect à beaucoup de ses proches".

De toute façon tu vois comment il parle des femmes, c'est-à-dire la moitié de l'humanité, tu en sais déjà beaucoup. Et me parlez pas de culture différente toussa toussa, le respect de l'autre c'est pas négociable.
"-Tu as déjà vu un tel joueur ?
-Non. Seul Messi s'en approche."

Exactement ça. Et Maradona avait une vie dissolue. J'ose pas imaginer s'il avait été sérieux comme Messi ou Ronaldo de nos jours.
Je ne pense pas que quelqu'un l'égalera jamais.
Dommage aussi qu'il ait été joueur à une époque où les arbitres permettaient tout et n'importe quoi aux défenseurs. Entre les années 75 et 95, ce fut une véritable cata arbitrale.
Message posté par Adrinho78


D'abord on Trunks à la tienne.


Et pas avec de la Videl.
Belle article... Pour résumer: C'est l'histoire d'un mec qui saute d'une montagne et qui sait pas comment sera l'attérisage
Message posté par DIY
Diego Maradona c'est un juste un argentin lambda un peu con qui jouait super bien au football. Pas de quoi écrire un roman sur ses qualités extra-footballistiques.

Sérieux tu entends que le gars est un génie, une victime, un saint, un héros, un incompris... C'est juste un gars riche et célèbre qui a pris le melon il y a 30 ans et qui est jamais redescendu sur terre.

Pas vraiment un modèle d'ailleurs. Quand je dis ça je veux pas dire "booh il est pas bien sous tous rapports", je veux dire "il a l'air d'avoir manqué de respect à beaucoup de ses proches".

De toute façon tu vois comment il parle des femmes, c'est-à-dire la moitié de l'humanité, tu en sais déjà beaucoup. Et me parlez pas de culture différente toussa toussa, le respect de l'autre c'est pas négociable.


Non, il n'est pas simplement quelqu'un qui a pris le melon. Tu parles comme quelqu'un qui ne l'a pas vu jouer. Parce que sur un terrain, ce gars transcendait tout (il ne jouait pas "super bien", il était le football incarné) et ça modifiait totalement la perception qu'on avait de lui. Et n'oublions pas aussi qu'il avait une naïveté presque enfantine et n'a jamais blairé les hypocrites et les requins malhonnêtes qui pullulent dans le monde du foot. C'est l'un des premiers à avoir dénoncé les magouilles de la FIFA etc, alors que tous les autres se taisent comme des putes pour pas se faire descendre comme lui s'est fait descendre.
Alors, c'est vrai qu'il n'a pas la culture ou l'intelligence d'un philosophe médiatique mais il a une vraie personnalité d'artiste et c'est très rare. Il y en a eu quelques-uns comme Cantona, Rocheteau ou Gascoigne, des gars que tu sens qu'ils ont une grande sensibilité, mais c'est très rare dans le monde du sport en général.
Sam le pirate Niveau : District
Message posté par buju


Et pas avec de la Videl.



Ok, sortez les glaçons du Freezer.
La vida es una tombola
De noche y de dia
La vida es una tombola
Y arriba y arriba
Adrinho78 Niveau : DHR
Message posté par Sam le pirate


Ok, sortez les glaçons du Freezer.


Là je suis à Bou...
Adrinho78 Niveau : DHR
Message posté par Sam le pirate


Ok, sortez les glaçons du Freezer.


Là je suis à Bou...
Sam le pirate Niveau : District
Message posté par Adrinho78


Là je suis à Bou...


Arrête un peu tes Chichi. C'est juste un verre.
Message posté par gonzolo


Non, il n'est pas simplement quelqu'un qui a pris le melon. Tu parles comme quelqu'un qui ne l'a pas vu jouer. Parce que sur un terrain, ce gars transcendait tout (il ne jouait pas "super bien", il était le football incarné) et ça modifiait totalement la perception qu'on avait de lui. Et n'oublions pas aussi qu'il avait une naïveté presque enfantine et n'a jamais blairé les hypocrites et les requins malhonnêtes qui pullulent dans le monde du foot. C'est l'un des premiers à avoir dénoncé les magouilles de la FIFA etc, alors que tous les autres se taisent comme des putes pour pas se faire descendre comme lui s'est fait descendre.
Alors, c'est vrai qu'il n'a pas la culture ou l'intelligence d'un philosophe médiatique mais il a une vraie personnalité d'artiste et c'est très rare. Il y en a eu quelques-uns comme Cantona, Rocheteau ou Gascoigne, des gars que tu sens qu'ils ont une grande sensibilité, mais c'est très rare dans le monde du sport en général.


Damn, quand je lis des trucs pareils je me dis que vous êtes aveuglés par la qualité du joueur sur le terrain. Il faut être un artiste pour dénoncer la corruption de la FIFA ? On peut vraiment faire de telles accusations en se regardant dans le miroir quand on sniffe des paquets de coke, laquelle finance des exactions dans toute l'amérique latine ?

Etre sensible n'est pas une excuse pour être con. C'est donné à n'importe qui de s'offusquer conte les "méchants", mais ça doit s'accompagner d'une certaine conduite en accord avec ces beaux principes, par exemple ne pas tarter sa femme, ne pas accepter d'argent d'un dictateur, etc.

Diego a une centaine de trucs comme ça à son actif, alors il faut arrêter les conneries une minute, et arrêter de le juger différemment des autres parce qu'il savait jouer au football.
Leserpent 2.0 Niveau : Loisir
J'ai jamais été réellement un grand fan de Maradona (en même temps le mec était napolitain), mais le réduire à un pauvre con qui savait juste faire deux trois trucs avec un ballon, c'est vraiment excessif.

En fait, et je vais ici rejoindre Gonzolo, Maradona, c'est le foot sous tous ses aspects, tant technique, physique et sportif qu'humain.
Outre le joueur ahurissant et quasi inégalable que c'était (je vais pas m'attarder sur la question, tout le monde sait de quoi je parle), on parle là d'un type qui incarne le mieux au monde le football "romantique". On parle souvent des Riquelme, Ronaldinho, Totti ou autres pour décrire ces joueurs qui se reposaient sur leur talent, qui n'étaient pas sérieux mais réussissaient à surnager grâce à leur aisance, qui étaient trop fins pour le foot européen et qui montraient une réelle compréhension et un attachement à leurs supporters, mais le type qui incarne le mieux ces caractéristiques, c'est le Diego. Le type était le meilleur au monde alors qu'il avait une vie plus dissolue que Jim Morrison, un toucher de balle et une finesse à faire pleurer le Pape, et il est la plus grande idole de la ville la plus caractérielle d'Europe (cf la demi finale Italie-Argentine de la CDM 1990, qui se déroule à Naples, au cours de laquelle les napolitains soutiennent l'Argentine du Pibe plutôt que la Squadra). De plus, c'était un type qui comprenait mieux que personne le jeu et sa beauté, son importance et son déroulement. Je citerais par exemple Fabio Cannavaro, qui était en équipe jeune à Naples alors que Diego y était encore en tant que pro, et qui raconte qu'un jour, alors qu'il s'entrainait avec les pros, il tacle Maradona de façon très appuyée; un dirigeant assistant à la scène lui gueule dessus; Diego prend la défense du jeune Fabio, et lui dit "si tu dois me tacler, tacle moi. C'est le jeu".

Diego est donc le jeu. Mais Diego est aussi le foot en dehors du terrain, les débats sans fin, la mauvaise foie du supporter, l'analyse de comptoir que tout le monde a fait au moins une dizaine de fois dans sa vie, Diego incarne et fait tout ça, sauf que lui le fait devant les micros, et donc il passe pour un con (surtout quand il se trompe, notamment à propos de mon avatar).
De plus Diego lutte contre ce qui gangrène ce sport, le foot business, et ces saloperies de mafias à la tête des fédérations.

Donc j'estime qu'il est le type par excellence qui comprend le foot, que ce soit sur et en dehors des terrains, que ce soit techniquement ou dans ce qui doit entourer ce sport.

Diego, à jamais le plus grand, au delà des rivalités et de la haine, ce type est le symbole du foot.
Message posté par Sam le pirate


Arrête un peu tes Chichi. C'est juste un verre.


Il manque du Cell pour les tekpafs c'est chiant.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
On a retrouvé Johnny Ecker
504 49