En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 20 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Interview Patrick Mboma
  4. // Partie 1

« On a failli boycotter la finale des JO »

Indomptable. À 45 ans, Patrick Mboma a vu du pays et se raconte : Cameroun, France, identité, PSG, Japon, corruption, rencontre avec la famille Kadhafi... Retraité depuis 2005, l'attaquant aux 33 buts en 56 sélections est consultant pour Canal + Afrique et passe ses diplômes d'entraîneur. À coup sûr, le périple de Mboma le Douala n'est pas terminé.

Modififié
Vous avez remporté un Ballon d’or africain (2000), deux Coupes d'Afrique des nations (2000 et 2002), vous faites partie des meilleurs buteurs camerounais de l'histoire. Quel regard portez-vous sur votre carrière ?
N'oublions pas les Jeux olympiques quand même !

Je vais y venir un peu plus tard.
Oui c'est un titre important (rires). Ma carrière m'a donné beaucoup de satisfactions avec ce que j'ai pu accomplir avec l'équipe nationale. J'ai gagné des titres collectifs, obtenu des distinctions individuelles. J'ai été deux fois meilleur buteur de la CAN, joueur africain de l'année. Ensuite j'ai eu la chance d'évoluer sur plusieurs continents. Ça s'est souvent bien passé. Je pense au Japon, à mon titre de meilleur buteur du championnat (25 buts) avec le Gamba Osaka et à mes quatre ans en Italie.

« On a eu beaucoup de chance dans cette compétition. On a battu le Brésil de Ronaldinho à 9 contre 11. J'ai d'ailleurs échangé mon maillot avec lui. Quitter le village avec une médaille olympique était impensable 15 jours avant. »

Lors des CAN remportées, vous êtes aligné avec Samuel Eto'o. Peut-on parler d'un passage de témoin ?
Nous avons été à la pointe de l'attaque, pendant plus de quatre ans. Durant cette période, il a été tout aussi prolifique que moi. Il était particulièrement précoce. Mais plutôt qu'un passage de témoin, je parlerais de collaboration efficace. Samuel a été le partenaire d'attaque avec lequel je me suis le mieux entendu sur le terrain.

Comment se matérialisait cette entente ?
J'étais le point de fixation, lui me tournait autour. Grâce à nos deux gabarits et nos pieds forts différents, nous étions complémentaires. On n'avait pas à se chercher, on se comprenait et se trouvait facilement. On n'a jamais fait de plans minutieux avant d'entrer sur la pelouse. Ça a été une période très faste pour le Cameroun et je reconnais que son talent précoce m'a permis d'obtenir des succès chez les Lions.

Revenons aux Jeux. Quels souvenirs gardez-vous de ces JO 2000 remportés à Sydney ?
Il y en a beaucoup. Plus de positifs que de négatifs bien-sûr, malgré cette éternelle difficulté à se faire payer les primes. On a failli boycotter la finale, mais ça s'est retourné en élément motivateur pour l'équipe. Je me souviens d'avoir hurlé l'hymne camerounais, avec la fierté d'être les premiers à donner une médaille d'or à notre pays. C'était un moment émouvant, particulier. Remporter les JO n'a jamais été l'objectif numéro 1 de ma carrière, mais au niveau de l'émotion, c'était sans doute la victoire la plus intense. On a eu beaucoup de chance dans cette compétition. On a battu le Brésil de Ronaldinho à 9 contre 11. J'ai d'ailleurs échangé mon maillot avec lui. Quitter le village avec une médaille olympique était impensable 15 jours avant. Il fallait être fou pour y croire, finalement nous avons réalisé l'exploit comme nos cousins nigérians, quatre ans auparavant.

Vidéo

Pouvez-vous revenir sur cette menace de boycott ?
Déjà on était sur place en Australie, à l'autre bout du monde. La menace de grève a été décidée à minuit, alors que la finale était à midi. Il s'est avéré que le Cameroun avec sa magie est capable de nous dire à minuit qu'il n'y a pas d'argent et 8h du matin qu'il est tombé du ciel. La vérité c'est que j'étais dans le bluff avec nos dirigeants. J'étais un peu le porte-parole du groupe. Il y avait pas mal de joueurs qui étaient près à boycotter cette finale pour leur donner une leçon. Ça aurait été très grave pour le football camerounais, puisqu'on aurait écopé de sanctions exemplaires, et dommageable pour l'image du football africain. Et puis, je doute que le comité olympique nous aurait donné la médaille d'argent après le forfait. Aujourd'hui on ne parlerait pas de cet exploit mais du scandale que nous aurions causé. J'avais 29 ans à cette époque, les autres avaient presque tous moins de 23 ans. Ils pouvaient commettre des erreurs de jeunesse. Heureusement que nos dirigeants ont réussi à calmer les choses, même s'ils sont mauvais et que ce sont des voleurs. Les joueurs ne sont pas dupes. Ils savent compter et ne veulent pas être pris pour des idiots. Il finissent par se révolter. J'ai fait parti du mouvement, sans en être l'instigateur. Ça arrive trop souvent dans le football africain.


Le 4 octobre 2000, au Stade de France, les Lions indomptables sont menés 1-0 par les Bleus et là, vous égalisez d'un magnifique retourné. Racontez-nous l'action.
Je l'ai revu une centaine de fois. Longue touche de Pierre Womé. Marco (Foé) est devant moi, joue le duel. Il n'est ni gagné ni perdu et là, j'ai une réaction plus rapide que celle de mes adversaires. Je comprends que le ballon ne va pas être dévié, il va rebondir dans la surface. Je me retrouve entre le ballon et le but, je n'ai pas pas 36 solutions, il faut tenter le retourné pour redresser la course de la balle. C'est un geste hautement instinctif, que j'ai eu la chance de maîtriser, grâce à une bonne coordination gestuelle, notamment dans les airs. Mon sens du but me permettait de savoir exactement où se situait la cage défendue par Lionel Letizi. Ça ne s'improvise pas. J'ai été chanceux de voir le ballon finir dans les filets. Au moment où je sens l'impact du pied sur la balle, je comprends que je l'ai bien frappée et que ça va aller vers le but. Quand on tente le geste, il y a un réflexe naturel, qui est de fermer les yeux et de les ré-ouvrir pour se réceptionner. Et ce n'est qu'à ce moment là qu'on voit si le ballon est au fond des filets. Mais ce n'est que dans les tribunes ou devant la télé qu'on se rend compte de la splendeur du but, car je parle de splendeur.

Vidéo

Avez-vous ressenti quelque chose de particulier en jouant face à la France votre terre d'accueil ?
C'était le premier match France-Cameroun. On gagne les Jeux olympiques le 30 septembre et il faut jouer la France le 4 octobre en amical. Le champion du monde et d’Europe face au champion olympique et d'Afrique. Nous sommes une ancienne colonie, nous parlons tous français, nous évoluons pour la majorité en France. J'y ai grandi, dans le 93. Ça aurait du être quelque chose de particulier, mais c'était une période où on a pris l'habitude de gagner. Nous nous sentions très forts, on ne voulait pas perdre. C'était le fait de défier les champions du monde qui était important. Ils auraient pu être Français, Portugais ou Ukrainiens, peut importe, c'était les champions du monde. On s'est montré à la hauteur en ne perdant pas. (1-1 score final, ndlr)

« Je ne me sens pas français parce que j'ai le droit de vote, mais parce que je vais voter. Pas seulement pour y payer des impôts, mais pour participer à la croissance du pays. »

À 2 ans et demi vous prenez l'avion avec votre famille, direction la France. Pourquoi ?
Parce que je viens de l’ethnie Douala. Au début des années 1970, chez les Camerounais, nous étions ceux qui tentaient les premiers l'exil vers la France. Il n'y avait pas autant d'avions qu'aujourd'hui et c'était très cher. Quelques familles tentaient l'aventure européenne, surtout française, pour la langue. Ma famille a fait 5000 km de voyage, car professionnellement et économiquement c'était une possibilité pour mon père et ma mère. Ils avaient décidé de prendre leurs trois garçons pour aller vivre en France. Leurs emplois étaient près de Paris. Nous sommes arrivés à Montfermeil, puis à Bondy, pour de nombreuses années.

Vous vous sentez français ?
Oui, je me sens français et je le suis officiellement. Je ne me sens pas français parce que j'ai le droit de vote, mais parce que je vais voter. Pas seulement pour y payer des impôts, mais pour participer à la croissance du pays. Alors oui, on pourrait me dire que mon pays de naissance en aurait plus besoin. C'est vrai, mais la France m'a rendu homme, j'aime ce pays. Le Cameroun m'a donné la vie, procuré professionnellement et émotionnellement de grandes satisfactions. Donc je me sens français, je me sens camerounais et je suis fier d'avoir cette double culture. C'est indissociable.

« Mais je suis sûr que on père était fier de moi et en tout cas, ma mère l'est toujours. »

Vous auriez pu jouer pour l'équipe de France ?
Je ne crois pas. Lorsqu'on grandit on a toujours des modèles. Mon père était le mien. Il était gardien de but. Il a joué en première division au Cameroun, puis il a continué en France dans le football d'entreprise. Il avait un album où il conservait des photos de ses plongeons. Ses amis me racontaient ses exploits, bien entendu c'était romancé, mais petit on se fait des films. On appelait mon père « le petit singe » , il faisait 1m68 mais possédait une détente exceptionnelle. Quand mon père me parlait de football et de sélection je pensais au Cameroun. J'ai grandi en étant camerounais. Je ne suis devenu français qu'à 19 ans. Tout ce qui relevait du football camerounais était important pour moi. Sportivement je me sentais camerounais. Ensuite c'est le Cameroun qui m'a appelé en premier. Je ne sais pas si la France m'aurait appelé. Peut-être que Didier Deschamps en serait capable (rires) pour revenir sur son incartade (Koulibaly, ndlr). Ça aurait été compliqué de choisir la France... mais pas impossible.

Quel regard portez-vous sur les binationaux, plus précisément ceux qui choisissent le pays de leurs parents ?
C'est toujours très compliqué, c'est un sujet sur lequel je me suis parfois emporté. J'ai souvent eu des postures assez dures vis-à-vis de certains, par rapport à leur choix. Finalement il n'y a pas de règles. Chacun devrait être maître de son choix, sans la pression des familles ou du public. Là où je suis ennuyé, c'est qu'il y a trop de joueurs qui partent à cause d'un intérêt d'ordre économique, qui n'a rien à voir avec le cœur. Pour moi, la sélection c'est le cœur, la passion avant tout. Mais je pense qu'il y en a beaucoup qui trichent entre guillemets, avec l'amour qu'ils disent porter à un drapeau, alors que ce n'est qu'hypocrisie et ça, ça me déplaît. D'ailleurs, j’attends certains au tournant.


Votre père vous a déjà dit qu'il était fier de vous ?
Je pense que mes parents sont fiers de leurs enfants. Étaient car j'ai perdu mon père. Malade, il est venu me voir jouer, alors que je faisais mes débuts au Paris Saint-Germain. J'étais encore externe, j'habitais loin et j'étais venu d'abord pour jouer en DH. Il est venu entre vacances et soins, en France. Il m'a vu jouer et il s'est rendu compte que le jeune qu'il voulait voir étudier, plus que jouer au football, avait des chances de réussir dans ce milieu. À ce moment là, il était fier. Malheureusement, il n'a pas eu le temps de connaître son fils professionnel. Lorsque je suis arrivé à Châteauroux en deuxième division, je l'avais déjà perdu. Mais je suis sûr qu'il était fier de moi et en tout cas, ma mère l'est toujours.



Propos recueillis par Flavien Bories
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 6 heures Pronostic OM PSG : 500€ à gagner sur le Classico ! il y a 1 heure Raiola balance sur le racisme dans le monde du foot 21 Hier à 09:53 408€ à gagner avec PSG, Lazio & Fiorentina
Hier à 18:44 Le président de la FA sous pression 7
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 16:08 Course-poursuite entre un entraîneur et des supporters en colère 7 Hier à 15:30 Près de cinq mille agressions d’arbitres en France en 2016-2017 17 Hier à 09:50 Golden Boy : Mbappé et Dembélé finalistes 46 vendredi 20 octobre Le Récap "Ligue des champions" de la #SOFOOTLIGUE vendredi 20 octobre Un U17 suspendu trente ans pour avoir frappé un arbitre 48 vendredi 20 octobre Bastian Schweinsteiger : « Je suis ouvert à toutes propositions » 25 vendredi 20 octobre OFFRE SPÉCIALE : 10€ offerts sans dépôt pour parier chez Winamax !!! 8 vendredi 20 octobre Ils ont joué à Marseille ET au PSG (via Brut Sport) vendredi 20 octobre Luiz Felipe Scolari va quitter Guangzhou Evergrande 20 jeudi 19 octobre Le très joli but d'Olivier Giroud 37 jeudi 19 octobre Une sauce barbecue géante se frite avec les supporters adverses 27 jeudi 19 octobre Il parcourt 6 000 km pour son club sur Football Manager 30 mercredi 18 octobre Lyon-Duchère : Enzo Reale suspendu 7 matchs 11 mercredi 18 octobre Un club de D3 va construire une tribune debout grâce à un crowdfunding 8 mercredi 18 octobre La roulette insolente de JK Augustin 34 mercredi 18 octobre À Coventry, un fan descend sur la pelouse pour engueuler les joueurs 12 mardi 17 octobre 345€ à gagner avec PSG, Bayern & Juventus mardi 17 octobre 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! mardi 17 octobre Zebina condamné à deux ans de prison avec sursis 13 mardi 17 octobre Le fils de Giovinco ambiance les fans de Toronto 3 mardi 17 octobre Troisième commotion cérébrale en six mois pour Birnbaum 10 mardi 17 octobre Une chèvre s'invite sur un terrain de foot en Grèce 12 mardi 17 octobre Arbitre agressé et baston générale dans un match de U19 32 mardi 17 octobre Un maillot pour Halloween créé à Hawaï 6 lundi 16 octobre 216€ à gagner avec Dortmund, Man City - Naples & Real - Tottenham lundi 16 octobre Taarabt met fin à trois ans de disette 16 lundi 16 octobre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 16 octobre Un joueur de Xanthi (Grèce) sanctionné à cause de la mousse 6 lundi 16 octobre Kaká a joué son dernier match à Orlando 12 lundi 16 octobre Un match retardé à cause des confettis 3 lundi 16 octobre Une équipe de D3 argentine déguisée en Lionel Messi 6 lundi 16 octobre Le missile de Guedes avec Valence 21 dimanche 15 octobre Alessandrini nommé pour le trophée du meilleur nouveau venu en MLS 14 dimanche 15 octobre Un match de foot suivi d'un match de rugby sur le même terrain 11 dimanche 15 octobre Pronostic Inter - Milan AC : 431€ à gagner sur le derby ! samedi 14 octobre L'incroyable raté de Mateta 5 samedi 14 octobre Martin Palermo est champion du monde ! (via Brut Sport) samedi 14 octobre Un club de migrants en Andalousie 4 vendredi 13 octobre Découvrez le mini-foot ! (via Brut Sport) vendredi 13 octobre Derby County clashe Nottingham avec un freestyle de rap 4 vendredi 13 octobre Billericay Town FC (D7 Anglaise) recrute deux SDF 4 vendredi 13 octobre À Brescia, les joueurs interrompent l'entraînement pour éviter un PV 1 jeudi 12 octobre Éric Cantona va chanter du Disney 28 jeudi 12 octobre Le Récap "Semaine Internationale" de la #SOFOOTLIGUE 1 jeudi 12 octobre Villarreal s’attaque aux pigeons 20 jeudi 12 octobre Une équipe éliminée sur tapis vert à cause de ses numéros de maillots 16 jeudi 12 octobre Une séance de tirs au but jouée trois semaines après la prolongation 5 mercredi 11 octobre Le Dynamo Dresde ressort son maillot anti-raciste 22 mercredi 11 octobre La voisine avait planqué 186 ballons 47 mercredi 11 octobre L'improbable dégagement en touche d'un remplaçant du Panama 12 mercredi 11 octobre Le feu d'artifice des supporters bosniens 3 mardi 10 octobre George Weah, président du Liberia ? (via Brut Sport) lundi 9 octobre Mondial 2018 : La folie dans les rues du Caire (via Brut Sport) lundi 9 octobre Ballon d'or : la liste des 30 nommés 84 lundi 9 octobre 245€ à gagner avec France-Bélarus & Lettonie-Andorre lundi 9 octobre Quand le pays de Galles foire sa photo d’avant-match 13 lundi 9 octobre Le caramel de quarante mètres d'une joueuse de l'OL 19 lundi 9 octobre Raté incroyable en D4 néerlandaise 6 lundi 9 octobre Ballon d’or : Kane et Lewandowski sont bien là 15 lundi 9 octobre Pronostic France Bélarus : 670€ à gagner sur le match des Bleus ! 1 lundi 9 octobre Ballon d’or : Suárez, Coutinho et Mertens y sont aussi 24 lundi 9 octobre Paraguay : match interrompu pour violences après huit minutes 3 lundi 9 octobre 12 matchs de suspension pour avoir critiqué le district de Moselle 8 dimanche 8 octobre 35 Hollandais font le déplacement pour voir un match de D6 anglaise 6 dimanche 8 octobre La FIFA veut reformer les trêves internationales 20 samedi 7 octobre Une blessure affreuse en Argentine 9 samedi 7 octobre U17 : des IRM pour contrôler l'âge des joueurs 13 samedi 7 octobre QPR a créé un groupe de supporters LGBT 117 vendredi 6 octobre Un nouveau rapport accable l'organisation du mondial au Qatar 42 vendredi 6 octobre Quand des supporters anglais marquent avec un avion en papier 8 jeudi 5 octobre 267€ à gagner avec Bulgarie-France, la Suisse & Iles Féroé-Lettonie jeudi 5 octobre 545€ à gagner sur Bulgarie France ! jeudi 5 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions !!! jeudi 5 octobre Mondial 2018 : la mise en place de la VAR remise en cause 6 mercredi 4 octobre Ivre, Alex Morgan se fait virer de Disney World 39 mercredi 4 octobre Le gardien prend un but gag, les supporters envahissent le terrain 6 mercredi 4 octobre Une équipe espagnole intégralement formée de Sud-Coréens 15 mardi 3 octobre Un triplé dont deux ciseaux en D2 Suisse 3 mardi 3 octobre Emmanuel Eboué fait taire la rumeur VIH 9 mardi 3 octobre Victime d’un malaise cardiaque, il prolonge son contrat 3 mardi 3 octobre Ribéry a payé le salaire de son frère à Bayonne 29 mardi 3 octobre Des fans en colère parce que leur équipe gagne 10 mardi 3 octobre La terrible faute sur Renato Civelli 2 lundi 2 octobre Rocket League dans la vraie vie (via Brut Sport) lundi 2 octobre Emmanuel Eboué atteint de graves problèmes sanguins 21 lundi 2 octobre Les funérailles du club de Modène organisées par ses supporters 12 lundi 2 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !!! 1 lundi 2 octobre Gignac collecte 241 000 euros pour une fillette atteinte d'une tumeur 4 dimanche 1er octobre Le tifo « Dikkenek » des ultras d'Anderlecht 32 dimanche 1er octobre Il envoie un coup de boule à son coéquipier en plein match 2 dimanche 1er octobre Le ciseau d'Haller 2