On a discuté de l'identité de jeu du PSG avec Thiago Silva

Dans une équipe de football, la naissance d'une identité de jeu reste un phénomène mystérieux. Alors que Marcelo Bielsa a créé en quelques mois une identité de jeu à l'OM, les performances et les absences de Thiago Motta et Zlatan ont montré les limites de cette « personnalité collective » à Paris. L'identité de jeu d'une grande équipe peut-elle reposer sur les pieds et les épaules de deux joueurs ? Finalement, quelle est la patte de Laurent Blanc sur cette équipe ? On en a discuté avec Thiago Silva.

Modififié
25 26
Le 8 mai dernier, un jour après avoir obtenu le titre de champion de France tout en perdant contre Rennes, un Thiago Silva en casquette répond à nos questions après avoir passé son après-midi à déconner avec Zlatan. Mais quand les sujets Chelsea et tactique ressortent, le défenseur retrouve vite son style de jeu, sérieux et intransigeant. Au moment où l'insistance de Laurent Blanc sur la possession de balle est abordée, Thiago interrompt la conversation de façon surprenante :
- Attends, tu dis qu'on insiste plus sur la possession de balle avec qui, Ancelotti ou Blanc ?
- Bah... Blanc, non ? Par rapport à l'an dernier, toi par exemple, en moyenne tu touches 20 ballons en plus par match…
- Ah, oui... C'est vrai... (hésitant) Mais c'est surtout vrai que l'an dernier, si vous regardez bien le calendrier et les matchs, il n'y avait pas Thiago Motta. C'est ça, la grande différence avec la saison dernière.

Mais alors, malgré un changement d'entraîneur et tout ce qui a été dit sur les différentes philosophies de jeu défendues par Ancelotti et Blanc, la « grande différence » serait la forme fragile d'un Brésilien au passeport italien jouant en Mizuno ? Effectivement, sous Ancelotti en 2012/13, Motta joue 12 matchs de Ligue 1. En 2013/14, le total monte à 32. Naïfs étaient donc ceux qui pensaient que les entraînements et les idées de jeu de Blanc avaient transformé le PSG ? Les 63% de possession, c'était Thiago Motta ? Les séries interminables de circulation de balle dans le camp parisien, c'était Thiago Motta ? La différence entre Ancelotti et Blanc, c'était Thiago Motta, vraiment ? Les propos du capitaine parisien interrogent : les joueurs sont-ils si peu impliqués dans la conception des idées de leur jeu qu'ils peuvent penser que l'un des leurs peut faire toute la différence ? La réponse aurait-elle été différente si elle avait été posée à un milieu comme Verratti ou Motta ? Interrogé par la suite sur le discours et le plan de jeu de Laurent Blanc avant la terrible défaite Chelsea-PSG à Stamford Bridge, Thiago Silva répond : « « Ne prenez pas de but » . Voilà ce qu'il nous a dit avant le match. Et aussi "Restez bien concentrés". » Et c'est tout… Alors, surestime-t-on l'importance de l'entraîneur au sein de ces clubs de superstars ? Le PSG joue-t-il en roue libre, plus ou moins bien en fonction de la présence de tel ou tel talent ?

De l'influence de Thiago Motta


Cette saison, Thiago Motta a presque toujours été là. Un miracle de la haute médecine parisienne, penseront les Italiens. Mais alors que sa présence était auparavant la garantie de voir un PSG plein de maturité, équilibré derrière et cynique devant, ses performances cette saison n'ont pas suffi. Car l'Italo-Brésilien était bien titulaire lors des matchs nuls contre Reims, Rennes, Toulouse, Monaco. Et même, face à Lyon au Parc, le PSG menait 1-0 à son entrée en jeu (64e), et avait fini par se faire rejoindre. D'où un nouvel argument allant dans le sens des propos de Thiago Silva : cette année, Motta joue moins bien, et donc le PSG aussi. D'ailleurs, quand l'enfant de la Masia élève son niveau de jeu, comme contre le Barça au Parc, tout le collectif le ressent. Sans même avoir besoin de gagner un seul duel aérien, Motta accumule 8 interventions défensives, 4 récupérations et des passes lasers capables d'accélérer les contres du PSG comme il accélérait ceux de l'Inter de Mourinho. Cette saison plus que jamais, Motta est aussi le symbole de ce PSG « fait pour l'Europe » . C'est le cas en phase offensive : en 4 matchs européens, il a créé autant d'occasions qu'en 11 matchs de championnat (6 dans chaque compétition). Et aussi en phase défensive : 38% de duels gagnés en Ligue 1 contre 66% en C1 (stats Squawka). En fait, certains joueurs cadres ont une importance tactique telle que le visage de l'équipe finit par avoir le leur, et le même phénomène est observé avec Gabi à l'Atlético. Alors, sans Motta contre Marseille – suspendu pour accumulation de cartons jaunes – que va faire Blanc ?

De l'influence de Zlatan Ibrahimović


Dans la suite de l'entretien, Thiago Silva est donc questionné sur l'influence réelle de l'idée de l'entraîneur sur le style de jeu du PSG : « Non, je pense que son idée (celle de Blanc) est la première chose. Mais après, sur le terrain, on fait ce qu'il y a de mieux à faire en fonction des qualités des joueurs que l'on a. Si on a des joueurs pour avoir la possession du ballon, on peut aller de l'avant avec un jeu de qualité. Si on n'a pas de joueurs de qualité, on met la balle sur "Zlata", qui est fort dans les duels pour remonter la balle. » Un côté diplomate, certes. Mais aussi une révélation sur l'importance de Zlatan, également mise en lumière par Marcelo Bielsa en conférence de presse d'avant-match : « En fonction d'où sera Ibrahimović, on va essayer qu'il y ait un de nos joueurs. Comme il bouge dans le centre, ce seront normalement nos défenseurs centraux qui vont l'affronter et comme il redescend aussi au milieu, il serait bon d'accompagner son action, car s'il redescend sans être marqué, il développe cette capacité à organiser les attaques de son équipe. » Évidemment que le jeu parisien change en fonction de la présence d'Ibrahimović est loin d'être une surprise.

Mais ici, le mot-clé est « organiser » : en l'absence de l'attaquant-meneur suédois, les prestations offensives du club parisien ont rappelé que ce n'est pas le PSG qui organise les attaques de Zlatan, mais plutôt Zlatan qui organise les offensives du PSG. Et Bielsa fait référence à des actions qui semblent aussi travaillées et répétées que le playbook de Gregg Popovich : le Suédois redescend, parfois jusqu'au rond central, se retourne, renverse vers l'avant sur un côté et fonce vers la surface en espérant reprendre un centre fort de Van der Wiel/Lucas à droite ou Maxwell/Matuidi à gauche. En fait, en l'absence du Suédois, le PSG perd donc certaines armes qui formaient une partie de son identité. Et pour en réinventer d'autres, forcément, ça met du temps. Sans Ibra, le PSG a tout de même signé 7 victoires et 2 nuls (Toulouse et Monaco). Mais il a anormalement souffert dans le jeu. D'où la question suivante : Laurent Blanc aurait-il pu, en un peu plus d'une saison, construire une identité de jeu qui ne dépende pas des caractéristiques uniques de Zlatan et Motta (33 et 32 ans) ? Concrètement, avant que Zlatan ne se blesse, est-ce que le PSG pouvait trouver le temps de travailler des automatismes sans le Suédois ? Combien de temps et combien de fois par semaine ?

Grands joueurs, collectif et travail


Après tout, il est normal qu'une identité de jeu dépende de certaines grandes individualités. Malgré la présence de Messi, Suárez et Mascherano, le Barça dépend largement de la forme de Xavi. Le dynamisme collectif de la Juve repose sur les mouvements de Pirlo, et celui du Real d'Ancelotti ne serait pas aussi abouti sans Modrić. Pour aller plus loin, que ferait Bielsa sans les efforts et les buts de Gignac, et sans la capacité d'Imbula à sauter les lignes adverses ? Heureusement qu'une idée de jeu dépend des joueurs pour qui elle a été pensée a priori. En fait, l'absence de ces derniers permet surtout d'éclairer des facteurs de réussite cruciaux : les capacités d'adaptation et d'anticipation des entraîneurs, et la préparation d'un collectif pensé comme groupe et non pas comme somme d'individualités.

En parlant de son grand Milan en octobre 2013, Arrigo Sacchi disait : « J'ai toujours pensé que le moteur du football était le jeu. Et en partant de cette idée de jeu, j'allais chercher des personnes de confiance, et puis des joueurs fonctionnels avec ce système. Et nous nous sommes mis à travailler ensemble. Je n'arrêtais pas de répéter : "Le collectif est meilleur que l'individu." L'individu peut te faire gagner un match, mais les exploits se font avec une équipe. Le football est un sport collectif avec des moments individuels, pas le contraire. Et pour faire tout cela, nous avons énormément travaillé. Énormément, j'insiste. Je me rappelle avoir invité Wenger, Houllier et Fernandez à Milanello. Ils étaient revenus en disant qu'ils n'avaient jamais vu une équipe travailler autant. » Anticipation, adaptation, travail. Les mêmes concepts qu'avance continuellement Marcelo Bielsa. Le 6 octobre 2013 au Vélodrome, l'expulsion de Motta n'avait pas empêché Laurent Blanc de battre les Marseillais en remplaçant Lavezzi par Rabiot pour revenir sous l'impulsion du milieu Matuidi-Rabiot-Verratti. Et ce dimanche ?

Par Markus Kaufmann / Propos recueillis par Markus Kaufmann et Charles Alf Lafon À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Le coach qui lâche juste deux phrases merdiques avant un match d'une telle importance, j'en doute fort.

Mais si c'est véridique, Blanc est vraiment le pire des escrocs.
Corto le Maltais Niveau : District
Pour moi Blanc n'a tout simplement pas le charisme pour tenir cette equipe. Son talent de tacticien est peut etre bon, mais on sent bien que les joueurs ne le respectent pas.
DocteurHappy Niveau : CFA
Vraiment pas mal , et je dirais même plus à renouveler ce genre d'article . Après , il est dommage d'avoir un déséquilibre entre les propos de T Silva qui aurait pu être plus approfondi ( le confronter à votre analyse et lui demander sa vision tactique ) et votre interprétation qui est intéressante mais beaucoup plus fourni que les propos de Ts et qui fait donc pencher la balance vers un texte plus classique , plus "commun " au journalisme sportif ( malgré un potentiel de départ intéressant ).


A
DocteurHappy Niveau : CFA
@DocteurHappy , t'aurais du relire le texte une deuxième fois avant de l'ouvrir mais je t'aime quand même .
De toute façon c'est Blanc ou rien vu que quand y a eu un immense coach (ancelotti) qui était là il se faisait lyncher d'une parce qu'il était pas français en sorte et ensuite parce que son jeu ne plaisait pas, Paris peut avoir n'importe qui comme coach il se fera quand même critiquer à la moindre erreur c'est un peu devenu un club avec des supporter très mal habitué et les journalistes français (menes en particulier) j'en parle même pas de toute façon c'est ça quand un mec débarque avec plein de thune et vend du rêve forcément il n'y a aucune valeur à tout ça comme un gosse de riche qui ne sait pas compter l'argent et qui a tout et s'attend à avoir tout

Donc blanc ou un autre qui a plein de charisme et plein d'idée il se fera insulter pour ça
Message posté par DocteurHappy
@DocteurHappy , t'aurais du relire le texte une deuxième fois avant de l'ouvrir mais je t'aime quand même .



@DocteurHappy et MisterHyde, je suis d'accord avec toi (vous?), c'est sympa d'avoir un début de point de vue tactique d'un joueur.

Mais on peut pas en vouloir au journaliste d'analyser profondément ce que sort TS!
Message posté par DocteurHappy
Vraiment pas mal , et je dirais même plus à renouveler ce genre d'article . Après , il est dommage d'avoir un déséquilibre entre les propos de T Silva qui aurait pu être plus approfondi ( le confronter à votre analyse et lui demander sa vision tactique ) et votre interprétation qui est intéressante mais beaucoup plus fourni que les propos de Ts et qui fait donc pencher la balance vers un texte plus classique , plus "commun " au journalisme sportif ( malgré un potentiel de départ intéressant ).


A


C'est ça aussi l'intérêt de l'abo au magazine papier, d'avoir plus souvent accès à ce genre d'articles. Parce que sinon on peut lire tout ça gratuitement, et je vois pas trop ce que SoFoot y gagne...
DocteurHappy Niveau : CFA
Message posté par JeanElyess


@DocteurHappy et MisterHyde, je suis d'accord avec toi (vous?), c'est sympa d'avoir un début de point de vue tactique d'un joueur.

Mais on peut pas en vouloir au journaliste d'analyser profondément ce que sort TS!


Oui je suis d'accord , j'ai lu l'article en Thiagonnale ....dsl

www.youtube.com/watch?v=_df9TqRjiPA
Message posté par Se7en
De toute façon c'est Blanc ou rien vu que quand y a eu un immense coach (ancelotti) qui était là il se faisait lyncher d'une parce qu'il était pas français en sorte et ensuite parce que son jeu ne plaisait pas, Paris peut avoir n'importe qui comme coach il se fera quand même critiquer à la moindre erreur c'est un peu devenu un club avec des supporter très mal habitué et les journalistes français (menes en particulier) j'en parle même pas de toute façon c'est ça quand un mec débarque avec plein de thune et vend du rêve forcément il n'y a aucune valeur à tout ça comme un gosse de riche qui ne sait pas compter l'argent et qui a tout et s'attend à avoir tout

Donc blanc ou un autre qui a plein de charisme et plein d'idée il se fera insulter pour ça



Je vois pas trop le rapport, le côté gosse de riche est assumé par les Qataris. Si je me souviens bien ils s'étaient donnés 5 ans pour remporter la LDC, ce qui est ambitieux mais reste raisonnable vu les moyens financiers déployés.

Pour ce qui est du lynchage d'Ancelotti, c'est un peu fort comme terme mais je suis globalement d'accord avec toi. On en a entendu de belles de la part des journalistes sportifs, un peu moins des supporters.


Mais parlons franchement, le niveau de jeu entre la saison 2012/2013 et la saison 2013/2014 n'est pas comparable. L'année dernière c'était quand même du très lourd, beaucoup de records sont tombés, on a littéralement dominé le championnat. Laurent Blanc aurait sûrement été promu Entraineur du Siècle par ses copines du PAF sportif et par quelques supporters encore en transe si Demba Ba avait les jambes plus courtes.

Y'a deux ans par contre, ça proposait un style de jeu différent, y'a eu de beaux matchs mais globalement le niveau était plus faible. On s'est souvent retrouvés en difficultés sur de petits matchs de championnat comme cette année, des changements tactiques parfois à côté de la plaque et si je me souviens bien on finit champion mais avec peu d'avance. Alors à la décharge de Carlo, le pays/mentalité est différent, l'équipe est bien plus jeune, beaucoup de pression pour un club de cet envergure et cerise sur le gâteau, il doit supporter les conseils et reproches venant d'un ex pigistes de l'équipe, prophète du football le temps d'un dimanche soir sur Canal.


La question qu'on peut légitimement se poser : Si Ancelotti avait choisi d'entraîner l'Ajax en finissant 7e du championnat néerlandais au lieu de gagner la DECIMA avec le Real, est-ce qu'il y aurait autant de regrets ?

Pour finir, je ne dis pas qu'un tel est meilleur qu'un autre, juste que l'herbe est plus verte chez le voisin, sauf à Dortmund..
Message posté par Iskandar



Je vois pas trop le rapport, le côté gosse de riche est assumé par les Qataris. Si je me souviens bien ils s'étaient donnés 5 ans pour remporter la LDC, ce qui est ambitieux mais reste raisonnable vu les moyens financiers déployés.

Pour ce qui est du lynchage d'Ancelotti, c'est un peu fort comme terme mais je suis globalement d'accord avec toi. On en a entendu de belles de la part des journalistes sportifs, un peu moins des supporters.


Mais parlons franchement, le niveau de jeu entre la saison 2012/2013 et la saison 2013/2014 n'est pas comparable. L'année dernière c'était quand même du très lourd, beaucoup de records sont tombés, on a littéralement dominé le championnat. Laurent Blanc aurait sûrement été promu Entraineur du Siècle par ses copines du PAF sportif et par quelques supporters encore en transe si Demba Ba avait les jambes plus courtes.

Y'a deux ans par contre, ça proposait un style de jeu différent, y'a eu de beaux matchs mais globalement le niveau était plus faible. On s'est souvent retrouvés en difficultés sur de petits matchs de championnat comme cette année, des changements tactiques parfois à côté de la plaque et si je me souviens bien on finit champion mais avec peu d'avance. Alors à la décharge de Carlo, le pays/mentalité est différent, l'équipe est bien plus jeune, beaucoup de pression pour un club de cet envergure et cerise sur le gâteau, il doit supporter les conseils et reproches venant d'un ex pigistes de l'équipe, prophète du football le temps d'un dimanche soir sur Canal.


La question qu'on peut légitimement se poser : Si Ancelotti avait choisi d'entraîner l'Ajax en finissant 7e du championnat néerlandais au lieu de gagner la DECIMA avec le Real, est-ce qu'il y aurait autant de regrets ?

Pour finir, je ne dis pas qu'un tel est meilleur qu'un autre, juste que l'herbe est plus verte chez le voisin, sauf à Dortmund..





Lisez moi ce pavé qu'il a écrit, l'analyse est vraiment pertinente je trouve..
Message posté par Iskandar



Je vois pas trop le rapport, le côté gosse de riche est assumé par les Qataris. Si je me souviens bien ils s'étaient donnés 5 ans pour remporter la LDC, ce qui est ambitieux mais reste raisonnable vu les moyens financiers déployés.

Pour ce qui est du lynchage d'Ancelotti, c'est un peu fort comme terme mais je suis globalement d'accord avec toi. On en a entendu de belles de la part des journalistes sportifs, un peu moins des supporters.


Mais parlons franchement, le niveau de jeu entre la saison 2012/2013 et la saison 2013/2014 n'est pas comparable. L'année dernière c'était quand même du très lourd, beaucoup de records sont tombés, on a littéralement dominé le championnat. Laurent Blanc aurait sûrement été promu Entraineur du Siècle par ses copines du PAF sportif et par quelques supporters encore en transe si Demba Ba avait les jambes plus courtes.

Y'a deux ans par contre, ça proposait un style de jeu différent, y'a eu de beaux matchs mais globalement le niveau était plus faible. On s'est souvent retrouvés en difficultés sur de petits matchs de championnat comme cette année, des changements tactiques parfois à côté de la plaque et si je me souviens bien on finit champion mais avec peu d'avance. Alors à la décharge de Carlo, le pays/mentalité est différent, l'équipe est bien plus jeune, beaucoup de pression pour un club de cet envergure et cerise sur le gâteau, il doit supporter les conseils et reproches venant d'un ex pigistes de l'équipe, prophète du football le temps d'un dimanche soir sur Canal.


La question qu'on peut légitimement se poser : Si Ancelotti avait choisi d'entraîner l'Ajax en finissant 7e du championnat néerlandais au lieu de gagner la DECIMA avec le Real, est-ce qu'il y aurait autant de regrets ?

Pour finir, je ne dis pas qu'un tel est meilleur qu'un autre, juste que l'herbe est plus verte chez le voisin, sauf à Dortmund..


Ce que je veux dire par le coté gosse de riche c'est l'insatisfaction qui sera toujours présente comme ça a été le cas pour Roman Abramovitch par exemple le fait de s'offrir un nouveau jou-jou juste parce que le coach/joueur fait du très bon taff mais rien d'excellent ou qu'il est passé de mode par exemple.

Coté jeu oui c'est sûr c'était plu beau l'an dernier mais faut pas oublié que c'est la ligue 1 quand même donc un niveau généralement peut relever mais oui je te l'accorde c'etait beau à voir

concernant le parcours en c1 paris n'a sortie aucun gros l'an dernier, ô combien même ils aurait sortie chelsea ça aurait été jusque là la seule équipe et ça aurait surtout été grâce a une action individuelle (pastore) même si je ne résume pas le match seulement à ça.

Pour Ancelotti il est fantastique depuis ses merveilles au Milan la décima c'est un plus pour lui le fait est que Carlo Ancelotti est venu entraîner en France et beaucoup de journaliste lui on manque de respect pour moi, cet homme qui pourrait rendre meilleur plein de joueur comme il a pu le faire au Milan


Je précise je ne pas supporter parisien ou marseillais d'ailleurs en ligue 1 je supporte Metz donc mon regard est totalement objectif c'est pour dire
La moustache d'Alioune Touré Niveau : District
Ouais, Iskandar a bien résumé le truc. Qu'est-ce qu'on reproche à Blanc en fait ? De ne pas être respecté de ses joueurs ? Mais qui dit ça ? De ne pas avoir su gérer Ben Arfa ? Vaste blague... On parle quand même d'un gars double champion de France... Qui d'autre a décidé de l'identité du jeu de Paris ? Ancelotti, s'il l'avait voulu, aurait pu choisir la possession dès la première année... Aucune de ses équipes ne jouent ainsi, Blanc veut jouer comme le Barça, c'est compliqué mais il fait du bon boulot jusqu'ici...
Message posté par Iskandar
Le coach qui lâche juste deux phrases merdiques avant un match d'une telle importance, j'en doute fort.

Mais si c'est véridique, Blanc est vraiment le pire des escrocs.



C'est peut être les seule phrases que T Silva a pu comprendre de L Blanc ?
Jallet y aller Niveau : DHR
Je suis loin d'être un fan absolu de Laurent Blanc mais je trouve les critiques à son égard parfois sévères. Est-ce vraiment de sa faute si le jeu est moins flamboyant cette saison alors que le système et les joueurs sont les mêmes ? On voudrait qu'il fasse la pluie et le beau temps, mais comme tout entraîneur il est dépendant des blessures (Thiago Silva, Zlatan, Lavezzi) et des méformes (Cavani, Cabaye). En revanche peu de monde a remarqué son obstination a maintenir sa confiance à Pastore. Elle s'avère aujourd'hui payante avec un "Flaco" qui a gagné en regularité et qui donne enfin sa pleine mesure.
Je crois qu'on est assez tous d'accord pour dire que Blanc n'atteindra jamais l'expertise tactique d'un Sacchi, Capello, Hiddink ou Mourinho. N'empêche que je trouve qu'il mène plutôt bien sa barque depuis son arrivée à Paris. Surtout pour un mec qui était un choix par défaut et qui était pour beaucoup déjà condamné à plus ou moins long terme avant de commencer...
Jallet y aller Niveau : DHR
Après quel entraîneur a fait l'unanimité à Paris ? Des mecs comme Jorge, Ivic ou Ancelotti ont essuyés bon nombre de critiques alors que c'était quand même loin d'être des "peintres" dans le milieu...
Lost in translation Niveau : CFA2
L'article commence très bien puis part dans des reproches / questions assez foireuses.
Comme si plus haut, c'est un peu frustrant de n'avoir que des bribes des idées de Thiago Silva sur le sujet. Mais bon je comprends bien que le but de l'article et de développer sur ces deux phrases qu'il a lâche en mai dernier.
Pour ma première sur Motta c'est assez fou. Il aurai fallu comparer les stats de possession avec et sans Motta pendant cette fameuse saison Ancelotti.

Pour la deuxième sur Zlatan et surtout "la qualité au milieu" qui fait qu'on balance sur Zlatan si "il n'y a pas de joueurs de qualité". Ça m'a fait tout de suite penser au match contre Lorient. On a passer tout le match à balancer devant jusqu'à l'entrée d'un certain Marco Verrati :) pourtant Motta était bien sur le terrain depuis le début.

Pour ce qui est du discours de Blanc, c'est assez choquant à entendre comme ça mais je suppose que Thiago Silva dégage juste les points concrets du discours... Il y avait eu un article dans les cahiers il y a un bout de temps "dans la peau de Thiago Silva" (un peu comme un journal de Zlatan mais en mieux et pour chaque joueur du pez tour à tour il me semble). Dans cet article ils montraient un Thiago Silva super simple d'esprit, limite idiot, et très très concret. Ça colle bien à l'idée que je me fais du personnage :)

Bref, l'influence de Motta sur le jeu de possession oui mais dans quelle mesure (des stats avec ou sans lui! Je ne vois pas la rapport avec la différence entre ses stats personnelles L1/C1) et le jeu offensif du pez est fait pour Zlatan oui merci on savait déjà. Est ce qu'on aurait dû s'entrainer sans lui de temps en temps, alors qu'il était au sommet de sa forme, pour prévenir son éventuelle absence? Non, on travaille pour être bon avec lui d'abord... jusqu'à ce qu'il commence à décliner et ça c'est très probablement maintenant!

C'est vrai que ça donne envie du papier tout ça. Ou juste de plus de Marcus :)
Personnellement, je trouve ce PSG plus fort que celui de l'an dernier.
Par exemple, la montée en puissance de Pastore.
Des mecs comme Cavani qui ne marquait plus, ou VDW et Marquinhos qu'on disait incapable de marquer dans cette équipe.
Des mecs qui confirment comme verratti, Motta (par rapport à l'infirmerie).
Un flop : Cabaye. Mais qui sait, il sera peut être capable lui aussi de revenir plus fort a l'image de Pastore.
*Lucas après Marquinhos pardon.
On dit que Blanc ne fait pas progresser les joueurs. Quid de Marquinhos, Pastore, Verratti qui s'est beaucoup calmé et a simplifié son jeu, Van der Wiel a changé de dimension. Lucas progresse beaucoup en ce moment.


Au passif: Lavezzi reste mediocre, Cabaye reste une chevre. TS et Zlatan sont evidemment toujours au top

Un bilan pas si mauvais je trouve.
Le lynchage de Carlo Ancelotti par les médias français était bel et bien réel, et n'avait pas lieu d'être

C'est en entendant cette bonne tarlouze d'Olivier Rouyer dire un truc du genre: "ca me fait mal de dire ça mais Bielsa est un grand coach, pourquoi ca me fait mal de le dire ? parce qu'il n'est pas français" que j'ai "compris" leur petit jeu

En gros les français sont contents que leurs potes soient sur le banc, les Elie Baup et machin truc qui, disons le, sont dégueulasses en tant que coach et c'est pas près de changer

Alors vive la Ligue 1 et ses 1-0, vive les 0-0 en coupe d'europe (coucou Lille) et vive notre 7e place UEFA,
et rappellons le

PS: donner la parole à Guy Roux, franchement c'est quoi ce bordel avec le foot en France

Ligue 1 = Big FIVE européen (ahahah)
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
25 26