Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Barrage
  3. // Pérou-Nouvelle-Zélande

On a discuté avec le sosie péruvien de Zlatan

Comme le Suédois, le Péruvien José Carlos Fernández Piedra est attaquant, grand, mastoc, a les cheveux longs et un mental de gagnant. L'ancien international préface ce match retour à domicile qui met son pays en ébullition (0-0 à l'aller). L'occasion de parler de son surnom, de ses quatorze clubs et de la suspension du capitaine péruvien pour dopage avant le barrage.

Modififié
Bonjour José Carlos. Bon, j'imagine que c'est la folie actuellement au Pérou ?
Oui, il y a énormément de pression. Tout le peuple péruvien suit avec beaucoup d'assiduité tout ce qui se passe autour de la sélection en espérant qu'on fasse notre retour en Coupe du monde. La dernière fois c'était en 1982, en Espagne. On attend avec impatience ce barrage.

Vidéo

Comment expliques-tu le fait que vous ayez attendu aussi longtemps pour vous qualifier ?
C'est difficile à dire. Je crois que le foot péruvien, et donc la sélection, récolte aujourd'hui les fruits de l'énorme travail qui a été entrepris depuis quelques années. Ici, le football s'est enfin professionnalisé, que ce soit au niveau de la formation des jeunes, mais aussi de l'encadrement des seniors. C'est le cas également de la sélection.

Toi aussi, tu as joué pour l'équipe nationale.
Oui, j'ai porté à six reprises le maillot de la Blanquirroja entre 2010 et 2012.


Tu fais des débuts tonitruants en marquant deux buts contre le Canada, puis, trois jours plus tard, contre la Jamaïque. Comment expliques-tu le fait que tu n'ais pas été repris ?
À cause de mes blessures. Quand j'étais dans les plans du sélectionneur, je me suis blessé gravement à la cheville et au genou. Ces deux coups du sort ont bien évidemment compliqué mes chances d'être à mon meilleur niveau et donc d'être repris.

Vidéo

Tu viens de signer au Deportivo Municipal, ton quatorzième club. Tu n'as jamais réussi à trouver la stabilité. Pourquoi ?
J'ai changé de clubs à plusieurs reprises, mais, dans la plupart des cas, j'ai bougé dans le but d'améliorer mon niveau, même si c'était intéressant aussi d'un point de vue financier. Je ne regrette rien, c'est comme ça. Je suis très content d'avoir joué dans plusieurs clubs importants au Pérou et notamment mon club de cœur, l'Alianza Lima. J'ai aussi eu la chance de m'expatrier en Équateur, en Argentine, en Ukraine et en Belgique. J'ai beaucoup appris. En Ukraine, c'était compliqué, il y avait la barrière de la langue et un énorme fossé culturel. En Belgique, en revanche, au Cercle de Bruges, c'était très bien, que ce soit au niveau de la ville, du club ou des joueurs. Mais bon, je n'avais malheureusement pas suffisamment d'expérience internationale à ce moment-là.


« Je crois qu'au niveau de la personnalité, on a quelques points communs avec Zlatan... »

Pour ce barrage retour contre la Nouvelle-Zélande, ça ne va pas être facile avec la suspension du capitaine Paolo Guerrero pour un contrôle antidopage « anormal » . Tu le connais ?
J'ai joué avec lui en sélection. C'est un gars très professionnel et passionné par le football. C'est le capitaine, l'attaquant et le pilier de cette équipe. C'est un coup très dur pour la sélection, mais je pense que les joueurs vont tout donner pour lui et qu'ils vont lui ramener la qualification. Je suis sûr que cette histoire n'est qu'un gros malentendu.


Quelles sont les forces de cette équipe péruvienne ?
Il y a plusieurs joueurs qui sont très bons. Mais je mettrais en avant plus particulièrement le solide défenseur Alberto Junior Rodríguez, qui a joué à Braga et au Sporting Portugal. Edison Flores, qui évolue à Aalborg au Danemark, Christian Cueva à São Paulo et enfin Yoshimar Yotún qui joue en MLS à Orlando.

Vidéo

Apparemment, on te surnomme Zlatan dans ton pays. Ça fait longtemps ?
Ça fait déjà pas mal d'années, oui... Ce sont les journalistes péruviens qui ont commencé à m'appeler Zlatan, les fans et certains de mes coéquipiers me surnomment comme ça maintenant. J'ai commencé à m'y faire.

Tu es fan du joueur ?
Oui, c'est un grand attaquant. Un « crack » , comme on dit. Je n'oserais pas me comparer à lui, car je suis loin de son niveau. En revanche, je crois qu'au niveau de la personnalité, on a quelques points communs. Je suis un gagneur, un combattant.


Tu crois qu'il sait qu'il y a un Zlatan au Pérou ?
Je n'en ai pas la moindre idée... (Rires.)

Si vous vous qualifiez, tu vas aller en Russie pour supporter ton pays ?
Je vais déjà essayer d'être dans la liste des 23 et, si jamais je n'y suis pas, oui, j'aimerais bien aller en Russie pour supporter mes coéquipiers.

Tu crois à une éventuelle sélection ?
Dans le football, tout peut se passer...

Un petit prono pour le match retour ?
On va gagner et se qualifier. Je ne peux pas te dire le score, mais on va aller en Russie.

Propos recueillis par Jacques Besnard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 5 heures GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
il y a 6 heures Pochettino compare l'expérience à des vaches devant un train 24 il y a 6 heures Infantino contre les matchs de Liga aux USA 25 Hier à 16:19 Une bousculade fait cinq morts en Angola 7