1. //
  2. // Infiltré

On a découpé de la bidoche avec Julien Escudé

À peine la page de sa carrière pro tournée, Julien Escudé s'est lancé dans un nouveau projet autour de sa deuxième passion : la viande. Si son restaurant a ouvert à Madrid il y a deux mois, il a mis un an avant de monter le projet. Auparavant, il a appris auprès du boucher star, Yves-Marie Le Bourdonnec. Des champs d'éleveurs français à taper le cul des vaches les bottes aux pieds jusqu'au billot de préparation de la boucherie Lamartine avec le poignard et la cotte de mailles.

Modififié
799 22
Il est 9h, Paris s'éveille. À l'heure du deuxième café, les longs couteaux sont déjà à l'œuvre à la boucherie Lamartine, dans la très chic avenue Victor Hugo du 16e arrondissement. Dans ce petit magasin noir et granit qui conserve encore son enseigne en lettres d'or du début du XXe siècle, une jeune équipe taille dans le gras depuis plusieurs heures. Yves-Marie Le Bourdonnec, propriétaire des lieux, a aiguisé ses lames, sorti deux tabliers propres et extrait quelques gros morceaux de barbaque de la chambre froide. Il attend deux apprentis de marque : Julien Escudé et sa femme Carolina. Celui qui est retraité des stades depuis un an est là ce matin parce qu'il mature une idée : ouvrir avec Carolina un restaurant de viande à Madrid. La jolie brune qui l'accompagne ce matin dans cette magnifique boucherie classée à l'inventaire des Monuments historiques est à l'origine directe de ce projet. Elle a passé quelques heures dans les casseroles familiales, opéré pas mal de catering dans les stades andalous de Sánchez Pizjuán, du Betis ou de Huelva, et est originaire de Madrid. Depuis une bonne année, c'est là que Julien Escudé prépare sa nouvelle vie de restaurateur. « On avait envie d'un projet commun, j'aime manger, le projet est né comme ça » , explique-t-il très simplement. Quant à l'idée du concept, elle est née d'un constat : « Les Espagnols mangent mal, beaucoup sont obèses. Les gens se posent des questions et il y a de plus en plus d'allergies. »

Dès le départ, il est hors de question de poser l'argent sur la table. Novice en boucherie, Escudé veut prendre le temps de tout bien maîtriser, « avoir une idée générale de la partie, connaître l'envers du décor » , avant de lancer son restaurant. Il choisit donc d'apprendre auprès de la vedette du steak, Yves-Marie Le Bourdonnec. Devenu star médiatique à force de se balader en kilt sur ses papiers pour emballer le jambon, ce boucher passionné de maturation, installé à Paris et Asnières – la ville de l'agent de Julien -, est l'un des plus fervents défenseurs d'élevages sains. Julien Escudé l'a justement choisi pour ça, parce qu'il est au contact des meilleurs éleveurs. Au printemps, Scude a donc enfilé des bottes et les deux gaillards ont parcouru la France à la recherche des viandes qui arriveront dans les assiettes du quartier huppé de Salamanca. L'approvisionnement est, bien entendu, complété par de l'agneau de lait élevé aux castagnettes, du canard élevé au maïs, près de Pau, chez qui maman Escudé avait ses habitudes, et une belle viande de Galice. Ce qui se fait de mieux sur le marché en ce moment...

Du kilt au Slip-on Prada


Rencontrer l'éleveur, tâter de la bête, il ne restait donc plus qu'à découvrir l'art de la découpe. Ce matin au réveil, Julien et Carolina ont passé le même pull cachemire moutarde et les même Slip-on Prada noires semelles caoutchouc blanc, avant d'enfiler le même tablier noir de la maison Le Bourdonnec. Le couple se fait tout petit au fond du minuscule commerce, derrière les vitrines où pendent les grosses pièces. Cinq personnes occupent déjà les 60m2, dont un petit Le Bourdonnec et l'imposante Marie-Flore, Antillaise qui suit Yves-Marie depuis des années. Dans ce couloir de préparations, coincé entre le frigo de maturation et la chambre froide, le patron entame une côte, dégage l'os, pare la viande. Ici, les Escudé mettent en place un programme sur mesure, qu'ils n'auront plus qu'à calquer à Madrid. « Ce qu'on va vendre, comment fignoler la matière brute, l'affiner et puis, enfin, tester les goûts : on touche du doigt le restaurant » , commente Julien en scrutant, très appliqué, les gestes d'Yves-Marie, qui transforme petit à petit l'énorme bidoche en jolies côtes.

C'est maintenant leur tour. Carolina, qui a enfilé un tablier de protection en cotte de mailles et attrapé le poignard, se lance la première. « Je le découpe comme ça ? » , demande-t-elle avant le désossage, avec un charmant accent franco-espagnol. « Si ça glisse, ça vous rentre dans la boîte à ragoût » , ironise Marie-Flore qui passe par là. Julien, moins familier avec la bête et la cuisine, met les mains dedans et tente à son tour de reproduire le trajet de la lame. « 25 minutes pour lui, 1h pour nous » , s'amuse-t-il. Ça tranche, pèse, discute, redécoupe, mesure le train de côtes, ficelle les côtelettes, analyse et discute prix : « Combien coûte l'entrecôte française ? » , « Jusqu'à quel prix peut-on vendre cette côte de bœuf ? » , « Quel est le poids d'un burger ? » « Je n'ai jamais vu ça de ma vie, s'enthousiasme Yves-Marie pas avare de conseils pratiques. D'habitude, les gens arrivent une fois que le projet est monté, juste pour avoir la viande. » À la fin de la matinée, le sportif concède quelques courbatures. « Ça fait mal aux avant-bras, se tâte l'ex-capitaine de l'Ajax, qui s'étonne de se découvrir de nouveaux muscles. Ce ne sont pas du tout les mêmes qui travaillent… C'est un peu comme la différence entre la course et le foot. Et puis je n'ai pas l'habitude d'être statique. »

Curso de corte de cara al futuro... Conocer es saber #yvesmarieLeBourdonnec #carne #proyecto #aprentizaje #SQD #Paris

Une vidéo publiée par Julien Escude (@escudeofficiel) le


Slow food, burger et Rolls du BBQ


Dans l'appartement au-dessus de la boucherie, on a cuisiné les morceaux parés il y a une heure. Toute l'équipe se met à table. Tandis que les employés tapent dans le plat comme à la cantine, Carolina observe d'abord la cuisson, sent, puis mâche longuement les morceaux cuits saignants par Yves-Marie Le Bourdonnec. Julien, moins technique, mais tout aussi gourmet, y va avec plus de distance. S'il aime jouer, il aime aussi manger. Jusque-là, le régime était imposé, aujourd'hui, il est juste raisonné. « Jeune, on élimine plus. En début de semaine, je mangeais tout ce que je voulais, puis en fin, avant les matchs, le régime était plus strict. Mais j'ai toujours favorisé les bons plats gastronomiques. Aujourd'hui, dès que je sens que je suis hors poids, je fais tout de suite du sport. J'arrive à me réguler en boissons, je garde une alimentation très variée. Le sport de haut niveau m'a appris ça. Dans la famille, on a une bonne nature, il faut en prendre soin. » Ce midi donc, pas de frites, pas de pain, juste un peu de vin rouge. Ses secrets pour garder la ligne ? Manger lentement et « plus de beurre » , qu'il adore pourtant, sur la tartine du matin.


À 19 ans, Julien signait à Rennes. La recherche d'un père disparu trop tôt l'amène à rencontrer un restaurateur local. Au fur et à mesure de sa carrière, tous ses amis se trouvent être dans la restauration. En deux saisons au Beşiktaş, Julien fait ainsi du Nusr-Et sa cantine. Ce steakhouse stambouliote sera son modèle pour le concept de Madrid. Sur la carte de son restaurant, Scude propose du lomo, du picanha, du rumsteck, du faux-filet et bien sûr de gros burgers, le top Le Bourdonnec : 130g de viande un peu grasse « coupée à la main, comme des billes de viande qui explosent en bouche » . Pour cuire le tout, unique moyen de cuisson, un Josper, la Rolls des BBQ d'intérieur, trône dans le resto. L'équipe formée par le boucher d'Asnières découpe directement face au client, avec « beaucoup de mouvements et une belle présentation des morceaux » , explique Julien, qui assurera, lui, l'accueil. Au menu également, fromage et dessert - le traditionnel charriot français - puis, « comme tu entres dans une maison française, il y a du champagne » . Et bien sûr, écran géant les soirs de match. Le nom du restaurant ? SQD Meat Point, évidemment.

SQD Meat Point
Calle via nueva n02.
28 0001 Madrid
Ouvert du lundi au samedi soir

Par Cécile Cau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

leopold-saroyan Niveau : Ligue 1
Il faudrait essayer de relire l'article en remplaçant le mot "boucher" par agent et "viande" par joueur !
Parait que Cyril Rool a ouvert une boucherie aussi
Monsieur Personne Niveau : District
Bon article. Escudé aux fourneaux. C'est sûr que ça va le changer.
Moi qui pensait que quand tu prenais ta retraite après avoir été international français tu rejoignais automatiquement l'armée de consultants inutiles, ba je me suis planté...
Bon papier.
C'est sympa de voir ce type d'initiative, espérons juste qu'il ne finisse pas sur la paille comme nombre d'anciens joueurs pros.
Reconversion étonnante, ça fait plaisir. J'espère que son affaire marchera.
Le « Si ça glisse, ça vous rentre dans la boîte à ragoût » m'a à la fois dérangé et fait sourire.
mackallaway Niveau : CFA2
Fiorèse et Déhu ont aussi débuter leur reconversion : un bar à pu* dans le sud de la France, un projet dont ils sont fiers
11 ans après, la pilule passe toujours pas pour certains on dirait
Bald&bearded Niveau : CFA2
Attention la consommation de viande est cancérogène. Non je déconne.

J'adore ce genre d'article, il a l'air d'avoir la tête sur les épaules, espérons que ca fonctionne pour lui.

En parlant d'épaule, je tente ca ce week-end si ca vous dit de venir bouffer. http://www.marmiton.org/recettes/recett … 67739.aspx
Fiorèse vient bien d'ouvrir un resto à Annecy avec comme associé M. Pokora...
Message posté par Cloé
Fiorèse vient bien d'ouvrir un resto à Annecy avec comme associé M. Pokora...


pas mal ça, j'espère que y aura aussi William Gallas qui récite du Prévert lors des soirées "Slaam" du jeudi soir.
Message posté par Bald&bearded
Attention la consommation de viande est cancérogène. Non je déconne.

J'adore ce genre d'article, il a l'air d'avoir la tête sur les épaules, espérons que ca fonctionne pour lui.

En parlant d'épaule, je tente ca ce week-end si ca vous dit de venir bouffer. http://www.marmiton.org/recettes/recett … 67739.aspx


Je te dirais bien "j'arrive!" mais j'arrive pas à identifier ton maillot pour avoir une idée de là où tu vis! Auxerre?
pierrot92 Niveau : CFA2
Seul bémol, l'écran géant...c'est quand même plsu agréable de bouffer en paix quand la nourriture est bonne.
Bald&bearded Niveau : CFA2
@paul.la.poulpe oui à Auxerre exactement ! Viens pas trop tard parce que belle-maman n'aime pas manger après 20h elle arrive pas à dormir, pire, elle ronfle.
MaximSeoras Niveau : Loisir
Moi j'ai simplement lu Sanchez Pizjuan et je suis devenu fou.
J'étais dans ce stade le week-end dernier, pure folie. Vous me direz, à 5-0 avec 3 penaltys et un triplé de Gameiro, même le Saint-Symph' un vendredi soir de décembre aurait été bouillant.


L'instant je raconte ma vie est passé. Merci de m'avoir lu, ça coûte moins cher qu'un psy.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 7
"Les Espagnols mangent mal, beaucoup sont obèses."

Si c'étaient que les espagnols...

Une des raisons qui m'ont fait quitter Paris, en dehors de la hausse exorbitante des loyers, c'est qu'il est quasiment impossible d'y avoir un jardin, donc un potager. En même temps, un potager au beau milieu d'une métropole...

Ca peut paraître dérisoire le potager (j'ai toujours détesté la formule finale du Candide de Voltaire, j'y voyais un manque terrible d'ambition et de courage, en fait c'est juste que la tournure est mauvaise et Voltaire un ignoble hypocrite), mais je trouve que c'est au contraire fondamental aujourd'hui. On ne sait plus rien des produits qui atterrissent dans nos assiettes, comment ils ont été transformé, leurs vertus, leur nocivité.

Ce que j'aime dans le potager, c'est que rien ne t'échappe, de A à Z. Tu connais le terreau, tu sais ce que tu plantes, tu accompagnes, tu vois germer tes radis, tes tomates, tes putains de cucurbitacées (c'est la saison, profitez !) et tu as un résultat concret.

A une époque où le tertiaire se développe de façon alarmante (on crée des parasites à foison, des entremetteurs, des intermédiaires, à quoi bon ? Quel est leur rôle à part complexifier ce qui à la base est simple comme l'enfance de l'art ?)

C'est important pour un homme (une femme) d'avoir le résultat concret de son labeur. Le sens de la récompense. On est en train de perdre ce goût simple et essentiel qui nous donne confiance en nous terriblement. On le délègue à d'autres, mieux armés, plus nombreux. On perd le sens pragmatique de faire quelque chose de nos mains, avec un résultat immédiat, au profit d'une spéculation (de marché) sur laquelle nous n'avons pas prise.

Bref, bouffez des potimarrons.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Message posté par Bald&bearded
Attention la consommation de viande est cancérogène. Non je déconne.

J'adore ce genre d'article, il a l'air d'avoir la tête sur les épaules, espérons que ca fonctionne pour lui.

En parlant d'épaule, je tente ca ce week-end si ca vous dit de venir bouffer. http://www.marmiton.org/recettes/recett … 67739.aspx


J'en suis ! Je ramène le pinard.
Bald&bearded Niveau : CFA2
Ok pour le jaja mais pas de la merde hein ? On est en Bourgogne quand même !
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Je vais te sortir un Hautes-Côtes de Beaune dont tu me diras des nouvelles !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Tranquille comme Marquinhos
799 22