En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 20 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Interview Rui Almeida

« On a commencé l’aventure avec 12 joueurs dans l’effectif »

Arrivé au Red Star dans le rôle de l’illustre inconnu qui prend la place de l’entraîneur maison, Rui Almeida a progressivement réussi à faire taire les sceptiques en positionnant les Franciliens dans le haut du tableau de L2. Mieux, après un début de saison laborieux, il fait l’unanimité au club de par son sérieux, ses méthodes d’entraînement et ses longues heures de travail. Rencontre avec un perfectionniste.

Modififié
Comment vous êtes arrivé au Red Star ? Vous travailliez encore avec Jesualdo Ferreira au moment où vous avez été contacté par le club ?
Oui, j’ai dû quitter mes fonctions au Zamalek (où il était adjoint, ndlr). Je me souviens que les premiers contacts ont été établis au lendemain d’un match qu’on avait disputé dans une ville au large de la mer Rouge. La semaine qui suivait, j’étais ici pour discuter avec le président. Je suis ensuite retourné en Égypte pour expliquer au Zamalek et surtout au professeur (Jesualdo Ferreira), qui a été très compréhensif quand je lui ai expliqué qu’il était temps de partir pour moi.

Qu’est-ce qui vous a plu dans le projet présenté par le Red Star ?
D’abord, il y a le côté historique du club, avec le retour en Ligue 2, 16 ans après avoir quitté cette division et traversé de grandes difficultés… D’ailleurs, c’est aussi ce qui m’a fait le plus hésiter, dans le sens où c’était un pari risqué. Mais j’ai analysé la situation et je me suis dit que s’il y a bien une D2 très forte en Europe, c'est la Ligue 2 française. La France, l’Angleterre et l’Espagne sont très solides en matière de deuxièmes divisions. Et puis il y a tout simplement le projet de stabilisation de l’institution en Ligue 2 d’un club historique de cette division qui a aussi connu la D1. C’est forcément intéressant.

Donc l’objectif avéré pour le moment, ce n’est pas plus que la stabilisation en L2 ?
Pour le moment, on se tient à cela. Il ne faut pas oublier que le Red Star est resté très longtemps dans les divisions inférieures
Il ne faut pas oublier que le Red Star est resté très longtemps dans les divisions inférieures.
que ce soit dans ou hors du football professionnel, et que, dans le football amateur, on prend un rythme et des routines non professionnelles. Le principal enjeu de la remontée en L2 est de faire en sorte que le club se réadapte et se transforme rapidement en matière d’organisation au rythme d’un football plus compétitif.


Quand vous arrivez au club, qu’est-ce qui, dans la structure, ne vous paraît pas à 100% professionnel et qu’il a fallu ou faut encore améliorer ?
Je préfère ne pas parler du passé et analyser ce que fait le club depuis mon arrivée. J’ai essayé de m’y adapter, mais aussi d’adapter mon rythme de travail. J’arrive tous les matins très tôt au centre d’entraînement, avant 8h, et je m’occupe également de tout ce qui concerne le poste médical, l’intendance, les personnes qui s’occupent des équipements… J’ai demandé aux dirigeants d’avoir si possible plus d’espace et plus de temps pour travailler de manière que ces gens dont j’ai parlé puissent travailler à plein temps. Le jardinier qui s’occupe du terrain n’est pas engagé par le club et la pelouse est une question très importante. Il faut voir si les terrains sont praticables pour l’entraînement ou non… Toute cette structure est primordiale et doit être au centre d’une seule et même pensée, et non divisée entre les différents départements spécialisés. C’est important pour les joueurs. Je vous donne un exemple, quand les joueurs arrivent une heure avant l’entraînement, ils savent où sont leurs équipements, qu’est-ce qu’ils vont faire, qu’est-ce qu’ils ne vont pas faire, ils savent qu’après l’entraînement, il y a possiblement un travail à faire avec le kiné… Tous ces aspects sont fondamentaux dans l’organisation d’une équipe professionnelle.


Ce sont des choses que vous avez apprises au Sporting et du côté de Braga ?
Oui… Et il y a des choses qui sont absolument normales. Par exemple, à Braga, tous les médecins et intendants étaient professionnels. On parle d’une équipe qui a récemment battu Marseille en Ligue Europa et qui n’a que 15 millions d’euros de budget, c’est-à-dire moins que certains clubs de Ligue 2. Tout ça pour vous dire que tout est une question de structuration et de maximisation des moyens dont nous disposons. Le Panathinaikos, les deux Sporting au Portugal et Zamalek, qui est un très grand club africain, sont des clubs qui se sont développés grâce à leur structure. Au Sporting, le joueur sait que tout est programmé en fonction de lui du moment où il arrive au centre d’entraînement jusqu’au moment où il le quitte. Il sait qu’avant l’entraînement, il va faire du travail de prévention, il va consulter le nutritionniste afin d’optimiser son rendement physique et qu’après il ira voir le kiné, etc. On est loin de la base entraînement, douche, et c’est terminé.

Comment ont réagi vos joueurs à ce rythme de travail intense et cette nouvelle organisation ?
(Il sourit) Pour être sincère, je trouve que mes joueurs ont très bien réagi et s’y sont adaptés rapidement. Il y a eu une phase d’adaptation tout à fait normale…
Depuis que j’ai travaillé avec Jesualdo Ferreira, je cherche l’excellence. Si on réussit à l’atteindre, tant mieux, ça ne pourra qu’être bénéfique.
Après, je connais moins bien le joueur français, mais le joueur portugais a des problèmes d’adaptation quand il joue au pays et, dès qu’il sort à l’étranger, il s’adapte rapidement. Il va en France, en Italie, en Angleterre, etc. Donc c’est pareil partout. Pour en revenir à la question, je pense que tout s’est bien passé. Après, je suis très exigeant et rigoureux, sans doute encore plus depuis que j’ai travaillé avec le professeur Jesualdo Ferreira. Depuis cette période, je cherche l’excellence. Si on peut réussir à l’atteindre, tant mieux, ça ne pourra qu’être bénéfique.

La plupart des entraîneurs portugais travaillent exclusivement avec ballon, c’est aussi votre cas ?
(Il rit) Ça, c’est le fameux mythe de l’entraînement. Depuis que je suis dans le monde du football professionnel, c’est-à-dire environ 15 ans, il y a toujours eu une sorte de mystère autour de l’entraînement. Il y a plusieurs disciplines à prendre en compte dans l’entraînement. L’une d’entre elles est effectivement sa méthodologie, qui implique la partie physique entre autres. Mais en soi, l’entraînement n’est pas divisible. Maintenant, on peut considérer qu’il y a d’un côté la partie technique, qui englobe toutes les autres, notamment la tactique et le physique. Ensuite, il y a la partie pour tout ce qui est leadership du groupe et ensuite la communication. Pour moi, ces deux derniers points sont primordiaux, encore plus de nos jours et encore plus quand on est amené à travailler avec des joueurs qui ne parlent pas la même langue. L’empathie avec le groupe, la capacité à se faire entendre, à transmettre un message, à se faire accepter par un groupe, à le mener, sont clairement décisives.


Peut-on dire que cette maîtrise de la communication, de la psychologie est une particularité de l’entraîneur portugais comme celle de l’Espagnol est de maîtriser le football de possession ou le Hollandais de pratiquer les rouages d’un football ultra offensif ?
Je pense que oui. C’est pour ça que l’entraîneur portugais est aujourd’hui reconnu. Et aussi parce qu’il obtient des résultats. On me demande souvent pourquoi l’entraîneur portugais est à la mode… Moi, je réponds que c’est parce qu’il gagne, parce que si ce n’était pas le cas, il ne serait pas à la mode. Et il réussit à avoir des résultats, car il sait s’adapter partout. André (Villas-Boas) est en Russie, Marco (Silva) en Grèce, il y en a d’autres en France, en Angleterre, en Italie… Et cette faculté d’adaptation est due, de mon point de vue, à ses qualités dans le domaine de la communication et du leadership. Enfin, il y a également les qualités de compréhension du jeu et de mise en place tactique. L’entraîneur portugais a, de nos jours, une excellente lecture du jeu et est capable de répondre à différents problèmes par plusieurs réponses.


Puisque vous parlez d’adaptation, comment vous accoutumez-vous à notre football ? Quelles sont ses particularités et qu’est-ce qui vous a posé le plus de problèmes quand vous êtes arrivé en France ?
Par-dessus tout, je dirais que le football français, que ce soit la L1 ou la L2, un football de grande valeur, que ce soit de par ses athlètes ou son niveau de jeu. La première difficulté en tant qu’entraîneur, c’est de s’adapter à ce haut niveau d’exigence. Il faut travailler beaucoup plus que dans un championnat compétitif pour obtenir de bons résultats. Par ailleurs, les joueurs franco-africains apportent au football français une plus-value très intéressante en matière de qualités intrinsèques et d’intensité. Ils rendent le jeu beaucoup plus intensif et c’est intéressant à analyser pour un entraîneur.

Vos premiers pas en France ont été compliqués. Vous n’avez pas gagné le moindre match lors des cinq premières journées avant de dérouler. Vous avez douté de votre travail à un quelconque moment ?
(Il sourit) Non, non. Je vais être sincère, j’ai une très grande confiance en moi, parce que je travaille beaucoup et parce que le processus par lequel je voulais construire mon équipe était clair depuis le premier jour. Après, il ne faut pas oublier qu’on a commencé l’aventure avec 12 joueurs dans l’effectif et que la situation s’est prolongée presque jusqu’au début du championnat. On a débuté la saison de L2 avec 15 ou 16 éléments. Vous imaginez, commencer le deuxième meilleur championnat de France avec aussi peu de joueurs ? C’est très dangereux.
Il ne faut pas oublier qu’on a commencé l’aventure avec 12 joueurs dans l’effectif et que la situation s’est prolongée presque jusqu’au début du championnat.
Mais parmi ces joueurs, tous savaient déjà où je voulais aller en matière de fond jeu. Évidemment j’ai fait des petits ajustements à droite, à gauche, notamment en fonction des joueurs qui sont arrivés et de leurs qualités. J’ai aussi cherché à rentabiliser l’expérience de certains gars qui avaient évolué à différentes positions sur le terrain, mais toujours avec la même idée de jeu. On a fait du chemin en travaillant dans cette direction et je suis sûr qu’aujourd’hui, une personne qui regarde le Red Star jouer comprend notre projet de jeu. C’est pour ça que je suis toujours à peu près tranquille sur le banc pendant les matchs. Je sais que le travail a déjà été bien fait pendant la semaine.

Quel a été le tournant de votre saison ?
Je ne sais pas s’il y en a eu… Quoique… Je pense que le match contre Valenciennes lors duquel nous avons été sévèrement battus (défaite 5-1 à domicile) a été un tournant pour nous. Oui. Après, on a eu la chance de voir plusieurs joueurs nous renforcer et puis le travail des autres a commencé à porter ses fruits. Et, tous ensemble, nous avons construit ce qui nous arrive aujourd’hui.


Si l’on prend en considération que vous effectuez un travail de long terme, peut-on en déduire que l’équipe sera de plus en plus forte au fur et à mesure que la saison avancera ?
Sans doute, oui. Le meilleur moyen est de demander directement aux joueurs, mais beaucoup d’entre eux ne sont plus les mêmes par rapport à ce qu’ils étaient au début de la saison. L’accumulation d’entraînements les a améliorés. Maintenant, en matière d’objectifs, c’est simple, nous voulons glaner le plus de points possible. On veut arriver le plus rapidement possible aux 45 points. Après, on verra, on redéfinira nos objectifs. Pour le moment, on s’en tient à bien jouer et gagner, car le beau jeu à lui seul ne se suffit pas.

Dans votre mémoire de fin d’études effectué lorsque vous étiez adjoint de Jesualdo Ferreira à Braga, vous soulignez l’importance du modèle de jeu d’une équipe. Quelle est la limite où l’on ne peut plus se permettre d’imposer son jeu à l’adversaire ? Par exemple, on ne peut pas jouer de la même manière à domicile contre Ajaccio qu’au Parc des Princes face au PSG
C’est une question intéressante. Le modèle de jeu varie souvent non pas en fonction de l’adversaire, mais en fonction de l’objectif fixé pour tel ou tel match. Pour un modèle de jeu, il y a beaucoup de variantes. Pour 160 entraînements dans l’année, nous allons travailler énormément de variantes. Ces réglages s’opèrent sur les attitudes offensives et défensives. Où l’on maximise l’apport offensif et minimise l’apport défensif, où l’on fait inverse, etc. Et le joueur sait comment se comporter face aux situations A, B et C et à différentes positions, dans une position médiane, plus haute ou plus basse. Si demain, on joue une grosse équipe ou si on joue à l’extérieur, l’équipe s’adaptera différemment à ces situations, mais les principes de base du jeu ne varient pas quoi qu’il arrive. Je ne vais pas passer du 4-3-3 au 3-5-2 simplement parce que j’affronte le Paris Saint-Germain. Je pourrais, mais seulement si cela aura été travaillé préalablement et aura été inscrit dans la routine d’entraînement. Dans le cas contraire, ça n’aurait aucun sens. Les variantes ont aussi à voir avec les joueurs dont je dispose dans mon effectif et des caractéristiques qui leur sont propres.


Mis en application, que donneraient ces variantes ?
Sans toucher au modèle de jeu et sans toucher à mes joueurs, je vais vous donner un exemple. Le PSG avec ou sans Ibrahimović joue-t-il de la même manière ?

Non…
Si vous jouez avec Ibrahimović et Cavani, ce n’est pas la même chose que si vous jouez sans les deux ?

Non plus.
Voilà. Au Red Star, Sliti et Bouazza n’ont pas les mêmes caractéristiques. Si l’un jouait à la place de l’autre, le rendement de l’équipe en serait changé, non pas en raison de leur qualité intrinsèque, mais de leurs différents profils.
Avant de faire des ajustements, de jouer plus haut ou plus bas, on peut jouer différemment simplement en changeant d’éléments présents sur le terrain.
Jouer avec Rui (Sampaio) ou Boé-Kane, ce n’est pas pareil. Avant de faire des ajustements, de jouer plus haut ou plus bas, on peut jouer différemment simplement en changeant d’éléments présents sur le terrain, car certains joueurs abordent différemment les questions tactiques et de positionnement, d’autres sont carrément capables d’évoluer à différentes positions, etc.



Propos recueillis par William Pereira, à Saint-Leu-La-Forêt.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 09:53 408€ à gagner avec PSG, Lazio & Fiorentina vendredi 20 octobre OFFRE SPÉCIALE : 10€ offerts sans dépôt pour parier chez Winamax !!!
Hier à 18:44 Le président de la FA sous pression 5 Hier à 16:08 Course-poursuite entre un entraîneur et des supporters en colère 6 Hier à 15:30 Près de cinq mille agressions d’arbitres en France en 2016-2017 12
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 09:50 Golden Boy : Mbappé et Dembélé finalistes 46 vendredi 20 octobre Le Récap "Ligue des champions" de la #SOFOOTLIGUE vendredi 20 octobre Un U17 suspendu trente ans pour avoir frappé un arbitre 48 vendredi 20 octobre Bastian Schweinsteiger : « Je suis ouvert à toutes propositions » 25 vendredi 20 octobre Ils ont joué à Marseille ET au PSG (via Brut Sport) vendredi 20 octobre Luiz Felipe Scolari va quitter Guangzhou Evergrande 20 jeudi 19 octobre Le très joli but d'Olivier Giroud 37 jeudi 19 octobre Une sauce barbecue géante se frite avec les supporters adverses 27 jeudi 19 octobre Il parcourt 6 000 km pour son club sur Football Manager 30 mercredi 18 octobre Lyon-Duchère : Enzo Reale suspendu 7 matchs 11 mercredi 18 octobre Un club de D3 va construire une tribune debout grâce à un crowdfunding 8 mercredi 18 octobre La roulette insolente de JK Augustin 34 mercredi 18 octobre À Coventry, un fan descend sur la pelouse pour engueuler les joueurs 12 mardi 17 octobre 345€ à gagner avec PSG, Bayern & Juventus mardi 17 octobre 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! mardi 17 octobre Zebina condamné à deux ans de prison avec sursis 13 mardi 17 octobre Le fils de Giovinco ambiance les fans de Toronto 3 mardi 17 octobre Troisième commotion cérébrale en six mois pour Birnbaum 10 mardi 17 octobre Une chèvre s'invite sur un terrain de foot en Grèce 12 mardi 17 octobre Arbitre agressé et baston générale dans un match de U19 32 mardi 17 octobre Un maillot pour Halloween créé à Hawaï 6 lundi 16 octobre 216€ à gagner avec Dortmund, Man City - Naples & Real - Tottenham lundi 16 octobre Taarabt met fin à trois ans de disette 16 lundi 16 octobre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 16 octobre Un joueur de Xanthi (Grèce) sanctionné à cause de la mousse 6 lundi 16 octobre Kaká a joué son dernier match à Orlando 12 lundi 16 octobre Un match retardé à cause des confettis 3 lundi 16 octobre Une équipe de D3 argentine déguisée en Lionel Messi 6 lundi 16 octobre Le missile de Guedes avec Valence 21 dimanche 15 octobre Alessandrini nommé pour le trophée du meilleur nouveau venu en MLS 14 dimanche 15 octobre Un match de foot suivi d'un match de rugby sur le même terrain 11 dimanche 15 octobre Pronostic Inter - Milan AC : 431€ à gagner sur le derby ! samedi 14 octobre L'incroyable raté de Mateta 5 samedi 14 octobre Martin Palermo est champion du monde ! (via Brut Sport) samedi 14 octobre Un club de migrants en Andalousie 4 vendredi 13 octobre Découvrez le mini-foot ! (via Brut Sport) vendredi 13 octobre Derby County clashe Nottingham avec un freestyle de rap 4 vendredi 13 octobre Billericay Town FC (D7 Anglaise) recrute deux SDF 4 vendredi 13 octobre À Brescia, les joueurs interrompent l'entraînement pour éviter un PV 1 jeudi 12 octobre Éric Cantona va chanter du Disney 28 jeudi 12 octobre Le Récap "Semaine Internationale" de la #SOFOOTLIGUE 1 jeudi 12 octobre Villarreal s’attaque aux pigeons 20 jeudi 12 octobre Une équipe éliminée sur tapis vert à cause de ses numéros de maillots 16 jeudi 12 octobre Une séance de tirs au but jouée trois semaines après la prolongation 5 mercredi 11 octobre Le Dynamo Dresde ressort son maillot anti-raciste 22 mercredi 11 octobre La voisine avait planqué 186 ballons 47 mercredi 11 octobre L'improbable dégagement en touche d'un remplaçant du Panama 12 mercredi 11 octobre Le feu d'artifice des supporters bosniens 3 mardi 10 octobre George Weah, président du Liberia ? (via Brut Sport) lundi 9 octobre Mondial 2018 : La folie dans les rues du Caire (via Brut Sport) lundi 9 octobre Ballon d'or : la liste des 30 nommés 84 lundi 9 octobre 245€ à gagner avec France-Bélarus & Lettonie-Andorre lundi 9 octobre Quand le pays de Galles foire sa photo d’avant-match 13 lundi 9 octobre Le caramel de quarante mètres d'une joueuse de l'OL 19 lundi 9 octobre Raté incroyable en D4 néerlandaise 6 lundi 9 octobre Ballon d’or : Kane et Lewandowski sont bien là 15 lundi 9 octobre Pronostic France Bélarus : 670€ à gagner sur le match des Bleus ! 1 lundi 9 octobre Ballon d’or : Suárez, Coutinho et Mertens y sont aussi 24 lundi 9 octobre Paraguay : match interrompu pour violences après huit minutes 3 lundi 9 octobre 12 matchs de suspension pour avoir critiqué le district de Moselle 8 dimanche 8 octobre 35 Hollandais font le déplacement pour voir un match de D6 anglaise 6 dimanche 8 octobre La FIFA veut reformer les trêves internationales 20 samedi 7 octobre Une blessure affreuse en Argentine 9 samedi 7 octobre U17 : des IRM pour contrôler l'âge des joueurs 13 samedi 7 octobre QPR a créé un groupe de supporters LGBT 117 vendredi 6 octobre Un nouveau rapport accable l'organisation du mondial au Qatar 42 vendredi 6 octobre Quand des supporters anglais marquent avec un avion en papier 8 jeudi 5 octobre 267€ à gagner avec Bulgarie-France, la Suisse & Iles Féroé-Lettonie jeudi 5 octobre 545€ à gagner sur Bulgarie France ! jeudi 5 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions !!! jeudi 5 octobre Mondial 2018 : la mise en place de la VAR remise en cause 6 mercredi 4 octobre Ivre, Alex Morgan se fait virer de Disney World 39 mercredi 4 octobre Le gardien prend un but gag, les supporters envahissent le terrain 6 mercredi 4 octobre Une équipe espagnole intégralement formée de Sud-Coréens 15 mardi 3 octobre Un triplé dont deux ciseaux en D2 Suisse 3 mardi 3 octobre Emmanuel Eboué fait taire la rumeur VIH 9 mardi 3 octobre Victime d’un malaise cardiaque, il prolonge son contrat 3 mardi 3 octobre Ribéry a payé le salaire de son frère à Bayonne 29 mardi 3 octobre Des fans en colère parce que leur équipe gagne 10 mardi 3 octobre La terrible faute sur Renato Civelli 2 lundi 2 octobre Rocket League dans la vraie vie (via Brut Sport) lundi 2 octobre Emmanuel Eboué atteint de graves problèmes sanguins 21 lundi 2 octobre Les funérailles du club de Modène organisées par ses supporters 12 lundi 2 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !!! 1 lundi 2 octobre Gignac collecte 241 000 euros pour une fillette atteinte d'une tumeur 4 dimanche 1er octobre Le tifo « Dikkenek » des ultras d'Anderlecht 32 dimanche 1er octobre Il envoie un coup de boule à son coéquipier en plein match 2 dimanche 1er octobre Le ciseau d'Haller 2 samedi 30 septembre Villas-Boas suspendu huit matchs 1 samedi 30 septembre Un club de D6 allemande sponsorisé par une actrice porno 26