OM, la ferveur retrouvée

C’est bien connu, tout va très vite à Marseille. En l’espace de quelques jours, la ferveur a supplanté la résignation grâce à des effets d’annonce vecteurs d’espoir et une nouvelle ère impeccablement débutée par le nouvel état-major.

Modififié
927 24
La flamme est enfin ravivée chez les supporters phocéens. Le brasier du parcage marseillais à l’entrée des joueurs sur la pelouse du stade Gabriel-Montpied de Clermont-Ferrand fait figure d’allégorie parfaite. Après un match nul du côté de la capitale qui ne restera que dans les annales des statisticiens et une qualification en Coupe de la Ligue, Rudi Garcia effectuait ses grands débuts au stade Vélodrome face à Bordeaux. Quiconque doutait de la ferveur retrouvée n’avait qu’à se rendre boulevard Michelet ce dimanche-là pour s’en convaincre. Du monde, des chants, des torches craquées dans la rue, et ce, bien avant le coup d’envoi. À en croire le drapeau américain flottant aux côtés de celui du logo de l’OM devant la brasserie du stade, les casseroles de Frank McCourt sont restées soigneusement rangées de l’autre côté de l’Atlantique. Les forces de l’ordre doivent même intervenir pour freiner quelques ardeurs quand des plaisantins à l’humour incertain mettent le feu à une poubelle. « Nous n’avons pas vu une telle ferveur depuis le OM-PSG de l’époque Bielsa » , s’accordent à dire plusieurs fidèles.

La chasse est ouverte


Les 0-0 suivent McCourt à la trace, mais l’ambiance en tribunes n’a plus rien à voir avec celle de la rencontre face à Lyon. En Virage Sud, il faut désormais réfléchir à deux fois avant de s’aventurer dans les escaliers au milieu de la foule pour aller se soulager la vessie ou dire bonjour à un pote à l’autre bout de la tribune. Les chants sont repris avec entrain et ne résonnent plus comme un radio réveil dont les piles rendent leur dernier souffle. Chez les ultras, la Vieille Garde demande par une banderole le retour de l’ancien blason du club, histoire de chasser le mauvais œil autant que le mauvais goût. Preuve que les supporters donnent réellement sa chance au produit, le Virage Nord révèle un « Yes We Can » évocateur au moment où le Jump de Van Halen retentit. Toujours en Nord, les Fanatics, à l’aide de prospectus placardés dans leur zone, font part de leur ras-le-bol du carnaval footballistique et de la footixerie en décidant de faire la chasse aux gogos arborant les couleurs du Bayern, du Real ou de Chelsea, voire des trois en même temps. De quoi faire frémir les intrépides se baladant sur le Vieux-Port en survêtement du PSG, chose encore impensable il y a quelques années.


Sur le terrain, le sergent Garcia n’a bien évidemment pas transformé Bernardo en Zorro, mais fait preuve de bon sens en alignant le moins mauvais défenseur central de l’effectif, surnommé avec humour « Cristiano » Rolando après le match au Parc des Princes, et Maxime Lopez, très prometteur, qui, déjà comparé à Samir Nasri pendant son tout premier match, ne devra pas se perdre au milieu des louanges jetées à la hâte. L’espoir fait vivre, et celui d’une nouvelle ère plus riche en émotions a suffi à rendre vie au stade et la foi à des Marseillais qui étaient résignés plus qu’en colère. Ce qui est sans doute encore pire. Par ailleurs, Jacques-Henri Eyraud, le nouveau président intronisé, effectue un début de mandat sans fausse note, redonne un peu de fierté en jouant sur l’importance d’un club possédant il y a encore quelques semaines un projet sportif qui aurait tout aussi bien pu s’intituler « Tout doit disparaître » , et communique bien plus habilement que l’un de ses prédécesseurs pourtant réputé roi de la discipline. Cerise sur le gâteau pour bon nombre de fans olympiens après les départs de Vincent Labrune et MLD, José Anigo quitte enfin le club à son tour, symbolisant ainsi une rupture avec l’ancien mode de fonctionnement.

L’OM, pas un joujou


« Il faut une indépendance vis-à-vis des sphères d'influence du football, faire passer l'esprit d'équipe avant l'esprit personnel, et que l'intérêt de l'entreprise soit, à tout moment, le plus important. Rien ni personne ne doit se sentir supérieur à l'OM » , déclarait le président Eyraud, alors que l’ex-directeur sportif de l’AS Monaco, Luis Campos, s’éloignait de la Commanderie. Comprendre par là que si la nouvelle direction de l’Olympique de Marseille souhaitait apposer un nom sur ce poste de directeur sportif considérablement important dans le football moderne, ce ne serait pas au détriment de la force de l’institution. L’option de laisser un agent, aussi influent soit-il, faire joujou avec les actifs du club n’en est plus une, et c’est tant mieux. Dans cette optique, Andoni Zubizarreta semble non seulement correspondre au profil désiré, mais également jouir d’une renommée à l’international qui pourra sans doute ouvrir quelques portes. Quant au dévolu jeté sur Rudi Garcia, c’était sans doute le meilleur choix parmi les entraîneurs actuellement disponibles, et l’opportunité d’afficher les nouvelles ambitions en frappant un grand coup d’entrée. L’arrivée de l’ancien entraîneur de l’AS Roma avant le mercato d’hiver ne peut être que bénéfique, lui laissant ainsi la possibilité de jauger son effectif et déterminer les postes à renforcer en priorité.


Un mercato où, comme Jean-Claude Gaudin le glissait très subrepticement à Frank McCourt, « il va falloir mettre des sous, alors c’est ce que vous ferez » . Sans que l’on ne se doute à cet instant que le maire de Marseille pensait peut-être en réalité au loyer du Vélodrome, déjà le plus élevé du pays. Jacques-Henri Eyraud, novice mais pas perdreau de l’année, a déjà trouvé la parade pour mettre les Marseillais de son côté en expliquant à demi-mots que l’augmentation des places et abonnements dépendra de la gourmandise de la ville de Marseille. Pour l’heure, une fois n’est pas coutume, la patience semble être au rendez-vous chez les supporters. Lorsque Bouna Sarr est remplacé face à Bordeaux, une partie du public siffle, sans doute lassée des prestations insignifiantes du joueur et de voir poindre un nouveau match sans victoire. Une attitude instantanément réprimandée par le capo du CU en demandant de pousser jusqu’au bout. Passion et ferveur, le plus important est revenu. Et peu importent les résultats et la triste prestation à Montpellier... Le Vélodrome tiendra au moins jusqu’au prochain marché des transferts.



Par Grégory Sokol
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Marty_Nick Niveau : DHR
Les marseillais ont décidé de laisser le temps à la nouvelle administration du club, c'est tout à leur honneur.
Par contre, il faut bien voir qu'en 3 matchs c'est 2 points pour le moment et un jeu indigent sur tous ces matchs.
Certains crachaient sur Passi mais il me semble que Garcia n'y pourra rien non plus, l'effectif est foncièrement moyen voir mauvais.
L'OM n'a pas intérêt à foirer son mercato d'hiver.
Ce n'est pas "tout à leur honneur", c'est juste que l'inverse aurait été débile.

Et, effectivement, Garcia a du boulot.
J'espère que, comme le dit l'article, "le vélodrome patientera jusqu'au mercato d'hiver". Parce que les chances d'une amélioration avant me semble franchement réduite.

Après, l'effectif... Je pense sérieusement que, dans un contexte apaisé, préparation nickel, coach en place dès juin, cet effectif à le niveau de la 5ème place.

Mais on a rien de tout ça.
Barton_fink Niveau : DHR
Je pense pas que Passi se faisait craché dessus, mais tout le monde savait qu'il n'avait pas le niveau d'un bon entraineur, lui le premier. Garcia ne fera aucune resolution et la saison sera certainement longue pour les marseillais. Apres le mercato d'hiver n'est pas non plus la foire aux bonnes affaires, et l'OM doit arreter de cibler des joueurs en pret ou à relancer.
2 réponses à ce commentaire.
Note : 1
C'est moi ou on a pas vu passer le résumé de la journée des championnats ? 2h de retard, c'est du propre !
 //  15:45  //  Amoureux de Caen
C'est fini tout ça ! On a décidé de faire évoluer la formule... On propose maintenant des billets sur chacun des championnats majeurs. Aujourd'hui, il y a Morata, Mandzukic, Cavani, etc.
En gros, on va avoir droit à un article de plus par semaine sur le PSG...
Super-Pippo Niveau : CFA
Joli pseudo, moche idée...
3 réponses à ce commentaire.
Boxe-to-Bosse Niveau : District
« il va falloir mettre des sous, alors c’est ce que vous ferez »

Ce Facepalm que j'ai sorti quand je l'ai entendu dire ça, sans vergogne dans le plus grand des calmes. Quelle classe.

J'ai vraiment eu honte et je devais pas être le seul.

"Actuellement sans travail, je suis dans l'attente d'une chambre dans un foyer d'accueil mais il n'y a actuellement aucune place disponible. Aussi, si vous pouviez messieurs dames me dépannée de quelques pièces ou d'un ticket restaurant..."

J'aimerai vraiment savoir qui a voté pour Gaudin à Marseille. Je connais personne qui lui a donné sa voix, comment il a pu être réélu ??
Note : 4
Le terreau : tout ce que tu peux trouver au sud de la bonne-mère.
Le bonus : tout ce qui regarde trop le journal télévisé et qui n'en ont rien à foutre de la gestion de leur ville.
La Botte secrète : le clientélisme pardi !
Boxe-to-Bosse Niveau : District
Nan mais oui, je sais.

Exemple, si à Marseille y a des parkings à tous les coins de rue, deux lignes de métro, pas de bus passé 21h c'est parce que ce colossal porc a des billes chez Vinci...

Une honte ce mec, il est trop vieux mais qu'un type pareil passe une vie entière d’opulence sans jamais goûter au gland d'un bon gros dealer dans unes des douches des Baumettes... Le crime paie.
T'as aussi l'héritage syndicaliste d'après guerre
Note : 1
Je crois que Gaudin, en cumul des mandats, pèse plus de 120 ans depuis la début de sa carrière politique. Ca te pose le bonhomme..
Je conseille pour ceux que ça intéresse l'excellente enquête de Philippe Pujol : La fabrique du monstre. Un bouquin qui fait le lien entre mafia institutionnelle et vente de shit moisi à Bassens. C'est éloquent.
syndicalisme où reseau politico mafieux, c'est la meme chose, mais c'est pas le meme maillot
ben c'est un peu des cassos aussi là bas...
6 réponses à ce commentaire.
Décider de laisser du temps.. Pour le moment, on a laissé passer deux semaines alors on ne va pas s'enflammer...
SI l'effectif est pas si terrible, il n'est pas non plus si moisi qu'on veut le dire. Il mérite en tout cas un meilleure place qu'est la sienne actuellement.
Et Garcia va devoir composer avec ça pour l'essentiel car il pourra miser au grand maximum sur 2 ou 3 recrues cet hiver.
Ce qui sera déterminant, ça ne sera pas les nouveaux joueurs mais la patte du coach.
PauletaSusicGaucho Niveau : Ligue 1
Note : 1
J'espère que l'OM va revenir au 1er plan.

Avec un mercato d'hiver intelligent ils peuvent espérer une qualif en C3. Et le fait de jouer l'Europe l'année prochaine, même si ce n'est que l'Europa League permettra de recruter de meilleurs joueurs cet été.
DixDier Super Niveau : District
C'est un peu l'avantage et l'inconvénient de l'OM : on a l'impression que la suite de cette saison dépendra beaucoup du mercato hivernal. Ce qui est relativement hasardeux - même si les nouvelles têtes du projet n'ont guère le choix, vu l'état du club quand ils l'ont récupéré ...
1 réponse à ce commentaire.
Boxe-to-Bosse Niveau : District
C'est vrai qu'on voit moins de maillot du PSG à Marseille par ailleurs...
Emile Louis la tournante Niveau : DHR
Putain à chaque fois que j'en voit un ça me fait si mal ... Je comprend pas les minots qui mettent cette merde , y'a 5 ans c'était impossible
Grave, ça me désole.
2 réponses à ce commentaire.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Premier article que je lis de Gregory Sokol, ma foi fort bien troussé !

Il résume bien le paradoxe du moment. Je pense qu'aucun d'entre nous n'est dupe du fait que ce club est loin d'avoir été assaini (et ce ne sont pas les départs de quelques têtes de turcs émissaires qui y changeront quoi que ce soit.)

Aucun d'entre nous n'est dupe du fait que la femme de notre vie fasse le trottoir. Pardon, elle a arrêté le trottoir, à présent elle est escort (du moins elle le prétend). Cela fait des années que l'OM se fait trainer de soirées en soirées pour avoir sa dose d'émotion, comme cet ange de Jennifer Connelly dans "Requiem For a Dream", coincée entre Gaudin, Margarita, Labrune et à présent McCourt.

Ces gens-là n'ont jamais voulu le bien du club, ils ne l'on aimé que par intérêt. Ils se sont tous servi de notre plus grande - de notre pire - faiblesse :

La passion.

On se moque des marseillais parce qu'ils renchérissent toujours. Dans "renchérir", il a chérir, c'est à dire adorer sans mesure. Sans calcul.

Quelle idée faible de la passion que d'y adjoindre du calcul. Quel manque de panache, de folie, d'enthousiasme. Quelle vision avortée, invalide de l'amour.

On va encore prêter le flanc à toutes les railleries de France et Navarre parce qu'on va encore y croire, malgré Mc Court et ses casseroles, malgré tous les signaux qui indiquent que ces types-là investissent plus pour blanchir leur sale fric d'anémiques de la passion que par réel amour pour le club.

On est préparé à se faire encore une fois traiter comme de la viande passionnelle prostituable par des vieillards impuissants dont la folle sérénade se résume au cliquetis du tiroir-caisse.

Mais voyez comme on y va ! Voyez comme on y croit ! Chaque passe sordide vécue comme si c'était le premier, le seul grand amour.

On y laissera des plumes, comme d'habitude ; mais la passion pour l'OM a ceci de particulier que plus elle abandonne des plumes, plus elle se remplume d'un pelage flamboyant. Peut-être même qu'à force d'aimer, on finira par déployer notre putain de dos argenté ?

Et alors vous pourrez tous constater l'étendue de notre innocence.
C'est beau.
Et puis il y'a du panache à être amoureux d'une catin.
Eugène Samonacco Niveau : CFA2
Bien plaisante ta prose comme d'habitude.
Un petit conseil, n'hésite pas à rechercher à travers le site les précédents articles signés Grégory Sokol, ça ne sera pas du temps perdu. Toujours très fouillés et instructifs, surtout si tu t'intéresses au foot britannique et à l'aspect culture/sociologie du foot sans le côté prise de tête pseudo-intello.
3 réponses à ce commentaire.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
927 24