Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Slovan Liberec-Marseille

OM : la défense, un ministère amer

À la peine en Ligue 1 et surtout à domicile, l'Olympique de Marseille met des buts, mais en encaisse tout autant, la faute à une charnière centrale en chantier, mais pas que.

Modififié
Une passe dans le dos de Nkoulou, un dégagement raté de Rekik, et Montpellier en profite pour faire trembler l'OM. Le 6 décembre dernier, Marseille a peiné pour décrocher un nul à domicile (2-2). Heureusement, la chance était du côté de la Canebière quand l'arbitre ne siffle pas de six mètres pour le MHSC, alors que le ballon poussé par Nkoudou est bien sorti. Mais ce n'est qu'un détail. Trop souvent, la défense marseillaise a été prise de vitesse. Cette saison, la prestation remarquée de Casimir Ninga au Vélodrome n'est pas un exploit. En encaissant 19 buts en 17 journées, l'OM a rappelé à la France du foot que l'époque du bloc solide de Didier Deschamps n'était qu'un lointain souvenir. Et si les Phocéens peuvent compter sur Batshuayi, Nkoudou ou Cabella pour marquer, ils se sont révélés presque incapables de conserver un score, ou d'afficher une once de sérénité. Pourtant, Michel dispose de plusieurs cartouches à ce poste, mais à aucun moment celui-ci n'a semblé trouver la bonne alliance. Quatre hommes, deux places et des milliers de question. Après avoir disputé presque la moitié de ses matchs de Ligue 1, Marseille semble toujours en rodage. Dur.

Un manque d'harmonie


Près de cinq ans se sont écoulés depuis l'arrivée de Nicolas Nkoulou à Marseille. Un temps annoncé au Barça après une belle saison, le Camerounais est finalement resté du côté de la cité phocéenne. En revanche, on ne peut pas en dire autant de son niveau de jeu. En défense, l'arrivée de jeunes joueurs n'a pas favorisé sa progression. Le grand Nicolas se retrouve un peu seul, et ça se voit. Il n'est plus aussi décisif dans ses interventions et passe son temps à replacer ses petits. Johnny Ecker a connu le Vélodrome et ses exigences et, pour lui, jouer avec des « moins bons » peut vite devenir un problème : « Nkoulou, c'est celui qui a le plus d'expérience. Il a été titulaire pendant des années à l'OM, mais il doit faire attention. Certains joueurs se surpassent quand ils sont épaulés, mais dès qu'il y a moins de niveau avec eux, ils peuvent devenir moins bons » . Aux côtés de Rekik, très critiqué, Nkoulou passe plus de temps à recadrer qu'autre chose et la défense de l'OM change presque tous les week-ends. Michel alterne entre le Hollandais, Rolando et parfois Sparagna, ce qui empêche la charnière centrale de trouver ses repères mais surtout de créer des automatismes : « Rekik doit apprendre le championnat français, il est jeune et un peu lent. C'est sûr que c'est plus facile quand on est dans la peau d'un titulaire, mais si à chaque week-end, la défense n'est pas la même, ça devient compliqué. Il faut laisser faire le temps. Pour Rolando, ses performances ont montré que ce n'était pas un joueur qui convient à l'OM » , poursuit Ecker.

Laisser faire le temps ou tout chambouler, la question mérite d'être posée. Mais après dix-sept journées, le temps des essais est terminé. Avec l'arrivée de deux défenseurs, des jeunes formés au club ont été mis de côté. Comme Stéphane Sparagna, à qui Bielsa avait fait confiance la saison passée. Pour Johnny Ecker, c'est une erreur : « C'est un garçon qui est formé par le club et dont on entend beaucoup de bien. Il débarque en pro et on recrute des autres mecs à son poste. Former des jeunes, c'est bien beau, mais si c'est pour le faire entrer cinq minutes par-ci, cinq minutes par là, ça ne sert à rien. » Souvent pointée du doigt, la défense centrale marseillaise n'est pas aidée. Que ce soit par Benjamin Mendy, méconnaissable depuis de longues semaines, et par le reste de l'équipe qui, s'il parvient à allumer des mèches offensivement, n'est pas toujours exemplaire dans le travail de replacement.

La défense, mais pas que


Avec Lassana Diarra, l'OM trouve une certaine sérénité au milieu de terrain. Mais en l'absence de l'international français, la donne est différente. Barrada, Romao, Silva n'anticipent pas assez et se font souvent surprendre par les équipes adverses notamment en contre-attaque. « À un moment donné, c'est facile de mettre la faute sur les défenseurs. Contre Montpellier, c'est Rekik qui fait un mauvais dégagement. Mais au milieu, ils sont vite dépassés. Marseille prend pas mal de but en contre et sur des attaques rapides. Si les milieux ne font pas le travail, la défense se retrouve vite en difficulté, notamment en un contre un. » Un problème plus profond, donc. Car les Montpelliérains n'ont pas eu la tâche facile au Vélodrome. S'ils ont pris l'avantage sur une erreur individuelle, pour Rolland Courbis, la défense marseillaise est plus difficile à jouer : « L'année dernière, rencontrer l'OM avec ce marquage individuel du Moyen-Âge, c'était une aubaine, et maintenant la solidité défensive passe par le collectif. Je pense que ces réglages seront faits très prochainement. » Bryan Dabo était de la partie, et il n'a pas senti de fébrilité chez les Phocéens : « Nkoulou et Rekik étaient assez solides, à part sur cette erreur qu'ils payent cash. Forcément quand tu ne gagnes pas, on essaie de trouver les maux de ton équipe, et il faut que quelqu'un prenne. Mais c'est un tout, il n'y a pas de problème spécifique en défense. J'ai senti Nkoulou très serein et Rekik très concentré. Si Marseille avait gagné, tout le monde aurait dit qu'ils continuaient sur leur lancée, sauf qu'ils ont perdu. » En fait, Marseille a perdu sa solidité défensive, mais elle a surtout perdu sa folie qui lui faisait remporter les matchs et oublier les problèmes.

Par Benjamin Asseraf
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre Hier à 08:24 Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3
Hier à 21:23 Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 2 Hier à 20:20 Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 Hier à 17:45 Lozano climatise l'Allemagne 4 Hier à 17:15 Maradona, le cigare et les yeux tirés 45 Hier à 15:30 Le bijou de Kolarov face au Costa Rica 9
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom
Hier à 14:58 La liesse des supporters mexicains à Moscou 1 Hier à 13:48 Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 Hier à 11:10 Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 Hier à 10:33 Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 9 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes samedi 16 juin Le CSC malheureux d'Etebo 1 samedi 16 juin Poulsen ouvre le score pour le Danemark 3 samedi 16 juin Le penalty de Cueva qui s'envole 9 samedi 16 juin Messi rate son penalty ! 18 samedi 16 juin Finnbogason relance l'Islande ! 3 samedi 16 juin Le premier but en Coupe du monde d'Agüero samedi 16 juin Van Marwijk : « On méritait le nul » 17 samedi 16 juin Pogba délivre les Bleus 8 samedi 16 juin La main de Samuel Umtiti et le penalty de Jedinak 4 samedi 16 juin L'ouverture du score de Griezmann grâce à la VAR 1 samedi 16 juin Le rap de Benjamin Pavard (via Facebook SO FOOT)