OM : Deschamps, l'An II

Ouille, ouille, ouille ! Week-end pourri pour l'OM avec défaite à VA (3-2), crise Ben Arfa, départ de Niang même pas repassé par Marseille et désaccord définitif de Séville pour Luis Fabiano. Didier Deschamps reste pourtant zen. Il a fait le point dans l'Equipe d'aujourd'hui. Interview éclairante...

0 0
Bon, allez ! Avant de décrypter l'interview de DD, quelques repères nécessaires. L'OM est quasi dernier avec zéro point et zéro victoire. De quoi flipper ? «  Je ne suis pas inquiet » , rétorque DD. Il a raison : Bordeaux (0 point), Lyon (1 point) et Lille (2 points) n'ont pas fait le trou, loin de là. Et Rennes (6 points) et Paris (4 points) ? Faut juste les avoir à l'œil et se reprendre ( « Il y a urgence : contre Lorient, samedi, les trois points seront très importants » ). Le championnat n'est pas un sprint, plutôt une course d'endurance. La saison passée, l'OM était largué par Bordeaux après la trêve...

Ben Arfa & Niang

Avec Hatem, sujet brûlant. Comme on le soulignait samedi, il semblerait qu'entre les deux hommes le point de non-retour ait été atteint. D'où une certaine résignation : « Le récupérer me semble très difficile vu sa position radicale, son attitude » . Même si le coach olympien reste droit dans ses bottes : « Je n'ai jamais dit que je ne voulais plus de lui. J'estime que j'ai fait beaucoup pour lui. Il a du talent mais des insuffisances, aussi je lui souhaite de réussir dans sa carrière. J'ai passé beaucoup, beaucoup de temps à parler avec Hatem. Je lui ai dit beaucoup de choses. Il en a retenu certaines, pas d'autres. Jeudi dernier, il a refusé de parler avec moi. C'est peut-être mieux » . Il reprécise les enjeux du cas Ben Arfa : « Mon idée, à l'origine, c'est qu'Hatem trouve une solution ailleurs. Mais Niang devait rester. Et les perspectives pour Hatem n'étaient pas les mêmes, car ils jouent dans la même position. Après, il y a des offres ou pas... Qui correspondent ou pas. Je n'ai jamais dit que je ne voulais plus de lui » . Peu importe qui dit vrai, qui a fait le plus d'efforts l'un vers l'autre, le problème c'est que l'attaque marseillaise est déplumée : Niang parti, Samassa en attente de retourner à VA et donc Hatem, en instance de départ vers Newcastle. Et le tout, sans que Luis Fabiano ne vienne sur la Canebière : le prix prohibitif de 18 millions d'Euros a refroidi pour de bon les dirigeants marseillais. On parle de Pavlyuchenko (Tottenham). Encore des rumeurs...

Concernant Mamadou Niang, la blessure est plus vive : «  Cet épisode nous fait mal. Je voulais le garder et mettre une recrue à côté de lui » . DD insiste : «  Si l'été dernier Mamade a signé une prolongation jusqu'en 2014, avec à la clef un salaire que tout le monde connaît (320 000 euros), c'était bien pour qu'il reste » . Et là, bizarrement, DD se fait plus sibyllin : « Mais il aurait fallu pouvoir anticiper son départ. Le laisser partir à quelques jours de la reprise, c'est désastreux » . Allusion aux dissensions dans le staff entre lui, DD favorable au maintien de Niang ( « meilleur buteur et capitaine de l'OM » ) et Anigo, partisan dès le départ de laisser partir le Sénégalais ? Ca y ressemble, vu la pierre lancée dans le jardin des dirigeants olympiens : « On n'est pas obligés d'être amis pour penser ensemble à l'intérêt commun de l'OM. Les divergences de vue créent des tensions que les joueurs ressentent. Il faut que chacun fasse en sorte de mettre l'équipe dans les meilleures dispositions possibles » . Voilà : les choses sont dites, les divergences sont palpables.


Où en est Deschamps ?

DD avoue ne pas être inquiet pour la suite du championnat. Après tout, comme il le souligne, il récupérera bientôt sa défense axiale M'Bia et Diawara ainsi que Brandao, auquel il tient vraiment. Qui plus est, une discussion en perso samedi avec Cheyrou laisserait présager une « sortie de crise » : le coach aurait assuré au milieu qu'il comptait sur lui, ce dernier étant de toutes façons toujours désireux de rester au club. On parle d'une prolongation d'un an. Reste que DD recherche toujours un, voire deux joueurs offensifs de qualité, ainsi qu'un milieu défensif supplémentaire. DD insiste sur l'apport qualitatif, Ligue des Champions oblige : «  La qualité prime. Elle a un prix (...) Si c'est pour recruter quelqu'un, histoire de recruter quelqu'un, ça ne résoudra pas nos problèmes » . Le message est clair.

[page]
Ceci dit... A observer et entendre Didier Deschamps, on sent comme une lassitude, confronté à ce « contexte marseillais » toujours aussi délicat. A l'évocation de la proposition de Liverpool offerte à lui cet été, en remplacement de Benitez, les regrets n'affleurent pourtant pas : « Je n'ai pas de regrets. Avec l'OM la part affective est très importante. Alors, j'assume. J'ai fait ce choix parce que j'étais convaincu vu ce que nous avions réalisé avec les joueurs, que nous pouvions avoir l'ambition de faire aussi bien ou même mieux » . Sauf que l'OM est reléguable, que recruter des pointures s'annonce délicat et que ses détracteurs fourbissent leurs armes. Qui n'entend pas le rappel de Pape Diouf à l'OM qui se fait de plus en plus insistant ? Dassier est le premier visé, bien sûr, mais Deschamps est lui aussi dans le champ de tir.

Alors ? Alors DD « assume » , comme toujours. Il ne s'est jamais débiné ou caché quand il était joueur ou quand il a débuté son métier de coach. « Il m'arrive de me tromper. Et je n'ai pas de problèmes à le reconnaître » . Un début d'autocritique ? En tous cas, ça y ressemble. Parce qu'il sait au fond de lui que la gestion de l'après titre a été mal négociée, ou du moins, pas de la meilleure façon. Et qu'il a sa part de responsabilité. Mais l'aventure continue, avec la réception de Lorient samedi au Vélodrome et puis le tirage au sort de la Lige des champions dans la foulée : le capitaine Deschamps est donc toujours à la barre. A moins que...lassé, usé et fatigué par cette situation inextricable et en panne continue de résultats, il décide de partir. Il en est capable : le 19 septembre 2005, il a quitté sec l'AS Monaco, le club qu'il avait porté aux sommets mais dont les dirigeants ne partageaient pas les ambitions visionnaires du coach Deschamps... DD est capable de tout.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0