En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Arsenal-PSG

Oliver Giroud, supersub malgré lui

Cantonné à un rôle de remplaçant par Arsène Wenger depuis le début de saison, Olivier Giroud n’a, ironiquement, jamais paru aussi efficace devant le but. La vie d’un supersub en puissance, finalement.

Modififié
La scène se passe samedi dernier. À la 89e minute de jeu de la rencontre opposant Manchester United à Arsenal. Les Gunners, en incroyable panne d’inspiration offensive, semblent voués à repartir la tête basse d’Old Trafford. Encore une fois. Mais c’était sans compter sur un certain Olivier Giroud. Entré en jeu seize minutes auparavant, l’international tricolore surgit dans les derniers instants de la partie pour catapulter une tête salvatrice au fond des filets de David de Gea. Le seul tir londonien de la seconde période aura donc été le bon. Et Giroud, une nouvelle fois, aura rempli son rôle de remplaçant à merveille. Sauf qu’à l’image de sa célébration tout en retenue face à United, le joueur semble empreint de frustration. Mais comment pourrait-il en être autrement, pour celui qui ne parvient pas à retrouver une place de titulaire malgré des performances convaincantes à chacune de ses apparitions ? Et si ses statistiques plaident incontestablement en sa faveur, le risque de n’être plus qu’un supersub, aussi efficace soit-il, n’a jamais paru aussi grand.

Un instinct de buteur aiguisé


Le débat revient régulièrement sur la table : Olivier Giroud a-t-il vraiment le potentiel nécessaire pour être le leader d’attaque d’un club comme Arsenal ? Pour une majorité des observateurs, la réponse est non. Le Français est un bon joueur, certes, mais aux aptitudes un peu légères pour porter son équipe vers un trophée majeur. Si Arsène Wenger a toujours contesté cette hypothèse, il n’empêche que le coach alsacien ne fait rien pour la démonter. Lui qui n’a toujours pas jugé bon de titulariser son avant-centre en championnat cette saison. Car si le joueur a connu quelques galères physiques avec près d’un mois et demi d’indisponibilité, cela va faire maintenant un mois que les blessures sont derrière lui. Et pourtant, il doit encore se contenter de poser son cul sur le banc. À l’exception d’un match, le déplacement à Ludogorets en Ligue des champions, l’ancien Montpelliérain n’a donc jamais commencé une rencontre cette saison. En club, du moins. Car, de manière assez ironique, le joueur n’a pas perdu sa place dans le onze titulaire de Didier Deschamps. En quatre rencontres internationales, Giroud a été titularisé trois fois, ne cédant sa place que pour le dernier match, qui n’était qu’un simple amical face à la Côte d’Ivoire. Frustrant, alors, de devoir se contenter de quelques bouts de match avec son club, d’autant que le bonhomme est loin d’être en méforme. Très loin, même, puisque ses statistiques viennent souligner une forme assez étincelante. En effet, sur ses neuf derniers tirs tentés en Premier League, l’attaquant a fait mouche à huit reprises. Autrement dit, son instinct de buteur n’a jamais paru aussi affûté.

Le Solskjær d’Arsenal


Mais si ses statistiques parlent pour lui, l’une d’entre elles, qui vient de tomber, ne semble pas prêcher pour sa paroisse. En marquant face à United, Oliv’ est devenu le meilleur supersub de l’histoire du club en inscrivant son dixième but après être entré en cours de jeu. Un chiffre intéressant, certes, mais dangereux pour lui, car menant vers un autre débat : et si, finalement, le meilleur poste d’Olivier Giroud n’était pas celui de remplaçant ? Et si, en fait, le mec n’était jamais aussi fort que quand il entre en fin de partie pour débloquer une situation d’un coup de casque ou d’un bout du pied qui traînerait pile au bon endroit, au bon moment ? Visiblement, Wenger semble approuver cette théorie au vu de l’utilisation qu’il fait de son joueur. Mais il est clair que la situation est loin d’être évidente pour Giroud qui pourrait difficilement faire mieux. Auteur de quatre buts cette saison – trois en championnat et un en Ligue des champions –, le bonhomme fait le taf. Comme il faut. Et comment, dans ce cas de figure, expliquer à un joueur qu’il n’a pas sa place de titulaire alors qu’il donne satisfaction à chacune de ses apparitions ? Après la rencontre face à Manchester, Petr Čech volait au secours de son coéquipier : « Les gens ne donnent pas assez de crédit à Olivier Giroud. Il travaille pour l’équipe, il est très utile s’il commence titulaire, mais également quand il entre en cours de match. Il peut faire la différence. » Une manière de soutenir le Français, certes, mais sans pour autant prendre position dans le débat. Face à Paris, l’attaquant pourrait bénéficier d’une place de titulaire à la suite de ses belles performances. Tout comme il pourrait s’asseoir de nouveau sur le banc. Avant de se lever pour changer le cours de la rencontre. Encore une fois.




  • Profitez de nos bonus et pariez sur le match Arsenal-PSG

    Par Gaspard Manet
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4 vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3