1. //
  2. //
  3. // Caen-PSG (0-6)

Olé, olé, olé, olé Cavani

Après une première sortie européenne teintée de regrets face à Arsenal (1-1) et deux matchs sans succès en Ligue 1, le PSG est sorti de sa torpeur à Caen (0-6), grâce notamment à un quadruplé d'Edinson Cavani inscrit en première mi-temps. Largement supérieurs, les Parisiens n’ont fait qu’une bouchée des Normands. Comme la saison dernière. Et pour le plus grand plaisir d’Unai Emery.

Modififié
4k 64

Stade Malherbe Caen 0-6 Paris Saint-Germain

Buts : Cavani (12e, 23esp, 38e, 45e+2), Lucas (67e), Augustin (e)

L’idée, encore latente, n’avait jusqu’ici qu’effleuré les esprits. Moins conquérant, moins souverain que par le passé, le Paris Saint-Germain ne diffuserait plus le même sentiment d’effroi auprès de ses adversaires après un début de saison poussif et escorté de nombreux doutes. Le Stade Malherbe Caen a voulu y croire. Se frotter à ce champion de France devenu prétendument colosse aux pieds d’argile. Mal lui en a pris, le club normand est reparti émietté de son rendez-vous face aux Parisiens. Emportés par la verve d’Edinson Cavani, si souvent maladroit cette semaine au Parc des Princes lors de la réception d’Arsenal et auteur d’un quadruplé sur la pelouse de Michel-d’Ornano, les hommes d’Unai Emery ont fait respecter la logique en étant à la hauteur de leur rang (0-6). Une formalité autant qu’un soulagement pour eux, qui restaient sur deux rencontres sans succès en championnat. En filigrane de cette prestation immaculée, le message apparaît désormais limpide. Si Paris continue de se chercher, il entend encore demeurer le chef d’orchestre sur la scène domestique.

Edi, dis-moi oui


Avant d’ouvrir la cinquième journée de Ligue 1, il fallait seulement tendre l’oreille la veille en conférence de presse d’avant-match pour constater qu’Unai Emery restait, bien malgré lui, un homme dénué de certitudes : «  Je regarde le présent et on a besoin de s’améliorer.  » Pourtant, certaines décisions s’apparentent déjà grandement à des choix définitifs. Déjà écarté contre Arsenal, Ben Arfa ne figure une nouvelle fois pas dans le groupe parisien, tandis que Motta, Pastore et Jesé démarrent sur le banc. Légèrement touchés, Aurier et Kurzawa sont respectivement suppléés par Meunier et Maxwell. Areola, Kimpembe, Krychowiak et Lucas endossent, eux, d’entrée le rôle de titulaires. En face, Patrice Garande reconduit quasiment le même onze que la semaine dernière malgré la défaite essuyée en terre rennaise. Si Malbranque sort de l’équipe, Bazile s’invite aux côtés de Karamoh et notamment Seube, qui honore par la même occasion sa 500e apparition sous la tunique normande. À peine le coup d’envoi donné par le sifflet de Clément Turpin qu’Unai Emery s’égosille déjà dans sa zone technique. Le coach espagnol veut du mouvement et le fait savoir avec ardeur à ses joueurs. Face à une équipe qu’ils manœuvrent plutôt bien (70% de victoires, soit le meilleur ratio du PSG face à un adversaire actuel de l’élite affronté plus de deux fois, et une seule défaite lors des onze derniers déplacements en L1), les Parisiens impriment d’entrée leur rythme.


Leurs premiers pas sur la pelouse de Michel d’Ornano ressemblent néanmoins à ceux de mardi soir contre les Gunners. Notamment pour Edinson Cavani. D’abord lancé en profondeur, l’Uruguayen manque une frappe du droit avant de rater quelques minutes plus tard une reprise de volée sur un centre millimétré de Di María. Comme à l’accoutumée, alors que les quolibets commencent à s’amonceler, « El Matador » prend un plaisir à peine dissimulé pour se jouer de ses détracteurs. Sur un centre de Maxwell non repris par Lucas d’une madjer, l’attaquant parisien ouvre la marque avec l’aide du poteau (1-0, 12e). Paname n’a pas même à forcer pour prendre l’ascendant sur une formation normande dépourvue d'arguments offensifs et bien trop timorée. Hormis une demi-volée de Rodelin sans danger (20e), celle-ci ne montre rien. Tout le contraire d’un club de la capitale qui déroule à travers de séduisantes combinaisons et une occupation aiguisée des espaces offerts. Dix minutes après l’ouverture du score, Cavani double la mise sur penalty, profitant d’une faute de Ben Youssef sur Lucas dans la surface. Très en verve ce vendredi soir, Edi ne s’arrête pas en si bon chemin. Si Lucas (30e, 33e) et Di María pèchent dans la finition, lui n’affiche pas cette fois autant de maladresse. Sur une nouvelle offrande de Maxwell puis un caviar de Meunier, Cavani claque son premier quadruplé depuis son arrivée dans l’Hexagone. Le sourire comme signature, l’ancien artilleur du Napoli fait pleuvoir les balles. Visiblement touché par l’une d’elles, Patrice Garande rentre aux vestiaires avant même que la mi-temps ne soit sifflée.

Temps de jeu accordé et fête totale


Sans doute soucieux de ne pas l’accabler davantage pour une 500e qui a tout d’un cauchemar, ce dernier choisit de remplacer Seube par Diomandé, tandis que Bazile sort au profit d’Adéoti. Côté parisien, l’homme du match, Cavani, quitte les siens avec le sentiment du devoir accompli pour laisser place à Jesé. Des changements de part et d’autre qui ne bouleversent nullement la teneur des débats. Paname tient le cuir et profite de l’attentisme caennais pour construire patiemment en attaque placée. Avec en chef de file Lucas. Virevoltant à l’image de ses dernières sorties, le Brésilien finit par faire céder une cinquième fois l’arrière-garde adverse sur une frappe soudaine du droit seulement déviée par Vercoutre (5-0, 67). Dans la foulée, Jesé, qui n’a toujours pas fait trembler les filets dans l’Hexagone, tente d’imiter son coéquipier, mais arme une tentative qui manque de conviction. Une maladresse dont ne fait pas preuve Jean-Kévin Augustin, entré en jeu à la place de Di María. D’un missile du droit, le jeune attaquant parisien prolonge un peu plus le calvaire d’un Vercoutre totalement abandonné par sa défense. Les derniers et trop rares sursauts d’orgueil de Santini, puis d’Imorou ne donneront que plus de reflet à la prestation parfaite du club de la capitale. Genou à terre au coup de sifflet final, Vercoutre n’a pu que s’incliner. Et il pourrait ne pas être le dernier dans les semaines à venir.

  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Romain Duchâteau
  • Modifié

    Dans cet article

    Note : 2
    "Petite contracture derrière la cuisse pour Edi #Cavani. À suivre mais pas grave pour le staff (Canal+) #PSG "
    Même son propre corps a pas assumé un quadruplé, il a rien compris.
    Rabiot patron du match pour moi. Et depuis le début de saison, il est très bon. Il est entrain de tranquillement s'installer à son poste. J'aime.
    Note : 1
    Je n'ai pas vu le match mais je suis en train de me taper le "debrief" sur Canal ... mais quel fouille merde ce Tallaron !
    Champion-mon-frère Niveau : CFA2
    Note : 1
    Match plaisant et bon match du PSG à tous les niveaux. Bon, certes c'était Caen en face mais les parisiens ont été appliqués et surtout afficaces à l'image de Cavani.

    A eux de réitérér ce genre de performance et à Cavani de rester dans la lignée de sa prestation. Content aussi pour le titi JKA.
    Le raté du siècle Niveau : DHR
    Note : 1
    JKA ça envoie du lourd quand même, son entrée vaut 10 fois celle de Jésé, puis on sent qu'il est vraiment à l'aise à ce poste d'avant-centre. La voilà la vraie doublure de Cavani.

    Lucas et Matuidi, les indéboulonnables, méritent un petit coup de WD40 m'est avis.
    Noël Mammaire Niveau : Loisir
    Le pb d'Edinson serait-il simplement qu'il plafonne lorsqu'il doit enchaîner plus rapidement face à des défenses plus aguerries ?
    Mmmm...
    Note : 1
    J'ai préférer regarder Chelsea - Liverpool. Quelqu'un peut me dire si Cavani à marqué ses buts sans contrôler le ballon? Ca m'intéresse.
    Une super bonne soirée !

    Déjà sa sentais bon quand Saint Marco à été blanchit par l'Uefa.

    Ensuite Saint Edison à illuminé notre notre soirée d'un quadruplé éclair.

    Les chants fort et vigoureux de nos supporters, se permettant même de remettre au gout du jour notre Saint patronne Edith Piaf.

    Pour finir l'archange Jean-Kevin a clos le bal d'une fort belle manière.

    Hourra en ce Saint vendredi ! Nous allons chanter la victoire du Paris Saint Germain !
    Note : 1
    Message posté par Briceleo
    Mais oui! Pendant le match il a bloqué sur le fait qu'Edi n'était pas revenu des vestiaires. Alors qu'il y a beaucoup plus intéressant dans ce match. Il est pénible il ne parle jamais de jeu.


    Moi c'est surtout son interview de Emery qui m'a halluciné ! Tu sentais vraiment qu'il cherchait la petite phrase polémique. Et à tout ça tu rajoutes ses petits regards vicieux à la caméra en mode "t'as vu je lui ai posé une super question "
    bref ...
    Je vous laisse parlé de jeu et du match et je vais vous lire pour avoir une vue d'ensemble de ce match qui m'avais l'air bien plaisant.
    la revedere
    Entoutemauvaisefoi Niveau : District
    Message posté par Gaviria Zer
    Unai faut qu'il travaille avec Edi pour un atelier dit de frappe sans contrôle
    Rabiot et Marquis c'est excellent
    Jka très bonne entrée j'en dirais pas autant pour Jésé quelle entrée dégueu de ce coté là il aurait pu être aussi écarter comme HBA

    0-6 bon set


    100% d'accord sur Marqui, et ce depuis le début de la saison.

    Pour Rabiot, c'est encore sur courant alternatif, mais c'est plutôt pas mal. Les premiers matchs, il jouait beaucoup vers l'avant (contrairement aux années précédentes, où il redonnait bcp la balle vers l'arrière - comme tous les joueurs, cela dit).
    Lamine Turgut Niveau : CFA
    Note : 1
    J'aime beaucoup ce côté des journalistes :

    "quand ça m'a arrange, je conclu définitivement et pour le reste de la saison que c'est poussif" ... et quand ça déglingue Caen, "n'oublions pas que ce n'est qu'un match et que le prochains aura une autre vérité".

    Bref ... dire tout et son contraire en 3 jours : c'est tellement aisé.

    (et surtout : "quand je ne comprends pas => je soupçonne les qualités du mecs/entraîneur" ... tellement humain ...)

    Je sais qu'Areola est le chouchou, mais il va souvent aux fraises, je trouve.

    Rabiot s'est baladé, comme Marquinhos, d'ailleurs.

    Entrée très tranchante de JKA. Par contre Jesé, il faut qu'on m'explique en quoi il mérite plus que Ben Arfa. Il a l'air aussi mauvais que stupide.

    Enfin, faudrait voir ce que tout ça donne face à une vraie équipe de foot.
    Kanté dans le désert Niveau : Loisir
    Note : 2
    Ah ben voilà Cavani il attendait un match important pour planter !
    mauriston Niveau : CFA2
    Note : 2
    Message posté par Noël Mammaire
    Le pb d'Edinson serait-il simplement qu'il plafonne lorsqu'il doit enchaîner plus rapidement face à des défenses plus aguerries ?
    Mmmm...


    Je sais pas si tu considères la défense d'Arsenal comme aguerrie, mais il les a bouffé à toutes les sauces. Son problème c'est plutôt le dernier geste depuis quelques temps.
    pierre ménès 2.0 Niveau : Ligue 1
    Jesé est très mauvais non?

    Lucas est moyen aussi je trouve, m'enfin au moins il a planté un beau but.

    Di Maria, j'ai l'indéfinissable impression qu'il joue en s'en battant un peu les couilles. Et ce depuis longtemps. Il fait des trucs très bien de temps en temps cela dit.
    Note : 1
    Sirigu devant sa télé a du bien kiffer la tête de Trapp. Karma ist eine Hure.
    Entoutemauvaisefoi Niveau : District
    Message posté par Ronald Ignoble
    Les gars calmez-vous. Ce n'était que Caen.
    Leur meilleur joueur de l'an passé a été recruté par un grand club.
    Au Mexique.


    Peut-être, mais ça permet à l'équipe de peaufiner les consignes. Des super entraînements, quoi.

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    4k 64