Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Odezenne : « Je vois bien la France gagner la prochaine Coupe du monde »

Perpétuellement en quête de renouveau et de sonorités inédites, Odezenne s'apprête à publier Dolziger Str.2, un troisième album de rap ambitieux, novateur et foncièrement séduisant. Tout l'inverse du club de cœur de Jacques, Bordeaux ?

Modififié
Trois ans après ta dernière interview pour So Foot, ton regard sur Bordeaux est-il toujours le même ?
Ce que je disais à l'époque, c'était que Bordeaux venait de faire deux super saisons avec Laurent Blanc, mais que c'était regrettable de voir toujours les meilleurs éléments partir au bout d'un an ou deux. Ça empêche l'équipe de grandir. Elle peut éventuellement avoir un coup d'éclat sur une ou deux saisons, mais elle finit tôt ou tard par rentrer dans le rang. C'est pour cela que je n'arrive pas à considérer Bordeaux comme une grande équipe du championnat. On n'a pas le même impact que Lyon, Paris, Marseille ou même Lens. Les Sang et Or ont peut-être gagné beaucoup moins de titres que Bordeaux, mais il y a une âme et une vraie identité là-bas, un peu à l'anglaise.

Tu penses que Sagnol est l'homme de la situation ?
Je pense que l'on a trop fait chier ce bon vieux Willy. On peut dire ce qu'on veut, mais le mec est au club depuis deux ans et j'ai l'impression qu'il veut monter un projet solide. Je ne sais pas s'il y arrivera, mais au moins il tente. Blanc, par exemple, on savait très bien qu'il était venu à Bordeaux pour faire ses classes. Il aurait déjà pu entraîner la France ou le PSG, mais ça aurait été mal vu. Du coup, il est venu et il est vite reparti. Comme beaucoup d'entraîneurs et de joueurs à Bordeaux.

Ça te frustre de voir que Bordeaux investit peu d'argent dans les transferts ?
Le club n'a pas les moyens, tout simplement. Il faut bien se rendre compte que les Girondins doivent être une vraie machine à gaz avec le staff, l'équipement, le marketing, le stade ou le centre de formation. Les dirigeants font ce qu'ils peuvent, avec plus ou moins de moyens. Malheureusement, une telle réalité économique implique des ambitions mesurées. Là, on est dixièmes. C'est déjà pas mal. Si on termine dans les six ou sept premiers, on pourra s'estimer heureux. D'autant que le championnat a complètement changé ces dernières années. Il y a bien des équipes comme Montpellier ou Lille qui arrivent à faire des coups, mais c'est très rare. À Bordeaux, on aura peut-être une équipe solide dans les deux ou trois prochaines années. En attendant, le club a recruté Pablo, un défenseur de 24 ans plutôt bon, et c'est encourageant : y a toujours des étrangers qui viennent à Bordeaux.

Toutefois, le club n'a pas réussi à attirer Gourcuff cet été…
C'est peut-être lui qui a préféré ne pas revenir ici. Il faut le comprendre : le mec était au sommet à Bordeaux, il part à Lyon et il foire tout. Il ne se sentait peut-être à la hauteur de « sauver » Bordeaux, ou du moins d'amener le club en Ligue des champions. Je pense que le mec a besoin de se reconstruire à l'écart des médias. Mentalement, ça doit être difficile de retrouver la confiance quand tout le monde attend de toi que tu te casses la gueule. Pourtant, le mec n'est pas José Touré. Il ne galère pas parce qu'il fume, prend des cuites ou drague tout ce qui bouge. Non, lui, il est à fond, il s'est privé toute sa vie, mais il se fait quand même bousiller.

Et si un milliardaire rachetait le club, ça te dérangerait ?
Non, j'en ai rien à foutre. Une équipe peut mettre les moyens qu'elle veut tant qu'elle ne gaspille pas l'argent. Si c'est pour mettre en place un vrai projet, ça ne me dérange pas. Je ne suis pas de ceux qui disent que les footballeurs sont des gladiateurs modernes. Les mecs remplissent des stades de 50 000 ou 60 000 places, amusent les gens et les font rêver, c'est donc normal qu'il y ait de l'argent dans ce milieu. Il faut penser à ce gamin qui grandit avec un club et qui, lorsqu'il a 16 ans, a l'occasion d'aller voir un match en quart ou en demi-finale de Ligue des champions contre Barcelone. Ça va être magique pour lui. Si on commence à s'offusquer des sommes dépensées, autant partir en croisade contre tous les secteurs où l'on dépense trop de thunes.

Dans une précédente interview, tu disais que tu avais déjà croisé des joueurs dans la rue. C'est toujours le cas ?
La journée, on travaille en studio. Du coup, on ne sort que le soir pour aller boire des verres dans les bars. Les joueurs professionnels n'y traînent donc pas trop. En revanche, on a croisé Micoud, Dugarry et Zidane plusieurs fois. Une fois, on a halluciné en revanche. On est allé à Eat Salad, une petite chaîne de fast-foods, et là on tombe sur un joueur de l'équipe B de Bordeaux avec sa meuf. Je ne me souviens plus de son nom, mais grâce à sa carte, le mec pouvait manger gratuit à vie dans le restaurant.

Quittons un peu l'actualité. Qui étaient tes héros d'enfance ?
Ils sont plusieurs, comme Van Basten, Roberto Baggio, Ronaldo, Del Piero ou encore Rivaldo. Je me souviens des grands soirs de Ligue des champions où tu voyais tous ces joueurs entrer sur le terrain. C'était dingue. Mais ce qui m'a marqué, c'était surtout les grandes époques de l'AC Milan, de la Juve et du Real avec Zidane. D'ailleurs, s'il fallait n'en retenir qu'un, ce serait lui.

Quels matchs en particulier ?

Comme tout le monde, ses deux buts de la tête en finale 98. Il n'existe pas de souvenir aussi fort. Même le match de 2006 contre le Brésil, qu'il élimine presque à lui seul, ne vaut pas ses deux buts en 98.

Tu penses que la France est favorite pour l'Euro 2016 ?
Non. Pas parce que je ne crois pas en eux, mais parce que j'attends le début de la compétition pour me prononcer. Il y a trop de rivaux pour penser que la France peut déjà être considérée comme favorite. L'effectif est encore un peu jeune pour ça. En revanche, je les vois bien gagner la prochaine Coupe du monde.

Suivez ODEZENNE sur Facebook

Vidéo


Propos recueillis par Maxime Delcourt
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 6 heures Le Belge Tom Saintfiet, sélectionneur de la Gambie 6
Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17