En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 34è journée
  3. // Juventus/Roma

Obstacle romain pour la Juve

Après l’interruption du championnat due au décès de Piermario Morosini, la Juve veut reprendre sa course vers la Scudetto. Son adversaire, la Roma de Luis Enrique, est vraisemblablement le plus coriace qu’il lui reste avant la fin de la saison.

Modififié
On avait quitté la Juve victorieuse contre une équipe de Rome. Le coup franc de Del Piero, à sept minutes du terme, avait eu raison de la résistance de la Lazio. On retrouve la Vieille Dame au même endroit, au Juventus Stadium, ce coup-ci face à l’autre formation romaine, l’AS Roma. Conséquence directe du report de la 33ème journée suite à la mort de Piermario Morosini, joueur de Livourne : la Juve va disputer là son troisième match consécutif à domicile. Les deux premiers, contre le Napoli et la Lazio, se sont soldés par des victoires. Voilà donc le troisième, et non des moindres. L’AS Roma semble être le dernier adversaire à pouvoir causer des ennuis à la formation d’Antonio Conte. De fait, après la Louve, la Juve devra jouer contre Cesena et Novara (quasiment déjà relégués), puis Lecce, Cagliari et l’Atalanta. Pour une équipe qui vise le titre, autre chose que des victoires contre ces cinq derniers adversaires s’apparenterait à une faute professionnelle. D’autant qu’avec ce petit point d’avance qu’elle compte désormais sur le Milan AC, la Juve n’a plus besoin de se soucier des résultats des Rossoneri. Elle doit gagner, gagner et gagner. Avec 18 points lors des six derniers matches, elle sera championne d’Italie, pour la 28ème fois de son histoire. Mais avant de faire des calculs et de tracer la route vers le Scudetto, il y a la Roma. Un sacré casse-tête.

Des roustes et des regrets

Oui, cette Roma est, de loin, l’équipe la plus incompréhensible de Serie A. Depuis de longues semaines, la formation de Luis Enrique enchaîne des prestations magnifiques et des défaites ahurissantes. Or, là aussi, le report du dernier tour peut avoir son influence. Vainqueur de l’Udinese lors de la 32ème journée, la Roma aurait dû affronter la Fiorentina, à domicile, au cours de la 33ème. Vu l’état de forme actuel des Florentins, il y a de grandes chances pour que les Romains soient arrivés au choc du Juventus Stadium avec trois points de plus dans la besace. Mais non. Le compteur est resté bloqué à 50. 50, c’est toujours quatre points de moins que la Lazio, qui campe actuellement la troisième place qualificative pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions. Cette journée de championnat peut donc être décisive. La Lazio accueille cet après-midi Lecce au stadio Olimpico. Une victoire laziale cumulée à une défaite giallorossa éliminerait quasi-définitivement la Louve de la course à la C1. Même s’il restera encore une confrontation directe face au Napoli à disputer la semaine prochaine.

Qu’on se le dise : cette Roma peut avoir des regrets. En jouant toujours au même niveau, elle n’aurait peut-être pas pu se mêler à la lutte pour le titre, mais elle aurait largement pu accrocher la troisième place. Sauf que Totti et ses potes ont été victimes de certaines absences inexplicables et inexpliquées, notamment lors de leurs derniers déplacements. 4-2 à Cagliari, 4-1 à Bergame et encore 4-2 à Lecce : des scores déroutants pour une équipe de cette trempe. Après la claque reçue dans les Pouilles, la défense et certaines nouvelles recrues (Kjaer en tête) ont été fustigées par la presse et par les tifosi. Luis Enrique, en bon capitaine de navire, a pris ses responsabilités et a ouvertement admis que ces errances étaient de sa faute, même si, en vrai, on sait bien que même lui n’y comprend rien. Le coach espagnol va simplement devoir espérer que, ce soir, ce soit sa Roma champagne qui entre sur la pelouse du Juventus Stadium.

Del Piero-Totti, dernier round


Le Juventus Stadium, tiens. L’impénétrable. L’imprenable. Depuis son inauguration, en août dernier, le nouveau fort de la Juve n’a jamais connu la défaite. Un véritable lien s’est créé entre le public et l’équipe, et tous les concurrents directs, qu’il s’agisse du Milan AC, de la Lazio, du Napoli, de l’Udinese ou de l’Inter, ont trépassé ici. La Roma aimerait bien être la première à repartir de Turin avec trois points. Sauf que battre la Juve relève désormais de l'exploit. Seule équipe invaincue en Europe, la Vieille Dame rêve, en plus du Scudetto (et de la Coupe d’Italie !) de terminer l'année sans la moindre défaite. Alors que depuis le début de la saison, Conte utilise la technique du « il faut gagner tous les matches » pour motiver ses troupes, à la veille du choc face à la Roma, il tente la psychologie inversée. « Déjà que nous en sommes arrivés là, il faut au moins tout donner. Si nous gagnons, c’est bien, autrement, je complimenterai tout de même mes joueurs pour une année extraordinaire, quoi qu’il en soit  » affirme-t-il en conférence de presse. Une façon de s’enlever un peu de pression ? Peut-être.

En tout cas, mieux vaut faire confiance à l’ancien milieu de terrain bianconero. Depuis son arrivée à la tête de la Juve, il a prouvé qu’il comprenait tous les rouages du club, et que les joueurs le suivaient les yeux fermés dans son projet. Oui, tous les joueurs. De Buffon à Pirlo, en passant par Vucinic, Marchisio, Vidal, et même Del Piero. D'ailleurs, cette semaine, on a plus parlé de Pinturichio que du match contre la Roma. Après son nouveau but décisif contre la Lazio, le numéro 10 turinois a envoyé un énième message à ses dirigeants, qui souhaitent se séparer de lui à la fin de la saison. A priori, ils ne changeront pas d’avis, même si la plèbe, ses coéquipiers et son coach le soutiennent inconditionnellement. Ce Juventus-Roma, au-delà du Scudetto, de la lutte pour la troisième place et de la rivalité entre les deux clubs, pourrait donc être la dernière confrontation entre Alessandro Del Piero et Francesco Totti. Les photographes ont tout intérêt à bien charger leurs batteries.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 5 heures Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport)
il y a 7 heures Quand Ronaldo planquait de la bière 44 il y a 8 heures Dupraz quitte le TFC 124 il y a 9 heures Robinho en route vers Sivasspor 56 il y a 12 heures Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 4 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 8 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7