1. //
  2. // AJ Auxerre
  3. // Interview

Obraniak : « J’ai toujours essayé de faire semblant d’être polonais »

Après avoir résilié son contrat au Maccabi Haïfa cet été et vécu deux mois sans club, Ludovic Obraniak a posé ses valises à l’AJ Auxerre – qui galère en fond de tableau de Ligue 2 – début novembre. Seconde partie d’un entretien fleuve à propos de ses sélections avec la Pologne, le pays de son grand-père, et tout ce qui en a découlé.

Modififié

Pour obtenir la naturalisation polonaise, ça a été le parcours du combattant. Finalement, ça s’est concrétisé grâce à un journaliste polonais. Sans lui, que se serait-il passé ?
J’avais dans l’idée d’arrêter les démarches et lui m’a toujours poussé pour les faire. Il avait une certaine influence là-bas. Il a milité pour que ça se passe. Ça a été latent pendant deux ans, et puis quand j’ai été contacté directement par la Fédération polonaise, là c’était réglé une semaine plus tard.

Tu avais eu l’occasion d’aller en Pologne durant ton enfance ?
Non, jamais. Ça a sauté une génération chez moi. Le père de mon père est arrivé du côté de Metz. Il est mort très jeune, il n’a pas pu transmettre la langue à mon père. Donc mon père non plus. Certes, on avait un peu de famille là-bas, mais avec laquelle on n’avait aucun contact. Je savais qu’on était d’origine polonaise, mais on ne parlait jamais polonais à la maison.

Qu’est-ce qui t’a marqué dans ce pays au fil de tes sélections ?
« En 2012, on organise l’Euro et on ne fait pas ce qu’il faut. Pourtant, on a presque été célébrés en héros le lendemain. Ils ne nous en ont jamais voulu. Ça m’a épaté. »
C’est pas si différent. C’est la culture de l’Est. Des gens rigoureux, travailleurs. Qui ont une certaine méfiance. Qui paraissent un peu froids au premier abord, mais qui sont très chauds intérieurement. J’ai rarement vu un public comme celui de la sélection. Il y a eu des déceptions terribles, et malgré tout, ils ont toujours été là, ils nous ont toujours soutenus partout où on allait. Ce sont des passionnés de football, avec aussi une certaine tolérance par rapport à nos résultats. Pour moi, c’était surprenant : 2012, on organise l’Euro et on ne fait pas ce qu’il faut. Pourtant, on a presque été célébrés en héros le lendemain. Ils ne nous en ont jamais voulu. Ça m’a épaté.

La saison dernière, tous les internationaux français rêvaient de l’Euro 2016 parce qu’une grande compétition en France, ça n’arrive qu’une fois dans une carrière de joueur. Toi aussi, quatre ans plus tôt, tu as vécu un Euro à domicile...
Je me souviendrai toute ma vie du premier match, quand on entre dans le stade contre la Grèce (1-1 au stade national de Varsovie, ndlr). Un moment fort émotionnellement. J’étais titulaire. L’ambiance, c’était : « Whaoh ! » Après, quand tu arrives dans la sélection et que tu ne parles pas la langue de la sélection... Je me sentais piégé. Tout le temps. Je savais que j’avais du retard. Les gens me demandaient de me sentir polonais. C’est un processus qui devait prendre du temps. Je sentais que c’était très important pour eux que je parle polonais, et je peux totalement le comprendre, mais je n’arrivais pas à le parler. Alors, j’ai toujours essayé de faire semblant d’être polonais.

C'était comme enfiler un costume, pour toi ?
Quelque part, oui. Et ensuite, comme j’ai vu que ça ne prenait pas, je me suis un peu renfermé... J’étais piégé. Je ne savais plus comment me comporter.
« J'étais proche de Grzegorz Krychowiak parce qu’il parle français, et quand j’étais avec lui, je me sentais plus en sécurité (...) C’est le premier réflexe quand tu te sens acculé. C’est un peu le principe du communautarisme. J’aurais peut-être dû être plus ouvert avec les autres. »
Dans l’équipe, je ne participais pas socialement à cause de la barrière de la langue. J’étais proche de Grzegorz (Krychowiak) parce qu’il parle français, et quand j’étais avec lui, je me sentais plus en sécurité. J’étais avec (Eugen) Polański, (Sebastian) Boenisch qui étaient naturalisés allemands. J’étais avec ceux qui étaient un peu dans la même posture que moi. C’est le premier réflexe quand tu te sens acculé. C’est un peu le principe du communautarisme. Je me suis peut-être trompé, j’aurais peut-être dû être plus ouvert avec les autres. Ça commençait justement à bien prendre avec Nawałka (le sélectionneur de la Pologne depuis 2013, ndlr), mais ça s’est arrêté pour moi parce qu’il y a eu cet épisode au Werder où je suis resté un an sans jouer. Et j’ai raté le train en marche.

Comment as-tu vécu la montée en puissance de la Pologne de l’extérieur ? Cet été, tu étais content, forcément, mais dans un coin de tête, tu te ne disais pas : « Merde, j’y suis pas » ?
J’étais content pour eux. Parce que les quatre, cinq années d’avant, je peux te dire qu’on a mangé notre pain noir en sélection. Le fait de voir que l’alchimie avait pris entre les jeunes, les vieux... (Il marque une pause) Ouais, j’avais envie d’y être. Et puis, ça aurait pu être mon dernier tournoi. Finir en France avec l’équipe de Pologne, ça aurait été un beau clin d’œil. J’étais très content pour eux, mais je n’ai pas pu m’empêcher de penser : « À peu de choses près... » La sélection, je n’en garde quasiment que des bons souvenirs. Le fait de représenter une nation – même si culturellement je n’étais pas proche de cette nation-là –, ce challenge a été l’une des plus belles expériences. Mais finalement, c’est une expérience qui ne tient qu’au football.

Avant de signer à l’AJ Auxerre début novembre, tu as passé quelques semaines sans club. Tu étais inquiet concernant ton futur ?
Non, parce que j’ai toujours eu la foi.
« Je m’attendais à trouver un club en Ligue 1 assez facilement. »
Bien sûr, tu vois les jours défiler et tu te dis que plus le temps passe, moins tu es en position de force. Mais je savais très bien qu’en arrivant sur le marché fin août, je ne trouverais pas tout de suite. Je m’attendais à trouver un club en Ligue 1 assez facilement, c’est surtout de ce point de vue-là que j’ai été surpris.

Tu penses qu’on t’oublie quand tu pars à l’étranger ?
Non, des fois, ce sont aussi les conséquences du marché. Beaucoup de clubs ont des effectifs très lourds, ils n’arrivent pas à vendre des joueurs et ils ne peuvent pas en acheter d’autres. Ma priorité était de partir aux États-Unis. J’avais pris un agent réputé là-bas pour justement aller en MLS. Ma femme a vécu longtemps aux États-Unis, on avait décidé de faire un bout de chemin là-bas. Donc, j’étais dans l’attente. Le problème, c’est que le timing ne correspondait pas, parce qu’en ce moment, ce sont les play-offs – les clubs s’activent en décembre. Je ne pouvais pas attendre plus parce que mine de rien, l’envie de retourner au combat était présente. La MLS, c’est un championnat en pleine mutation. Tu te dis : « J’ai envie d’y être. » Comme le Japon. J’adorerais aller au Japon ou en Corée, pour découvrir d’autres personnes, une nouvelle culture, me dire : « J’ai joué au Japon ! » Même si ça me fait du bien d’être là. Me retourner sur ma carrière et me dire : « J’ai joué là et j’ai rencontré ces personnes » , c’est ce qui me fait me sentir bien.

Ça t’a apporté quoi de vivre à l’étranger.
« J’ai vécu dans un pays musulman et un pays juif. C’est pas une mauvaise chose, parce qu’on vit dans un monde avec beaucoup de clichés. Être au contact des gens, ce n’est pas pareil que lire les journaux tranquille dans son fauteuil. »
Tu apprends différentes cultures. La tolérance, aussi. J’ai vécu dans un pays musulman et un pays juif. C’est pas une mauvaise chose, parce qu’on vit dans un monde avec beaucoup de clichés. Être au contact des gens, ce n’est pas pareil que lire les journaux tranquille dans son fauteuil. Humainement, ça m’a enrichi sur beaucoup de points. Avec ma femme, on a été confrontés à nous-mêmes. Et puis, je suis un boulimique de découvertes. Je suis chrétien, j’ai pu visiter Jérusalem. Je suis allé à Pétra, en Jordanie. Des choses que je n’aurais jamais faites en restant ici. Ça a été enrichissant à la fois humainement et sportivement.

Mais tu reviens en France...
Ma fille arrive en CP l’année prochaine. Ma femme, ça fait une dizaine d’années qu’elle met sa vie professionnelle entre parenthèses, elle a aussi envie de faire des choses. J’ai fait des choix égoïstes. Cette fois, j’ai pris en compte que j’avais une famille qui était obligée de porter le poids de mes décisions, pour satisfaire tout le monde.

Propos recueillis par Florian Lefèvre, à Auxerre
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

PierreFanFanJoséKarl Niveau : National
"Je fais semblant d'être polonais". "Mon daron n' y a jamais mis les pieds" "C'est grâce à un journaliste que j'ai été sélectionné".

Au moins il est direct et franc.

Pas comme ceux qui disent "partir dans leur pays de coeur". Le plus marrant c'était Marcel Tisserand qui s'était fait vanner par Cazarre après avoir choisi le Congo.
Loulou Nic au Lin Niveau : CFA
Je veux bien qu'on tacle les joueurs qui font ça par opportunisme mais faut pas oublier qu'il y'a des fédé derrière ça.

Quand t'as un mec qui n'a jamais mis un pied dans le pays pourquoi tu le naturalise et tu le sélectionne?

D'ailleurs il faut se poser la question sur les petits zidane que tout le monde médiatique veut voir en EDF alors que les mecs habitent à madrid de puis 15 ans et portent le nom (espagnol) de leur mère sur leur maillot. La logique voudrait qu'ils soient en équipe d'espagne et ça ne serait pas choquant.
1 réponse à ce commentaire.
PierreFanFanJoséKarl Niveau : National
D'ailleurs les supporters polonais ils ont eu Olisadebe ce qui est plus exotique.
En qoui?olisabede etait plus exotique,bien que nigérian d'origine lui etait mairie a une polonaise,parlait polonais et vivait depuis près de 10 ans avant sa naturalisation
Ce qui n'était nullement le cas de Ludovic.O
On ne naît pas ceci ou cela on le devient
Olisadebe, je l'aimais bien au Panathinaïkos, il était présent en 2002-2003 quand les verts sont allés en quarts (oui, les jeunes, avant d'était possible!) en chutant contre le Barça avec un déficit de seulement 1 but sur les deux matches.
2 réponses à ce commentaire.
Alceste Poquelin Niveau : Ballon d'or
Note : -1
A chaque fois que je l'entends parler de la Pologne, je peux pas m'empêcher de penser que si j'étais polonais, je ne l'apprécierai sans doute pas beaucoup, voire pas du tout. Il pourrait assumer qu'il en a rien à branler de la Pologne au moins, là le mec "fait toujours semblant d'être polonais" même aujourd'hui...
PierreFanFanJoséKarl Niveau : National
Bah justement il assume. Et c'est courageux de sa part.

Le plus ridicule niveau naturalisation c'était Boufal pour sa première interview avec le Maroc il ponctuait toutes ses phrases par "Inch Allah, Abullilah...".
On sent qu'il sait qu'il doit caser des Inchallah mais il sait pas à quelle moment du coup il ressemble plus à un bon français qu'autre chose
crabunjourcrabtoujours Niveau : National
Note : 1
Ils ont peut être pas le même rapport à leur "pays d'origine" non ??
Boufal, ses parents sont marocains, ont vécu là-bas une bonne partie de leur vie. Boufal se sont forcément aussi marocain.

En l'occurence, ici, le grand père à immigré, n'a pas appris le polonais à son gamin, qui a pondu un gamin. Comment tu peux te sentir polak ?

On a souvent le jugement facile, moralisateur, comme si nous on savait ce qui était bien de faire dans tel situation et ce qui hypocrite dans tel autre. On ne peut pas comme premier réflexe, d'abord essayer de comprendre avant de juger ?? Rien ne dit que boufal n'est pas sincère. Et lorsque je me souviens de joueurs comme Yahia/bougherra en Algérie, qui parlait pas un mot d'arabe ou de kabyle, mais qui ont littéralement donné de leur corps pour l'Algérie et cette putain de qualif contre les égyptiens, tu comprends que parfois tu peux aussi te sentir sincèrement attaché au pays de tes parents et le considérer comme TON pays.

Je ne sais pas ce que je dirai à ma fille/fils qui grandira loin de chez moi, avec éventuellement une maman d'autre part dans le monde, mais je ne conçois pas de ne pas lui apprendre notre langue, culture, histoire et l'amener le plus souvent possible chez moi.
Note : 1
Alors là merci abullilah parce que je ne connaissais pas cette interview mythique abullilah, et ça vaut son pesant de cacahuètes abullilah.
Toi aussi tu as le jugement facile. T'as bien des mecs qui se sentent algériens ou marocains alors qu'ils ne savent même pas écrire l'arabe et à peine le lire, sans parler du français... Donc ce n'est pas qu'une histoire de langue apprise, comme pour Obraniak.
crabunjourcrabtoujours Niveau : National
Où ai-je jugé Obraniak ??

Moi je répond à ceux qui disent "Lui il est honnête, alors que les autres sont de gros hypocrites"
en disant simplement que, peut être que la situation est différente, peut être qu'ils sont sincères. Ce qui est certain c'est que certains le sont.
à aucun moment je n'ai jugé Obraniak.
crabunjourcrabtoujours Niveau : National
J'ai bien dit que ce n'était une question de langue. D'où l'exemple de Yahia que j'ai donné.
"...des outils magnifiques, le terrain qui est juste un caviar."

Tu sens qu'il veut bien faire le petit Sofiane mais cette interview ne le montre pas vraiment à son avantage...
@crabunjour

Yahia parle un arabe du Maghreb tout à fait correct.
Je suis globalement d'accord avec ton message par ailleurs.

C'est juste dur de voir un gars dire qu'il représentait une sélection où il "essayait d'être légitime".
C'est d'autant plus marrant que normalement, inch Allah tu le places beaucoup au Maroc, mais pour signifier que le futur est incertain et que cela dépend d'un être omniscient.

Donc "je suis content d'être appelé en sélection, inch Allah" (retranscription non fidèle à la lettre). "j'espère revenir en sélection, quand je reviendrais en sélection, inch Allah" ça aurait eu du sens.

Mais bon, on se moque, mais pas mal de jeunes dont les grands-parents sont originaires du Maghreb, utilisent des codes sans les comprendre
Pinedhuitre22 Niveau : DHR
Merci pour la saveur, ça m'était passé sous l'nez.
Lost in translation Niveau : CFA
En tant que polonais ça doit être dur a entendre effectivement mais il a au moins le mérite d'être honnête.

Après je ne sais pas quelle attitude il avait a l'époque dans les médias locaux mais il a l'air difficilement détestable quand même.

On croirait presque à une interview des français de l'étranger :)
Il le dit, qu'il n'a sans doute pas fait assez d'effort !
Je ne vois pas le quoi le fait qu'il ait fait semblant sois choquant, il n'a juste pas fais assez semblant pour ne plus avoir besoin de faire semblant.

ça va faire beaucoup de si, mais supposons qu'il ne se soit pas planté au Werder et que du coup, il reste en sélection, c'est tout à fait possible qu'il réussisse à s'intégrer vu qu'il a l'air intelligent et réfléchi !

En tout cas, je ne sais pas ce que ça donne à l'AJA, mais si il a/retrouve un niveau lillois, bordelais ou équivalent, ce ne peut être qu'une bonne pioche pour eux !
14 réponses à ce commentaire.
En général, on fait ce genre de naturalisation rapide pour un crack en espérant qu'il va aider son nouveau pays. Sauf qu'Obraniak est un joueur moyen. Quoi, il n'y avait pas assez de talent dans le championnat local ?
Pour que Perquis et Obraniak soient titulaires indiscutable pendant quelques années, c'est vraiment que le niveau etait ultra faible.
La ils ont la meilleure generation de leur histoire mais faut se rappeller que ca reste un pays avec une toute petit histoire footballistique.
Toi, tu n'as pas dû connaître les années 1970 avec la paire de redoutables attaquants : Grzegorz LATO et Kazimierz DEYNA !
J'ai rigolé. Les Boniek, Lato etc... ça ne te dit rien ???
oui, 3eme de la CM en 74 et 3eme encore en 82. On va donc attendre 2018 avant de juger la meilleure generation polonaise.
La Pologne était déjà une bonne équipe avant la seconde guerre mondiale. Ils ont eu un creux après la guerre (sûrement un des pays les plus touchés) puis un autre fin 80, années 90.

Par contre Obraniak a été un bon joueur et la Pologne se qualifiait déjà à l'époque à presque toutes les grandes compétitions. Mais ils manquaient de défenseurs c'est vrai, et n'avaient pas non plus de joueurs de classe mondiale comme Lewandowski
5 réponses à ce commentaire.
"Le fait de représenter une nation – même si culturellement je n’étais pas proche de cette nation-là –"... Ca fait quand même, j'ai vu de la lumière, du coup je suis entré... Obraniak a le mérite d'être honnête, je suis d'accord, mais si j'étais polonais, cela m'aurait agacé... J'ai dans l'idée que l'on représente un pays parce qu'on a envie de le défendre et de se sortir les tripes sur le terrain, en raison de l'attachement que l'on peut avoir envers lui, cet attachement pouvant résulter d'un lien familial, sentimental ou culturel. Or, là son grand-père, il ne l'a visiblement pas connu, culturellement dans sa famille ils ne parlaient pas le polonais et il n'était jamais ou très peu allé en Pologne... Du coup jouer pour ce pays me semble surtout servir son CV de joueur très moyen en le faisant passer international.

Pour autant, je précise, j'ai toujours bien aimé Obraniak...
supernabot Niveau : DHR
allez faut que quelqu'un s'y colle donc allons-y : "Il en pense quoi Benzema ?"
1 réponse à ce commentaire.
Un mec qui dit ce genre de choses, de base, c'est mon copain.

"Tu apprends différentes cultures. La tolérance, aussi. J’ai vécu dans un pays musulman et un pays juif. C’est pas une mauvaise chose, parce qu’on vit dans un monde avec beaucoup de clichés. Être au contact des gens, ce n’est pas pareil que lire les journaux tranquille dans son fauteuil. Humainement, ça m’a enrichi sur beaucoup de points. Avec ma femme, on a été confrontés à nous-mêmes. Et puis, je suis un boulimique de découvertes"
Je suis assez rassuré de voir à la lecture des commentaires que je ne suis pas seul à toujours avoir eu des sentiments assez ambivalents vis-à-vis de ce choix d'Obraniak.

Je crois que cela vient tout simplement du fait que le type est très sympa. C'est infiniment plus facile de détester un Diego Costa pour le même type de choix - un joueur que j'apprécie par ailleurs mais qui dégage une certaine forme d'antipathie. Obraniak, quand on l'entend ou qu'on le lit, on se dit qu'il est intéressant, agréable, qu'on pourrait facilement s'imaginer être pote avec lui. Ce qui fait que l'on a d'autant plus de mal à comprendre qu'il ait fait ce choix qui ne nous apparaît pas très éthique, à nous, simples spectateurs. Comme s'il y avait une connexion qui ne se faisait pas.

Mais après tout, dans le cadre de leur travail, nous avons sans doute tous certains très bons amis qui ne font pas toujours les choix les plus éthiques, sans qu'on le sache ou que l'on y prête vraiment attention - ce sont nos amis, pas nos collègues ;)
Ce joueur n aurais certainement jamais connu le maillot bleu je trouve sa un peu facile de trouver quelque origine lointaine que ce soit afin de porter les couleurs
d un pays ou l on a jamais mis les pieds et auquel on se contrefou totalement
Hier à 09:24 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM il y a 1 heure Les ultras allemands répondent à la DFB 4 mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1
il y a 2 heures Trezeguet bouscule Beşiktaş 16
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 13:48 Nantes, la mascotte et le plagiat 25 Hier à 11:48 Brian Fernández arrive à Metz 7
jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 13 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport)