En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // AJ Auxerre
  3. // Interview

Obraniak : « Claude Puel a fait de moi un homme »

Après avoir résilié son contrat cet été au Maccabi Haïfa et vécu deux mois sans club, Ludovic Obraniak (trente-deux ans) a posé ses valises à l’AJ Auxerre – qui galère en fond de tableau de Ligue 2 – début novembre. Première partie d’un entretien fleuve à propos de sa jeunesse à Metz, les années fastes au LOSC et les deux figures qui ont marqué son parcours : Jean Fernandez et Claude Puel.

Modififié
Tu as été formé à Metz dans les années 90, à l’époque de la grande équipe messine. Quels souvenirs en gardes-tu ?
Mon premier match à Saint-Symphorien, il y avait Bernard Lama, Philippe Hinschberger. Puis, il y a eu les PP flingueurs – Pouget, Pirès. Ils étaient médiatisés, donc nous, les jeunes du centre, on s’identifiait à eux. L’équipe de rêve, c’était 98. Mes idoles ? Alors OK, il y avait Stoichkov, Cantona... Mais si je dois dire mes vrais idoles, ce sont Kastendeuch, Fred Meyrieu et Robert Pirès.

Tes grands-parents ont été très présents dans ton parcours. Explique-nous...
« Mes premiers foots, c’était avec ma grand-mère, soixante ans, elle faisait le gardien. »
Par beau ou mauvais temps, ils me suivaient en tournoi. Mes grand-parents sont des passionnés de football. Mes premiers foots, c’était avec ma grand-mère, soixante ans, elle faisait le gardien. Elle est aussi nostalgique de ces moments-là. Je vivais dans un quartier de la banlieue messine, à Vallières. Quatre, cinq HLM alignés les uns à côté des autres. Dès qu’on descendait en bas, il y avait un ballon. On se faisait des cages avec des entrées de garage.

Même si tu habitais à côté du club, tu as décidé d’être interne au centre de formation. Pourquoi ?
Pour avoir ce cadre, cette éducation, cette droiture. Je savais déjà qu’on était confrontés aux sollicitations extérieures et j’avais compris qu’en ayant un chez-moi avec les potes et tout ça, je serais plus tenté de m’écarter du droit chemin. À Metz, fallait être bon à l’école si on voulait accéder au niveau supérieur. D’ailleurs, si je n’avais pas eu mon bac, je n’aurais pas pu passer dans le groupe pro.


Tu l’as eu facilement ?
Non, très difficilement. J’ai eu le bac ES avec 70 points de retard ! Et je ne dirais pas comment ça s’est passé au rattrapage, sinon on pourrait croire qu’on me l’a donné. (Rires)

Au cours de tes interviews, tu reviens souvent sur le « contrôle passe moving » cher à Jean Fernandez, ton premier coach à Metz. Il représente quoi, pour toi, Jean Fernandez ?
« Jean Fernandez, c’est quelqu’un qui m’a bouleversé. Quand j’ai vu l’intensité de sa passion, sa ferveur... Lors de son premier discours, je me suis dit : "C’est quoi ce fou !" »
Quand je le revois, je me remets toujours dans la position du jeune adolescent que j’étais quand je l’ai rencontré. C’est quelqu’un qui m’a bouleversé. Quand j’ai vu l’intensité de sa passion, sa ferveur... Lors de son premier discours, je me suis dit : « C’est quoi ce fou ! » On était en stage en Allemagne. Il faisait une chaleur... Mais il portait une parka. Le FC Metz venait de descendre (en 2002, ndlr), il avait une mission : faire remonter le club. Il nous a fait un meeting pendant deux heures, il faisait des allers-retours, il transpirait ! Et ça nous a pris aux tripes ! On est sortis de là interloqués, même les anciens. En même temps séduits et... bouleversés, c’est le mot. Je n’avais encore jamais vu autant d’intensité, de ténacité et de charisme. De mon point de vue, il n’y a plus d’entraîneur comme lui aujourd’hui.

C’est-à-dire ?
Les clubs, aujourd’hui, ce qu’ils attendent, c’est du chiffre. Les entraîneurs doivent tellement se concentrer sur les résultats qu’ils ne peuvent plus se dire : « Tiens, ce jeune-là, je vais prendre un peu de temps avec, je vais le former. » Moi, j’ai eu Jean Fernandez et Claude Puel, je ne pouvais pas avoir meilleure école.

Sur YouTube, on peut retomber sur une vidéo d’un entraînement avec Metz où Grégory Wimbée te met un sacré coup de pression en t’attrapant à la gorge à la fin d’un entraînement, parce que tu lui avais sèchement répondu... Tu t’en souviens ?
C’était pas un coup de pression. Avec Greg’, on s’entendait très bien, mais à ce moment-là, à Metz, on était embourbés dans une situation terrible. Je lui ai mal répondu, il m’a simplement remis à ma place. Et moi, je me suis laissé faire parce qu’au moment où il m’a attrapé, j’ai compris pourquoi il m’attrapait. Ça a été une bonne leçon pour moi. Maintenant, ce genre d’explications, ça ne se fait plus trop sur le terrain. Ça se fait en interne. T’attends de rentrer dans le vestiaire, le jeune, il prend une tarte dans la gueule, personne ne le sait et c’est très bien comme ça.

Vidéo

Quand Claude Puel t’a contacté, Metz t’a laissé partir facilement ?
Avec Metz, on faisait une super saison en Ligue 2. On avait une dizaine de points d’avance sur le quatrième.
« Le président Molinari, je le considère presque comme un père, rien que le fait qu’on puisse négocier ensemble, pour moi, c’était déjà un honneur. »
À la trêve, je reçois un coup de fil de Claude Puel. Bodmer, Keita, Odemwingie, Makoun... c’était la grosse équipe de Lille qui était qualifiée en huitièmes de finale de Ligue des champions contre Manchester United. Moi, j’ai tout de suite dit oui. Après, le président (Carlo) Molinari est un fin négociateur, donc il a fallu le convaincre, le patriarche. Le président Molinari, je le considère presque comme un père, rien que le fait qu’on puisse négocier ensemble, pour moi, c’était déjà un honneur. Je savais que je n’allais peut-être plus jamais avoir l’occasion d’évoluer à un tel niveau en Ligue des champions, lui a compris ma démarche. Il a essayé de me retenir, mais il a vu que c’était vain.


Qu’est-ce qui t’a plus chez Claude Puel ?
Cette rigueur, cette exigence. Et puis, il n’était pas avare en conseils. Autant Metz m’a construit, Jean Fernandez m’a formé, autant Claude Puel a fait de moi un homme. Il te transmet sa passion, son énergie, que d’autres ne peuvent pas te transmettre. Quand on faisait du physique, il s’entraînait avec nous et il était devant nous ! Si tu veux, pour nous les jeunes, il nous foutait presque la honte. Il nous lançait : « Regardez, moi, j’ai plus de quarante ans (même quarante-six ans en 2007, ndlr), je suis devant vous, vous trouvez ça normal ?! » Ça nous poussait à nous dépasser. J’aimais son calme, son recul dans l’analyse. Il pouvait te prendre à part, c’était toujours dans la justesse. Preuves à l’appui, il te mettait face à tes responsabilités, mais pas toujours devant tout le monde. Ce n’était pas le genre de personne à te mettre mal à l’aise devant tout le monde.


En 2008, Rudi Garcia prend le relais. Les années qui suivent sont les plus belles de ta carrière, non ?
Les meilleures années, je sais pas. On a récolté ce qu’on a semé avec le doublé coupe-championnat 2011. Tout a pris un sens à ce moment-là. Bien sûr, tu te lèves tous les matins, quel plaisir de faire ce métier. Mais le plaisir, au fil des années, il se transforme. C’est ton job, quand même. Tu es là pour répondre à des exigences, des objectifs. Plus tu montes et plus on te demande une exigence intransigeante. Des fois... Tu ne sais plus si tu es dans ton job ou dans le côté plaisir, ça s’effiloche. Et c’est vrai que cette année-là, on n'était que dans le plaisir ! Après, on a péché en Ligue des champions et on n’a pas su garder l’ossature et perpétuer ça sur cinq, six, sept ans, comme Lyon a pu le faire. Montpellier, Bordeaux le savent, remporter un titre, c’est très difficile à gérer.

Est-ce que Rudi Garcia t’a poussé dehors ?
« Déjà, quand tu es en concurrence avec Dimitri Payet, c’est pas simple, alors quand on te rajoute Joe Cole sur le dos... Tu te dis : "Bon, il n’y en a pas encore un ?!" »
Je ne dirais pas qu’il m’a poussé dehors, mais il a fait en sorte que moi, je prenne la décision de partir. J’étais déjà en concurrence avec Dimitri Payet, et le dernier jour du mercato (été 2011, ndlr), il recrute Joe Cole ! Il ne prévient pas et on est trois pour une place sur le côté droit. J’étais furax. J’ai été lui dire que c’était pas correct parce que, du coup, moi je ne pouvais pas me retourner. Déjà, quand tu es en concurrence avec Dimitri Payet, c’est pas simple, alors quand on te rajoute Joe Cole sur le dos... Tu te dis : « Bon, il n’y en a pas encore un ?! » (Rires) J’ai joué quelques matchs, et comme j’étais à un âge où il fallait vraiment que je joue (vingt-six ans), j’ai décidé de partir à Bordeaux au mercato d’hiver.


Le soir du titre avec Lille...
(Il coupe.) C’est le soir où m’a fille est née. À la dernière journée (LOSC - Rennes, 3-2). Je soulève le trophée à 23h et des poussières et je suis papa à cinq heures du matin. Les deux choses que j’ai rêvées le plus dans ma vie professionnelle et privée arrivent la même nuit. L’après-midi, ma femme entre à la maternité. Donc, moi, je quitte le rassemblement à l’hôtel parce qu’on était au vert. Mais je dis quand même au coach : « Attendez, je vous rappelle pour savoir si je reviens ou pas. » J’arrive là-bas. Ça n'avançait pas comme on aurait voulu. 17h30. Moi, dans ma tête, je me disais, par pêché de gourmandise : « Y a peut-être moyen de faire les deux. » Mais j’ai vu dans le regard de ma femme que NON, c’était pas possible. J’ai attendu, j’ai attendu. J’ai dit au coach que finalement, je ne venais pas. 21h, le match commence. Et à vingt minutes de la fin du match, j’étais en train de boire un café et l’une des sages-femmes vient me voir en aparté et me dit : « Si vous voulez y aller, c’est maintenant. Vous inquiétez pas, je vais négocier avec votre femme. » Et là, je reviens dans la chambre et ma femme me regarde avec des yeux noirs : «  Vas-y, va chercher ta putain de coupe et dépêche-toi ! » (Rires)


Et tu as réussi à arriver avant la fin du match ?
Pile au coup de sifflet final. C’était Villeneuve d'Ascq, je suis rentré sur le côté en disant : « Ouvrez les portes du stade ! » J’ai juste eu le temps d’enfiler le T-shirt, de soulever la coupe, de faire le tour d’honneur. À une heure, je suis rentré à la maternité et ma petite fille arrivait à cinq heures du matin. Je l’ai toujours rêvé, mais je ne pensais pas qu’un jour, je puisse dire : « Je suis champion de France. » Donc être papa et être champion de France la même nuit, c’est un sacré cadeau.

Propos recueillis par Florian Lefèvre, à Auxerre
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:10 216€ à gagner avec Dortmund, Man City - Naples & Real - Tottenham Hier à 15:16 C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1
Hier à 16:00 Taarabt met fin à trois ans de disette 13 Hier à 14:18 Un joueur de Xanthi (Grèce) sanctionné à cause de la mousse 1 Hier à 12:46 Kaká a joué son dernier match à Orlando 11
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 11:44 Un match retardé à cause des confettis 3 Hier à 10:44 Une équipe de D3 argentine déguisée en Lionel Messi 6 Hier à 08:04 Le missile de Guedes avec Valence 20 dimanche 15 octobre Alessandrini nommé pour le trophée du meilleur nouveau venu en MLS 13 dimanche 15 octobre Un match de foot suivi d'un match de rugby sur le même terrain 9 dimanche 15 octobre Pronostic Inter - Milan AC : 431€ à gagner sur le derby ! samedi 14 octobre L'incroyable raté de Mateta 5 samedi 14 octobre Martin Palermo est champion du monde ! (via Brut Sport) samedi 14 octobre Un club de migrants en Andalousie 3 vendredi 13 octobre Découvrez le mini-foot ! (via Brut Sport) vendredi 13 octobre Derby County clashe Nottingham avec un freestyle de rap 4 vendredi 13 octobre Billericay Town FC (D7 Anglaise) recrute deux SDF 4 vendredi 13 octobre À Brescia, les joueurs interrompent l'entraînement pour éviter un PV 1 jeudi 12 octobre Éric Cantona va chanter du Disney 28 jeudi 12 octobre Le Récap "Semaine Internationale" de la #SOFOOTLIGUE 1 jeudi 12 octobre Villarreal s’attaque aux pigeons 20 jeudi 12 octobre Une équipe éliminée sur tapis vert à cause de ses numéros de maillots 16 jeudi 12 octobre Une séance de tirs au but jouée trois semaines après la prolongation 5 mercredi 11 octobre Le Dynamo Dresde ressort son maillot anti-raciste 22 mercredi 11 octobre La voisine avait planqué 186 ballons 47 mercredi 11 octobre L'improbable dégagement en touche d'un remplaçant du Panama 12 mercredi 11 octobre Le feu d'artifice des supporters bosniens 3 mardi 10 octobre George Weah, président du Liberia ? (via Brut Sport) lundi 9 octobre Mondial 2018 : La folie dans les rues du Caire (via Brut Sport) lundi 9 octobre Ballon d'or : la liste des 30 nommés 84 lundi 9 octobre 245€ à gagner avec France-Bélarus & Lettonie-Andorre lundi 9 octobre Quand le pays de Galles foire sa photo d’avant-match 13 lundi 9 octobre Le caramel de quarante mètres d'une joueuse de l'OL 19 lundi 9 octobre Raté incroyable en D4 néerlandaise 6 lundi 9 octobre Ballon d’or : Kane et Lewandowski sont bien là 15 lundi 9 octobre Pronostic France Bélarus : 670€ à gagner sur le match des Bleus ! 1 lundi 9 octobre Ballon d’or : Suárez, Coutinho et Mertens y sont aussi 24 lundi 9 octobre Paraguay : match interrompu pour violences après huit minutes 3 lundi 9 octobre 12 matchs de suspension pour avoir critiqué le district de Moselle 8 dimanche 8 octobre 35 Hollandais font le déplacement pour voir un match de D6 anglaise 6 dimanche 8 octobre La FIFA veut reformer les trêves internationales 20 samedi 7 octobre Une blessure affreuse en Argentine 9 samedi 7 octobre U17 : des IRM pour contrôler l'âge des joueurs 13 samedi 7 octobre QPR a créé un groupe de supporters LGBT 117 vendredi 6 octobre Un nouveau rapport accable l'organisation du mondial au Qatar 42 vendredi 6 octobre Quand des supporters anglais marquent avec un avion en papier 8 jeudi 5 octobre 267€ à gagner avec Bulgarie-France, la Suisse & Iles Féroé-Lettonie jeudi 5 octobre 545€ à gagner sur Bulgarie France ! jeudi 5 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions !!! jeudi 5 octobre Mondial 2018 : la mise en place de la VAR remise en cause 6 mercredi 4 octobre Ivre, Alex Morgan se fait virer de Disney World 39 mercredi 4 octobre Le gardien prend un but gag, les supporters envahissent le terrain 6 mercredi 4 octobre Une équipe espagnole intégralement formée de Sud-Coréens 15 mardi 3 octobre Un triplé dont deux ciseaux en D2 Suisse 3 mardi 3 octobre Emmanuel Eboué fait taire la rumeur VIH 9 mardi 3 octobre Victime d’un malaise cardiaque, il prolonge son contrat 3 mardi 3 octobre Ribéry a payé le salaire de son frère à Bayonne 29 mardi 3 octobre Des fans en colère parce que leur équipe gagne 10 mardi 3 octobre La terrible faute sur Renato Civelli 2 lundi 2 octobre Rocket League dans la vraie vie (via Brut Sport) lundi 2 octobre Emmanuel Eboué atteint de graves problèmes sanguins 21 lundi 2 octobre Les funérailles du club de Modène organisées par ses supporters 12 lundi 2 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !!! 1 lundi 2 octobre Gignac collecte 241 000 euros pour une fillette atteinte d'une tumeur 4 dimanche 1er octobre Le tifo « Dikkenek » des ultras d'Anderlecht 32 dimanche 1er octobre Il envoie un coup de boule à son coéquipier en plein match 2 dimanche 1er octobre Le ciseau d'Haller 1 samedi 30 septembre Villas-Boas suspendu huit matchs 1 samedi 30 septembre Un club de D6 allemande sponsorisé par une actrice porno 26 samedi 30 septembre Scolari veut envoyer Ancelotti en Chine 4 samedi 30 septembre Le plan machiavélique de Lucas Digne (via Brut Sport) vendredi 29 septembre Le licenciement d’Ancelotti provoqué par cinq joueurs 70 vendredi 29 septembre L'Ukip accusé d'avoir plagié le logo de la Premier League 19 vendredi 29 septembre Griezmann va publier des romans 50 vendredi 29 septembre Le mode "foot en salle" à FIFA... (via Brut Sport) jeudi 28 septembre 258€ à gagner avec Arsenal, Lazio & Torino 2 jeudi 28 septembre 177 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions !!! 1 jeudi 28 septembre Le club de Calais n'est plus 14 jeudi 28 septembre Leonardo atterrit à l'Antalyaspor 19 jeudi 28 septembre L'UEFA, le grand gagnant de l'Euro 2016 selon la Cour des comptes 4 jeudi 28 septembre River : Gallardo allume les suspicieux 12 jeudi 28 septembre Tu sais que t'es nul à FIFA quand... (via Brut Sport) mercredi 27 septembre 369€ à gagner avec Milan AC & Zénith mercredi 27 septembre Cassano prêt à sortir de sa retraite ? 7 mercredi 27 septembre Salut nazi pour un coach de D5 allemande 57 mercredi 27 septembre PSG Bayern : 10€ sans dépôt et 260€ à gagner !!! mercredi 27 septembre DERNIER JOUR DE L'OFFRE SPECIALE : 10€ offerts sans dépôt pour parier chez Winamax !!! mardi 26 septembre Gignac encore à la rescousse des Mexicains 12 mardi 26 septembre Remplaçant, il est contrôlé positif 12 mardi 26 septembre Des rituels taoïstes pour relancer l'équipe 2 mardi 26 septembre Xabi Alonso bientôt entraîneur 24 lundi 25 septembre DERNIER JOUR DE L'OFFRE SPECIALE : 10€ offerts sans dépôt pour parier chez Winamax !!! 2 lundi 25 septembre Mathijssen limogé de Larissa onze jours après son arrivée 9 lundi 25 septembre Le Nord-Coréen Han boude les radios 32 lundi 25 septembre Monaco Porto : 10€ offerts sans dépôt pour parier et 320€ à gagner ! lundi 25 septembre Djibril Cissé empile les buts en D3 Suisse 47 lundi 25 septembre L'entraîneur de Valence se claque en célébrant un but 6