1. //
  2. // AJ Auxerre
  3. // Interview

Obraniak : « Claude Puel a fait de moi un homme »

Après avoir résilié son contrat cet été au Maccabi Haïfa et vécu deux mois sans club, Ludovic Obraniak (trente-deux ans) a posé ses valises à l’AJ Auxerre – qui galère en fond de tableau de Ligue 2 – début novembre. Première partie d’un entretien fleuve à propos de sa jeunesse à Metz, les années fastes au LOSC et les deux figures qui ont marqué son parcours : Jean Fernandez et Claude Puel.

Modififié
Tu as été formé à Metz dans les années 90, à l’époque de la grande équipe messine. Quels souvenirs en gardes-tu ?
Mon premier match à Saint-Symphorien, il y avait Bernard Lama, Philippe Hinschberger. Puis, il y a eu les PP flingueurs – Pouget, Pirès. Ils étaient médiatisés, donc nous, les jeunes du centre, on s’identifiait à eux. L’équipe de rêve, c’était 98. Mes idoles ? Alors OK, il y avait Stoichkov, Cantona... Mais si je dois dire mes vrais idoles, ce sont Kastendeuch, Fred Meyrieu et Robert Pirès.

Tes grands-parents ont été très présents dans ton parcours. Explique-nous...
« Mes premiers foots, c’était avec ma grand-mère, soixante ans, elle faisait le gardien. »
Par beau ou mauvais temps, ils me suivaient en tournoi. Mes grand-parents sont des passionnés de football. Mes premiers foots, c’était avec ma grand-mère, soixante ans, elle faisait le gardien. Elle est aussi nostalgique de ces moments-là. Je vivais dans un quartier de la banlieue messine, à Vallières. Quatre, cinq HLM alignés les uns à côté des autres. Dès qu’on descendait en bas, il y avait un ballon. On se faisait des cages avec des entrées de garage.

Même si tu habitais à côté du club, tu as décidé d’être interne au centre de formation. Pourquoi ?
Pour avoir ce cadre, cette éducation, cette droiture. Je savais déjà qu’on était confrontés aux sollicitations extérieures et j’avais compris qu’en ayant un chez-moi avec les potes et tout ça, je serais plus tenté de m’écarter du droit chemin. À Metz, fallait être bon à l’école si on voulait accéder au niveau supérieur. D’ailleurs, si je n’avais pas eu mon bac, je n’aurais pas pu passer dans le groupe pro.


Tu l’as eu facilement ?
Non, très difficilement. J’ai eu le bac ES avec 70 points de retard ! Et je ne dirais pas comment ça s’est passé au rattrapage, sinon on pourrait croire qu’on me l’a donné. (Rires)

Au cours de tes interviews, tu reviens souvent sur le « contrôle passe moving » cher à Jean Fernandez, ton premier coach à Metz. Il représente quoi, pour toi, Jean Fernandez ?
« Jean Fernandez, c’est quelqu’un qui m’a bouleversé. Quand j’ai vu l’intensité de sa passion, sa ferveur... Lors de son premier discours, je me suis dit : "C’est quoi ce fou !" »
Quand je le revois, je me remets toujours dans la position du jeune adolescent que j’étais quand je l’ai rencontré. C’est quelqu’un qui m’a bouleversé. Quand j’ai vu l’intensité de sa passion, sa ferveur... Lors de son premier discours, je me suis dit : « C’est quoi ce fou ! » On était en stage en Allemagne. Il faisait une chaleur... Mais il portait une parka. Le FC Metz venait de descendre (en 2002, ndlr), il avait une mission : faire remonter le club. Il nous a fait un meeting pendant deux heures, il faisait des allers-retours, il transpirait ! Et ça nous a pris aux tripes ! On est sortis de là interloqués, même les anciens. En même temps séduits et... bouleversés, c’est le mot. Je n’avais encore jamais vu autant d’intensité, de ténacité et de charisme. De mon point de vue, il n’y a plus d’entraîneur comme lui aujourd’hui.

C’est-à-dire ?
Les clubs, aujourd’hui, ce qu’ils attendent, c’est du chiffre. Les entraîneurs doivent tellement se concentrer sur les résultats qu’ils ne peuvent plus se dire : « Tiens, ce jeune-là, je vais prendre un peu de temps avec, je vais le former. » Moi, j’ai eu Jean Fernandez et Claude Puel, je ne pouvais pas avoir meilleure école.

Sur YouTube, on peut retomber sur une vidéo d’un entraînement avec Metz où Grégory Wimbée te met un sacré coup de pression en t’attrapant à la gorge à la fin d’un entraînement, parce que tu lui avais sèchement répondu... Tu t’en souviens ?
C’était pas un coup de pression. Avec Greg’, on s’entendait très bien, mais à ce moment-là, à Metz, on était embourbés dans une situation terrible. Je lui ai mal répondu, il m’a simplement remis à ma place. Et moi, je me suis laissé faire parce qu’au moment où il m’a attrapé, j’ai compris pourquoi il m’attrapait. Ça a été une bonne leçon pour moi. Maintenant, ce genre d’explications, ça ne se fait plus trop sur le terrain. Ça se fait en interne. T’attends de rentrer dans le vestiaire, le jeune, il prend une tarte dans la gueule, personne ne le sait et c’est très bien comme ça.

Vidéo

Quand Claude Puel t’a contacté, Metz t’a laissé partir facilement ?
Avec Metz, on faisait une super saison en Ligue 2. On avait une dizaine de points d’avance sur le quatrième.
« Le président Molinari, je le considère presque comme un père, rien que le fait qu’on puisse négocier ensemble, pour moi, c’était déjà un honneur. »
À la trêve, je reçois un coup de fil de Claude Puel. Bodmer, Keita, Odemwingie, Makoun... c’était la grosse équipe de Lille qui était qualifiée en huitièmes de finale de Ligue des champions contre Manchester United. Moi, j’ai tout de suite dit oui. Après, le président (Carlo) Molinari est un fin négociateur, donc il a fallu le convaincre, le patriarche. Le président Molinari, je le considère presque comme un père, rien que le fait qu’on puisse négocier ensemble, pour moi, c’était déjà un honneur. Je savais que je n’allais peut-être plus jamais avoir l’occasion d’évoluer à un tel niveau en Ligue des champions, lui a compris ma démarche. Il a essayé de me retenir, mais il a vu que c’était vain.


Qu’est-ce qui t’a plus chez Claude Puel ?
Cette rigueur, cette exigence. Et puis, il n’était pas avare en conseils. Autant Metz m’a construit, Jean Fernandez m’a formé, autant Claude Puel a fait de moi un homme. Il te transmet sa passion, son énergie, que d’autres ne peuvent pas te transmettre. Quand on faisait du physique, il s’entraînait avec nous et il était devant nous ! Si tu veux, pour nous les jeunes, il nous foutait presque la honte. Il nous lançait : « Regardez, moi, j’ai plus de quarante ans (même quarante-six ans en 2007, ndlr), je suis devant vous, vous trouvez ça normal ?! » Ça nous poussait à nous dépasser. J’aimais son calme, son recul dans l’analyse. Il pouvait te prendre à part, c’était toujours dans la justesse. Preuves à l’appui, il te mettait face à tes responsabilités, mais pas toujours devant tout le monde. Ce n’était pas le genre de personne à te mettre mal à l’aise devant tout le monde.


En 2008, Rudi Garcia prend le relais. Les années qui suivent sont les plus belles de ta carrière, non ?
Les meilleures années, je sais pas. On a récolté ce qu’on a semé avec le doublé coupe-championnat 2011. Tout a pris un sens à ce moment-là. Bien sûr, tu te lèves tous les matins, quel plaisir de faire ce métier. Mais le plaisir, au fil des années, il se transforme. C’est ton job, quand même. Tu es là pour répondre à des exigences, des objectifs. Plus tu montes et plus on te demande une exigence intransigeante. Des fois... Tu ne sais plus si tu es dans ton job ou dans le côté plaisir, ça s’effiloche. Et c’est vrai que cette année-là, on n'était que dans le plaisir ! Après, on a péché en Ligue des champions et on n’a pas su garder l’ossature et perpétuer ça sur cinq, six, sept ans, comme Lyon a pu le faire. Montpellier, Bordeaux le savent, remporter un titre, c’est très difficile à gérer.

Est-ce que Rudi Garcia t’a poussé dehors ?
« Déjà, quand tu es en concurrence avec Dimitri Payet, c’est pas simple, alors quand on te rajoute Joe Cole sur le dos... Tu te dis : "Bon, il n’y en a pas encore un ?!" »
Je ne dirais pas qu’il m’a poussé dehors, mais il a fait en sorte que moi, je prenne la décision de partir. J’étais déjà en concurrence avec Dimitri Payet, et le dernier jour du mercato (été 2011, ndlr), il recrute Joe Cole ! Il ne prévient pas et on est trois pour une place sur le côté droit. J’étais furax. J’ai été lui dire que c’était pas correct parce que, du coup, moi je ne pouvais pas me retourner. Déjà, quand tu es en concurrence avec Dimitri Payet, c’est pas simple, alors quand on te rajoute Joe Cole sur le dos... Tu te dis : « Bon, il n’y en a pas encore un ?! » (Rires) J’ai joué quelques matchs, et comme j’étais à un âge où il fallait vraiment que je joue (vingt-six ans), j’ai décidé de partir à Bordeaux au mercato d’hiver.


Le soir du titre avec Lille...
(Il coupe.) C’est le soir où m’a fille est née. À la dernière journée (LOSC - Rennes, 3-2). Je soulève le trophée à 23h et des poussières et je suis papa à cinq heures du matin. Les deux choses que j’ai rêvées le plus dans ma vie professionnelle et privée arrivent la même nuit. L’après-midi, ma femme entre à la maternité. Donc, moi, je quitte le rassemblement à l’hôtel parce qu’on était au vert. Mais je dis quand même au coach : « Attendez, je vous rappelle pour savoir si je reviens ou pas. » J’arrive là-bas. Ça n'avançait pas comme on aurait voulu. 17h30. Moi, dans ma tête, je me disais, par pêché de gourmandise : « Y a peut-être moyen de faire les deux. » Mais j’ai vu dans le regard de ma femme que NON, c’était pas possible. J’ai attendu, j’ai attendu. J’ai dit au coach que finalement, je ne venais pas. 21h, le match commence. Et à vingt minutes de la fin du match, j’étais en train de boire un café et l’une des sages-femmes vient me voir en aparté et me dit : « Si vous voulez y aller, c’est maintenant. Vous inquiétez pas, je vais négocier avec votre femme. » Et là, je reviens dans la chambre et ma femme me regarde avec des yeux noirs : «  Vas-y, va chercher ta putain de coupe et dépêche-toi ! » (Rires)


Et tu as réussi à arriver avant la fin du match ?
Pile au coup de sifflet final. C’était Villeneuve d'Ascq, je suis rentré sur le côté en disant : « Ouvrez les portes du stade ! » J’ai juste eu le temps d’enfiler le T-shirt, de soulever la coupe, de faire le tour d’honneur. À une heure, je suis rentré à la maternité et ma petite fille arrivait à cinq heures du matin. Je l’ai toujours rêvé, mais je ne pensais pas qu’un jour, je puisse dire : « Je suis champion de France. » Donc être papa et être champion de France la même nuit, c’est un sacré cadeau.

Propos recueillis par Florian Lefèvre, à Auxerre
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Marrant comme l'image publique très molle de Fernandez est différente de celle chez les joueurs, où il parait bien plus dur, strict et énergique.

Parce que dans ses confs de presse et à l'inverse d'Obraniak, le seul que j'ai vu avoir moins d'intensité, d'énergie et de charisme que Jeannot c'est ce bon vieux Jacques Santini.
Obraniak n'en parle que brièvement mais je regrette vraiment que les centres de formation, de manière générale, ne mettent pas plus de moyens sur la formation de leurs membres... Miser tout sur le foot, c'est n'est pas possible lorsque l'on sait qu'il n'y en a qu'une minorité qui accède à un niveau professionnel. Même pour ceux qui le deviennent, je ne pense pas que cela leur serait défavorable, bien au contraire.

Sinon interview intéressante ! Cela confirme le bien que l'on peut penser d'un entraîneur comme Puel et même d'un Fernandez, qui n'a visiblement pas la même image auprès de ses joueurs qu'auprès du public...
supernabot Niveau : DHR
HS : j'arrive pas a faire fonctionner le correcteur (pb de proxy de mon bureau je pense). Quelqu'un chez qui ca marche peut rattraper cette coquille : "C’est le soir où m’a fille est née."

Sinon j'aurai toujours un sentiment de gachis sur ce joueur. Avec son talent il aurait pu faire nettement mieux. Maintenant son caractere (il y a eu plusieurs clashs avec ses entraineurs ou coequipiers) l'a probablement desservi.

Et pour info Valliere c'est pas la zone, loin de la (contrairement a ce que l'article peut laisser penser). Y'a qqs HLMs sur les hauteurs entoures de super baraques (en tout cas sur un des versants).
X a fait de moi un homme... Qu'est-ce qu'il entend par là?
Un bon renfort pour l AJA qui est dans une mauvaise passe .... une institution française qui mériterait de retrouver l élite francaise
Hier à 15:21 Nouveau : 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! Hier à 22:00 Callejón calme les Niçois 2
Hier à 14:21 Le retour de la rumeur Messi à Manchester City 101 Hier à 13:55 Le rap des ultras de Genk 7 Hier à 13:51 Il entre en jeu et doit arrêter le live tweet du match 4
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 12:08 Gillet chante du Maître Gims pour son bizutage à l'Olympiakos 17 Hier à 11:25 Blaise Matuidi va nous manquer (via BRUT SPORT) lundi 21 août Le 200e but en Premier League de Rooney 16
lundi 21 août Un lob de soixante mètres en Angleterre 4 lundi 21 août Le CSC gênant de Wycombe 12 lundi 21 août Anigo s'embrouille sur le bord de la touche 39 lundi 21 août Quand Bailly envoyait un kick à Zlatan 13 dimanche 20 août L'hommage du Camp Nou aux victimes de l'attentat 2 dimanche 20 août Kembo Ekoko à Bursaspor 3 dimanche 20 août La bastos de Marcos Alonso 3 dimanche 20 août Il foire sa panenka à la 96e minute 23 dimanche 20 août La grosse mine de Bruno Fernandes avec le Sporting 4 dimanche 20 août Müller se blesse pour sept mois en célébrant son but 59 dimanche 20 août Alec Georgen régale sous les yeux d'Emery 8 dimanche 20 août Les pieds en l'air pour fêter le but de Jesé 8 dimanche 20 août La demi-volée de Gignac 10 dimanche 20 août Suspendu, Kaká regarde un match avec ses supporters 6 samedi 19 août Le bonbon de Malcom 12 samedi 19 août Le lob fou de Fekir 32 samedi 19 août Le cadeau de Cissé à l'un de ses coéquipiers 11 samedi 19 août Les ultras allemands répondent à la DFB 15 samedi 19 août Trezeguet bouscule Beşiktaş 25 vendredi 18 août Nantes, la mascotte et le plagiat 26 vendredi 18 août Brian Fernández arrive à Metz 9 vendredi 18 août 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 15 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 34 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 54 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16