En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options

Numéro six

Numéro six. Le prisonnier. Le veilleur de nuit. La tour de contrôle. Le phare. Si l'équipe de France confirme ses dispositions en 433, ce numéro 6 sera le pion le plus important. La clé de voûte de l'édifice. Si Raymond conserve ce schéma...

Le 4231, format principalement utilisé depuis la dernière Coupe du Monde par la France, n'a pas dit son dernier mot. Lassana Diarra si. Au forfait (louche) du Madrilène coïncide l'organisation en 433 de l'EDF. Logique quelque part. Ce schéma est assez simple à assimiler, et a également l'avantage d'être connu de tous (le dogme lyonnais, le Barça, Chelsea). Puis le bon sens revient à faire jouer les meilleurs. Aussi, Raymond a numériquement remplacé Lassana Diarra par Florent Malouda. Du coup, pour retomber sur ses pattes, il a changé de schéma. Et bricolé ce 433, avec la Maloud' relayeur. Pourquoi pas. Gourcuff joue plus bas, Ribéry est à gauche, Valbuena marque et tout le monde est content. Toulalan, un temps pressenti en défense centrale (Gallas est pas au top, Abidal non plus), est plus que confirmé au poste de numéro six. Le prisonnier. Parce que dans un tel schéma, hors de question pour lui de se mêler aux offensives. Il y a déjà Malouda et Gourcuff, les deux ailiers, et l'avant-centre. Cinq joueurs offensifs, ça va aller, faut pas pousser.

Non, Toulalan doit ici compenser, défendre avant tout, veiller à l'équilibre de l'ensemble, préserver l'édifice. Numéro six. Derrière lui, une charnière centrale à couvrir, et pas la plus sereine qui soit. Longtemps, Raymond protégeait justement la faiblesse de son axe central par deux milieux défensifs. Petit joueur, certes, mais il n'avait pas forcément tort. En 433, la défense est davantage exposée, Toulalan, aussi fort soit-il, ne peut pas tout faire à lui seul (d'autant qu'il a joué la majeure partie de la saison en position de défenseur central). Son remplaçant désigné, l'autre Diarra, Alou, est lui aussi pile-poil dans le registre. Et au pire, il y a Abou Diaby. Non, le problème de cette nouvelle équipe de France n'est pas le numéro six, mais bel et bien les deux relayeurs. Gourcuff passe encore. Et c'est même, ne soyons pas sévères, une bonne idée que de faire redescendre un peu le bellâtre bordelais pour le retrouver davantage face au jeu. Une vraie bonne idée. Mais Malouda relayeur ??? Franchement, si ça n'est pas du bricolage (au fait, peut-il ou non dépasser la ligne médiane?)...

La liste a été faite alors que Raymond était parti pour jouer en 4231. Aurait-elle été différente si le sélectionneur-entraineur-amuseur savait déjà à ce moment-là qu'il allait passer en 433. Difficile à dire... En attendant, pas sûr que le choix de Malouda à ce poste soit le plus judicieux. Abou Diaby a fait une bonne entrée. Il reste deux matchs de préparation à l'EDF et les essais vont sans doute continuer. On pourrait revoir le 4231. On devrait le revoir même, histoire de pouvoir faire la comparaison. Il s'agirait alors de conserver dans le 4231 les avantages du 433: Gourcuff plus bas, le jeu sur les ailes, et renforcer l'axe, afin de protéger la défense centrale, qui est clairement le point faible de cette équipe. D'une pierre deux coups, il s'agirait aussi de sauver le soldat Toulalan, et de ne pas le laisser seul en garde-chiourme. Cela peut paraître paradoxal d'écrire ceci quand on a longtemps pesté contre la double paire de milieux défensifs, mais l'idée n'était pas de pointer cette formule en soi, mais sa composition. Une paire Pirlo-De Rossi, par exemple, est bien composée de deux milieux défensifs, mais capable d'envoyer bien plus de jeu qu'une paire Gattuso-Ambrosini, par exemple. Une paire Toulalan-Gourcuff cumulerait les avantages. Toulalan ne serait pas abandonné, Gourcuff serait plus bas et à son aise, Ribéry pourrait être plus libre que jamais, dans l'axe, laissant ainsi la gauche à Malouda, etc.


La blessure de Lassana Diarra peut s'inscrire comme une opportunité à saisir pour Domenech, non comme l'occasion de faire n'importe quoi et de laisser seul ce pauvre Toulalan (après avoir parlé de lui en défense centrale). Sinon, pourquoi n'avoir cessé d'aligner deux milieux défensifs aux profils similaires durant des mois ? Réponse peut-être contre la Tunisie, demain soir. Un match où l'on espère voir Toulalan en six, et Gourcuff toujours aussi bas. Et surtout de pouvoir admirer le véritable numéro six de l'équipe de France, Marc Planus.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 34 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 84
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40