1. //
  2. // PSG/Lorient (0-0)

Nul entre poids moyens

Privé d'Hoarau et avec le seul Erding en pointe, le PSG n'est pas parvenu à se relancer face à des Merlus frappés du syndrome du score de parité (0-0).

0 2
D'un côté, Lorient, multi-champion du Morbihan. Les Merlus restent sur cinq matches nuls, dont quatre 0-0. Des chiffres qui ne mentent pas. De l'autre, le PSG, champion de la crise. Deux défaites et un nul en Ligue 1 au passif, ainsi qu'une élimination en League Europa pour l'objet de raillerie favori de la province. Eaux stagnantes face à menacé de noyade à Paris sur Seine ce samedi soir.

Sans Hoarau, forfait, ni Chantôme, suspendu, Kombouaré a misé sur Clément pour accompagner Makélélé, et isole Erding en pointe. Le franco-turc, pas vraiment un homme de profondeur, sert de point d'ancrage et de pivot pour ses milieux offensifs (Nenê, Bodmer, Giuly). C'est d'ailleurs de ces hommes du milieu que viendront les rares opportunités parisiennes de la première période : une tomahawk de Giuly lancé des 25 mètres, bien détourné par Audard (9e), et une frappe au ras du poteau de Bodmer servi par Nenê, alors que toute l'arrière-garde lorientaise s'attendait à voir le Brésilien exécuter le coup-franc (42e).

Fidèle aux préceptes de Christian Gourcuff, Lorient presse haut dès le coup d'envoi, mais l'agilité technique des milieux parisiens contraint le bloc morbihannais à céder du terrain. Il s'en faut cependant d'une écaille pour que les Merlus n'ouvre le score. A la retombée d'un centre de Gameiro, Romao claque une tête à bout portant dans les filets parisiens (11e), mais sa très légère position de hors-jeu empêche les siens de prendre les devants. Dominé gentiment, Lorient met toutefois en valeur la fragilité de l'arrière-garde parisienne sur chacune de ses incursions. A la 39e minute, un corner manque de couvrir d'opprobre Greg Coupet, mais Monnet-Pacquet ne rabat pas sa tête de manière adéquate pour profiter de l'hésitation de l'ex indiscutable portier lyonnais.

Pas davantage d'opportunités nettes en seconde période. Les deux équipes ambitionnent les trois points, mais c'est un triste score nul et vierge qui se profile. Lorient manque d'à propos dans ses choix (Amalfitano qui oublie Gameiro seul au deuxième poteau à la 52e), et Paris de présence devant les buts. A la 68e minute, Antoine Kombouaré fait sa révolution avec un double changement : Jean-Christophe Bahebeck supplée Bodmer pour venir épauler Erding, et Neeskens Kebano remplace Giuly.

Bahebeck manque de devenir le héros de la soirée à quelques secondes de l'écoulement du temps réglementaire, quand parfaitement servi par une talonnade de Nenê à l'entrée de sa surface, le jeune homme arme une frappe qui vient secouer les filets d'Audard, mais de leur côté extérieur. Avec un Erding, disparu de l'écran de contrôle lors du second acte, Paris, avant ses jeunes rentrants, dû s'en remettre à une tête d'Armand, mais frappée ... avec l'épaule (75e), et à un lourd pavé envoyé par Tiéné (80e). Souvent loué pour ses intentions offensives, Lorient signe un cinquième score nul et vierge en six rencontres. Sans doute un record. Mais pas de quoi jubiler. Pour Paris non plus, contraint de se contenter de flotter.

Par Thomas Goubin.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Match soporifique, le public du Parc risible une fois de plus... soirée à oublier (encore une).
Pour info Romao n'était pas hors jeu Paris peut s'estimer heureux avec un 0-0 vraiment une équipe sans mental.

Je repense à Kombouare qui parle de LDC avec confiance... Son équipe c'est de la merde et il se consolera avec une coupe de france en ayant joué des équipes de national jusqu'en finale
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Porto Luz sur le titre
0 2