Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Amical
  2. // France/Belgique (0-0)

Nul à mourir

Nul dans tous les sens du terme, le match amical de l'équipe de France contre la Belgique (0-0) n'a pas soulevé toutes les questions que pose le fade jeu de la sélection tricolore. Pire, à sept mois de l'Euro, cette rencontre n'a fait que les exacerber.

Modififié
France-Belgique: 0-0

Pas une. Pas deux. Pas trois. Sept fois. Sept fois le quart de virage belge a pu en toute impunité entonner « On est chez nous  » avant que le public du Stade de France ne réponde par un classique mais toujours efficace «  Allez les Bleus ! » . Ce à quoi l’enceinte dyonisienne s’est vu répondre : « Public de merde  » . Pas faux, si tant est que ça allait aussi avec « match » , « partie » ou « rencontre » . Comme quelques jours plus tôt face aux States, l’équipe de France a livré une prestation mièvre et insipide en amical face à la Belgique. Mais ce soir plus que vendredi dernier, l’embarras domine. Car dans une large mesure, Laurent Blanc n’a pas aligné une équipe remaniée, mais bien les onze noms qu’il compte accoler au sien sur le site de la compagnie aérienne qui les emmènera dans sept mois en Europe de l’Est. Pourtant ce week-end, les Tricolores ont prouvé dans leur parole qu’ils s’attaqueraient à l’atelier « fond de jeu » , a.k.a « la manière » selon les mots de Hugo Lloris. A l’arrivée, trois tirs cadrés côté français.

Seule évidence de la soirée, la Belgique n’en a pas eu plus. Voire même moins, si l’on met de côté le fait qu’elle a eu l'occasion la plus dangereuse avec cette double parade du capitaine des Bleus sur deux frappes à bout portant de l’entrant Kevin Mirallas (74e). En cause : une assise défensive tricolore toujours aussi consistante malgré le turn-over. Notamment dans les interventions aériennes de Sakho, dans la lecture des courses et trajectoires de Rami ou le bon positionnement des latéraux Abidal et Réveillère. D’où la certaine transparence du tant attendu diablotin en chef, Eden Hazard et cette statistique, argument numéro un de Laurent Blanc et de ses ouailles, la dix-septième rencontre sans défaite de l’EDF. Une série qui a pu, un temps, faire oublier le manque total de liant attaque-milieu-défense, mais qui, à un match amical (Allemagne/France en février prochain, ndlr) de la préparation finale à la compétition européenne, ne peut plus compenser.


La 70ème minute. C’est le temps qu’il a fallu pour voir la première action française capable de déstabiliser un Thibault Courtois - le portier belge - bien tranquille jusque-là. Pour être perturbé, le gardien de l’Atletico Madrid a dû en effet attendre l’un des premiers soutiens de Réveillère à la tâche offensive. Son centre enroulé du droit est coupé par Benzema au premier dont la tête finalement trop croisée aurait dû mourir sur le côté laissé ouvert par le numéro 1 des Rouges. Le reste du temps, hormis quelques frappes de loin de Cabaye (20è et 57è) et Gonalons (48è), les Bleus l’ont consacré à ne pas s’exposer plus que mesure. Il en va de la suite de leur saison en club, à un moment où la Ligue des Champions bat son plein. Il en va également de leur place dans l'avion pour la "Polognukraine": trop peur de faire la boulette rédhibitoire pour pouvoir se lâcher dans un match paradoxalement sans plus d'enjeu. A l'arrivée, le plus à plaindre n'est peut-être pas le public mais Laurent Blanc. Un sélectionneur qui n'aura plus qu'un match pour poser sur une liste plus d'une quinzaine d'inconnus.

Par Maxime Marchon, au Stade de France
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 5 heures Usain Bolt pourrait jouer en Australie 14
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 38