1. //
  2. //
  3. // Éliminatoires Mondial 2018

Nouveau faux pas interdit pour Brésil et Argentine

Après une première journée historique qui a vu l'Argentine et le Brésil chuter, l'Amérique du Sud remet ça, pour la deuxième journée de ces éliminatoires. L'Albiceleste se déplace au Paraguay, alors que la Seleção accueille le Venezuela. Le clásico del Pacífico (Pérou-Chili) et l'opposition de style Uruguay-Colombie vaudront aussi le coup d'œil.

11 6

L'Argentine ou l'indispensable rebond


L'Argentine ne s'y attendait pas. Elle devait bien faire sans Messi, son meilleur joueur si décrié pour ne pas être parvenu à ramener la Copa América et la Coupe du monde au pays, mais après tout, elle recevait un adversaire, l'Équateur, qui ne l'avait jamais dominé sur ses terres en match officiel. Elle recevait, de surcroît, au Monumental, un stade où elle n'avait pas connu la défaite depuis le fameux 0-5 de la Colombie de Valderrama, Asprilla, et consorts (1993). Mais l'Argentine a balbutié son football, s'est pris les pieds dans le tapis (0-2), et se trouve à présent dans l'obligation de se ressaisir, face au Paraguay. Après la pâle copie remise à Buenos Aires, Gerardo Martino a décidé, selon la presse argentine, de réaliser de grands travaux d'aménagements dans son onze, même s'il y est aussi incité par les forfaits du Kun Agüero, Ezequiel Garay, et Lucas Biglia. Malgré une entrée en jeu qui n'a pas répondu aux grandes attentes que place le public argentin en lui, Carlos Tévez occupera bien la pointe de l'attaque, même s'il a milité, dans une interview, pour un positionnement en deuxième attaquant. Effacé face à l'Équateur, Javier Pastore, qui avait été ménagé dimanche lors de l'entraînement, conserverait finalement sa place, comme son coéquipier parisien, Ángel Di María. Dans l'entrejeu, le jeune Matías Kranevitter, annoncé comme le nouveau Javier Mascherano, épaulera justement El Jefecito. Enfin, au sein d'une arrière-garde calamiteuse face à Jefferson Montero et consorts, Zabaleta reprendra les affaires en main, à droite, à la place de Roncaglia, et Funes Mori fera valoir son impact physique, à la place de Garay. Toujours sans Messi, forfait, l'Argentine fera face à un Paraguay gonflé à bloc par sa victoire au Venezuela (0-1). « Messi est l'unique joueur différent, estime Nestor Ortigoza, le milieu paraguayen de San Lorenzo, tu es obligé d'avoir deux hommes sur lui, le reste est contrôlable. » Foncièrement optimistes, les Guaranis oublieraient presque que l'Albiceleste leur avait collé un set en demi-finale de la Copa América (6-1). Les hommes de l'Argentin Ramón Díaz étaient toutefois aussi parvenus à arracher le nul en phase de poules (2-2). Dans les deux cas, Messi était là ...

Le Brésil peut-il aussi souffrir face au Venezuela ?


Pas d'écran de fumée, de cache-sexe et autres subterfuges pour nier sa réalité. Depuis le Mineirazo, les faiblesses du Brésil ont été mises à nue, mais c'est comme si le quintuple champion du monde s'entêtait à ne pas se regarder en face, quitte à foncer droit dans le mur. Risée de la planète lors de son Mondial, éliminé dès les quarts de la Copa América par un Paraguay qui n'avait pourtant rien d'un foudre de guerre, le Brésil a perdu, jeudi dernier, le premier match de sa campagne éliminatoire sur le terrain du Chili (2-0). Une première historique dont se serait bien passée la Seleção. Le Brésil, qui semble avoir opté pour la politique du pire, pourrait-il ne pas se qualifier pour la Coupe du monde, là aussi, pour la première fois de sa glorieuse histoire ? La question mérite d'être posée sans fard, car, s'il n'y a rien de critique à perdre sur le terrain du Chili (2-0), le fringant vainqueur de la Copa América, c'est encore la manière qui a inquiété, comme le manque d'alternative. Quand Dunga s'est trouvé dans l'obligation de lancer des armes offensives pour refaire son retard sur la Roja, il a ainsi misé sur Ricardo Oliveira, oui, l'ex du Betis et du Milan AC, 35 balais, qui évolue à Santos. Le Brésil ne parvient pas à se réinventer. Pour accueillir le Venezuela, Dunga devrait toutefois modifier légèrement son onze si laborieux à Santiago du Chili : Filipe Luís à la place de Marcelo, et Lucas Lima pour suppléer un Oscar calamiteux. À domicile, la Seleção ne peut se permettre de trébucher, même si elle a perdu ses trois derniers matchs sans Neymar, dont la suspension court encore jusqu'à la quatrième journée des éliminatoires. Pour le Brésil, rien n'est désormais impossible. Le pire peut se produire.

Opposition de style à Montevideo


Sans Suárez et Cavani suspendus, l'Uruguay a débuté les éliminatoires sur une note historique, en accrochant sa première victoire sur les hauteurs de La Paz (0-2). De retour au niveau de la mer, la Celeste
 va désormais devoir batailler face à la Colombie, qui a débuté, elle aussi, sa campagne du bon pied (2-0 face au Pérou). Entre des locaux privés de leurs deux principales armes offensives, un secteur où le talent n'abonde pas et une Colombie foncièrement penchée vers l'avant, à défaut d'avoir retrouvé son brio du Mondial, une opposition de style se profile. « Il ne faut pas trahir notre style de jeu, qui est de miser sur la possession du ballon » , a d'ailleurs considéré Juan Guillermo Cuadrado. En Bolivie, privé de Suárez et Cavani, Óscar Tabárez avait préféré Christian Stuani et Abel Hernández à Diego Rolán. Mardi soir, à Montevideo, le Bordelais se trouvera, cette fois, à la pointe de l'attaque celeste. Côté cafetero, après avoir réussi son examen de passage face au Pérou, Edwin Cardona, joueur des Rayados Monterrey, le rival local des Tigres d'André-Pierre Gignac, devrait à nouveau pallier le forfait de James Rodríguez. La dernière fois qu'Uruguay et Colombie en avaient décousu, c'était à la Coupe du monde. Avec un James cinq étoiles, la Colombie avait dominé la Celeste, privée de Suárez.

Pérou - Chili : pisco, chamans et intox



Les Pérou-Chili ne sont pas des matchs comme les autres, mais des « clásico del Pacífico » . Un match entre voisins et rivaux que la guerre du Pacifique a opposés à la fin du XIXe siècle. Un Pérou-Chili, deux pays qui se disputent toujours des bouts de territoire, c'est donc le moment de débattre sur les qualités du pisco, eau-de-vie de raisin qui fait la fierté des deux pays, ou pour une certaine presse péruvienne de diffuser des rumeurs de départ de Jorge Sampaoli… En conférence de presse, le successeur de Marcelo Bielsa à la tête de la Roja a nié, affirmant qu'il ne s'agissait que d'intox médiatique. Tentative de déstabilisation toujours : des chamans ont été aperçus en train de réaliser un « rituel spirituel » pour qu'Alexis Sánchez ait les jambes coupées mardi soir, à Lima, selon le média chilien la Tercera. Pour le Pérou, qui croit en une qualification pour le Mondial après une convaincante Copa América, la victoire sera presque obligatoire après son mauvais départ face à la Colombie. Le Chili, pour sa part, tâchera de retrouver son intensité estivale, pour résister à des locaux qui compteront sur l'appui de 50 000 supporters survoltés. En demi-finale de la Copa América, Paolo Guerrero et consorts avaient offert une répartie héroïque à la Roja, mais à Lima, le Pérou ne pourra se contenter de perdre avec les honneurs.

Youtube

Équateur-Bolivie : duel entre sélections perchées


À Quito, l'Équateur, qui a créé la sensation de la première journée en allant l'emporter en Argentine, accueillera la Bolivie, qui ne parvient même plus à asphyxier ses adversaires à la Paz. La Tricolor est aujourd'hui entraînée par Gustavo Quinteros, un Argentin qui a fait carrière en Bolivie, au point de jouer la Coupe du monde pour le pays d'Evo Morales, et d'en avoir été le sélectionneur (2010-2012 ). Avec un sélectionneur qui connaît aussi bien son adversaire que Julien Assange les couloirs de l'ambassade d'Équateur à Londres, recevoir la Bolivie ressemble à une formalité pour une Tricolor au secteur offensif solidement armé (Montero, Bolaños, les deux Valencia). Reste qu'à l'inverse des autres équipes visiteuses, les Andins ne souffriront pas de l'altitude de Quito (2850m).

Par Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Le Brésil c'est terrifiant.
Et en même temps c'est presque incompréhensible. Parce que ok les mecs ont des gros gros manques à trois postes fondamentaux, gardien, milieu défensif et avant-centre.
Mais merde, derrière il y a quand même du monde. Quand t'as du Coutinho, du Douglas Costa (que Guardiola nous vend comme un futur top 5 à son poste), du Willian pour épauler Neymar, c'est quand même inconcevable d'être aussi faible offensivement.
Même chose, on peut dire ce qu'on veut de David Luiz et Thiago Silva mais c'est quand même pas les premiers venus (et derrière il y a Marquinhos). Et puis Alves Danilo Marcelo Filipe Luis franchement il y a pas beaucoup d'équipe qui ont mieux en latéraux.

Le fameux creux générationnel, ok pour les postes cités, mais pour le reste mon c**, il y a des joueurs de classe mondiale dans cette équipe. Même en milieu défensif, Luiz Gustavo Fernandinho ou Ramires ça doit faire le boulot.

Non le plus flippant c'est de s'entêter avec les vieux de la vieille, les Scolari, Dunga et compagnie. Les gars prenez un entraîneur qui a pas dépassé la date de péremption quoi! Le mec qui avait gagné la coupe du monde des clubs avec les Corinthians par exemple, me souviens plus de son nom.

Dunga il est en train de t'enterrer le plus beau pays de foot du monde, c'est dramatique
Note : 1
C'est simple en fait, le Brésil accorde en même temps l'une de ses plus faible équipe de son histoire avec son pire sélectionneur de son histoire.
Le Brésil a avant tout un problème de sélectionneur ce qui entraîne inévitablement des problèmes tactiques. Depuis plusieurs années je trouve que le principal problème de la Seleçao est le milieu de terrain. Je trouve que le transmission entre les lignes se fait très mal et que le positionnement sur le terrain est beaucoup trop bas ce qui laisse trop d'espace entre le milieu et l'attaque. Le choix des milieux axiaux est constamment fait en fonction des qualités défensives des joueurs et pas de leur habilité à remonter le ballon et à créer des décalages. Le cas de Luiz Gustavo est le plus parlant. Le mec a joué une coupe du monde entière à environ 30 mètres de ses buts, c'est pas normal à ce niveau-là... Surtout quand derrière tu as Thiago Silva et David Luiz. Je pense que le Brésil doit rééquilibrer son milieu avec des joueurs capables de défendre tout en étant suffisamment bons techniquement pour approvisionner l'attaque en ballons. J'aimerais bien voir une paire Fernandinho-Ramires dans un style un peu box-to-box capable de venir chercher les ballons sur la relance de Thiago Silva et de les remonter vers l'attaque.

Etant donné l'absence d'un réel avant-centre de classe mondiale, j'opterais pour la solution d'attaque à l'allemande avec un système de rotation à quatre avec deux ailiers, un avant-centre et un dix capable de permuter constamment. Je pense qu'une ligne d'attaque de départ avec Coutinho à gauche, Oscar dans l'axe, Firmino à droite et Neymar en pointe serait super intéressante comme ces quatre joueurs peuvent jouer à tous les postes offensifs. Pour ajouter un peu de présence physique on pourrait aussi remplacer Coutinho, Firmino ou Oscar par Hulk. Après il y aurait aussi Lucas Moura et Douglas Costa pour compléter le quatuor d'attaque.

Au niveau des gardiens je trouve le Brésil pas trop mal loti avec Diego Alves et Rafael. Neto éventuellement si il avait un peu plus de temps de jeu. Sinon il y a quelques gardiens du Brasileirao comme Alisson, Grohe, Paulo Victor ou Victor qui seraient intéressants. Par contre, il faut arrêter avec Jefferson! Le mec joue en Série B brésilienne et c'est loin d'être l'assurance tous risques.

La défense il y a même pas besoin de dire quoi que ce soit si ce n'est qu'au niveau du talent individuel, il n'y a aucune équipe mieux lotie qu'eux à l'heure actuelle.

La question est donc tactique et organisationnel à mon avis. Le Brésil doit retrouver ses fondamentaux avec un jeu technique, rapide, vertical et dans la profondeur. L'époque du tiki-taka est révolue et je pense que cette technique de rotation en attaque devrait vraiment rendre le Brésil dangereux d'autant plus que niveau vitesse et technique, les candidats aux postes offensifs sont presque tous des top players
Je ne comprends pas qu'une equipe tel que l'argentine qui a tous ses joueurs peux être aussi laborieuse
En defense on a le meilleur lateral droit de la PL, l'un des defenseurs le plus chèr de ce mercato et l'un des meilleurs defenseur du dernier mondial,
Au milieu le meilleur "cinco", l'un des meilleur milieu en serie a, l'un des meilleur milieu en ligue 1
En attaque n'en parlons pas et on ne peux pas battre a la maison même l'equateur
C'est pathétique
Message posté par steffbarca
Je ne comprends pas qu'une equipe tel que l'argentine qui a tous ses joueurs peux être aussi laborieuse
En defense on a le meilleur lateral droit de la PL, l'un des defenseurs le plus chèr de ce mercato et l'un des meilleurs defenseur du dernier mondial,
Au milieu le meilleur "cinco", l'un des meilleur milieu en serie a, l'un des meilleur milieu en ligue 1
En attaque n'en parlons pas et on ne peux pas battre a la maison même l'equateur
C'est pathétique


C'est clair, à croire que le football serait devenu un sport où le collectif est important. C'est simple pourtant, t'as les meilleurs joueurs, tu gagnes. Regardez le Barça de Guardiola, il avait les meilleurs joueurs, il gagnait. C'était pourtant pas compliqué. Regardez la Grèce en 2004, les meilleurs joueurs, ils gagne... ah bah non, ils avaient pas les meilleurs joueurs. Bah je comprends pas alors.
Il a le numéro 10 le Kun ???
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Canardage à l'Oranje…
11 6