Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Billet d'humeur
  2. // Dani Alvès et la banane

Nous sommes tous des pigeons

Aux applaudissements légitimes suscités par le geste de Dani Alves pendant le match Villarreal/Barcelone, succède une déception tout aussi légitime : celle d’avoir eu l’impression d’avoir été pris, quelque part, pour des bananes…

Modififié
La banane de Dani Alvès, c’est un peu comme les Kiss Cool, sauf que le deuxième effet donne en bouche une haleine de chacal. On est tous des macaques, certes. Mais on est tous aussi, et surtout, des pigeons. La banane est un fruit qui se conserve plutôt bien. Celle que Dani Alvès a gobée en mondovision est l’exception qui confirme la règle. Dans la foulée du match Villarreal/Barcelone, et jusqu’à hier, elle était sucrée, onctueuse, parfumée. Tellement rafraîchissante. En somme, une banane jetée à la face du racisme qui nous redonnait… bah, la banane. Aujourd’hui, son goût est fade, farineux, sa texture filandreuse. Elle est toujours comestible, certes, mais quelque peu indigeste depuis que l’on a appris que le latéral du Barça était au jus que l’agence de pub de son coéquipier Neymar n’attendait qu’un geste fort de ce type pour lancer sa campagne dont le nom de code sonne comme un cri de rassemblement : « somostodosmacacos » . « Nous sommes tous des singes » , en VOSTFR.

Sur la forme, rien à redire : le défenseur brésilien a fait preuve d’un sens de la répartie extraordinaire. Et totalement spontané, puisque le spectateur qui lui a lancé la banane est un abruti fini – visiblement, un éducateur des cadets Villarreal, radié du stade et licencié du club depuis -, et non un complice des publicitaires (jusqu’à preuve du contraire), comme l’aurait souhaité adversaires du grand capital et autres sympathisants de la théorie du complot. Dans l’absolu, on peut aussi se dire que la fin (lutter contre le racisme) justifie tous les moyens. Que quelles que soient les retombées pour l’agence de pub, il faut saluer la performance : il s’agit après tout peut-être de la campagne anti-raciste la plus efficace de l’histoire, avec son hashtag embouteillé et les selfies de soutien, banane à la main, qui ont bourgeonné sur la toile.

Alors où est le problème, au fond ? Le problème, c’est la manipulation, la malhonnêteté intellectuelle. Il a fallu que la presse le révèle pour que Dani Alvès et Neymar confessent que des publicitaires ont tiré les ficelles en coulisses, que les cyber-répercussions du geste n’étaient pas franchement dues au hasard. Loin de la réaction du Milan AC qui, en janvier 2013, avait décidé d’interrompre un match face à une équipe de quatrième division pour soutenir Kevin-Prince Boateng, victime d’insultes racistes. Ou de John Barnes, cible régulière de jets de banane dans les stades anglais, qui s’était débarrassé, en 1988 lors d’un match entre Liverpool et Everton, du fruit d’une talonnade gravée dans les a(n)nales du football. Bref, avoir laissé croire, dès dimanche soir, que tout ça était un immense élan d’humanisme spontané rend l’opération publicitaire plus cynique encore qu’elle ne l’est fondamentalement. Faudra-t-il désormais se méfier de chaque geste symbolique sous prétexte qu’il pourrait avoir été soufflé par des as du marketing ? Aujourd’hui, en tout cas, on l’a un peu mauvaise. Comme si, au moment de préparer un banana split, on s’apercevait qu’on n'avait plus, dans le garde-manger, que des vieilles plantains à peine encore bonnes à frire.

– Par Vincent Riou, avec Pierre Maturana
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures La drôle de liste d'invités de la finale 15
Hier à 20:20 Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 54 Hier à 19:43 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT)
Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge Hier à 09:07 Rooney inspire DC United 3 Podcast Football Recall Épisode 46 : Français ou Belges, le match des râleurs, les adieux des Bleus et la battle Angleterre-Belgique