Nouma : « Pour moi, la Turquie, c'était Bagdad »

Modififié
24 42
Durant sa carrière, Pascal Nouma ne s'est pas fait que des amis.

Encore moins quand il débarque à Lens, en 98. « Premier entraînement : "Enculé, dégage." La misère. Ils avaient fait une pétition contre ma venue, se souvient l'ex-Sang et Or dans notre dernier numéro. Daniel Leclercq avait menacé de démissionner si je ne venais pas. C'est énorme, parce qu'avec tous les problèmes que j'ai eus avant, il a cru en moi. Je fais mes cinq premiers matchs, quatre buts. Tout se passe bien. Et après, j'ai un passage à vide, pas un but. Dans cette période, j'ai trouvé du réconfort auprès de Guillaume Warmuz. Chaque fois, il me faisait : "Un petit Vittel cassis ?", "Allez Ok." Pas d'alcool, rien du tout. On aimait boire cette boisson-là et discuter pendant des heures, de nos problèmes, du club, de ma vie, de tout. Il m'a énormément aidé. »

Et le cassis a des vertus que la Turquie n'ignore plus. Deux ans après, direction Istanbul pour Pascal. « La saison terminée, je suis parti en vacances à Saint-Tropez. Et là, coup de téléphone : "Pascal, faut que tu viennes. Un club européen te veut." Je pense à l'Espagne, l'Angleterre, et ils me font : "Le Beşiktaş Istanbul." "Quoi ? Je n'y vais pas. Laissez-moi tranquille." Franchement, quand on m'a dit Turquie, le premier truc auquel j'ai pensé, c'est à Midnight Express. J'ai flippé ma race. En plus, je suis arrivé en 2000, et à l'époque, ce n'était pas comme aujourd'hui. Pour moi, c'était Bagdad. Finalement, je l'ai fait pour Lens. Ils m'avaient beaucoup apporté, c'était une bonne opération financière pour eux. Je suis parti et j'ai tout niqué. »

Nouma nié, Noumadulé.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C'est pas lui qui avait montré sa poutre aux supporters ?
ParisianoLF Niveau : Loisir
Cet homme est un prophète des temps modernes. Qu'on se le dise
Quand on sait le récital turcophobe qu'est Midnight Express... Ce serait plus Oliver Stone qui aurait insufflé au film de Parker cette touche un peu borderline, c'est vraiment criant quand tu le mates. Sans ça, les images et l'ambiance du film ont une puissance assez éloquente, que tu retrouves dans d'autres de ses œuvres(Mississippi Burning ou Angel Heart...), et toujours avec un certain mysticisme quand il s'agit de filmer le coté organique, poisseux et surréel d'une région ou d'un pays (Nouvelle Orléans notamment).
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
24 42