1. //
  2. // Interview László Bölöni

« Notre victoire, un hasard ? N'importe quoi »

Cela fait trente ans que László Bölöni a remporté la C1 avec le Steaua Bucarest. Un exploit pour le foot roumain. Trois décennies plus tard, l’entraîneur passé par Monaco et Rennes prouve qu’il a une bonne mémoire en relatant ses souvenirs. Et n’oublie pas de faire un crochet sur son expérience au Qatar ou de parler du Ballon d’or qu’il a sorti, Cristiano Ronaldo.

Modififié
Vous êtes toujours au Qatar ?
Non, je ne suis nulle part maintenant. On va chercher autre chose. Ça s’est très bien passé hein, mais ma mission est terminée. Là-bas, les dirigeants cherchent à enrichir leur effectif en qualité pour avoir un bon championnat et pour créer des grands clubs afin de développer le football. Il faut respecter les gens et les joueurs qui s’essayent à cet objectif. À titre personnel, c’était un bon challenge.

Votre connaissance du foot leur a apporté ?
J’espère que oui ! (Rires) Même si le développement du foot appartient d’abord aux gens qui sont placés plus haut. Mais je pense que mon travail a aidé les joueurs locaux et le club

Vous avez des exigences pour votre futur club ?
Pas vraiment. L’entraîneur professionnel, il va où il peut aller.


Du coup, vous avez eu du temps pour suivre l’Euro cet été.
Oui. La victoire portugaise est surprenante, mais respectable. Chaque match, les joueurs sont allés au bout d’eux-mêmes.

Vous qui avez lancé Cristiano Ronaldo au Sporting Portugal, on imagine que vous avez eu un œil avisé sur ses performances.
Il n’a pas fait un championnat d’Europe époustouflant. On pouvait s’attendre à un Ronaldo plus flambant, vu ce qu’il montre d’habitude. Une des raisons qui explique cela, c’est que ce genre de grandes compétitions n’arrivent pas forcément au moment opportun pour ce type de joueurs, qui viennent d’enchaîner un championnat, une Ligue des champions… Donc forcément, il a eu quelques difficultés. Surtout que le monde entier, et pas seulement le Portugal, attend monts et merveilles de sa part. Mais globalement, son Euro a été correct. Et il a été un super capitaine. Je suis content pour lui.


D’autant que c’est le premier titre pour son pays.
Ça fait longtemps que je dis qu’il va dépasser Luís Figo. Pour ça, il devait gagner avec sa nation. Et il lui a donné la Coupe d'Europe. Il a toujours été un leader sur le terrain. Au Sporting, que ce soit à l’entraînement ou en match, il démontrait une détermination constante. Je pense qu’il a encore deux ou trois belles années devant lui.

« On n’était pas forcément les meilleurs sur le papier, mais niveau courage, on était tous des gros combattants. Des gladiateurs, des salopards, appelez-ça comme vous voulez. »

Vous aussi, vous avez donné du plaisir à votre pays quand vous étiez footballeur, en remportant la Ligue des champions avec le Steaua Bucarest. C’était il y a trente ans tout rond, en 1986. Vous avez fêté cet anniversaire ?
Oui, on a fait une belle fête à Bucarest. Comme chaque année, on était invités à faire un foot en salle. Il y avait des anciens joueurs, de la bonne humeur… Tout le monde n’a pas pu venir, mais c’était très bien.

Revenons sur cette aventure. Certains vous considèrent comme le champion d’Europe le plus improbable…
Il faut d’abord savoir que c’est le plus grand exploit du foot roumain. Sans hésiter. C’est la première fois qu’une équipe roumaine va jusqu’au bout. Mais avant nous, il y avait déjà eu des bonnes performances de la part des clubs roumains, comme Craiova, ou le Dinamo Bucarest. Quant à nous, on avait un groupe extrêmement soudé. Le groupe était formé depuis un moment. On se connaissait tous et on venait tous du pays, car le système politique communiste interdisait le départ des footballeurs à l’étranger. L’objectif, c’était de former des grands clubs en gardant les talents locaux. Notre équipe était plus forte que l’équipe nationale. Les remplaçants allaient en sélection. Après, lorsqu’on a gagné, tout le monde a parlé de hasard ou je ne sais quoi. C’est n’importe quoi. La preuve : le Steaua est revenu en finale trois ans plus tard. En 72, il avait fait un quart de finale en Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe. Signe que c’était un bon club.

Cela faisait sept ans que Bucarest n’avait pas participé à la C1. La gagner, c’était donc quand même un peu dingue. C’était quoi, le secret ?
Les dirigeants nous avaient donné un objectif. Quand j’ai signé mon contrat, c’était très clair : dans la compétition internationale, on devait faire au minimum un quart de finale. Gagner le championnat et la coupe n’était pas suffisant. On n’était pas forcément les meilleurs sur le papier, mais niveau courage, on était tous des gros combattants. Des gladiateurs, des salopards, appelez-ça comme vous voulez.


C’est pour ça que votre style de jeu a parfois été qualifié de lent ?
Je ne suis pas d’accord avec vous. Le football de l’époque était certainement plus lent, ça d’accord. Mais nous, on savait jouer simple, en une ou deux touches de balle. On pouvait donc se montrer très rapides. On réalisait un pressing écrasant, agressif, parfois à la limite de l’acceptable. Ajoutez à ça de belles capacités techniques et une bonne intelligence de jeu, et vous avez le Steaua Bucarest 1986. Défensivement, tout le monde se replaçait immédiatement après la perte du ballon. Absolument tout le monde. Pour fermer les espaces. On formait un bloc. Du coup, on était aussi capables de jouer efficacement en contre-attaque.


Quel a été le match déclic qui vous a permis de croire au trophée ?
Je ne crois pas qu’il y ait eu de match déclic. Un de nos dirigeants répétait en boucle que nous étions capables d’aller au bout. Une fois arrivé en quart de finale, après les deux premiers tours, le contrat était rempli, logiquement. Mais la difficulté était là : de se dire « le devoir est déjà fait » . Il fallait oublier les excuses que nous pouvions avancer si jamais nous perdions. Raison pour laquelle j’ai beaucoup parlé avant la finale contre Barcelone avec Emeric Jenei, notre entraîneur avec qui je m’entendais très bien, pour qu’il insiste sur le fait que la victoire était primordiale.

« Il ne faut pas oublier comment nous sommes parvenus à arriver à ces tirs au but, devant 70 000 personnes contre nous, à Séville. »

Le chef-d’œuvre reste la confrontation retour contre Anderlecht, que vous atomisez 3-0 chez vous après avoir perdu à l’aller (1-0).
C’est le match modèle. Contre un adversaire extrêmement fort. Un rythme de dingue, une efficacité chirurgicale… Tous les ingrédients étaient réunis pour qu’on obtienne une prestation parfaitement maîtrisée.

Vidéo

Puis vient cette finale qui s’achève aux tirs au but, avec Helmuth Duckadam qui stoppe toutes les tentatives espagnoles.
Duckadam a fait preuve d’une concentration et d’un self-control sans faille. On est forcé d’en parler, bien sûr. Mais il ne faut pas oublier comment nous sommes parvenus à arriver à ces tirs au but, devant 70 000 personnes contre nous, à Séville. On ne doit pas le perdre de vue, car sinon, on résume notre triomphe à de la réussite. Les Catalans étaient favoris et on a franchement réussi à les faire déjouer. On ne peut pas dire : « Putain, les Barcelonais n’ont pas eu de chance, ils ont tapé la barre, ils ont loupé un peno... » Bah non, pas du tout. Parce qu’ils ont eu très peu d’occasions. Les meilleures, c’est nous qui les avons loupées.

Vidéo

Comment l’expliquer ? Vous aviez analysé leur jeu ?
Non. On ne savait pas comment Barcelone allait jouer. Emeric Jenei nous interdisait de visionner leur match. Nous n’avons eu le droit qu’à la première mi-temps de leur demi-finale. On a même raté leurs tirs au but ! Nous ne faisions pas de préparation par rapport à l’adversaire. C’était la philosophie du coach : jouer en fonction de nous. Seule la prestation de son équipe l’intéressait.


Où avez-vous fêté la coupe aux grandes oreilles ?
Dans notre hôtel. On n’a pas fait grand-chose. Peut-être qu’on était trop fatigués. On était avec nos épouses. Le lendemain, c’était quartier libre, puis on est rentrés en Roumanie 24 heures après la finale. Tout un peuple nous attendait. Ce n’était pas du tout organisé. À l’époque, ce genre de rassemblement était interdit. C’est seulement à ce moment qu’on a pris conscience de notre exploit et du bonheur qu’on avait donné aux gens. Ce fut exceptionnel.

Propos recueillis par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Note : 1
Séquence vieux con nostalgique : "ah, la belle époque où on n'avait pas toujours les mêmes dans les derniers tours de coupe d'Europe, et où on regardait la C3 avec autant d'intérêt que la C1".
La FIFA a réussi à rendre le BO inintéressant, l'UEFA va bien réussir à faire de même avec la C1.
Voilà, c'est fait, bon week-end.
didier gomis Niveau : CFA
Merci pour cette interview, une icône à Nancy ce mec. Et que dire de leur parcours ? Juste incroyable. C'est vrai que je suis nostalgique d'une certaine époque où la coupe d'europe avait le goût de l'inattendu et de la surprise. Nous étions également moins informés ce qui rajoutait un piquant supplémentaire. Aujourd'hui tout est dissèque et analyse. Combien de fois t'as du te taper l'analyse du gars venu au bar mater la champions qui te récite par coeur ce qu'il a lu sur le net en se la jouant connaisseur ? Juste horrible ! Du genre: ouais cavani pas en confiance à cause de son divorce, ouais pogba il est grave chaud, ouais la MSN ça déchire, en plus Suarez il a dit qu'il mordrait plus de sa vie. Bref trop d'information sur le foot tue le foot tout simplement.
Message posté par Italia90
Séquence vieux con nostalgique : "ah, la belle époque où on n'avait pas toujours les mêmes dans les derniers tours de coupe d'Europe, et où on regardait la C3 avec autant d'intérêt que la C1".
La FIFA a réussi à rendre le BO inintéressant, l'UEFA va bien réussir à faire de même avec la C1.
Voilà, c'est fait, bon week-end.


Vieux con certes mais tellement vrai.
Voilà qui rejoint pile-poil mes souvenirs : démonstration presque irréelle face au favori anderlechtois, puis match gentiment contrôlé, mais de A à Z, face à un Barca il est vrai plutôt piètre..

Le Steaua de 1989 était beaucoup plus fort, équipe dans mes souvenirs la plus dominante et impressionnante du tableau..et puis il y eut ce non-match en finale, cette non-finale à dire vrai, "match" inouï et incompréhensible..
A l'époque pour gagner la ligue des champions, il fallait être champions. Aujourd'hui, par exemple, finale 2013-2014, Real-Atletico, le classement de la précédente Liga, Barcelone 1er, Real 2ème à 15 points, Atletico 3ème à plus de 30 points, et nous appelons cela : la Champions League.
Moralité en 2014, quand tu as 30 points de retard t'es champion.
Je sais, je suis un vieux con (et pour un Argentin je maîtrise assez bien la langue de Michel Audiard) alors nous pouvons discuter sur le bien-fondé de la nouvelle formule, si ce n'est celui de la thune à outrance.
El Bostero
Petite réaction sur le titre, parce que ce pseudo débat qui revient régulièrement commence à me courir sur le haricot.

Un résultat n'est jamais le fruit du hasard. Jamais. A part à l'époque où la qualif se jouait au tirage au sort, et encore. De la même manière qu'on a j'espère établi qu'une séance de tirs aux but n'est pas une "lotterie".

Le Danemark n'a pas gagné par hasard en 92, même si son parcours est improbable. Les petit poucets en 32e de finale "ne sont pas là par hasard", comme disent de manière mécanique les pros qui les jouent.

Il faudrait donc songer à utiliser le bon terme. Une victoire est plus ou moins méritée (en fonction des circonstances de jeu, du tirage, de la largesse du succès, etc); elle est plus ou moins surprenante (au vu des forces en présences, des pronoctics, etc) ou elle est plus ou moins marquante (au vue des facteurs sus-nommés et du contexte)
Message posté par juanluis
A l'époque pour gagner la ligue des champions, il fallait être champions. Aujourd'hui, par exemple, finale 2013-2014, Real-Atletico, le classement de la précédente Liga, Barcelone 1er, Real 2ème à 15 points, Atletico 3ème à plus de 30 points, et nous appelons cela : la Champions League.
Moralité en 2014, quand tu as 30 points de retard t'es champion.
Je sais, je suis un vieux con (et pour un Argentin je maîtrise assez bien la langue de Michel Audiard) alors nous pouvons discuter sur le bien-fondé de la nouvelle formule, si ce n'est celui de la thune à outrance.
El Bostero


Pourquoi préciser que tu es un Argentin qui maîtrise bien la langue Française ?
Parce que, en général les Européens, et les Français aussi, ont une opinion et un regard assez négatifs sur les Américains du Sud. Vous nous méconnaissez dans les grandes largeurs.
Déjà, ça me gonfle quand vous dites les Américains, pour ceux du Mord, bien sûr, parce que nous ne sommes pas des Américains ?
Désolé, c'était un petit coup de colère...
Bien à vous,
El bostero
il y a 57 minutes Danny Newton, le nouveau Jamie Vardy ? (via BRUT SPORT) il y a 1 heure Le logo d'Oxford United à l'intérieur du maillot de Bristol City 5 il y a 3 heures Bagarre générale lors d'un match de charité 15
il y a 4 heures La simulation grotesque d'un défenseur de Bahia 5
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 14:45 Sergio Ramos acrobate en vacances 4 Hier à 13:31 Pogba marque en dabant 57 Hier à 13:11 Le central de Kansas met une bicyclette 5
Hier à 09:33 Crivelli à Angers 14 samedi 24 juin City remporte le derby de New York 8 samedi 24 juin Le championnat d'Arabie saoudite s'ouvre aux étrangers 10 vendredi 23 juin La douceur de Bruma 11 vendredi 23 juin Les U21 anglais s'entraînent avec le Subbuteo 6 vendredi 23 juin Un crowdfunding pour une équipe de National 3 11 vendredi 23 juin Le FC Sochi prend une année sabbatique 16 jeudi 22 juin Le bilan de la saison est en kiosque ! jeudi 22 juin Pamela Anderson et Adil Rami en couple ? 121 jeudi 22 juin Un petit bijou en MLS 4 jeudi 22 juin Trejo de retour au Rayo 19 jeudi 22 juin Oscar suspendu huit matchs 27 jeudi 22 juin Canal + autorisé à se rapprocher de beIN Sports 43 jeudi 22 juin Zlatan vers Los Angeles ? 38 jeudi 22 juin Parme va passer sous pavillon chinois 35 jeudi 22 juin La panenka d'Alessandrini 18 mercredi 21 juin L'accueil bouillant pour Ménez à Antalyaspor 36 mercredi 21 juin F. Hollande fait la promo d'un tournoi de sixte 26 mercredi 21 juin Walter Samuel va devenir entraîneur-adjoint en Suisse 10 mercredi 21 juin La volée monstrueuse de Bruma 28 mercredi 21 juin Un festival pyrotechnique depuis un immeuble en Coupe d'Algérie 22 mercredi 21 juin Paul Le Guen en route pour Bursaspor 28 mercredi 21 juin Boca Juniors champion grâce à San lorenzo 7 mardi 20 juin Un nouveau rebondissement dans l'affaire de la sextape 79 mardi 20 juin Le rap Depay 25 mardi 20 juin Girard déplore l'arrivée des techniciens étrangers 201 mardi 20 juin Dumas bientôt sélectionneur de la Guinée équatoriale ? 11 lundi 19 juin De la bière à vie pour séduire Cristiano Ronaldo ? 48 lundi 19 juin Infantino se félicite de l'arbitrage vidéo 28 lundi 19 juin Premier match de l'histoire sur le Kilimandjaro 13 lundi 19 juin Les rencontres du premier et du deuxième tours de C1 30 lundi 19 juin La Côte d'Ivoire rend un dernier hommage à Cheick Tioté 2 dimanche 18 juin Le retourné savoureux de Lorenzo Pellegrini 23 dimanche 18 juin Les buts de Cédric et Moreno 1 dimanche 18 juin Quand Oscar provoque une échauffourée sur le terrain 32 dimanche 18 juin L'égalisation de Chicharito contre le Portugal 8 dimanche 18 juin Quaresma ouvre le score face au Mexique 2 dimanche 18 juin L'entraîneur de Huesca met un « front » à son joueur 6 dimanche 18 juin Higuaín annonce à tort le départ de Dani Alves 24 dimanche 18 juin Michy Batshuayi en moonwalk à LA 12 dimanche 18 juin Asensio claque trois buts monstrueux en un match 27 samedi 17 juin Un entraîneur viré pour avoir gagné 25-0 55 samedi 17 juin Parme remonte en Serie B 20 samedi 17 juin L'International Board propose de nouvelles règles de jeu 56 samedi 17 juin L'UEFA lance un guide de prononciation des noms des joueurs 27 vendredi 16 juin Carabao Cup : Charlton hérite de... deux adversaires 10 vendredi 16 juin Ronaldinho lance son hand spinner 68 vendredi 16 juin Un joueur recruté par deux clubs différents 7 vendredi 16 juin Trezeguet claque une volée sous la barre 51 vendredi 16 juin Découvrez BRUT SPORT sur Facebook ! 10 vendredi 16 juin Un club de D9 anglaise sauvé par le crowdfunding 4 jeudi 15 juin Un système de play-offs en Ligue 2 23 jeudi 15 juin Vers la fin des matchs rejoués en Cup ? 19 jeudi 15 juin Le but de fou marqué par le Chicago Fire en US Open Cup 5 jeudi 15 juin Cissé pourrait retrouver les terrains 13 jeudi 15 juin Mbappé et Dembélé : jeunes les plus chers selon le CIES 38 jeudi 15 juin Un club chinois annonce son nouvel entraîneur par un poème 18 jeudi 15 juin La campagne de Monaco avec Henry et Mbappé 54 jeudi 15 juin Quand un défenseur argentin joue avec des aiguilles 19 jeudi 15 juin Reynet, l'iguane et Higuaín 20 mercredi 14 juin Torres joue les mannequins pour Van der Wiel 37 mercredi 14 juin La police dubaïote offre un tour de voiture à Benzema 42 mardi 13 juin Le but d'Ousmane Dembélé qui offre la victoire aux Bleus 2 mardi 13 juin Les trois buts de la première mi-temps mardi 13 juin L'entrée frissonnante des joueurs sur le son d'Oasis 16 mardi 13 juin Usain Bolt devient footballeur... dans PES 38 mardi 13 juin Berizzo officiellement présenté à Séville 5 mardi 13 juin Le Brésil ouvre le score après 10 secondes 7 mardi 13 juin Le bijou d'Insigne avec l'Italie 28 mardi 13 juin Derniers jours : 300€ offerts remboursés en CASH pour parier ! mardi 13 juin Un mort dans une bagarre entre supporters à Cali 10 mardi 13 juin Pronostic France Angleterre : jusqu'à 390€ à gagner sur le match amical des Bleus lundi 12 juin La merveille de Bradley contre le Mexique 11 lundi 12 juin Figo plante un coup franc contre la Roma 17 dimanche 11 juin Pep Guardiola soutient le référendum d'indépendance en Catalogne 58 dimanche 11 juin Des matchs de Premier League à 11h30 ? 28 dimanche 11 juin Infantino n'est pas inquiet pour le Mondial au Qatar 11 dimanche 11 juin Drogba réussit ses débuts avec Phoenix 8 samedi 10 juin Capello en Chine 16 samedi 10 juin Roger Schmidt va signer en Chine 2 samedi 10 juin L'explosion de la télé suédoise 26 vendredi 9 juin L'ouverture du score magnifique de Giroud 13 vendredi 9 juin L'agent de Verratti tacle encore le PSG 77 vendredi 9 juin Le coup franc juninhesque de Guerrero 12 vendredi 9 juin Un footballeur ghanéen en prison pour violences conjugales 8 vendredi 9 juin Tu sais que tu es un Mercatix quand... 15 jeudi 8 juin Benevento décroche sa promotion en Serie A 19 jeudi 8 juin Kurzawa à fond pour les Warriors 48 jeudi 8 juin Un fan de Split en colle une à l'ancien président du Dinamo Zagreb 15 jeudi 8 juin Pronostic Suède France : jusqu'à 445€ à gagner sur le match des Bleus jeudi 8 juin La finale de la C1 2019 se jouera à Madrid ou à Bakou 36 jeudi 8 juin L'ES Sétif sacrée championne d'Algérie 10 jeudi 8 juin Marcelo remet son tatouage à jour 13 jeudi 8 juin Mauro Cetto prend sa retraite 16 mercredi 7 juin Un club tchétchène prend le nom du père du président 20 mercredi 7 juin Un fan de Sheffield en phase terminale grimpe l'Everest 13 mercredi 7 juin Un club américain sponsorisé par un site porno 25 mercredi 7 juin Alexis Sánchez en vieillard pour la Coupe des confédérations 6 mercredi 7 juin L'acte héroïque d'un supporter de Millwall au moment des attentats de Londres 44 mercredi 7 juin Voilà pourquoi Ben Arfa s'entraîne à la plage... mercredi 7 juin Vers des play-offs en Ligue 2 ? 55 mercredi 7 juin Beckham va pouvoir construire son stade de MLS 10 mercredi 7 juin SO FOOT #147 - En kiosque vendredi !! mardi 6 juin Bundesliga : Lewandowski meilleur joueur, Dembélé meilleur espoir 19 mardi 6 juin Le président de la Fédé tchèque démissionne depuis sa prison 2 mardi 6 juin Emery et Zubizarreta vont se rencontrer pour l'Euro 2020 11 mardi 6 juin L'OM vire un jeune de son centre de formation 51 mardi 6 juin La nouvelle vidéo de Ben Arfa 42