1. //
  2. // Interview László Bölöni

« Notre victoire, un hasard ? N'importe quoi »

Cela fait trente ans que László Bölöni a remporté la C1 avec le Steaua Bucarest. Un exploit pour le foot roumain. Trois décennies plus tard, l’entraîneur passé par Monaco et Rennes prouve qu’il a une bonne mémoire en relatant ses souvenirs. Et n’oublie pas de faire un crochet sur son expérience au Qatar ou de parler du Ballon d’or qu’il a sorti, Cristiano Ronaldo.

Modififié
Vous êtes toujours au Qatar ?
Non, je ne suis nulle part maintenant. On va chercher autre chose. Ça s’est très bien passé hein, mais ma mission est terminée. Là-bas, les dirigeants cherchent à enrichir leur effectif en qualité pour avoir un bon championnat et pour créer des grands clubs afin de développer le football. Il faut respecter les gens et les joueurs qui s’essayent à cet objectif. À titre personnel, c’était un bon challenge.

Votre connaissance du foot leur a apporté ?
J’espère que oui ! (Rires) Même si le développement du foot appartient d’abord aux gens qui sont placés plus haut. Mais je pense que mon travail a aidé les joueurs locaux et le club

Vous avez des exigences pour votre futur club ?
Pas vraiment. L’entraîneur professionnel, il va où il peut aller.


Du coup, vous avez eu du temps pour suivre l’Euro cet été.
Oui. La victoire portugaise est surprenante, mais respectable. Chaque match, les joueurs sont allés au bout d’eux-mêmes.

Vous qui avez lancé Cristiano Ronaldo au Sporting Portugal, on imagine que vous avez eu un œil avisé sur ses performances.
Il n’a pas fait un championnat d’Europe époustouflant. On pouvait s’attendre à un Ronaldo plus flambant, vu ce qu’il montre d’habitude. Une des raisons qui explique cela, c’est que ce genre de grandes compétitions n’arrivent pas forcément au moment opportun pour ce type de joueurs, qui viennent d’enchaîner un championnat, une Ligue des champions… Donc forcément, il a eu quelques difficultés. Surtout que le monde entier, et pas seulement le Portugal, attend monts et merveilles de sa part. Mais globalement, son Euro a été correct. Et il a été un super capitaine. Je suis content pour lui.


D’autant que c’est le premier titre pour son pays.
Ça fait longtemps que je dis qu’il va dépasser Luís Figo. Pour ça, il devait gagner avec sa nation. Et il lui a donné la Coupe d'Europe. Il a toujours été un leader sur le terrain. Au Sporting, que ce soit à l’entraînement ou en match, il démontrait une détermination constante. Je pense qu’il a encore deux ou trois belles années devant lui.

« On n’était pas forcément les meilleurs sur le papier, mais niveau courage, on était tous des gros combattants. Des gladiateurs, des salopards, appelez-ça comme vous voulez. »

Vous aussi, vous avez donné du plaisir à votre pays quand vous étiez footballeur, en remportant la Ligue des champions avec le Steaua Bucarest. C’était il y a trente ans tout rond, en 1986. Vous avez fêté cet anniversaire ?
Oui, on a fait une belle fête à Bucarest. Comme chaque année, on était invités à faire un foot en salle. Il y avait des anciens joueurs, de la bonne humeur… Tout le monde n’a pas pu venir, mais c’était très bien.

Revenons sur cette aventure. Certains vous considèrent comme le champion d’Europe le plus improbable…
Il faut d’abord savoir que c’est le plus grand exploit du foot roumain. Sans hésiter. C’est la première fois qu’une équipe roumaine va jusqu’au bout. Mais avant nous, il y avait déjà eu des bonnes performances de la part des clubs roumains, comme Craiova, ou le Dinamo Bucarest. Quant à nous, on avait un groupe extrêmement soudé. Le groupe était formé depuis un moment. On se connaissait tous et on venait tous du pays, car le système politique communiste interdisait le départ des footballeurs à l’étranger. L’objectif, c’était de former des grands clubs en gardant les talents locaux. Notre équipe était plus forte que l’équipe nationale. Les remplaçants allaient en sélection. Après, lorsqu’on a gagné, tout le monde a parlé de hasard ou je ne sais quoi. C’est n’importe quoi. La preuve : le Steaua est revenu en finale trois ans plus tard. En 72, il avait fait un quart de finale en Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe. Signe que c’était un bon club.

Cela faisait sept ans que Bucarest n’avait pas participé à la C1. La gagner, c’était donc quand même un peu dingue. C’était quoi, le secret ?
Les dirigeants nous avaient donné un objectif. Quand j’ai signé mon contrat, c’était très clair : dans la compétition internationale, on devait faire au minimum un quart de finale. Gagner le championnat et la coupe n’était pas suffisant. On n’était pas forcément les meilleurs sur le papier, mais niveau courage, on était tous des gros combattants. Des gladiateurs, des salopards, appelez-ça comme vous voulez.


C’est pour ça que votre style de jeu a parfois été qualifié de lent ?
Je ne suis pas d’accord avec vous. Le football de l’époque était certainement plus lent, ça d’accord. Mais nous, on savait jouer simple, en une ou deux touches de balle. On pouvait donc se montrer très rapides. On réalisait un pressing écrasant, agressif, parfois à la limite de l’acceptable. Ajoutez à ça de belles capacités techniques et une bonne intelligence de jeu, et vous avez le Steaua Bucarest 1986. Défensivement, tout le monde se replaçait immédiatement après la perte du ballon. Absolument tout le monde. Pour fermer les espaces. On formait un bloc. Du coup, on était aussi capables de jouer efficacement en contre-attaque.


Quel a été le match déclic qui vous a permis de croire au trophée ?
Je ne crois pas qu’il y ait eu de match déclic. Un de nos dirigeants répétait en boucle que nous étions capables d’aller au bout. Une fois arrivé en quart de finale, après les deux premiers tours, le contrat était rempli, logiquement. Mais la difficulté était là : de se dire « le devoir est déjà fait » . Il fallait oublier les excuses que nous pouvions avancer si jamais nous perdions. Raison pour laquelle j’ai beaucoup parlé avant la finale contre Barcelone avec Emeric Jenei, notre entraîneur avec qui je m’entendais très bien, pour qu’il insiste sur le fait que la victoire était primordiale.

« Il ne faut pas oublier comment nous sommes parvenus à arriver à ces tirs au but, devant 70 000 personnes contre nous, à Séville. »

Le chef-d’œuvre reste la confrontation retour contre Anderlecht, que vous atomisez 3-0 chez vous après avoir perdu à l’aller (1-0).
C’est le match modèle. Contre un adversaire extrêmement fort. Un rythme de dingue, une efficacité chirurgicale… Tous les ingrédients étaient réunis pour qu’on obtienne une prestation parfaitement maîtrisée.

Vidéo

Puis vient cette finale qui s’achève aux tirs au but, avec Helmuth Duckadam qui stoppe toutes les tentatives espagnoles.
Duckadam a fait preuve d’une concentration et d’un self-control sans faille. On est forcé d’en parler, bien sûr. Mais il ne faut pas oublier comment nous sommes parvenus à arriver à ces tirs au but, devant 70 000 personnes contre nous, à Séville. On ne doit pas le perdre de vue, car sinon, on résume notre triomphe à de la réussite. Les Catalans étaient favoris et on a franchement réussi à les faire déjouer. On ne peut pas dire : « Putain, les Barcelonais n’ont pas eu de chance, ils ont tapé la barre, ils ont loupé un peno... » Bah non, pas du tout. Parce qu’ils ont eu très peu d’occasions. Les meilleures, c’est nous qui les avons loupées.

Vidéo

Comment l’expliquer ? Vous aviez analysé leur jeu ?
Non. On ne savait pas comment Barcelone allait jouer. Emeric Jenei nous interdisait de visionner leur match. Nous n’avons eu le droit qu’à la première mi-temps de leur demi-finale. On a même raté leurs tirs au but ! Nous ne faisions pas de préparation par rapport à l’adversaire. C’était la philosophie du coach : jouer en fonction de nous. Seule la prestation de son équipe l’intéressait.


Où avez-vous fêté la coupe aux grandes oreilles ?
Dans notre hôtel. On n’a pas fait grand-chose. Peut-être qu’on était trop fatigués. On était avec nos épouses. Le lendemain, c’était quartier libre, puis on est rentrés en Roumanie 24 heures après la finale. Tout un peuple nous attendait. Ce n’était pas du tout organisé. À l’époque, ce genre de rassemblement était interdit. C’est seulement à ce moment qu’on a pris conscience de notre exploit et du bonheur qu’on avait donné aux gens. Ce fut exceptionnel.

Propos recueillis par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Note : 1
Séquence vieux con nostalgique : "ah, la belle époque où on n'avait pas toujours les mêmes dans les derniers tours de coupe d'Europe, et où on regardait la C3 avec autant d'intérêt que la C1".
La FIFA a réussi à rendre le BO inintéressant, l'UEFA va bien réussir à faire de même avec la C1.
Voilà, c'est fait, bon week-end.
didier gomis Niveau : CFA
Merci pour cette interview, une icône à Nancy ce mec. Et que dire de leur parcours ? Juste incroyable. C'est vrai que je suis nostalgique d'une certaine époque où la coupe d'europe avait le goût de l'inattendu et de la surprise. Nous étions également moins informés ce qui rajoutait un piquant supplémentaire. Aujourd'hui tout est dissèque et analyse. Combien de fois t'as du te taper l'analyse du gars venu au bar mater la champions qui te récite par coeur ce qu'il a lu sur le net en se la jouant connaisseur ? Juste horrible ! Du genre: ouais cavani pas en confiance à cause de son divorce, ouais pogba il est grave chaud, ouais la MSN ça déchire, en plus Suarez il a dit qu'il mordrait plus de sa vie. Bref trop d'information sur le foot tue le foot tout simplement.
Message posté par Italia90
Séquence vieux con nostalgique : "ah, la belle époque où on n'avait pas toujours les mêmes dans les derniers tours de coupe d'Europe, et où on regardait la C3 avec autant d'intérêt que la C1".
La FIFA a réussi à rendre le BO inintéressant, l'UEFA va bien réussir à faire de même avec la C1.
Voilà, c'est fait, bon week-end.


Vieux con certes mais tellement vrai.
Voilà qui rejoint pile-poil mes souvenirs : démonstration presque irréelle face au favori anderlechtois, puis match gentiment contrôlé, mais de A à Z, face à un Barca il est vrai plutôt piètre..

Le Steaua de 1989 était beaucoup plus fort, équipe dans mes souvenirs la plus dominante et impressionnante du tableau..et puis il y eut ce non-match en finale, cette non-finale à dire vrai, "match" inouï et incompréhensible..
A l'époque pour gagner la ligue des champions, il fallait être champions. Aujourd'hui, par exemple, finale 2013-2014, Real-Atletico, le classement de la précédente Liga, Barcelone 1er, Real 2ème à 15 points, Atletico 3ème à plus de 30 points, et nous appelons cela : la Champions League.
Moralité en 2014, quand tu as 30 points de retard t'es champion.
Je sais, je suis un vieux con (et pour un Argentin je maîtrise assez bien la langue de Michel Audiard) alors nous pouvons discuter sur le bien-fondé de la nouvelle formule, si ce n'est celui de la thune à outrance.
El Bostero
Petite réaction sur le titre, parce que ce pseudo débat qui revient régulièrement commence à me courir sur le haricot.

Un résultat n'est jamais le fruit du hasard. Jamais. A part à l'époque où la qualif se jouait au tirage au sort, et encore. De la même manière qu'on a j'espère établi qu'une séance de tirs aux but n'est pas une "lotterie".

Le Danemark n'a pas gagné par hasard en 92, même si son parcours est improbable. Les petit poucets en 32e de finale "ne sont pas là par hasard", comme disent de manière mécanique les pros qui les jouent.

Il faudrait donc songer à utiliser le bon terme. Une victoire est plus ou moins méritée (en fonction des circonstances de jeu, du tirage, de la largesse du succès, etc); elle est plus ou moins surprenante (au vu des forces en présences, des pronoctics, etc) ou elle est plus ou moins marquante (au vue des facteurs sus-nommés et du contexte)
Message posté par juanluis
A l'époque pour gagner la ligue des champions, il fallait être champions. Aujourd'hui, par exemple, finale 2013-2014, Real-Atletico, le classement de la précédente Liga, Barcelone 1er, Real 2ème à 15 points, Atletico 3ème à plus de 30 points, et nous appelons cela : la Champions League.
Moralité en 2014, quand tu as 30 points de retard t'es champion.
Je sais, je suis un vieux con (et pour un Argentin je maîtrise assez bien la langue de Michel Audiard) alors nous pouvons discuter sur le bien-fondé de la nouvelle formule, si ce n'est celui de la thune à outrance.
El Bostero


Pourquoi préciser que tu es un Argentin qui maîtrise bien la langue Française ?
Parce que, en général les Européens, et les Français aussi, ont une opinion et un regard assez négatifs sur les Américains du Sud. Vous nous méconnaissez dans les grandes largeurs.
Déjà, ça me gonfle quand vous dites les Américains, pour ceux du Mord, bien sûr, parce que nous ne sommes pas des Américains ?
Désolé, c'était un petit coup de colère...
Bien à vous,
El bostero
il y a 8 heures NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars !
il y a 5 heures Un match arrêté par des jets d'oeufs 10 il y a 10 heures Des lions sur les murs d'un vestiaire 29
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 21:30 La belle ouverture du score de Liverpool 16 Hier à 17:57 Macron s'est invité à la Commanderie 29
Hier à 11:20 Un mercato raccourci en Premier League ? 26 Hier à 11:16 Gignac donne son nom à un tigre 22 Hier à 08:48 Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 41 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67 mardi 25 juillet Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 164 mardi 25 juillet Droit de réponse "Mistral Gagnant" 33 mardi 25 juillet La praline de Castillo au Mexique 4 lundi 24 juillet Reading présente ses maillots en réalité virtuelle lundi 24 juillet Entraînement arrêté à Leipzig après un pétage de plomb de Keïta 53 lundi 24 juillet Le maire de Mont-de-Marsan mange un rat à cause du PSG 26 lundi 24 juillet Quand des joueurs s'essaient aux glissades à plat ventre 6