1. //
  2. // Demies
  3. // France-Allemagne

Nos régions ont du talent : Grand-Est

En marge de l'Euro, on fait une revue d'effectif de ce que les régions françaises ont de mieux à offrir question football. Histoire de mieux se familiariser avec le nouveau découpage administratif et ce que cela implique pour le ballon rond. Nouvelle étape dans le Grand-Est, une évidence avant France-Allemagne.

Modififié
325 19
« Sur une promotion de 17 joueurs cette année, 14 vont aller dans un centre de formation, c'est énorme. On bosse bien, on prend en considération les évolutions du jeu, et on ne se focalise pas sur les dispositions physiques, mais bien le talent et la personnalité des gamins. » Quand on lui demande de parler du vivier footballistique du Grand-Est, Jean-Robert Faucher, patron du Pôle Espoirs de Nancy, préfère se focaliser sur les résultats de sa structure. Et ne rien dire de plus. Avec la nouvelle carte des régions, Alsace, Lorraine, Champagne et Ardennes vont constituer un tout aux allures de très gros réservoir. « C'est très correct, même si on n'a pas le potentiel des grandes agglomérations comme l'Île-de-France ou le Rhône-Alpes » , estime Didier Clerval, responsable de la pré-formation à Troyes, pour qui Djibril Sidibé « est le dernier exemple en date de très bons joueurs que l'on arrive à sortir » . Dans les 23 Bleus de l'Euro, Blaise Matuidi et Morgan Schneiderlin ont fait leurs classes à Troyes et Strasbourg. Kevin Gameiro, lui aussi formé en Alsace, n'était pas loin de faire également partie du lot. Fidèle adjoint de Rudi Garcia à Lille, puis à la Roma, Claude Fichaux a œuvré au centre de formation du Racing : « On est sur une grosse région de football, qui alimente un nombre important de clubs pros, qui en plus ont une politique de formation poussée. Et puis vu qu'on est près de la frontière, des clubs allemands ou même suisses n'hésitent pas à venir chercher des joueurs de la région, comme Jonathan Schmid qui a percé en Allemagne. »


Nos régions ont du talent : Nord-Pas-de-Calais-Picardie

Passer un palier grâce à un club fort en Ligue 1


Alors même si le nouveau Grand-Est n'envoie pas autant de jeu que la région parisienne ou la très performante Académie lyonnaise, le technicien la situe aisément au « niveau de la Bretagne en matière de choix de joueurs » . Avec un avantage considérable sur d'autres zones : « Les clubs comme Metz, Nancy ou Strasbourg offrent plus de chances de débuter en pro que dans beaucoup d'autres clubs, où c'est bouché pour les gamins. La concurrence n'est pas excessivement élevée pour arriver jusqu'à un premier contrat pro, car il y a des places à prendre. Par exemple à Paris ou à Monaco, ce serait beaucoup plus difficile. » Deux clubs où la politique de formation jouit également de moyens supérieurs pour le recrutement. Mais Didier Clerval se satisfait largement de la situation de sa région car « cela travaille bien, grâce aux nombreux clubs pros qui ont une structure de formation ancienne. Même Sedan, c'est pas mal » . Qu'est-ce qui pourrait permettre au Grand-Est de rattraper le haut du panier voire d'égaler les Hauts-de-France, l'une des régions les plus prolifiques ? « Avoir des clubs plus solidement installés en Ligue 1 » , avance Clerval. « Là, on a Metz et Nancy qui remontent, Strasbourg qui retrouve la Ligue 2, c'est bon signe. » Mais l'éducateur ne se berce pas pour autant d'illusion : « On peut avoir un club stable en Ligue 1, mais on n'aura jamais les moyens et l'aura des plus grands clubs formateurs comme Lyon, Paris, Monaco ou même Rennes. Si un gamin est sollicité par Troyes et Lyon, il va probablement signer à Lyon. Ceux qui viennent chez nous, c'est pour un projet sportif et humain précis. »

Les grands clubs formateurs locaux


Metz, Nancy, Strasbourg, Troyes, et désormais Reims - champion de France U19 2015 - et Sedan... La quantité ne fait pas défaut dans le Grand-Est, quand il s'agit de compter les clubs professionnels dont la formation est le cœur du modèle économique. Si historiquement, les Lorrains du FCM et de l'ASNL trustent les honneurs, la dernière grande génération est à mettre à l'actif du Racing. « La grande génération à Strasbourg, avec Gameiro puis Schneiderlin, c'est le fruit des choix de Marc Keller, qui avait décidé de miser à fond sur la formation. À l'époque, on allait chercher les meilleurs, et pas forcément que dans notre zone de prédilection, l'Alsace » , se souvient Claude Fichaux. Malheureusement pour le club alsacien, la stratégie ne s'est pas accompagnée de résultats probants pour l'équipe première, et les plus belles promesses sont parties fleurir ailleurs : Lorient pour Kevin Gameiro, Southampton pour Morgan Schneiderlin, parti quelque peu contre son gré. Aujourd'hui, si le Stade de Reims affiche une productivité intéressante, malgré sa relégation en Ligue 2, c'est tout de même Troyes - également relégué - qui apparaît avoir un temps d'avance. Didier Clerval explique : « On a l'avantage d'avoir une structure élite, qui nous permet de ne pas être limité à 50km pour la préformation, on est les seuls dans la région. C'est un avantage pour le recrutement, mais on n'en abuse pas, on ne recrute quasiment pas au-delà de 150km, ce qui suffit pour toucher l'Île de France, car on sait qu'il faut maintenir au maximum les jeunes près de leur structure familiale. » Cette importance de la touche locale, avec notamment la proximité de l'Allemagne et de sa culture footballistique, est particulièrement concrète à Strasbourg. « La génération Schneiderlin était composée de beaucoup de purs alsaciens, qui faisaient comprendre aux autres les valeurs locales. Et c'est devenue une génération soudée qui se retrouvait chaque année avec nous les éducateurs pour un barbecue en été. » Le Racing aurait pu former Thomas Müller.

Équipe type joueurs actuels



Butelle - Bussmann, Sidibé, Traoré, Koulibaly - Stambouli, Matuidi, Schneiderlin - Gameiro, Cornet, Boudebouz.

Liste des 23



Gardiens
Ludovic Butelle (FC Bruges), Paul Benardoni (Bordeaux), Paul Nardi (Monaco)
Réserve : Thomas Didillon (Metz)

Défenseurs
Gaëtan Bussmann (Mayence), Franck Signorino (Reims), Djibril Sidibé (Lille), Aïssa Mandi (Betis Séville), Ismaël Traoré (Angers), Kalidou Koulibaly (Naples), Clément Lenglet (Nancy), Jean-Armel Kana-Biyik (Toulouse)

Milieux
Benjamin Stambouli (PSG), Blaise Matuidi (PSG), Morgan Schneiderlin (Manchester United), Rémi Walter (Nice), Youssef Aït Bennasser (Nancy), Jimmy Cabot (Lorient)

Attaquants
Kevin Gameiro (FC Séville), Claudio Beauvue (Celta Vigo), Corentin Jean (Monaco), Maxwell Cornet (Lyon), Ryad Boudebouz (Montpellier), Billy Kekteophompone (Angers)



Tous propos recueillis par Nicolas Jucha NB : sont comptabilisés les joueurs nés dans la région ou ayant passé au moins une année complète de formation dans la région, sans distinction de nationalités.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Gilles Francois Niveau : CFA2
Un petit Lusamba en plus dans les 23 et on était bien
Ailier Gauche Niveau : DHR
Et Lucas Deaux en réserviste.
Correction : Franck Signorino joue dorénavant à Metz ;)
Crème de prépuce Niveau : Loisir
Message posté par Gilles Francois
Un petit Lusamba en plus dans les 23 et on était bien


+1
Jaapson Stammtham Niveau : DHR
Alors là je proteste, Matuidi à grandi dans le 94, à Fontenay sous bois (chez moi). Alors certes c'est pas là qu'il à été formé, mais il à joué à l'USF Fontenay merde!
On pourra bientôt mettre Vincent Thill dans ce 11, grand espoir du foot
Qui peut m'éclairer pour la présence de Stambouli svp ?
volontaire 82 Niveau : CFA2
Message posté par Jaapson Stammtham
Alors là je proteste, Matuidi à grandi dans le 94, à Fontenay sous bois (chez moi). Alors certes c'est pas là qu'il à été formé, mais il à joué à l'USF Fontenay merde!


Et il a commencé le football dans son quartier à Toulouse à l'âge de 3 ans, pourquoi personne n'en parle de ça hein ?!
Ailier Gauche Niveau : DHR
Message posté par Jijiou
Qui peut m'éclairer pour la présence de Stambouli svp ?


J'ai maté sa page Wikipédia et il a joué à Sedan entre 11 et 13 ans. Deux années décisives à n'en pas douter.
Ryad Boudebouz est un international algérien.
Et l'idée de l'article est intéressant, après j'aurais plus vu un coup double : équipe de ceux n'es dans la région (ça c'est le vivier de recrutement), et ensuite équipe de ceux formés dans la région (qualité de formation).
Et Benatia?
Désolé, fallait la faire.
Pareil pour Gameiro! Elevé à dans mon petit patelin de Marly-la-ville dans le 95 puis commence à Chantilly. Il rejoint Strasbourg à 17 ans ça fait tard. Si vous avez pas grand-chose à placer faut le dire.
Blatter m'a tuer Niveau : Ligue 2
Message posté par Gilles Francois
Un petit Lusamba en plus dans les 23 et on était bien


Et Sadio Mane
Crème de prépuce Niveau : Loisir
Y avait Issiar Dia et Da Costa de Nancy, je me demande ce qu'ils sont devenus.
Crème de prépuce Niveau : Loisir
Et pour diriger/entraîner ces 23 je désigne Michel "Corleone" Platini.
Que fait Boudebouz dans la liste ? Il est formé à Sochaux ... et donc en région (Bourgogne)Franche-Comté, avec un paquet d'autres joueurs.
Message posté par FatMat
Que fait Boudebouz dans la liste ? Il est formé à Sochaux ... et donc en région (Bourgogne)Franche-Comté, avec un paquet d'autres joueurs.


Pour SoFoot, Grand-Est c'est la moitié droite de la France apparemment.
Sylvain Kastropdoeuf Niveau : District
Le FC Metz a formé beaucoup de bons et de très joueurs mais l'article se concentre sur ceux censés être français et c'est pour cela que les Mané, Pjanic, etc. n'apparaissent pas. Koulibaly est vosgien, il est donc français mais a pris la nationalité (sportive) sénégalaise en septembre 2015. Mauvais timing vu le nombre d'absents en DC avant l'Euro.
Sylvain Kastropdoeuf Niveau : District
Et voilà la 3F qui sort son classement des centres de formation. Metz est 8e au national, donc 1er dans le Grand Est sauf si on y ajoute la Bourgogne et alors l'AJA est 6e au classement nationale:
https://www.fff.fr/common/bib_res/resso … _15-16.pdf
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
325 19