1. // SO FOOT sélectionne le12èmehomme Orange

Nos conseils de reconversion en Ligue 1

Arrivés vers la trentaine, les footballeurs ont souvent la tête un peu ailleurs. À la reconversion, notamment. Consultants, entraîneurs, ambassadeurs : certaines voies très classiques s'ouvrent à eux. À moins d'y mettre un peu d'imagination et de se projeter…

Modififié
3 12
NB : Ce qui suit n'est que fiction, et toute ressemblance avec des faits réels et futurs ne serait que pure coincidence.

1 – André-Pierre Gignac, entrepreneur multi-facettes

Né à Martigues, Gignac passe l'essentiel de son enfance sur les pavés de Port-de-Bouc, dont l'économie repose essentiellement sur l'industrie de la pêche. Grâce à l'entreprise Le Pêcheur de Carro, implantée depuis 1976, la ville côtière peut se vanter d'être le seul endroit au monde capable de produire la poutargue de Martigues, aka le caviar des Bouches-du-Rhône. Malin, APG rachète la boîte – un placement sûr – et donne de sa personne au sein de la chaîne de production, où son abnégation et sa carrure de docker feraient des merveilles. « J'avais envie de revenir à l'essence même de la vie, d'être loin du football pour pouvoir l'oublier en douceur… » , confesse-t-il plus tard, dans son autobiographie. Pari réussi. Après avoir gagné le respect de ses salariés, Gignac force également celui du monde des affaires. Portée par ses origines gitanes qu'il revendique, il convainc assez d'investisseurs pour lancer une entreprise spécialisée dans la fabrication de boules d'attelage pour caravane. De Rotterdam au Maghreb, en passant par le Cap d'Agde, l'Europe du voyage et des vacances conviviales ne jure plus que par son système révolutionnaire transmis de génération en génération. La fusée APG est lancée. Il finit par signer un juteux partenariat avec le célèbre géant de la boule de pétanque. Donnant ainsi naissance à la fameuse marque « Droit OBUT » , la ligne préférée des puristes du carreau.

2 – Stéphane Ruffier, protection rapprochée

Sur les conseils de Jérémie Janot, deux mois après sa retraite, Stéphane Ruffier intègre la team d'arts martiaux mélangés (MMA) de l'ancien portier stéphanois, grand fan de Wanderlei Silva. Très vite, son physique de lutteur fait de lui un prétendant sérieux à l'UFC. Mais alors qu'il prépare son premier combat avec un grand sparring-partner suédois, Ruffier se pète le tibia sur un vulgaire low-kick. Le péroné est touché, mais pas le moral du Basque qui préfère retourner sur ses terres natales pour entamer sa rééducation. C'est là, quelque part en Euskadi, qu'il finit par ouvrir un centre de formation à la protection rapprochée dont le principal contrat, outre de placer ses gardes du corps dans le milieu du foot, consiste à assurer la sécurité des fêtes de Bayonne.

3 – Jérémy Toulalan, ambassadeur du paddle

C'est sans doute parce qu'il se sent proche de la fin, et parce qu'il n'a jamais vraiment aimé le foot, que Jérémy Toulalan se confesse à l'aube de sa retraite : « J'ai trouvé un club de paddle à côté de Nice. Quand j'ai le temps, je tape un peu la balle. » Pour info, le paddle (ou padel), ce n'est pas ce truc de surfeur qui consiste à ramer debout sur une planche de surf. Non. Ce dont parle la Toul', c'est ce cousin espagnol du tennis qui se joue sur un court plus petit, avec une raquette pleine et des balles dégonflées. Un sport du dimanche donc, dont Toulalan pourrait facilement devenir le parfait ambassadeur. Un peu comme Cantona avec le beach-soccer.

4 – Nicolas Maurice-Belay, le tir aux pigeons

Troisième plus mauvais centreur de L1 l'année dernière avec seulement 10,8% de réussite, Nicolas Maurice-Belay est tout aussi précis lorsqu'il se retrouve face au but. Une souffrance pour ses supporters et un véritable danger pour les quelques pigeons qui se risquent encore à survoler les buts bordelais. Mais c'est sans doute parce qu'il a également placé sa carrière sous le signe de l'humour que le gaucher martiniquais a ouvert un stand de tir sur l'île de ses parents pour profiter de ses vieux jours et s'offrir quelques bons moments avec son ancien coéquipier, Cheikh Diabaté.

5 – Zlatan Ibrahimović, héros de téléréalité

La récente photo de Zlatan et son poisson, qui a inondé les réseaux sociaux à la rentrée, n'a fait que confirmer ce que peu de gens imaginait : le plus célèbre Viking de la planète est un homme nature, amateur des plaisirs simples et de ce qui définit un vrai homme. Comme tirer du gibier au fusil à lunette ou pêcher un gros carnassier à la ligne par exemple. Ce qui explique pourquoi, en juin 2012, le Z s'est offert une île privée de 500 hectares, située en plein milieu du lac suédois de Mälaren. Après y avoir passé les deux premières années de sa retraite, et surtout y avoir chassé toute forme de vie animale, Ibra s'ennuie et décide de craquer une partie de sa fortune pour y organiser sa version à lui des Hunger Games. Une version dont il est évidemment le grand favori, et diffusée en mondovision sur Zlatan TV. Par Paul Bemer/Photo: Icon Sports
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Un peu trop cliché, mais un ha ha quand même pour l'effort et la tentative
Même pas un vendeur de piscine... dur ... vous êtes pas très original !
Tottitalia25 Niveau : District
J'aurais plutôt dit "après y avoir mangé toute forme de vie animale" !
La stat de pourcentage de centres réussis par Maurice-Belay, si véridique elle est, est absolument éffarante.

Immonde.
Pascal Pierre Niveau : Loisir
Zlatan me paraitrait encore plus à l'aise dans un Expandable 7. Avec un duel avec, une fois sortie de prison, Nabila, la reine du couteau.
Clément Grenier en maître chien spécialisé avec les labradors !
Yoann Gourcuff en médecin généraliste bien sur !
autant la dernière fois avec "les potes à ne pas inviter pour regarder le foot", c'était pas mal, autant là...
tristesse et désarroi
Coach Kévinovitch Niveau : Ligue 1
Cher sofoot.com, vous nous avez donné faim avec la statistique pitoyable de Maurice-Belay donc maintenant nous réclamons les noms des deux premiers du classement du pire centreur de Ligue 1 ainsi que la comparaison entre leurs pitoyables pourcentages et celui de Bacary Sagna!
paris pour durer Niveau : Loisir
jallet un coiffeur dans l'âme...
Note : 1
Message posté par Coach Kévinovitch
Cher sofoot.com, vous nous avez donné faim avec la statistique pitoyable de Maurice-Belay donc maintenant nous réclamons les noms des deux premiers du classement du pire centreur de Ligue 1 ainsi que la comparaison entre leurs pitoyables pourcentages et celui de Bacary Sagna!


Bacary Sagna peut centrer, la preuve à partir d'une minute sur cette vidéo :

http://www.youtube.com/watch?v=hh7biEunkWk

Les problèmes c'est que :

1) Il en réussit jamais en bleu.

2) Avant lui à droite y avait Sagnol et lui, il savait centrer avec l'EDF. C'était même notre seule arme offensive à un moment donné.
D'après France Football Kadir est deuxième avec 8%. Le grand vainqueur est Ntep avec 7,80%.
Deux rennais aux deux premières places,surement une coïncidence.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3 12