1. // Euro 2016

Non, l'Italie n'est pas la bête noire de l'Allemagne

Jamais vainqueur de la Squadra Azzurra sur une Coupe du monde ou un Euro, la Mannschaft n'est néanmoins pas la victime expiatoire de l'Italie présentée ces derniers jours dans les médias.

Modififié
14 14
La réduction du score d'El Shaarawy en fin de match sur un tir contré par Rüdiger n'y change rien. En ce soir de printemps 2016, c'est bien l'Allemagne qui vient de massacrer la sélection italienne au cours d'un match officiel (4-1). Si cette rencontre de préparation à l'Euro jouée à l'Allianz Arena de Munich ne restera pas dans les mémoires pour la qualité du jeu produit par les deux équipes, la Mannschaft y avait donné, une fois n'est pas coutume, une leçon de réalisme à la Squadra Azzurra avec quatre buts marqués sur sept tirs cadrés.

« Le match du siècle était moche pendant 90 minutes »

En plus de signer la fin d'une série de sept rencontres sans succès face à l'ennemi italien, cette large victoire allemande était importante pour Joachim Löw dont la sélection restait à ce moment-là sur deux revers en amical, concédés face aux Bleus le jour des attaques de Paris et contre l'Angleterre à Berlin trois jours avant la réception de l'Italie. Elle l'était aussi pour les nombreux joueurs toujours présents dans la Mannschaft qui avaient été battus par la sélection transalpine en demi-finale du Championnat d'Europe 2012. Ce revers d'il y a quatre ans, survenu alors que l'Allemagne avait survolé son début d'Euro et que l'Italie était passée ric-rac en quarts de finale et en demi-finales, a marqué la génération actuelle de la Mannschaft. Il avait aussi ravivé les blessures laissées par la défaite en demi-finale du Mondial allemand en 2006, et par la finale perdue de la Coupe du monde 1982, deux matchs qui ont contribué à construire la légende de la bête noire italienne.

Publicité

«  C’est du vieux café et nous préférons un expresso très frais  »

Évidemment, Joachim Löw a déclaré en conférence de presse cette semaine qu'il n'avait pas peur de ce passé, ni de cette équipe italienne, même s'il l'estime. «  Personne ne parlait de l’Italie avant le tournoi et ne croyait qu’elle jouerait un rôle ici. On a dit qu’ils étaient trop vieux, qu’ils se concentraient sur la défense, mais ce n’est pas la réalité. Il y a des joueurs de top niveau, expérimentés, un noyau qui joue à la Juventus. C’est une meilleure équipe qu’en 2008, 2010 ou 2012.  »

Dans sa causerie d'avant-match, celui qui aime renifler ses parties ne s'attardera sans doute pas sur l'historique existant entre les deux équipes, mais insistera plutôt auprès de ses joueurs sur le schéma de jeu qu'ils devront respecter à la lettre pour contrer le génie tactique d'Antonio Conte. Il effacera cette légende de bête noire en mettant en avant l'obligation de résultats pour sa sélection allemande qui s'est hissée dans le dernier carré de chaque tournoi international depuis dix ans. «  Nous n’avons pas peur. J’ai un sentiment très positif. Nous ne sommes pas traumatisés par l’Italie. Il y aura samedi de nouvelles conditions, d’autres équipes, il est inutile de regarder le passé. C’est du vieux café et nous, nous préférons un expresso très frais.  » Peut-être rappellera-t-il aussi à ses joueurs que l'Italie a parfois été synonyme de gloire pour leur pays.

Les Jeux de 1988, le Mondial italien...

Car oui, si l'Allemagne ou la RFA d'alors ne sont jamais parvenues à battre l'Italie dans un Euro ou un Mondial, son bilan en compétition officielle contre les Transalpins n'est pas si terrible que ça, avec quatre matchs nuls, deux défaites dans le temps réglementaire, deux défaites en prolongation... et une victoire. Rarement évoqué afin de ne pas mettre à mal la légende de la bête noire, le succès allemand sur l'Italie dans le match pour la médaille de bronze des Jeux olympiques 1988 ne doit pas pour autant être oublié.

À cette époque, le tournoi de foot des JO n'était pas encore limité aux joueurs de moins de 23 ans, mais seulement à ceux qui n'avaient encore jamais disputé de Coupe du monde. L'équipe d'Allemagne de l'Ouest était alors emmenée à Séoul par celui qui avait été élu footballeur allemand de l'année, Jürgen Klinsmann. En ayant fini dans le peloton de tête des meilleurs buteurs avec quatre réalisations, l'actuel sélectionneur des États-Unis avait assuré sa place, aux côtés des autres médaillés olympiques Thomas Häßler, Karl-Heinz Riedle et Frank Mill, pour le voyage en Italie et la Coupe du monde 1990 prévus deux ans plus tard. Battue en finale de l'édition précédente par l'Argentine, l'Allemagne de l'Ouest y avait pris sa revanche sur le Napolitain Maradona sous les yeux du peuple transalpin. Preuve que l'Italie n'a pas toujours su mettre la Mannschaft à sa botte.

Si vous souhaitez consulter une analyse complète de cette affiche des quarts de finale de l'Euro 2016 pour parier dessus, rendez-vous sur ce Pronostic Allemagne Italie de notre partenaire RueDesJoueurs.

Par Yann Fernandez
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

L'Italie est la bête noire de l'Allemagne.. qu'à partir des demi finales de compétition! Allez la Mannschaft!
luigidibiagio Niveau : DHR
Ça sera un beau match dans une bonne ambiance, les supporters allemands sont géniaux mais forza azzurri quand même :)
Buster-qui-donne Niveau : DHR
L'Allemagne est la bête noire de la France... qui est la bête noire de l'Italie... qui est la bête noire de l'Allemagne.

En gros.

Pour qu'on puisse battre l'Allemagne, il faudrait qu'on donne à l'Italie un peu du fluide qu'on a contre elle, en échange d'un peu du fluide qu'elle a contre l'Allemagne.
jeudi 16 février Pronostic PSG Toulouse : jusqu'à 390€ à gagner sur l'affiche de Ligue 1 ce week-end ! jeudi 16 février 203€ à gagner avec Chelsea, Atalanta Bergame & Burnley
Hier à 20:52 La virgule petit pont de CR7 Hier à 19:38 Le but somptueux de Thauvin Hier à 16:27 Ronaldo explique son départ du Barça Hier à 15:27 Dwight Yorke refoulé des États-Unis Hier à 15:21 Suspendu six matchs pour avoir bousculé un ramasseur de balle
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 13:36 Cyril Hanouna veut racheter Guingamp Hier à 12:57 Un club norvégien signe un défenseur grâce au crowdfunding Hier à 10:14 Momo Sissoko de retour en Europe, en Serie B Hier à 09:37 CR7 à la télé turque avec Angelina Jolie Hier à 09:15 André-Pierre Gignac marque enfin Hier à 08:54 Suspendu 47 matchs pour avoir frappé l'arbitre vendredi 17 février Le coup franc soyeux de Dybala vendredi 17 février Des Iraniens copient Messi et Suárez
vendredi 17 février Ronaldinho publie son deuxième clip vendredi 17 février But contre son camp... du milieu de terrain vendredi 17 février Les Ultramarines à l'honneur sur le maillot girondin vendredi 17 février Chabal avec les Chamois niortais vendredi 17 février Lutz Pfannenstiel et les pingouins vendredi 17 février La banderole provocatrice des fans de Thessalonique vendredi 17 février SO FOOT & Mon Petit Gazon vendredi 17 février Les clubs de Championship donnent leur accord pour la goal-line technology vendredi 17 février Les hooligans du Legia se déchaînent contre l'Ajax vendredi 17 février Les Pogba à Manchester jeudi 16 février La merveille de Bernardeschi jeudi 16 février Mark Clattenburg file en Arabie saoudite jeudi 16 février Dégoûtés, les fans d'Arsenal revendent leurs tickets jeudi 16 février La coupe de cheveux fraternelle de Florentin Pogba jeudi 16 février Quand Darmstadt invite Barack Obama jeudi 16 février Infantino n'a pas peur des hooligans jeudi 16 février Un bar ouvre en hommage à Chapecoense jeudi 16 février Baston pendant un entraînement à Boca Juniors jeudi 16 février La boulette du gardien de Newcastle jeudi 16 février Les hooligans russes sont déjà prêts pour « leur » Mondial jeudi 16 février Lemina, lui aussi de retour à l'OM ? jeudi 16 février La compagne de Maradona ne fait pas de dépositions jeudi 16 février Le Bayern enterre Arsenal sur Twitter jeudi 16 février En Suisse, des ultras deviennent sponsor maillot de leur club
14 14