Analyse tactique - Corner

Par Markus Kaufmann

Nom d'une pipe, à quoi sert le corner à la rémoise ?

Corner pour ton équipe. Assis dans ton fauteuil, accoudé à un bar ou debout dans les travées du stade, tu jubiles intérieurement. Ce n’est pas prouvé scientifiquement, mais le phénomène se répète à tous les coups : tes yeux se concentrent, tu frottes instinctivement tes mains, tu sais que là, maintenant, tout de suite, ton équipe va avoir une occasion de but. Sauf que ce corner ne sera jamais tiré. Petite passe, centre tout pourri, voire hors-jeu ridicule, et perte de balle. Un avortement. Mais pourquoi un tel gâchis ? Ce corner avait le droit de vivre. Autre chose qu’une vie « à la rémoise ».

Note
20 votes
20 votes pour une note moyenne de 4.03/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Quand Joe Cole et Eden Hazard se faisait un corner à deux.
Quand Joe Cole et Eden Hazard se faisait un corner à deux.
Pour marquer un but, on peut attaquer directement les cages dans le jeu, ou alors prendre un raccourci. Des deux côtés de chaque but, tout au bout de la ligne de fond, se trouvent deux havres de paix pour les équipes sans solution. Là, elles ont tout le temps qu’elles veulent pour ajuster. Les concepts tels que le pressing, la circulation de balle, la possession ou encore la contre-attaque disparaissent, et se taisent le temps de quelques secondes : un autre jeu commence. Un autre sport, même. Certaines formations comme Stoke City ont même la réputation de le préférer carrément au football. À la passe, les corners ont célébré David Beckham. À la finition, ils ont rendu Zidane immortel. Bref, les corners sont un objet d’étude à part entière. Mais le corner à la rémoise est une menace constante. Un peu d’histoire Dans les années 1950, le Stade de Reims est au sommet de son histoire. Six titres de champion de France de 1949 à 1962, deux finales de Coupe d’Europe en 1956 et 1959, un football de passes au sol dessiné par l’esprit d’Albert Batteux, et une invention : le corner joué à deux. Dans les règles, il s’agit de faire une passe à un joueur situé à moins de dix yards (9,15 mètres) du ballon. « Short corner » en anglais, « corner corto » en italien et « saque en corto » en espagnol : aucune trace de la bande de Raymond Kopa dans les dictionnaires de nos voisins. Et pourtant. Dans le numéro de décembre 2012 de But! Reims, l’ancien joueur du Real remet les choses dans l’ordre : « C’est moi qui ai inventé le corner à la rémoise. Tout le monde le dit et c’est vrai. Je préférais donner des balles courtes et me rapprocher des buts adverses, plutôt que de frapper directement n’importe où, comme on le faisait jusqu’ici. C’est une question de stature, c’est vrai (…) C’est une improvisation à un moment donné, qui a marché et on a continué après parce qu’il y avait une réussite au bout. (…) On l’a fait parce que c’était utile. » Arrivé au moment du départ de Kopa en 1956, Just Fontaine évoque le défaut de taille des Rémois : « De toute façon, le géant de l'équipe, c'était moi : 1,75 mètre sous la toise. Ça n'incitait pas à abuser du jeu aérien... » Aussi frustrant qu’il puisse être, le corner à la rémoise a certaines raisons de vivre. Pourquoi ? Frustrant, très souvent contre-productif, et même pas joli. Alors, pourquoi ?! Les coups de pied arrêtés sont aujourd’hui méticuleusement disséqués : des postes sont créés précisément pour leur étude dans chaque staff, les séances vidéo en présence des joueurs se multiplient et du coup, les techniciens font dans la diversification des combinaisons. Il y en a désormais pour tous les goûts : corner joué à deux, à trois, à quatre, rentrant, sortant, tendu… Pour ce qui est du corner à la rémoise classique, on peut discerner cinq justifications. D’abord, il s’agit de chercher à surprendre l’adversaire. Le plus bel exemple reste le corner « faussement joué à deux » par Rooney et Giggs contre Chelsea en 2009. Ainsi, il s’agit aussi de profiter d’une erreur de placement défensif laissant une fenêtre de tir direct, comme nous le rappelle le célèbre but de Maniche contre les Pays-Bas en 2004. Mais dans les deux cas, il s’agit de variantes du corner à la rémoise.


Après, une équipe peut se trouver incapable de marquer sur corner, que ce soit par défaut de taille ou de tireur. Des joueurs comme Juninho et Pirlo ont des pieds magiques mais n’ont jamais convaincu à l’heure de tirer un coup de pied de coin. Les décaler de quelques mètres peut être une bonne idée, en théorie. De trois, il peut s’agir de libérer de l’espace dans la surface en aspirant des joueurs situés au premier poteau. De quatre, c’est aussi une technique qui se justifie par la prudence, limitant le risque de contre-attaque dans le cas d’une perte de balle. Enfin, un corner à la rémoise permet de perdre du temps. En fin de match, quand une équipe mène au score, le corner se transforme en une sorte de zone démilitarisée. On met la balle en jeu, mais on ne joue pas, on attend, et on laisse la montre faire son travail. Et l’adversaire s’énerver. Une arme psychologique. Il faut donc comprendre que tout corner ne mène pas au but. Même si c’est difficile. Deux visions du football On joue la dernière minute de Barça-Inter en avril 2010. Les Barcelonais ont besoin d’un but pour passer en finale et obtiennent un corner à dix secondes de la fin. Une aubaine, pense-t-on. Mais le Barça s’en fiche. Les Blaugrana veulent marquer, certes, mais avec un minimum de construction. Ils le jouent à deux, remettent en retrait à un milieu. Forcément, le « centre » est nul. Et l’arbitre siffle la fin du match. La défaite de l'obsession de la construction. Dans ce cas, jouer un corner à la rémoise revient à continuer à construire alors que l’on peut finir. Et le corner permet ainsi de discerner deux façons de voir le football. D’abord, celle qui perçoit la construction comme un simple moyen pour marquer des buts. Le corner est alors un aboutissement en soi : on a construit, on a obtenu un corner grâce à cette construction, et maintenant on peut marquer. Une autre vision considère au contraire que la construction est une fin en soi. Dans cette perspective, le corner est un retour à la case départ. On construit, la balle sort du terrain de jeu et on la récupère afin de recommencer à construire. Le choix des mots est significatif : quand on joue un corner à la rémoise, on tire un corner direct. Certains diront que cela met en évidence la scission entre les romantiques d’un côté et les cyniques de l’autre. Comme si marquer sur corner était devenu une horrible maladie. Un virus que l’on souhaite à toutes les équipes. À visiter :
Le site Faute Tactique
Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com

Suivre Markus Kaufmann sur Twitter Par Markus Kaufmann

Parier sur les matchs de FC Barcelone

 





Votre compte sur SOFOOT.com

25 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par popeye le 25/01/2013 à 09:23
      

    Pour moi, l'équipe la plus dangereuse que j'ai pu voir en coup de pied arrêté cette année, c'était peut-être Nice. Vraiment vicieuse, cette équipe. Pas trop mon style, mais si la défense est fébrile, il faut reconnaître que c'est efficace.

    Et je valide avec Lyon comme Koné ou Lovren.

  • Message posté par Meo le 25/01/2013 à 09:26
      Note : 3  /

    Très bon article, merci.

  • Message posté par *somagic* le 25/01/2013 à 09:27
      Note : 3  /

    Je me rappelle aussi des corners assez intelligents, comme celui de MU, que tiraient le Rayo Valecano je crois de mémoire, avec Sinama Pongole où le ballon était à peine toucher par le joueur (l'arbitre de touche était prévenu par ce dernier) et un autre venait et courait avec le ballon. C'était hyper surprenant pour l'équipe adverse et une bonne analyse de la régle du foot.

    ps: par contre, petite parenthèse, pour continuer à m'indigner que plusieurs corners dans un match peuvent être foirés. un de temps en temps, ok... les joueurs ne sont pas des machines. Mais qd c'est 4/5 sur un match c'est qd meme choquant

  • Message posté par bud_light le 25/01/2013 à 09:34
      Note : 2 

    Merci d'avoir remplacé votre traditionnel "Mais bordel" par ce "nom d'une pipe". C'est plus cohérent avec votre politique de censure de "gros mots" dans les coms. Et puis tant qu'on peut éviter la vulgarité gratuite...

  • Message posté par misugi-27 le 25/01/2013 à 09:41
      Note : 2 

    Et comme dirait CJP : C'est un corner bien placé! ou un corner intéressant!

  • Message posté par Calmos le 25/01/2013 à 09:47
      

    Une autre méthode quand on a une équipe de petits :
    Tirer les corners directement, mais le faire très vite.
    Ainsi les défenseurs n'ont pas le temps de s'organiser, de prendre un marquage etc.

    Je ne voudrais pas dire de conneries*, mais il me semble que c'était la méthode utilisée à une époque par la Roma (époque 3-5-2 avec Cassano, Mancini etc.)

  • Message posté par moun bellic le 25/01/2013 à 10:17
      Note : 2 

    Le corner à la rémoise : le fléau du football.

  • Message posté par Stankonia le 25/01/2013 à 10:20
      Note : 4  /

    C'est pour ce genre d'article à la c** que je viens sur Sofoot.
    Vous parliez de Stoke, et pour être allé plusieurs fois les voir jouer dans leur stade, c'est assez impressionnant comment les supporteurs deviennent fous à chaque corner ou touche près du but adversaire. Ceux sont vraiment les moments où tu sens le stade pousser son équipe.
    Stoke c'est vraiment une autre vision du foot!

  • Message posté par themiz le 25/01/2013 à 10:48
      Note : 1 

    Message posté par *somagic*
    Je me rappelle aussi des corners assez intelligents, comme celui de MU, que tiraient le Rayo Valecano je crois de mémoire, avec Sinama Pongole où le ballon était à peine toucher par le joueur (l'arbitre de touche était prévenu par ce dernier) et un autre venait et courait avec le ballon. C'était hyper surprenant pour l'équipe adverse et une bonne analyse de la régle du foot.

    ps: par contre, petite parenthèse, pour continuer à m'indigner que plusieurs corners dans un match peuvent être foirés. un de temps en temps, ok... les joueurs ne sont pas des machines. Mais qd c'est 4/5 sur un match c'est qd meme choquant


    pas le Rayo Vallecano, le Recreativo Huelva;)

  • Message posté par Yesodh le 25/01/2013 à 10:59
      

    article très intéressant :D J'aime bien ce type d'article technique qui permet de voir les phases de jeu différemment.

  • Message posté par *somagic* le 25/01/2013 à 11:04
      

    Message posté par themiz


    pas le Rayo Vallecano, le Recreativo Huelva;)


    Merci The miz !!!
    Exactement !!! par contre je ne sais plus si le but avait été validé ou non.

  • Message posté par Superman le 25/01/2013 à 12:10
      Note : 1 

    Juste "Des joueurs comme Juninho et Pirlo ont des pieds magiques mais n’ont jamais convaincu à l’heure de tirer un coup de pied de coin."
    Pirlo quand même tire le corner en finale en 2006 pour Materazzi puis Toni qui allume la barre. Cet été pour Balotelli contre l'Irlande et je dois encore en oublier ^^
    Super article sinon

  • Message posté par OuinOuinOuin le 25/01/2013 à 12:42
      Note : 1 

    Sur 100 corners tirés à la rémoise, combien finissent par un but?
    Sur 100 corners tirés directement, combien finissent par un but?

    Je suis d'accord avec moun, le fléau du football.

  • Message posté par superslash le 25/01/2013 à 12:51
      

    Merci pour ce "nom d'une pipe", beaucoup plus classieux que vos bordel* habituels
    Argghhh maitre capello sort de ce corps ...

  • Message posté par Brice_I le 25/01/2013 à 12:57
      Note : 1 

    Un petit article sur le décalage de ballon sur coup-franc, ou sur la feinte de tireur sur coup franc. Vous savez, quand il y a deux joueurs qui se présente que un prend sa course d'élan, mais c'est le deuxième qui le tire, et que ça ne déconcentre que le tireur, pas le gardien. Car en général, c'est gros comme une maison: on voit tout de suite que la première est une fausse course d'élan.

    Au rayon du ridicule: l'OL époque Juninho. Je me souviens qu'il est arrivé qu'un autre joueur fasse la feinte de "je vais tirer le coup franc." Or tout le monde sait que c'était Juninho qui les tirait. Ca allit même plus loin que ça: Juninho, quand il allait tirer un coup de pied arrêté, prenait un soin ultra minutieux pour poser son ballon, et avait une façon bien particulière de prendre sa concentration (un peu comme Ronaldo, on sait tout de suite quand il va tirer le coup franc). Eh bien, de ma mémoire, il n'en a jamais marqué un après une telle feinte.

  • Message posté par Sullimengo le 25/01/2013 à 12:58
      

    Très interessant cet article

  • Message posté par tidjegwada le 25/01/2013 à 14:32
      Note : 1 

    quand tu vois dans l'image "Quand Joe Cole et Eden Hazard se faisait un corner à deux." faisait en lieu et place de faisaient ça ne donne pas très envi de lire le reste de l'article.

  • Message posté par curtisjackson23 le 25/01/2013 à 15:12
      

    "Des joueurs comme Juninho et Pirlo ont des pieds magiques mais n’ont jamais convaincu à l’heure de tirer un coup de pied de coin"

    Eeuuhhh...Moi niveau coups de pieds arretes en general ces 2 la m ont plutot convaincu

    Revoyez le corner de Pirlo en finale de coupe du monde 2006 pour comprendre comment un relance un match qui etait bloque autrement pour les italiens

    Ce genre de ballons qui arrivent tellement bien et qu une fois que tu mets ta tete ca part en boulet de canons dans le filet, comme si la tete s executait toute seule, Pirlo et Juninho en ont delivre quelques unes

    Faut en parler a Inzaghi et Chris

  • Message posté par Goofy le 25/01/2013 à 16:36
      

    La praline de Maniche en 2004 je l'avais oublié, quel but !

  • Message posté par KDurant le 25/01/2013 à 17:21
      

    Ce qui est assez paradoxal, c'est que l'actuelle « meilleure équipe du monde » , le Barça, joue tous ses corners sans exception, « à la rémoise », pour mieux reconstruire et finir par marquer, comme à chacun de leur match. Vous dites donc que c'est un fléau, mais ca n'empêche pas les Blaugrana de marquer et de pratiquer du beau jeu.

    C'est une vision différente des équipes qui jouent sur la taille et le physique, et qui deviennent très dangereuses en balançant dans la paquet sur corner.

  • Message posté par Kurdt le 25/01/2013 à 19:19
      

    L'analyse concernant le Barça tape complétement à côté. Comment peut-on espérer que Barcelone joue tous ses corners directement alors qu'elle a l'un des plus petites (voire la plus petite en taille) d'Europe ?

    Elle joue ses corners en deux temps parce qu'elle n'a pas d'autre choix. Ses options aériennes pour le corner sont connues et reconnues. Comme Piqué et Busquets sont de très mauvais finisseurs de la tête, il n'y a qu'une seule option lorsque le Barça joue le corner dans la surface : Puyol. Tenter de jouer tous les corners sur la tête de Puyi c'est perdre la possession de balle 9 fois sur 10, ce qui est complétement idiot et indigne de la philosophie du Barça.

    En faisant intégrer à ses adversaires cette idée que l'elle joue tous ses corners en deux temps, le Barça s'offre le luxe de l'effet de surprise. Ainsi, elle marque à peu près cinq buts par an de la sorte, la plupart marqués par Puyol. Un nombre honorable pour une équipe de petite taille.

  • Message posté par gherviou le 25/01/2013 à 20:46
      

    Les corners a la Reimoises ne sont utiles que sur Fifa !

  • Message posté par gherviou le 25/01/2013 à 20:47
      

    Rémoise *

  • brad bidd a été mis sur la touche, tous ses commentaires sont masqués
  • brad bidd a été mis sur la touche, tous ses commentaires sont masqués

25 réactions :
Poster un commentaire