En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // CAN 2017
  2. // Gr.A
  3. // Cameroun-Gabon

Nkoulou, porté disparu

Remplaçant lors des deux premiers matchs de poule du Cameroun, Nicolas Nkoulou devrait passer la majeure partie de la CAN sur le banc, malgré ses 71 sélections et ses neufs ans d’histoire commune avec les Lions indomptables. La conséquence logique d’une carrière qui commence à battre sérieusement de l’aile depuis plusieurs mois.

Modififié
Mercredi 18 janvier. Le Cameroun est tenu en échec par la Guinée-Bissau un but partout. L’heure est venue d’injecter un peu de sang neuf. Alors Hugo Broos, le sélectionneur des Lions indomptables, demande à Nicolas Nkoulou de s’échauffer. Sans broncher, le Lyonnais remplace son coéquipier Georges Mandjeck pour les vingt dernières minutes d’une rencontre que les Camerounais remporteront finalement deux à un. Ceux-ci lancent définitivement leur Coupe d’Afrique des nations. Et tant pis, si, pour ça, il a fallu faire de Nicolas Nkoulou un simple joker de luxe.

Le lion déchu


Remplaçant lors des deux premiers matchs de poule du Cameroun, Nkoulou ne semble clairement plus faire partie des plans d’Hugo Broos. Le sélectionneur camerounais l’a d’ailleurs fait savoir après le match d’ouverture des Lions indomptables contre le Burkina Faso : Nkoulou va devoir faire place à de nouveaux noms en défense centrale. Et se contenter d’un statut de joueur de banc fédérateur, capable de partager son vécu à ses équipiers : « Je suis certain que Nicolas Nkoulou est un grand professionnel. Il sait qu’on a besoin de tout le monde. Et il comprend mon choix aussi. C’est sûr qu’il a envie d’apporter son expérience sur le terrain. Mais il comprend également qu’il y a des jeunes joueurs qui sont prêts à prendre sa place... »


Tant pis pour les 71 sélections de Nkoulou en équipe nationale. Le passif du défenseur avec les Lions indomptables n’est de toute façon pas de nature à faire de lui un intouchable de sa sélection. Avec eux, l’ancien Marseillais reste sur une non-qualification pour la CAN 2013 suivie d'un échec cuisant lors de l'édition 2015, une Coupe du monde 2010 ratée et un Mondial 2014 catastrophique. Une longue liste de déceptions qui semblent avoir poussé le sélectionneur Hugo Bross, nommé début 2016, à remettre en question les statuts de joueurs considérés jusqu’ici comme indispensables. Stéphane M'Bia, l’ex-capitaine des Lions qui évolue désormais en Chine, et Aurélien Chedjou, en difficulté avec Galatasaray, en ont directement fait les frais. Ils n’ont même pas été intégrés dans la liste des vingt-trois joueurs convoqués pour cette CAN 2017. Rien de tellement surprenant à voir ainsi Nkoulou se résigner à s’asseoir sur le banc. Un statut de remplaçant avec lequel le joueur a dû de toute façon aussi apprendre à composer en Ligue 1.

Joueur de rotation


Car la rétrogradation de Nkoulou en équipe nationale ne fait finalement qu’épouser la trajectoire descendante de sa carrière en club. Transféré à Lyon à l’été 2016, le Camerounais peine à retrouver le niveau de performance de ses premières années marseillaises, qui avaient fait de lui l’un des tout meilleurs défenseurs de Ligue 1. Avec lui, l’arrière-garde lyonnaise coule d’entrée lors du Trophée des champions face au PSG début août (4-1) avant de sombrer contre Dijon lors de la troisième journée de Ligue 1. Si bien que Nkoulou n’affiche que sept titularisations en championnat depuis le début de la saison et doit s’effacer en défense centrale derrière le duo Yanga Mbiwa- Mouctar Diakhaby. Soit un défenseur qui était sous le feu nourri des critiques la saison dernière et un jeune loup d’à peine vingt piges. Dur. Mais néanmoins juste, selon l’entraîneur des Gones, Bruno Génésio, qui évoquait la situation du Camerounais en conférence de presse à la mi-novembre : « Il y a beaucoup de concurrence. Nicolas est un peu en retrait, car il y a quatre ou cinq défenseurs centraux. Il n'a pas participé aux derniers matchs. C'est une situation difficile pour lui, mais elle n'est pas figée, je lui ai déjà dit. Il n'y a aussi pas de raison qu'il ne soit pas intégré dans la rotation. »


Un statut de simple joueur de rotation auquel Nkoulou semble pour l’instant abonné en club, mais donc aussi désormais en sélection. Où sa place en défense centrale est désormais occupée par Michael Ngadeu, modeste défenseur du Slavia Prague, qui a inscrit le but victorieux des Lions face à la Guinée-Bissau. Ce dernier n'en a pas moins payé ses hommages à son aîné après la rencontre : « Je respecte énormément un joueur comme Nicolas Nkoulou, c’est quelqu’un que j’ai vu jouer et c’est une icône du football camerounais... Mais l’entraîneur a fait ses choix et je les respecte. » Un entraîneur qui a par ailleurs précisé bien compter s'appuyer sur Nkoulou si le Cameroun fait son bout de chemin dans la compétition : « Si on a la chance de jouer les demi-finales, j’aurai encore besoin de son expérience. Il y aura des matchs où j’aurai besoin de Nicolas Nkoulou. » Et inversement. Pour ne pas se faire définitivement porter disparu, le stoppeur doit aussi pouvoir apporter sa pierre à l’édifice, afin de refaire du Cameroun une équipe qui gagne. Et ce, même si ça implique de n’entrer qu’en fin de match.

Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 23:28 Le low-kick fou de Tony Chapron 157
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom