Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Twente/Villareal

Nilmar rallume sa flamme

Sous-coté à Lyon, Nilmar régale aujourd'hui la chique en Liga. Un championnat taillé pour ses qualités entrevues sur le sol français. Histoire d'un mec reparti faire ses gammes au Brésil.

Partir pour mieux revenir. Nilmar n'a pas flippé à l'idée de retourner au pays à l'été 2005, un an seulement après son arrivée à Lyon. Quand d'autres Sud-Américains auraient abandonné toute idée de faire carrière en Europe, l'attaquant brésilien a, lui, rebondi pour exploser aujourd'hui sous les couleurs de Villarreal. Confiant en son potentiel, il voit désormais plus loin. « Ce serait un rêve de jouer dans une grande équipe comme le Barca, déclarait-il il y a quelques jours dans Marca. Je me sens très bien à Villarreal mais tout joueur travaille pour évoluer dans un grand club comme celui-là un jour » . Un discours ambitieux pour un garçon reparti trimer aux côtés de ses copains d'enfance.

Le Brésilien, redoutable attaquant avec son club formateur de l'Internacional, n'a pourtant pas tardé à démontrer ses qualités de buteur une fois arrivé dans l'hexagone. Premier match en France sous les couleurs de l'OL et premier doublé contre Rennes. Deux cageots qui seront aussi ses derniers en Ligue 1. La faute à un corps trop menu pour un championnat trop physique. L'homme au visage de bambin ne s'imposera jamais sur les bords du Rhône. Quarante-cinq rencontres toutes compétitions confondues pour seulement sept réalisations. Bien trop peu pour Gérard Houllier qui décide de laisser sur la touche un joueur amoindri par les blessures. « Nous avons besoin de quelqu'un dans le secteur offensif, expliquait l'actuel coach d'Aston Villa dans Le Progrès en novembre 2005. Nilmar n'est pas prêt pour l'instant et je ne suis pas certain qu'il ait vraiment envie de venir » . L'ancien DTN lui préfèrera les longs cheveux de Milan Baros. Un choix discutable quand on connaît le temps d'adaptation dont a besoin un Sud-Américain.

Onze secondes de plaisir

Nilmar choisit de se refaire la cerise au pays. Un transfert définitif aux Corinthians qui sera annulé par la suite pour cause de somme non réglée à l'Olympique Lyonnais. Le joueur se retrouve au milieu d'une affaire de sous qui ne le concerne guère. A 21 ans, après un aller-retour express en Europe, le voilà de nouveau à l'Internacional pour une deuxième session. Un déclic pour l'Auriverde qui claque pion sur pion en 2008 avec ses potes de Porto Alegre. Nilmar se régale et donne le tournis aux défenses brésiliennes. Ses blessures aux deux genoux ne sont plus que de lointains souvenirs. Le 10 mai 2008, il marque l'un des plus beaux buts de la dernière décennie. Onze secondes et autant de touches de balle lui suffisent pour éliminer huit adversaires et planter une banderille légendaire. « C'est le meilleur attaquant de notre championnat » , déclara l'entraîneur adverse. Ça y est, le petit Nilmar est redevenu grand.



Palerme et Wolfsburg lui font les yeux doux mais c'est Villarreal qui réussit à l'enrôler. Ce dévoreur d'espaces retourne en Europe en 2009 dans un championnat taillé enfin pour lui. Il décroche, frappe au but, ne ménage pas ses efforts. Nilmar fait son boulot d'attaquant et se montre aux yeux des plus grands clubs du Vieux Continent. Il enchaîne les sélections nationales, participe à la Coupe du Monde 2010. Bref, il devient un footballeur qui compte. L'ancien Lyonnais est aujourd'hui à un tournant de sa carrière. On parle de Tottenham, de la Juventus Turin ou encore d'un grand club espagnol pour la saison qui suit. Lui n'exclut rien mais veut récolter un trophée avec le Sous-Marin Jaune avant de s'envoler vers d'autres horizons. L'équipe de Juan Carlos Garrido est d'ailleurs en bonne position pour se qualifier en demi-finale de Ligue Europa, une compétition qui devient un véritable objectif. « Ce ne sera pas de tout repos, mais nous sommes déterminés à remporter le titre. Nous sommes dans une très bonne période » , affirme le compère de Giuseppe Rossi. Comme quoi, un retour au sein du cocon familial peut s'avérer parfois bénéfique.

Par Romain Poujaud

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


il y a 5 heures Paulo Bento débarqué de son club chinois 5
il y a 7 heures Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 7
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
À lire ensuite
Top 10 : Remuntadas