1. // Fête nationale de Saint-Marin
  2. // Interview

Nicolas Marin : « Je suis plutôt dorade »

Fête nationale à Saint-Marin ce 3 septembre. Impossible donc de ne pas prendre des nouvelles de Nicolas Marin, baroudeur passé par un paquet de ports. Interview senteur brise marine.

11 12
Tu as le pied marin ? Tu aimes la mer ?
J'adore la mer ! Je suis originaire de Marseille, j'ai fait toute ma jeunesse à aller à la mer avec les copains, avec la famille. On sait tous qu'il y a de très, très beaux coins sur la côte. Je suis plutôt Vieux-Port quand même, Fos, c'est pas terrible ! (rires) Je me souviens, le jour où on a gagné la Ligue des champions, j'étais parti avec mon papa fêter la victoire, et c'est vrai que dans l'euphorie, il y avait pas mal de personnes qui se jetaient dans le port. Normalement, c'est un truc qui se fait pas spécialement, il y a quand même beaucoup de bateaux ici et là...

Puis tu as quitté la côte pendant un temps. Pas trop dur ?
C'était super dur ! Surtout mes premières années en formation, à Auxerre. Je suis quelqu'un très proche de la famille, de mes parents, donc ça a été un peu difficile de partir aussi loin, dans des villes que je ne connaissais pas (Auxerre, Saint-Étienne, Sedan, ndlr). Mais c'est toujours la passion du football qui m'a aidé à avancer, à franchir les étapes. Je suis un passionné, j'adore le football, tant que je pourrai jouer, prendre du plaisir, je continuerai, que ce soit loin de la mer ou pas. Après c'est sûr que, à l'époque, quand je rentrais, j'essayais d'en profiter. Et après, on se remettait au boulot !

« Bon, les arêtes, il faut les lever »

Tu retrouves la mer avec Lorient. Plutôt merlu, bar ou dorade ?
Je suis plutôt dorade quand même. Bon, les arêtes, il faut les lever, mais après, tout ce qui est poisson blanc, dorade, sole, ça me plaît bien. C'est un peu bizarre, mais quand j'étais jeune, je mangeais pas beaucoup de poisson, c'est à Auxerre que j'ai commencé à en manger : sole, dorade, loup aussi, donc ouais, c'est à Auxerre que j'ai commencé le poisson ! (rires)

Tu traverses la Manche pour te retrouver à Plymouth à peine 6 mois. Un petit Plymouth...
On va faire court, le port de Plymouth, je vais le résumer très rapidement : j'ai fait mon arrivée en bateau le 2 septembre, je suis reparti en bateau, c'est les seuls moments où je l'ai croisé ! J'y suis resté très peu de temps, ça a été une expérience vachement négative, ça a été très très bref.

À Bastia aussi, tu y es allé en bateau ? Pas trop risqué de te retrouver coincé par une grève de la SNCM ?
J'y ai été en avion ! J'en garde un bon souvenir, la Corse est une belle île, je devais y rester, finalement on n'avait pas trouvé de terrain d'entente. Mais j'en garde un très bon souvenir, j'avais passé 6 mois très agréables.

Puis 2 ans en Suisse. As-tu eu le temps de percer le secret de leur réussite en Coupe de l'América alors qu'ils ont à peine un étang ?
(Rires) C'est une bonne question ça ! C'est vrai que... Ils ont des très beaux lacs, mais je sais pas où et comment ils s'entraînent. Moi, j'étais côté Sion, donc il y avait le lac Léman ici et là mais... je pense qu'ils s'entraînent hors de Suisse, non ?

« Ils auraient pu mettre des voiles qui se gonflent ! »

J'en sais rien... À propos de voile, le Burj-al-Arab se gonfle quand le vent souffle à Dubaï ?
(Rires) Non, elle se gonfle pas. J'aurais bien aimé ! Au prix qu'elle a coûté cette tour, ils auraient pu faire une belle option avec des voiles qui se gonflent, quand même ! (le Burj-El-Arab est l'hôtel autoproclamé 7 étoiles ayant la forme d'une voile, ndlr)

Quand tu t'es retrouvé à Xanthi, en Grèce, ça n'a pas été une galère ?
C'est l'amour du football qui m'a emporté là-bas, je sortais de Dubaï, j'avais pas 50 000 propositions, ça faisait longtemps qu'ils voulaient que je les rejoigne... En réalité, j'ai pas eu le choix, c'était ça ou j'attendais une proposition qui certainement ne serait pas arrivée. Alors les gens rigolent, mais c'est un club stable, avec de bonnes infrastructures, et bizarrement, j'ai jamais eu de problème de paiement là-bas. Bon, après, la ville, c'est un peu compliqué, entre la Macédoine et le bas de la Turquie... Mais pour moi, ça s'est super bien passé, le seul point négatif, c'est qu'il n'y avait pas d'école française, du coup je me suis retrouvé seul sans ma femme et mes enfants. Donc au bout de 2 ans, j'ai décidé de rentrer en France. J'ai essayé de me rapprocher du Sud, finalement j'ai fini à Boulogne-sur-Mer ! (rires)

Pour une saison compliquée. L'occasion de découvrir les flobarts ?
Ça a été le gros point noir de ma carrière. J'ai jamais été blessé, et là je signe le 10 juillet, et le 19 je me fais les croisés. Vraiment une saison galère pour le coup. Les 6 premiers mois, je suis entre les opérations, la rééducation, donc c'est compliqué, et les 6 mois qui suivent je me re-blesse au même genou, je me fais le ligament latéral interne, je passe une année sans jouer. Sincèrement, j'ai fait aucune pêche, j'avais tellement le moral à zéro, je bougeais pas trop...

Désormais tu es à Toulon. Tu envisages une reconversion dans la Marine nationale ?
J'espère, j'espère bien ! Dans la vie on sait pas, hein. Toulon c'est un choix mûrement réfléchi, à mon âge, 35 ans, revenir dans le Sud avec un projet solide, ce magnifique port... Donc on va voir, peut-être qu'à la fin de ma carrière, je vais m'engager dans la Marine, on sait pas. (rires)

Le 3 septembre, c'est jour de fête nationale à Saint-Marin. Ils ne t'ont jamais appelé ?
J'aurais bien aimé ! Même si le niveau est faible, ça aurait été pas mal, j'aurais bien aimé faire une sélection, ça aurait été sympa. Mais là, je pense que c'est plus d'actualité, c'est mort, c'est derrière moi tout ça... Marine nationale plutôt ! (rires)


Propos pêchés par Eric Carpentier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Bordel le mec a fait plus de club que Xavier Gravelaine presque!

Sinon, étant supporter de Sainté, il me rappelle de bons souvenirs ce petit Nicolas Marin!
Y'avait une petite équipe sympa lors de la montée en D1 avec Zokora, Papus, Hellebuyck, Piquionne, Feindouno...
Nicolas Marin : « Je suis plutôt dorade »

Est-ce qu'il y a besoin d'aller plus loin?
Hilltop Hoods Niveau : CFA2
J'aimais bien Nicolas Marin! Un bon joueur Ligue 2. A Sedan y'avait Noro à l'époque aussi, je me rappelle de sa chiche contre Auxerre, une classique. Il est devenu quoi lui après sa sale blessure?
Note : 6
comment peut on préférer la dorade au bar bordel???
Message posté par kickoff
Bordel le mec a fait plus de club que Xavier Gravelaine presque!

Sinon, étant supporter de Sainté, il me rappelle de bons souvenirs ce petit Nicolas Marin!
Y'avait une petite équipe sympa lors de la montée en D1 avec Zokora, Papus, Hellebuyck, Piquionne, Feindouno...


Compan! Ils faisaient la paire en L2. Mendy aussi, la mobylette. :)
Message posté par pezronf
comment peut on préférer la dorade au bar bordel???


Sans parler du turbo
Note : 6
ça me rappelle une blague zoophile: "c'est l'histoire d'un mec qui rentre dans un bar."
Sounders United Niveau : CFA2
Message posté par Hilltop Hoods
J'aimais bien Nicolas Marin! Un bon joueur Ligue 2. A Sedan y'avait Noro à l'époque aussi, je me rappelle de sa chiche contre Auxerre, une classique. Il est devenu quoi lui après sa sale blessure?


Après sa blessure, Noro est passé par Troyes, Le Havre, Strasbourg et Chypre. Aux dernières nouvelles il était de retour à Strasbourg, mais ça commence à dater et je sais pas si c'est toujours le cas.
El Chelito Delgado Niveau : CFA2
Message posté par ankourage
ça me rappelle une blague zoophile: "c'est l'histoire d'un mec qui rentre dans un bar."


On ta reconnue Michel denisot
Message posté par pezronf
comment peut on préférer la dorade au bar bordel???


En mangeant une dorade royale fraîchement pêchée !
Il joue à Strasbourg Noro il me semble
AlvaroRestobar Niveau : District
Ça aurait été plus sympa de parler un peu plus du Sporting Toulon. C'est dommage de réduire cette itw à la mer parce qu'il s'appelle Marin...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
11 12