Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 16es
  3. // Lokomotiv Moscou-Nice (1-0)

Nice reste à quai

Le Gym quitte la scène européenne sans broncher. Ses espoirs de qualifications se sont rapidement fracassés sur la transversale moscovite et sur le réalisme du Lokomotiv, qui lui s'est contenté du minimum. Rageant, quand on sait que le train des huitièmes est passé la semaine dernière en gare de Nice.

Modififié

Lokomotiv Moscou 1-0 OGC Nice

But : Denisov (29e) pour le Lokomotiv

De quoi se compose un exploit ? Au caractère rare de la performance escomptée ? Ça l'était, puisqu'une seule équipe en C3 a su se qualifier après avoir concédé une défaite 2-3 à domicile. C'était en 1994, quand l'Odense Boldklub avait renversé le Real Madrid au Bernabéu. À un mélange d'envie et d'orgueil chez une équipe rabrouée il y a moins d'une semaine chez elle ? Nice l'avait. À un contexte favorable ? Par une température de -15°C et face à une équipe de roublards, il y avait mieux. À du réalisme dans les deux surfaces et une once de chance ? C'est là que le bât blesse, les Aiglons tapant deux fois la barre et étant victimes du froid réalisme de leurs hôtes, qui marquent sur leur première frappe cadrée. C'en est fini pour l'épopée européennes des Niçois, avec l'amère impression qu'ils ont manqué à plusieurs reprises d'accrocher le bon wagon.

Frissons et frustrations


Nice se présentait à la RZD Arena avec une couverture défensive bien légère. Tout au plus un bon plaid. Le Marchand, Marlon, Jallet et Souquet blessés, Coly suspendu, c'est donc le jeune Romain Perraud qui débute à gauche. Pourtant ce sont les Russes qui paraissaient les plus crispés en début de match. Au piolet, Balotelli s'est chargé de décongeler son équipe avec une frappe aussi lourde que flottante, venant fracasser la barre d'un Guilherme qui n'a pas moufté (10e). Dix minutes plus tard, l'Italien trouve le même impact sur coup franc. L'exploit semble se refuser aux Niçois, surtout quand ce même Balotelli (20e), puis Lees-Melou (24e) butent tour à tour sur la défense moscovite.


Il n'en faut pas plus pour que les Cheminots lèvent le piquet de grève. En contre, Aleksei Miranchuk manque de peu sa cible (26e), mais c'est le chef de gare Igor Denisov, au milieu de six défenseurs et bénéficiant d'un dégagement hasardeux de Dante, qui punit les Azuréens (29e). Le Loko douche à ce moment la volonté niçoise d'embraser le match. La preuve en est en fin de mi-temps quand un nouveau coup franc de Super Mario est freiné par le mur adverse d'un coude discrètement déployé (45e).

Plus de charbon en réserve


Difficile donc de revenir sur une pelouse hybride sans être plombé par ce premier acte. Les timides incursions du trio offensif niçois montrent que la plupart des cartes ont déjà été jetées dans la bataille. Surtout que le Lokomotiv a continué d'imposer un train d'enfer, Miranchuk voyant ses tentatives repoussées par Walter Benítez (48e et 64e) ou par le poteau (66e), Ari se ruant comme un dératé sur la cage adverse (62e). Tête basse, les Niçois ont surtout évité de prendre un but d'Eder en fin de rencontre, histoire de ne pas réveiller de vieux démons.



Lokomotiv (4-3-3) : Guilherme - Ignatjev, Kverkvelia, Pejčinović, Rybus - Anton Miranchuk, Denisov (C), Fernandes - Farfán (Kolomeytsev, 23e), Ari (Eder, 63e), Aleksei Miranchuk (Tarasov, 83e). Entraîneur : Yuri Semin.


Nice (4-3-3) : Benítez - Burner, Dante (C), Sarr, Perraud - Seri (Sakho, 83e), Cyprien, Lees-Melou - Saint-Maximin (Tameze, 77e), Balotelli, Pléa (Makengo, 77e). Entraîneur : Lucien Favre.


  • Résultats et classement de la Ligue Europa
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue Europa

    Par Mathieu Rollinger
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    C3 - 16es - Marseille et Lyon passent, Nice trépasse




    Dans cet article


    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall
    jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25