Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1er tour
  3. // Naples-Nice (2-0)

Nice prend un coup de chaud au San Paolo

Trop timoré et dominé pendant 90 minutes, l'OGC Nice repart de Naples avec un retard de deux buts et deux expulsions évitables. Il faudra un exploit à l'Allianz Riviera pour voir les groupes de la Ligue des champions. Et donc une performance radicalement différente du Gym.

Modififié

Naples 2-0 Nice

Buts : Mertens (13e) et Jorginho (70e, sp) pour le Napoli

Un excès d'engagement de Vincent Koziello, une protestation trop vigoureuse d'Alassane Pléa, et la soirée de l'OGC Nice a fini par prendre une tournure cauchemardesque. Le Gym est non seulement tombé sur un adversaire plus fort, il a aussi expérimenté l'importance du mental au plus haut niveau européen. Face à Naples, les Niçois ont probablement souffert face à la pression du San Paolo. Ils ont aussi subi un excès de zèle de l'arbitre, sans pitié face à un joueur tout sauf méchant. La scène européenne exige des nerfs solides, une concentration de tous les instants, et aussi la capacité à ne pas se mettre l'arbitre à dos. Un point positif à retenir néanmoins : à 2-0, l'affaire sera compliquée à l'Allianz Riviera, mais elle ne sera pas impossible. Or, à neuf contre onze à dix minutes de la fin, on pouvait penser que les Aiglons auraient pris un peu plus l'eau...

Nice sous le feu napolitain


Nice n'aura pas tenu quinze minutes dans la fournaise de San Paolo. La faute à une ouverture lumineuse de Lorenzo Insigne, à un timing inadéquat de Yoan Cardinale sur sa sortie et, surtout, au talent de Dries Mertens qui élimine le gardien niçois avant de pousser le ballon au fond (13e). Une action à l'image de la première période : des Napolitains qui rentrent trop facilement dans la surface, et des Aiglons qui peinent à ressortir les ballons. À l'exception d'un Allan Saint-Maximin sans aucune inhibition qui percute et frappe – sans trouver le cadre – à deux reprises (12e, 40e). Pour le reste, ce sont essentiellement les Italiens qui mettent à contribution Cardinale, devant Mertens entré dans la défense comme dans du beurre (21e), sur une frappe enroulée d'Insigne (42e). Quand ce ne sont pas José Callejón – sur une ouverture lumineuse de Marek Hamšík (11e) – ou Mertens, en retourné acrobatique, qui manquent de peu le cadre. À l'issue de ce premier acte, Lucien Favre peut avoir, au choix, la satisfaction de n'être mené que d'un but – en partie grâce à un Dante moins fébrile que le reste de la défense –, ou d'avoir vu Vincent Koziello rater de peu la balle du 1-1 d'une frappe légèrement trop croisée. Cela aurait été contre le cours du jeu, mais cela aurait fait tellement de bien...

D'un tacle deux expulsés


Au retour des vestiaires, c'est toujours compliqué pour les hommes de Lucien Favre, à l'exception d'un court temps fort à l'heure de jeu. Insigne frappe hors cadre (48e) avant de manquer de peu le 2-0 à l'affût sur un mauvais renvoi de Cardinale, surpris par un tir écrasé de Mertens (51e). Même le Belge croque son occasion du plat du pied dix minutes plus tard, avant qu'Arnaud Souquet ne trouve la barre de son propre gardien en tentant un dégagement en corner. De quoi se dire que les Aiglons, même largement dominés, vont revenir du San Paolo dans une situation convenable. Manque de bol, la pression italienne finit par payer sous la forme d'une faute évitable de Christophe Jallet dans la surface sur Mertens. Pénalty, contre-pied de Jorginho sur Cardinale, et l'avantage napolitain prend de l'épaisseur. Pour Nice, pas de réaction ou presque, si ce n'est une reprise hors cadre d'Alassane Pléa (74e), qui laisse à penser que ce Gym-là est trop juste pour la reine des compétitions européennes. La double expulsion de Koziello et Pléa – le premier pour un tacle trop appuyé, le second pour contestation – à dix minutes de la fin ne fait que pourrir un peu plus une soirée compliquée. Mais en limitant la casse en infériorité numérique, les hommes de Lucien Favre se sont tout de même offert le droit de croire à un exploit au retour. C'est déjà ça.


  • Résultats et classement de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions

    Par Nicolas Jucha
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 132
    Partenaires
    Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE