En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Nice-Saint-Étienne (2-0)

Nice finit par faire craquer Sainté

Dans un match bouffé par l'enjeu, les Stéphanois ont cédé à la pression. Les Niçois, plus sereins, ont su faire preuve de patience pour s'imposer.

Modififié

OGC Nice 2-0 AS Saint-Étienne

Buts : Germain (86e et 89e)

Monsieur Millot se tient à l'écart, pendant que Claude Puel hurle à son gardien de « fermer sa gueule » . Dans un match sous tension, les nerfs des Stéphanois et des Niçois sont en train de craquer. Les remplaçants, les staffs et les joueurs sont en train de s'écharper au beau milieu de la pelouse. Ce qui a déclenché ces échauffourées : un balayage en règle complètement stupide de Franck Tabanou sur Jérémy Pied. Alors forcément, l'arbitre de la rencontre fait pleuvoir les cartons jaunes, maintenant que tout le monde s'est séparé. Et surtout, il met un carton d'une couleur bien plus grave à Franck Tabanou. C'est l'expulsion. Le Stéphanois ne peut s'en prendre qu'à lui-même. Il a condamné son équipe, déjà réduite à dix, qui tenait jusque-là héroïquement le 0-0. À neuf, ce sera désormais impossible de résister aux vagues niçoises. Alors logiquement, Valère Germain va planter son doublé et permettre aux siens de décrocher officiellement l'Europe. Et honnêtement, sur ce match et sur cette saison, on préfère voir l'OGCN à la quatrième place.

L'enjeu trop important


Dès le début du match, les deux équipes mettent de l'intensité, de l'agressivité. Les contacts sont rudes et gâchent le rythme. Les premières victimes auraient pu être les Stéphanois si l'arbitre avait sifflé penalty sur ce contact dans la surface entre Valère Germain et Franck Tabanou. Mais finalement, ce sont les Niçois qui sont les premiers pénalisés. En faisant faute sur Valentin Eysseric, Maxime Le Marchand se blesse et est contraint de sortir sur civière dès la dixième minute. Comme prévu, les Niçois mettent le pied sur le ballon et s'installe dans le camp stéphanois. Mais la défense à cinq de Saint-Étienne est imperméable. Pour l'instant, les Aiglons ne parviennent à être dangereux que sur coup de pied arrêté. Sur un coup franc botté par Hatem Ben Arfa, Paul Baysse marque en deux temps, mais le but est refusé pour hors-jeu.

Face au bloc des Verts, les Aiglons commencent à déjouer. Le jeu de passes n'est pas assez fluide. Les hommes de Claude Puel n'osent pas se livrer et semblent trop se méfier des contres stéphanois. Pourtant, les joueurs de l'ASSE ne proposent absolument rien dans la relance. Mais leur solidité suffit à faire douter Nice, qui commencent à reculer. Du coup, sur le premier corner bien tiré par Tabanou, Nolan Roux reprend de la tête et trouve la jambe de Vincent Koziello sur sa ligne. Impuissants, les Aiglons se reposent alors sur les tentatives d'exploits individuels de leur franchise player. Sauf que Ben Arfa est systématiquement pris entre deux ou trois adversaires. Il faut attendre une terrible erreur de relance de Benoît Assou-Ekotto pour que Nice se crée enfin une occasion nette. Mais la frappe d'Alassane Pléa est trop croisée.

Les nerfs lâchent


Au retour des vestiaires, la gueulante de Claude Puel a semble-t-il eu son petit effet. Les Niçois reviennent avec d'autres intentions. Cette fois-ci, le pressing est plus intense, et le bloc est positionné beaucoup plus haut. Ce qui permet à Ricardo Pereira de continuer à martyriser Kevin Malcuit. Le Stéphanois, qui perd tous ses duels depuis le début du match, craque et prend deux cartons jaunes en une minute. Saint-Étienne va devoir jouer en infériorité numérique pendant plus d'une demi-heure. Les malheurs stéphanois continuent avec la blessure de Vincent Pajot. Du coup, forcément, les Niçois dominent outrageusement. Sauf qu'ils n'arrivent toujours pas à se créer d'occasions franches, hormis sur ce beau coup franc de Seri repoussé par un Stéphane Ruffier toujours aussi précieux.


Et puis arrive cette 70e minute. Après une bonne reprise de volée de Valère Germain repoussée par Stéphane Ruffier, Franck Tabanou fait n'importe quoi et est sanctionné d'un carton rouge. Saint-Étienne va devoir jouer à neuf pendant presque vingt minutes. La pression niçoise se fait de plus en plus intense. Les Aiglons ne se précipitent pas, ne paniquent pas et finissent par trouver la faille. Sur un bon centre de Jérémy Pied, Valère Germain passe devant Théophile-Catherine et fait trembler les filets. Quelques minutes plus tard, décalé sur le côté gauche, il trompe encore le portier stéphanois pour terminer le match. Avec cette victoire, combinée à la débâcle monégasque, Nice peut rêver de disputer la Ligue des champions.

Résultats et classement de la Ligue 1

Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 48 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 58
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7