En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Nice-Marseille (1-1)

Nice et Marseille dos à dos sous la fumée

Au terme d'une rencontre agréable, Nice et l'OM se séparent sur un match 1-1. La faute à une défense marseillaise solide, et au manque de réussite de Michy Batshuayi.

Modififié

OGC Nice 1-1 Olympique de Marseille

Buts : Germain (58e) pour Nice // Isla (37e) pour l’OM

Au-dessus de l’Allianz Riviera, un nuage plane. Epais, dense, obstruant la vue aux caméras qui tentent de le percer. Serait-ce une émanation de chicha ayant traversé la France en provenance de Sevran ? Au moment où l’affaire Aurier surplombe sans partage l’actualité de la Ligue 1, l’hypothèse se ferait presque plausible. Reste qu’il n’en est rien, et qu’un simple fumigène vient perturber le début de la rencontre dominicale entre Nice et l’OM. Pas de mise à pied, mais une interruption de 10 minutes, et les débats entre Sudistes se voient retarder pour offrir une ultime opportunité d’entendre les excuses téléguidées du Sieur Serge. Mais pas de quoi oublier le foot une fois le ballon en jeu. Car s’il était difficile de détacher son attention du scandale, Niçois comme Marseillais auront au moins eu le mérite d’offrir un spectacle plus digne et de raviver la flamme du terrain. Car avec du jeu, des buts et de l’engagement, ce match là n’avait rien d’un truc de « fiottes » .

Tactiques opposées


A l’entame de la rencontre, l’enthousiasme se doit toutefois d’être contenu. En tribunes, un homme aux pieds de génie ne participera en effet pas aux débats : Hatem Ben Arfa, blessé pour un mois, cède sa place à Matthieu Bodmer dans l’entrejeu. Les extérieurs de l'ancien parisien et les gestes de Lassana Diarra suffiront. Reste que le début de rencontre donne plutôt raison aux pessimistes. D’ordinaire maitre du ballon, le milieu niçois en laisse la propriété à l’OM, qui balbutie à coups de dribbles superficiels. Et si par séquences les Aiglons se rapprochent et bougent les lignes, la première frappe se fait attendre. Un simple retard à l’allumage qui va trouver un écho plus resplendissant. A la demi-heure, les plans originaux retrouvent en effet des couleurs, et Nice choisit de laisser la contre-attaque à son visiteur. Une idée à priori payante lorsque Bodmer vient trouver les filets de la tête, mais refroidie dans un premier temps par le drapeau du juge de ligne. Puis, dans un second, par le crâne d’Isla qui, bien planqué au second poteau sur corner, profite de la mauvaise sortie de Cardinale pour ouvrir la marque. Comme à son habitude à l’extérieur, l’OM est d’une froideur implacable. Et s’en va maitriser son adversaire, tout en attendant de bondir pour enfoncer le clou. Malheureusement pour les Olympiens, Michy Batshuayi a perdu de sa superbe. Et au bout des neufs minutes de temps additionnels, l’attaquant belge s’en va perdre un duel décisif face à Cardinale. Un tournant dont les Niçois vont se servir pour déployer leurs ailes.

Michy-mi raisin


Plutôt bien dans la partie, mais assez stériles en attaque, les hommes de Puel retrouvent le jeu collectif bien huilé qui leur permet de bien figurer au classement des meilleures attaques de Ligue 1. Germain empoisonne les jambes de Rolando et Nkoulou, tandis que Plea se charge de porter les accélérations dans le camp adverse. Et c’est tout logiquement, 10 minutes après la reprise, que le petit Valère posté au premier poteau reprend un centre du non moins jeune Koziello pour égaliser. L’OM cède, chose rare à l’extérieur, et s’expose de plus en plus aux redoublements de passes aux abords de sa surface La défense s’arc-boute, Mandanda est finalement peu sollicité, mais Marseille souffre et n’est qu’à un doigt de se prendre à son propre piège. Mais le dos rond est une spécialité olympienne à l’extérieur et l’OM résiste, puis prouve qu’il existe encore dans la rencontre. Bien que brouillons, Alessandrini et NKoudou réveillent leurs couloirs. Mieux, le second place une tête que Cardinale sort miraculeusement, avant qu’un Batshuayi en embuscade ne se farcisse le poteau dans la foulée. Un nouvel échec, suivi d’un ultime, alors que la frappe du Belge vient trouver les gants d’un portier niçois qui rapporte finalement plus de points qu’il n’en coute dans cette rencontre. Un statut quo qui n’enlève rien à une partie plus qu’agréable, et qui se termine dans la valse des changements. Mais ni Hult, ni Fletcher, ni Thauvin, qui aura joué plus de 6 minutes, ne sont à même de forcer une décision qui apparaît ce soir juste entre Nice et l’OM. Et même si le résultat n’arrange personne, cette bonne rencontre aura éclipsé le temps d’une centaine de minutes les scandales périscopés du week-end. Et rien que pour ça, merci.




Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

  • Résultats et classement de Ligue 1

    Par Raphaël Gaftarnik
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 2 heures L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 13
    il y a 4 heures Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 25 il y a 6 heures Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 69
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40 dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 59